Recherche

Anciens Articles

mardi 13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 19:00

article precedent 13/22

 

Le "Inca Trail" est le nom donné a un sentier de randonnee qui permet de marcher en quatre jours d'un point de depart pas tres loin d'Ollantaytambo jusqu'a Machu Picchu. La toute derniere section de ce sentier franchit un col au-dessus de Machu Picchu ou les Incas construisirent quelques batiments pour en controler l'acces, qu'on appelle aujourd'hui Intipunku, la Porte du Soleil.

Le trajet de Machu Picchu a la Porte du Soleil est une marche facile d'environ quarante-cinq minutes, et procure une vue d'ensemble epoustouflante sur la cité inca.

au depart de Machu Picchu
au depart de Machu Picchu

au depart de Machu Picchu

la Porte du Soleil se trouve a l'encoche dans cette crete montagneuse, a peu pres au milieu de la photo

la Porte du Soleil se trouve a l'encoche dans cette crete montagneuse, a peu pres au milieu de la photo

la marche est aisée
la marche est aisée

la marche est aisée

dans notre dos, Machu Picchu

dans notre dos, Machu Picchu

la vallee de la riviere Urubamba et la voie ferree

la vallee de la riviere Urubamba et la voie ferree

des terrasses : nous arrivons a la Porte du Soleil

des terrasses : nous arrivons a la Porte du Soleil

Alors que le chemin etait tres calme depuis Machu Picchu il y a a nouveau plus de monde au col. C'est la fin de la derniere montee pour les marcheurs qui arrivent depuis le Inca Trail, et ils font une pause ici pour souffler et admirer Machu Picchu.

a la Porte du Soleil
a la Porte du Soleil
a la Porte du Soleil
a la Porte du Soleil

a la Porte du Soleil

le sentier inca qui arrive a Intipunku depuis le versant opposé a Machu Picchu

le sentier inca qui arrive a Intipunku depuis le versant opposé a Machu Picchu

les derniers metres de montee pour les courageux apres quatre jours de marche

les derniers metres de montee pour les courageux apres quatre jours de marche

Nous nous asseyons sur une terrasse pour profiter du paysage pendant quelques minutes.

quelques instants de quietude a Intipunku

quelques instants de quietude a Intipunku

Il est temps de retourner a Machu Picchu avant la fermeture du site. Nous suivons en sens inverse le meme chemin qu'a l'aller. Environ a la moitie du trajet se trouve un petit ensemble de ruines, incluant un escalier qui monte - et disparait - dans la jungle et qui n'a pas ete degagé. Que manigançaient les Incas ?

un escalier vers quelque part

un escalier vers quelque part

un rocher taillé, et sacré a n'en point douter

un rocher taillé, et sacré a n'en point douter

est-ce un mur construit par les Incas ? Ou bien ont-ils juste soigneusement comblé les interstices dans la paroi rocheuse ?

est-ce un mur construit par les Incas ? Ou bien ont-ils juste soigneusement comblé les interstices dans la paroi rocheuse ?

Nous voila de retour a Machu Picchu.

 

article suivant 15/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
mardi 13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 15:00

article precedent 12/22

 

Dans l'article precedent nous avons traversé Machu Picchu du sud au nord. Nous repartons maintenant en sens inverse, toujours accompagnés de notre guide. Les batiments et les murs de pierre defilent, et il est assez difficile de s'imaginer comment ces gens vivaient.

un grand batiment en longueur, utilisé par les gens qui vivaient et/ou travaillaient dans ce secteur

un grand batiment en longueur, utilisé par les gens qui vivaient et/ou travaillaient dans ce secteur

un grenier

un grenier

comme c'est pratique : un petit siege creusé dans la roche
comme c'est pratique : un petit siege creusé dans la roche

comme c'est pratique : un petit siege creusé dans la roche

des lamas se baladent dans un batiment qui nous est interdit d'acces
des lamas se baladent dans un batiment qui nous est interdit d'acces

des lamas se baladent dans un batiment qui nous est interdit d'acces

d'ici on peut bien voir les lacets de la route qui monte depuis Aguas Calientes

d'ici on peut bien voir les lacets de la route qui monte depuis Aguas Calientes

Un batiment tout en long contient une rareté : un escalie. D'ordinaire les escaliers sont a l'exterieur des constructions incas. Au bout de ce batiment un autre escalier s'enfonce dans le sol pour mener a une grotte.

alors, il y a quoi dans cette grotte ? Probablement rien... et sans lampe electrique je ne vois pas grand chose

alors, il y a quoi dans cette grotte ? Probablement rien... et sans lampe electrique je ne vois pas grand chose

vue sur l'immense reseau de terrasses d'un des secteurs agricoles de Machu Picchu

vue sur l'immense reseau de terrasses d'un des secteurs agricoles de Machu Picchu

le batiment des "mortiers"

le batiment des "mortiers"

L'usage de ces mortiers est sujet a debat. Avaient-ils effectivement un role de mortier, pour y broyer du grain ? Une autre explication leur attribue un role astronomique car le ciel se reflete dedans quand ils sont remplis d'eau.

le soleil dans le "miroir" d'un mortier

le soleil dans le "miroir" d'un mortier

Nous arrivons ensuite au Temple du Condor, ou les Incas ont utilisé de grosses roches en place pour representer un condor, avec ses deux ailes, son bec, et sa collerette caracteristique (des plumes autour du cou).

le Temple du Condor

le Temple du Condor

Il pleuvait suffisamment de septembre a mai pour que les Incas puissent cultiver sans irrigation. Ils construisirent cependant un canal de 750 metres de long pour approvisionner en eau les habitants de Machu Picchu, en captant une source sur la montagne Machu Picchu, au sud de la cité. Ce canal desservait une serie de seize fontaines. Je cite mon livre : "Water management by the Inca was remarkable".

le canal dans l'enceinte de Machu Picchu

le canal dans l'enceinte de Machu Picchu

Nous sommes sur le point de terminer notre visite avec la guide. C'est l'heure de pointe a Machu Picchu. Il est midi, il fait beau et chaud, et il y a du monde partout.

fin de notre visite sous un magnifique ciel bleu
fin de notre visite sous un magnifique ciel bleu

fin de notre visite sous un magnifique ciel bleu

Nous sortons du site. C'est le moment des adieux avec notre guide, qui attrape un minibus pour redescendre dans la vallee et prendre le train pour Cusco. Nous nous mettons en quete de nourriture. Il n'y a pas beaucoup de choix... soit le buffet de l'hotel, au tarif exorbitant, soit le snack. En avant pour un sandwich alors.

j'ai du signal ! C'est beau la technologie... "Devine d'ou je t'ecris ? De Machu Picchuuuuuu !"

j'ai du signal ! C'est beau la technologie... "Devine d'ou je t'ecris ? De Machu Picchuuuuuu !"

les chiens font la sieste a l'ombre... ou attendent de pouvoir manger les restes de sandwichs

les chiens font la sieste a l'ombre... ou attendent de pouvoir manger les restes de sandwichs

Nous sommes prets pour demarrer notre programme de l'apres-midi, une petite randonnee pour suivre la section du fameux "Inca Trail" qui arrive a Machu Picchu.

 

article suivant 14/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
mardi 13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 14:00

article precedent 11/22

 

Ecrire des articles sur Machu Picchu pour un amoureux de la verite comme moi est un exercice penible. On a en effet beaucoup plus de questions que de reponses sur cette cité Inca. Pour m'aider j'ai sous la main un bouquin (Machu Picchu Guidebook) qui s'enorgueillit de 4.6 etoiles sur Amazon : on ne doit pas etre trop loin de la verite :-).

Machu Picchu, retraite royale et centre sacré dont la construction demarra au milieu du quinzieme siecle, fut utilisé et continuellement amelioré jusqu'a la chute de l'empire inca dans les annees 1530. Les Espagnols ne sont semble-t-il jamais parvenus ici, et le site est resté relativement intact apres son abandon par les Incas. Il fut "re-découvert" en 1911 par Hiram Bingham, un explorateur americain. Re-découvert seulement, car des familles autochtones habitaient aux abords immediats des ruines et utilisaient ses terrasses pour leur agriculture.

De nos jours la visite du site est de plus en plus régulée. De nombreuses zones sont fermées au public alors qu'elles etaient encore accessibles il y a quelques annees et il faut obligatoirement suivre l'un des deux tracés de visite prédéfinis. Et pour passer d'un tracé a l'autre il faut ressortir et utiliser l'un de ses deux droits de "ré-entrée" !

Nous suivons notre guide sur l'un des tracés et elle nous dispense de temps en temps des informations sur tel ou tel point d'interet de Machu Picchu.

Machu Picchu en regardant vers le nord et le sommet de Huayna Picchu

Machu Picchu en regardant vers le nord et le sommet de Huayna Picchu

en regardant vers le sud et le "corps de garde" (batiment avec un toit en arriere-plan, au sommet des terrasses) qui domine le site et surveillait son acces depuis les chemins incas qui arrivaient du sud
en regardant vers le sud et le "corps de garde" (batiment avec un toit en arriere-plan, au sommet des terrasses) qui domine le site et surveillait son acces depuis les chemins incas qui arrivaient du sud

en regardant vers le sud et le "corps de garde" (batiment avec un toit en arriere-plan, au sommet des terrasses) qui domine le site et surveillait son acces depuis les chemins incas qui arrivaient du sud

des montagnes a perte de vue

des montagnes a perte de vue

un batiment semi-circulaire appelé Temple du Soleil

un batiment semi-circulaire appelé Temple du Soleil

Dans l'enceinte de ce temple se trouve une roche dont la surface a ete taillée pour laisser une arête qui divise en deux parties egales la lumiere du soleil - qui passe par la fenetre est du temple - lors de son lever le jour du solstice d'hiver, en juin.

dans une zone qui servait de carriere et ou les blocs de pierre etaient taillés

dans une zone qui servait de carriere et ou les blocs de pierre etaient taillés

à la "Place Sacrée"
à la "Place Sacrée"

à la "Place Sacrée"

Cette place sacrée et ses batiments n'etaient pas terminés lorsque les Incas les ont abandonnés. L'un des murs du temple principal s'est affaissé pendant la construction, ce qui est inhabituel pour un chantier inca.

formidable ensemble de terrasses sur l'abrupt versant ouest du site

formidable ensemble de terrasses sur l'abrupt versant ouest du site

ah tiens je croyais qu'il etait interdit de manger ici. Mais qui peut resister a un paquet de chips Doritos ?

ah tiens je croyais qu'il etait interdit de manger ici. Mais qui peut resister a un paquet de chips Doritos ?

Nous nous dirigeons vers la zone la plus élevée a l'interieur de la cité. En chemin notre guide nous fait observer un rocher qui semble avoir ete taillé pour rappeler la forme de plusieurs sommets autour de Machu Picchu, lorsque l'on regarde ces sommets dans l'alignement du rocher. Il faut tout de meme avoir un peu d'imagination.

representation d'un sommet

representation d'un sommet

la place centrale de la cité, ou des lamas paissent en liberté a l'abri des hordes de touristes
la place centrale de la cité, ou des lamas paissent en liberté a l'abri des hordes de touristes

la place centrale de la cité, ou des lamas paissent en liberté a l'abri des hordes de touristes

En haut de cette zone qui domine la cité se trouve un bloc de pierre particulierement bien taillé, au role inconnu, appelé (a tort d'apres mon livre) Intiwatana, et a proximite duquel le flot de touristes est a son summum. Nous formons une ligne ininterrompue pour passer devant l'Intiwatana et il est interdit de s'arreter. Malgre cela un bouchon s'est formé.

l'Intiwatana

l'Intiwatana

dans la queue en partant de l'Intiwatana

dans la queue en partant de l'Intiwatana

Nous marchons jusqu'a l'extremite nord de la cité, ou nous attend une roche sacrée taillée pour prendre la forme d'un sommet a l'est d'ici.

terrasses au nord de Machu Picchu...

terrasses au nord de Machu Picchu...

... avant d'arriver au Rocher Sacré. Ca grouille de monde

... avant d'arriver au Rocher Sacré. Ca grouille de monde

le rocher et son modele

le rocher et son modele

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
mardi 13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 13:00

article precedent 10/22

 

Nous y sommes, c'est le jour J ! Nous nous levons a 5h30 et piaffons d'impatience jusqu'a l'arrivee de notre guide. 

vite, vite, une petite ration d'Internet avant de partir

vite, vite, une petite ration d'Internet avant de partir

C2 attend au soleil

C2 attend au soleil

Nous marchons avec la guide jusqu'a la gare d'Ollantaytambo. Marcher ? Mais quelle drole d'idee, alors que nous aurions pu emprunter l'un de ces luxueux taxis.

celui-ci a un pneu crevé

celui-ci a un pneu crevé

celui-la a une superbe parure

celui-la a une superbe parure

C'est un peu le bazar a la gare mais le flot de passagers est bien canalisé. Des policiers casqués et armés patrouillent en raison des greves & manifestations dans la region hier et aujourd'hui. Il faut montrer une piece d'identité pour acceder aux quais puis pour monter dans les wagons (techniquement notre train semble etre en fait un attelage d'autorails). Avec tous ces controles peu de chance de trouver quelqu'un assis a notre place par erreur.

Il y a plusieurs types de train pour atteindre Aguas Calientes, le village en-dessous de Machu Picchu. Je crois que le notre est le "Expedition" (voir plus de details sur le site de PeruRail). Je trouve que c'est un peu cher : nous payons $125 par personne pour l'aller-retour. A bord le service est assuré par trois agents par wagon, et l'on se croirait dans un avion avec distribution de boissons et snacks.

Le trajet d'environ une heure et demi se passe bien. A part un probleme. Un tres gros probleme : il n'y a pas de wifi a bord ! Argh. C2 en profite pour faire parler notre guide. Je pourrais donc partager avec vous des informations palpitantes sur sa vie sentimentale, mais ceci ne nous regarde pas.

les paysages sont ceux auxquels on pouvait s'attendre : des terrasses...

les paysages sont ceux auxquels on pouvait s'attendre : des terrasses...

... et des montagnes !

... et des montagnes !

A Aguas Calientes il faut traverser un dedale de petits commerces pour s'echapper de la gare. Comme c'est malin ! C2 est aux anges, mais je lui ai malheureusement interdit d'y acheter quoi que ce soit.

des echoppes nous attendent a la descente du train

des echoppes nous attendent a la descente du train

enfin a l'air libre. Tiens tiens, quelle est cette "Boulangerie de Paris" de l'autre cote du pont ?

enfin a l'air libre. Tiens tiens, quelle est cette "Boulangerie de Paris" de l'autre cote du pont ?

Nous galopons derriere notre guide jusqu'a l'arret des minibus qu'il faut prendre pour la derniere montee jusqu'a Machu Picchu sur une route aux treize lacets. Cela m'a surpris en preparant ce voyage mais ce service de bus est la seule facon de monter autrement qu'a pied. Pas possible d'atteindre Machu Picchu avec sa voiture ou en taxi, il y a uniquement cette compagnie de minibus, Consettur Machu Picchu. C'est sans doute mieux pour eviter le chaos sur la petite route de montagne. Oh, et de toute facon la seule maniere d'arriver a Aguas Calientes est en train (ou a pied), il n'y a pas de route jusqu'ici.

Il n'y a pas d'horaire pour les minibus, ils fonctionnent en service continu. Ils attendent a l'arret et des qu'ils ont fait le plein de passagers ils s'en vont.

quatre bus sont en attente lorsque nous arrivons

quatre bus sont en attente lorsque nous arrivons

A bord des minibus on est un peu tassé (je laisse trainer mes jambes dans l'allée centrale pour eviter d'avoir les genoux sous le menton) mais le trajet ne dure qu'une trentaine de minutes. Les minibus sont climatisés. Je trouve a nouveau que c'est cher, $24 par personne pour l'aller-retour mais hey, il faut savoir profiter d'une situation de monopole non ? Et puis si je ne suis pas content je peux marcher :-).

Enfin, ca y est, nous arrivons a Machu Picchu ! Le minibus se gare et nous debarquons sur une petite place ou se trouvent un hotel (!!) et son restaurant (chics et tres chers), deux trois magasins (chers et tres chics), des toilettes publiques (pas chics du tout mais payantes), un autre etablissement de restauration rapide, et les barrieres d'acces au site Machu Picchu. Comme vous pouvez vous en douter cet hotel, le seul aussi proche du but, est hors de prix.

Pour acceder au site nous presentons une piece d'identite (passeport) et notre boleto de acceso a Machupicchu. Ces billets sont nominatifs et non-transferables, et les preposes verifient les numeros de passeport qui sont inscrits dessus. Le reste des informations y est cependant fantaisiste : C2 est un homme et nous sommes tous les deux d'Angleterre... Pour 128 soles (~38$) nous sommes autorisés a arpenter Machu Picchu de six heures du matin a quatre heures de l'apres-midi, et a sortir et re-rentrer deux fois. Il est interdit de manger sur le site et les toilettes sont a l'exterieur des barrieres, d'ou l'interet de pouvoir rentrer plusieurs fois avec le meme ticket.

Pas le temps de revasser, notre guide est deja en train de cavaler sur un chemin grossierement pavé qui grimpe en lacets au milieu d'une vegetation dense et luxuriante. Apres quelques minutes d'effort nous debouchons sur un promontoire d'ou le doute n'est plus possible. Nous sommes a Machu Picchu !

he he he

he he he

Machu Picchu !

Machu Picchu !

C'est le moment de commencer a faire des panoramas.

Dirigeons-nous vers la porte principale pour entamer notre exploration de la cité Inca.

la porte principale de Machu Picchu

la porte principale de Machu Picchu

Il est incroyablement difficile de prendre une photo ici sans qu'il y ait un touriste dessus - et il est tout aussi difficile de faire trois pas sans etre soi-meme en train de polluer les photos de quelqu'un d'autre. La pression touristique est intense, et encore il parait que la haute saison (juillet aout) est derriere nous. Alllons decouvrir Machu Picchu de pres...

 

article suivant 12/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
lundi 12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 20:00

article precedent 9/22

 

Apres avoir déjeuné avec notre guide (et atteeeeeeeendu pendant des heures nos plats...) nous lui disons au-revoir jusqu'a demain. Ah... il est temps de passer aux choses serieuses, et de nous lancer a l'assaut des ruines de Pinkuylluna, au-dessus d'Ollantaytambo. J'attendais ce moment avec impatience, tant ces ruines me semblent interessantes.

la porte du chemin d'acces au site, dans une petite rue du village inca

la porte du chemin d'acces au site, dans une petite rue du village inca

D'apres ma montre garmin il y a une cinquantaine de metres de denivelee. Le chemin est abrupt. La montee ne prend qu'une vingtaine de minutes en n'allant pas trop vite. Il y a en fait au moins trois groupes de ruines. Un premier groupe, sur la droite en montant, auquel on accede en bifurquant a peu pres a la moitie du chemin qui mene au deuxieme groupe, celui des greniers, et un autre groupe encore plus haut ou nous ne sommes pas allés. Il y a en plus de temps en temps des petites batisses, peut-etre des tours incas pour surveiller le chemin ?

premier groupe de ruines, au-dessus d'Ollantaytambo et sa Plaza de Armas (la grosse tache blanche sur la photo)

premier groupe de ruines, au-dessus d'Ollantaytambo et sa Plaza de Armas (la grosse tache blanche sur la photo)

C2 monte prudemment
C2 monte prudemment
C2 monte prudemment

C2 monte prudemment

nous sommes en vue des greniers

nous sommes en vue des greniers

L'acces est libre, les ruines ne sont pas surveillées. Pour combien de temps encore ? Nous y passons une demi-heure a en explorer les recoins et admirer la vallee qui s'etend a nos pieds. C'est un moment appreciable ou l'on peut profiter du calme de la montagne, si l'on fait abstraction d'une adolescente russe (?) caquetante qui a malheureusement trouvé l'energie de monter jusqu'ici avec sa soeur et ses parents.

Les greniers sont formés de trois batiments identiques de deux etages, construits tout en longueur. Les toits ont disparu depuis longtemps mais les murs sont toujours debout malgre le poids des ans et les agressions sismiques. Ils sont vaillamment accrochés a la pente, bien alignés les uns avec les autres. Voici un panorama sur place.

les greniers de Pinkuylluna
les greniers de Pinkuylluna
les greniers de Pinkuylluna

les greniers de Pinkuylluna

sur l'autre versant les terrasses du temple du soleil...

sur l'autre versant les terrasses du temple du soleil...

...et entre nous le village inca d'Ollantaytambo

...et entre nous le village inca d'Ollantaytambo

Nous devons redescendre au village avant que la porte d'acces au site ne se referme. Je suis sur qu'il est possible de prendre de superbes photos des greniers en train de flamboyer dans le soleil couchant, mais je n'ai ni le materiel ni le talent adequats. Utilisez donc votre imagination avec mes photos ci-dessous... ou allez faire la balade en personne ! Je la recommande vivement.

au-revoir Pinkuylluna !
au-revoir Pinkuylluna !

au-revoir Pinkuylluna !

fin de l'aventure

fin de l'aventure

Nous marchons un peu dans le village. La plupart des gens que nous croisons sont des touristes. Il y a tout de meme beaucoup moins de monde qu'a Cusco.

petite rue du village

petite rue du village

la Poste !

la Poste !

un batiment typique en dehors du vieux village, un peu de bric et de broc

un batiment typique en dehors du vieux village, un peu de bric et de broc

De retour a l'hotel nous nous armons de patience et allons diner dans son restaurant. Nous ecourtons notre soiree pour etre en pleine forme demain : nous allons enfin atteindre le zenith de ce voyage. Machu Picchu, a tres bientot !

 

article suivant 11/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
lundi 12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 19:00

article precedent 8/22

 

De retour a Ollantaytambo apres notre randonnee a Pumamarca nous allons a sa principale attraction touristique, le site archeologique qui domine le village a l'ouest sur un contrefort montagneux. C'est beaucoup, beaucoup plus calme qu'hier. En fait les portes du site sont meme maintenues fermees en raison de manifestations dans la region. Un groupe de protestataires s'est attroupé sur la place juste devant le site, la ou normalement se trouve un petit marché de souvenirs et produits peruviens. Aujourd'hui ses stands sont fermés.

Notre guide toque a la porte et on nous laisse rentrer. Notre visite commence, au pas de course. La guide serait-elle pressée d'aller manger ?

Les structures en bas du site etaient utilisées pour des ceremonies par les Incas. Par contre le temple en haut des terrasses n'est pas terminé. Les Incas ont du arreter precipitamment les travaux pour se battre contre les Espagnols, ce qui donne aux archeologues un apercu du deroulement de tels travaux. Allons voir cela de plus pres.

au pied du site archeologique d'Ollantaytambo

au pied du site archeologique d'Ollantaytambo

en grimpant sur les terrasses

en grimpant sur les terrasses

en haut des terrasses

en haut des terrasses

En haut du site se trouvent entre autres un "quartier militaire" sur lequel notre guide ne nous a malheureusement rien dit, ainsi qu'un temple du soleil inachevé. Son vestige le plus impressionnant se presente sous la forme d'une ebauche de mur formée par six enormes blocs de pierre. Mais comment faisaient les Incas pour manoeuvrer de telles masses sans l'aide de machines ou animaux ? Notre guide nous indique l'emplacement d'une rampe construite par les Incas a flanc de montagne, qui leur permettait de faire monter depuis la vallee les rochers en provenance de leur lieu d'extraction.

le temple du soleil en construction depuis cinq siecles a Ollantaytambo

le temple du soleil en construction depuis cinq siecles a Ollantaytambo

Pour avoir une idee de la taille de ce mur vous pouvez vous reporter a un article precedent : je suis monté ici hier soir et c'etait rempli de monde. Nous apprecions d'etre au calme aujourd'hui.

Ca et la des blocs de roche se trouvent encore aux endroits ou les Incas les ont laissés lorsqu'ils ont stoppé les travaux. Ces blocs, qui etaient encore en transit vers leur emplacement final dans la construction du temple, s'appellent des "piedras cansadas", des "pierres fatiguées".

une pierre fatiguée

une pierre fatiguée

Un chemin aménagé dans la falaise mene au secteur agricole du site, avec des terrasses dotées d'un systeme d'irrigation et des greniers.

Voici un panorama sur le village depuis ce chemin.

vers le secteur agricole

vers le secteur agricole

les greniers. Le toit n'est pas d'origine
les greniers. Le toit n'est pas d'origine

les greniers. Le toit n'est pas d'origine

Ces greniers sont construits sur le meme plan que ceux de Pinkuylluna, visibles sur la montagne d'en face.

les ruines de Pinkuylluna

les ruines de Pinkuylluna

C'est le bon moment de vous parler d'une formation naturelle tres importante au-dessus d'Ollantaytambo : le "vieil homme". Vous ne le voyez pas ? Sur la photo ci-dessus vous ne voyez pas le visage d'un vieil homme dans la falaise ? Il ne m'est pas apparu immediatement non plus, je vais vous aider un peu avec la photo suivante.

le vieil homme dans la montagne d'Ollantaytambo

le vieil homme dans la montagne d'Ollantaytambo

J'ai surligné en noir l'oeil gauche du vieil homme, en jaune son nez, en orange sa bouche et en marron sa barbe. D'apres la legende c'est en voyant ce visage dans la montagne que les Incas, en prospection dans la region, deciderent de fonder un village a cet endroit.

terrasses agricoles, avec des rigoles pour canaliser l'eau
terrasses agricoles, avec des rigoles pour canaliser l'eau
terrasses agricoles, avec des rigoles pour canaliser l'eau

terrasses agricoles, avec des rigoles pour canaliser l'eau

De retour en bas du site nous passons a cote d'un rocher utilisé pour des sacrifices, creusé de rainures pour recueillir le sang. Brrr...

rocher sacrificiel
rocher sacrificiel

rocher sacrificiel

Je me retiens de faire une demonstration de sacrifice comme au Yucatan. De toute facon je n'ai aucune victime a ma disposition. Ah si, j'aurais pu attraper un de ces lamas qui paissent sereinement, il parait que ce sont des animaux curieux et amicaux.

Le seul batiment ici reconstruit, reconstitué, est le temple de l'eau, avec dans ses murs epais des niches caracteristiques aux parois en biais.

le temple de l'eau a Ollantaytambo
le temple de l'eau a Ollantaytambo

le temple de l'eau a Ollantaytambo

Un dernier petit panorama et nous quittons les lieux. Les manifestants ont disparu, mais le village reste tres calme. Les restaurants, comme le site archeologique, gardent leurs portes fermées. En parlant de restaurant il est plus que l'heure d'aller manger.

 

article suivant 10/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
lundi 12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 16:00

article precedent 7/22

 

Une fois notre visite de Pumamarca terminee nous entamons notre petite randonnee pour retourner a Ollantaytambo. Il y a 450 metres de denivelee, mais c'est tout en descente... Ah, dans ces conditions c'est facile d'aimer la marche en montagne !

Deux minutes apres notre depart nous passons a cote de femmes en train d'etaler sur des couvertures des produits locaux (ou non...) a vendre, preuve certaine de la popularite de Pumamarca en journee. A dix heures du matin nous ne sommes que le deuxieme groupe a demarrer la descente vers Ollantaytambo mais nous croiserons de nombreux marcheurs (= clients potentiels !) pendant notre marche.

au-revoir Pumamarca

au-revoir Pumamarca

la fleur nationale du Perou : cantua buxifolia

la fleur nationale du Perou : cantua buxifolia

en-dessous de nous la vallee de la riviere Patacancha

en-dessous de nous la vallee de la riviere Patacancha

Je profite de cet article pour rappeler quelques regles de bienseance sur les dechets en montagne. En general, c'est simple : on ne laisse rien derriere soi. Voici quelques exemples en photos.

des emballages : pas cool

des emballages : pas cool

une tranche de fruit : ok, mais a eviter quand meme

une tranche de fruit : ok, mais a eviter quand meme

une bouteille en plastique : pas cool du tout du tout

une bouteille en plastique : pas cool du tout du tout

un gros crottin : carrement cool ! Completement naturel !

un gros crottin : carrement cool ! Completement naturel !

Notre chemin suit un canal qui daterait des Incas. Il est encore utilisé de nos jours par les agriculteurs locaux.

le canal inca
le canal inca

le canal inca

Lorsqu'ils ont besoin d'acheminer de l'eau jusqu'a l'un de leurs champs les fermiers dévient l'eau du canal en le bouchant avec un barrage de rochers et de sacs en plastique. Evidemment ca ne peut etre que temporaire car cela prive d'eau tous ceux qui sont en aval.

la vue depuis notre chemin. On peut voir des terrasses, ainsi qu'un autre chemin inca, sur le versant opposé

la vue depuis notre chemin. On peut voir des terrasses, ainsi qu'un autre chemin inca, sur le versant opposé

Nous passons a cote d'habitations.

certaines sont gardees par des portes...

certaines sont gardees par des portes...

...d'autres par des chiens. Celui-ci est en laisse et s'ennuie fermement

...d'autres par des chiens. Celui-ci est en laisse et s'ennuie fermement

ah tiens, une biquette en liberté

ah tiens, une biquette en liberté

regulierement on peut voir des vestiges que l'on suppose incas et qui ont traversé les ages. Ici un mur et un escalier qui monte la pente

regulierement on peut voir des vestiges que l'on suppose incas et qui ont traversé les ages. Ici un mur et un escalier qui monte la pente

A un moment notre guide pointe du doigt vers une petite falaise et nous fait remarquer une ouverture carrée dans la paroi rocheuse. C'est l'entree d'une grotte ou les Incas "enterraient" leurs momies.

Nous arrivons a une section du canal qui ne semble plus utilisée. C'est le moment de faire une pause.

l'eau ne passe plus ici

l'eau ne passe plus ici

la sympathique vue pendant notre pause

la sympathique vue pendant notre pause

Un petit panorama.

que fait donc C2 ?

que fait donc C2 ?

C2 applique un "truc" dont notre guide vient de nous faire la demonstration. Elle a mis une pelure d'orange sur sa casquette pour eloigner les moustiques. Ca marche ? Je ne sais pas, nous n'avons pas encore vu de moustiques pendant ce voyage, y compris ici et a Ollantaytambo.

Nous terminons la marche. Le temps est superbe et cette randonnee etait agreable. Nous avons croisé des groupes de marcheurs en provenance d'Ollantaytambo, un peu a la peine dans la montee. Nous avons egalement vu deux fermiers mener des boeufs pour aller labourer un petit champ, avec une houe traditionnelle en bois (zut je n'en ai pas de photo).

de retour dans la vallee. Evidemment notre promenade se termine avec des terrasses !
de retour dans la vallee. Evidemment notre promenade se termine avec des terrasses !
de retour dans la vallee. Evidemment notre promenade se termine avec des terrasses !

de retour dans la vallee. Evidemment notre promenade se termine avec des terrasses !

Nous rentrons a Ollantaytambo pour continuer nos visites de la journee.

 

article suivant 9/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
lundi 12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 13:00

article precedent 6/22

 

Notre hotel est situé juste a cote d'un carrefour tres passant du village d'Ollantaytambo, dont le trafic est régulé non pas par un feu tricolore mais par un agent (de police ?), qui s'epoumone en continu dans un sifflet. Cela produit une ambiance sonore tout a fait charmante dans l'hotel. Par chance ce cirque s'arrete en soiree, mais le relais est pris par un chien qui aboie toute la nuit. Bon. Nous sommes malgre tout bien reposés pour attaquer la journee, sous un soleil magnifique.

la cahute de l'agent de la circulation a Ollantaytambo

la cahute de l'agent de la circulation a Ollantaytambo

Nous prenons de l'altitude en remontant une petite vallée au nord d'Ollantaytambo.

la vallee du Rio Patacancha

la vallee du Rio Patacancha

Nous n'avons qu'une quinzaine de minutes de marche pour arriver aux ruines de Pumamarca. En chemin nous croisons quelques vaches, ainsi qu'une jeune femme en train de se debarbouiller dans un petit ruisseau. Elle fait du camping sauvage avec son compagnon, et lorsque nous repartirons de Pumamarca nous les verrons se faire reprimander par un garde forestier : pas le droit de bivouaquer ici.

Nous arrivons au site de Pumamarca. Il n'y a pour l'instant personne. Le site est libre d'acces, gratuit et sans surveillance. Notre guide nous donne quelques informations sur ces ruines. Bien qu'elles ressemblent a un petit village, il n'y avait pas d'habitants permanents. Pumamarca, situé strategiquement au croisement de plusieurs chemins incas, etait un point de controle et de stockage de marchandises, et une halte de repos pour les vaillants marcheurs qui convoyaient ces marchandises. Jusqu'a une cinquantaine de personnes se relayaient (toutes les quelques semaines ou quelques mois ?) pour garder les lieux, ou se trouvaient quelques habitations et greniers. Un mur encercle le site mais notre guide nous dit que ce n'etait pas une fortification a vocation militaire. Plus pour eviter le chapardage opportuniste je suppose. Ou bien pour empecher les lamas de s'enfuir dans la montagne ?

Vous connaissez ma passion pour les ruines. Je suis servi ! Je me baigne dans les ruines, je cours partout en prenant des dizaines de photos.

a Pumamarca

a Pumamarca

un batiment typique de Pumamarca
un batiment typique de Pumamarca

un batiment typique de Pumamarca

Le premier etage de cette batisse, sans ouverture a part la porte, servait d'habitation. L'etage superieur etait un espace de stockage et les "fenetres" servaient a la ventilation pour eviter (retarder ?) de gater les denrees perissables. Depuis leur construction par les Incas, ces batiments ont ete occupes plus recemment par des autochtones, et je me retrouve quelque peu embrouillé par les explications sur qui a laissé quelles traces. Les murs furent platrés, enduits a l'epoque inca ? Platre ou enduit ensuite noirci par la fumee pendant l'occupation recente de ces constructions ? Qu'est-il advenu du plancher entre etage d'habitation et niveau de stockage ? Un ulterieur voyage sur place pour eclaircir ces points semble s'imposer.

Les Incas etaient economes dans leur utilisation de l'espace utile de leurs edifices : les escaliers se trouvaient a l'exterieur. Je trouve ce detail fascinant. Mettons-nous a leur place. Considerant le coût (en temps) de la main d'oeuvre, que vaut-il mieux ? Entreposer et proteger des degats de la meteo quelques metres cubes supplementaires de marchandises produites apres des mois de labeur, ou preserver de la pluie et du vent un humain qui s'en remettra tout aussi vite ? Meditons, meditons... Et remercions le progres qui a fait valoir notre confort plus que quelques boisseaux de grains.

Aussi petit qu'il soit, le site de Pumamarca presente ce que je n'hesite pas a appeler des rues. Je reclame a notre guide une permission de quinze minutes et je disparais dans le reseau de vieilles pierres.

souvenirs de Pumamarca
souvenirs de Pumamarca
souvenirs de Pumamarca

souvenirs de Pumamarca

En aval du site se trouvent les ruines de granges incas que je n'ai pas le temps d'aller explorer. Quelques autres curiosités eveillent mon interet.

des 'greniers' en-dessous de Pumamarca

des 'greniers' en-dessous de Pumamarca

ce batiment est-il anthropomorphe ? Est-il menacant ou souriant ?

ce batiment est-il anthropomorphe ? Est-il menacant ou souriant ?

aurais-je trouvé le rocher d'Excalibur ?

aurais-je trouvé le rocher d'Excalibur ?

Nous n'en sommes qu'au tiers de cette serie d'articles relatant notre voyage au Perou, mais vous devez deja etre familier(e)s avec la caracteristique majeure des sites touristiques au pays des Incas. Je vous laisse reflechir quelques instants.

Alors ?

Trouvé ?

Mais oui : ou sont les lamas ? Les lamas sont la ! J'en trouve deux dans l'enceinte de Pumamarca en train de... je ne sais pas. Mediter. Profiter du soleil. Profiter de la vie. Je ne sais pas trop ce qui peut se passer dans la tete d'un lama lorsqu'il est immobile, tranquillement couché sur un maigre tapis d'herbe jaunie, les yeux a moitié fermés, le sourire mysterieux de la Joconde au museau. Une certitude : si je me réincarne un jour en animal, je veux etre un lama.

les lamas de Pumamarca
les lamas de Pumamarca

les lamas de Pumamarca

L'heure tourne, je vais retrouver C2 et notre guide qui attendent en bas du hameau. Un autre groupe de marcheurs est arrivé. C2 prend un dernier panorama des lieux et nous entamons notre marche pour redescendre vers Ollantaytambo.

 

article suivant 8/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
dimanche 11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 19:00

article precedent 5/22

 

A la fin de l'article precedent nous quittions les salines de Maras pour nous rendre au site archeologique de Moray.

dans la campagne autour de Maras

dans la campagne autour de Maras

Alors, qu'allons-nous voir a Moray ? Ah, j'entends une voix au fond de la classe. Comment ? Oui, nous allons voir des terrasses ! Mais pas n'importe quelles terrasses. Jugez-en par vous-memes.

les terrasses de Moray

les terrasses de Moray

A quoi servaient ces formidables terrasses en rond ? Equipees d'un systeme d'irrigation elles permettaient aux Incas de simuler differentes conditions climatiques pour evaluer le rendement des especes de legumes et plantes a leur disposition. Ils pouvaient ainsi par exemple decider quelle variete de pommes de terre pousserait mieux a telle ou telle altitude, ou dans telle ou telle region. Oh, il parait que les Incas cultivaient des milliers de varietes de pommes de terre differentes.

vue rapprochée sur les escaliers entre terrasses. Les rainures verticales dans les parois font partie du systeme d'irrigation

vue rapprochée sur les escaliers entre terrasses. Les rainures verticales dans les parois font partie du systeme d'irrigation

Le site est tombé en desuetude lors de la colonisation espagnole, et il est maintenant en cours de restauration. Nous verrons sur d'autres photos la difference avec les zones qui n'ont pas encore ete reconstruites. C'est un peu difficile d'apprehender l'echelle du site sur cette photo : chaque terrasse mesure environ deux metres de haut. Le tout est imposant !

On est habitué a voir les terrasses incas au sommet de montagnes ou de collines, pour soutenir les fondations de batiments construits en hauteur. Ici ce n'est pas le cas, les Incas se sont installés au fond d'une cuvette naturelle et l'ont modifiée pour leurs besoins.

Allons nous balader un peu autour des terrasses, d'autant plus qu'un type en poncho et bonnet peruvien, strategiquement placé a l'entree du site, envoie le son de sa flute de pan dans deux enceintes de 1000 watts et gache la quietude et la majeste du site.

les memes terrasses, d'en face. On peut voir une zone qui a souffert d'un glissement de terrain

les memes terrasses, d'en face. On peut voir une zone qui a souffert d'un glissement de terrain

En voici un petit panorama.

Il y a trois grands ensembles de terrasses concentriques sur le site, et un plus petit a l'ecart que nous ne voyons pas - heureusement google maps est la pour nous le montrer.

ou comment circuler entre les terrasses
ou comment circuler entre les terrasses

ou comment circuler entre les terrasses

les deux autres ensembles de terrasses, en nettement moins bon etat
les deux autres ensembles de terrasses, en nettement moins bon etat
les deux autres ensembles de terrasses, en nettement moins bon etat

les deux autres ensembles de terrasses, en nettement moins bon etat

ho ho ho ! Ne serait-ce point une ceremonie mystique en cours ?

ho ho ho ! Ne serait-ce point une ceremonie mystique en cours ?

Je serais bien resté plus longtemps, c'est beaucoup plus sympathique de se promener ici qu'aux salines. Mais notre guide piaffe pour que nous retournions a la voiture. L'heure, c'est l'heure !

Nous quittons le plateau de Maras pour descendre dans la vallee de l'Urubamba, la vallée sacrée des Incas.

la vallée sacrée entre Urubamba et Ollantaytambo
la vallée sacrée entre Urubamba et Ollantaytambo

la vallée sacrée entre Urubamba et Ollantaytambo

Voici un panorama depuis le meme point de vue.

Nous roulons jusqu'a Ollantaytambo, petit village ou se trouve notre hotel pour les deux prochaines nuits. Juste avant d'arriver nous pouvons admirer au-dessus de nous, accrochées a la falaise, trois grosses "bulles" qui servent de chambres a coucher pour un hotel plutot aerien. Wow !

Pour l'apres-midi nous avons quartier libre a Ollantaytambo. Le nom du village parait compliqué, mais une fois qu'on a realisé qu'il s'agit de deux noms accolés il est moins intimidant : Ollanta-y et tambo. Pour l'origine ou la signification exacte les explications varient.

Le quadrillage des rues etroites et pavées n'a pas changé depuis que les Incas ont construit le village il y a plus de cinq cents ans. De temps en temps des bases de mur formées de rochers massifs et savamment agencés nous confirment que nous sommes chez les Incas.

dans le vieux village d'Ollantaytambo
dans le vieux village d'Ollantaytambo

dans le vieux village d'Ollantaytambo

Je sais exactement ou je veux aller : il y a une ruine epatante, Pinkuylluna, qui domine la vallee. Son chemin d'acces demarre dans une rue qui borde le vieux village. Malheureusement le site ferme a seize heures trente d'apres le panneau a cote de la porte qui garde le chemin. Argh ! Comme nous ne savons pas combien de temps nous prendra l'ascension et que nous sommes a court d'eau, nous renonçons.

Pinkuylluna

Pinkuylluna

Dépités nous allons errer du cote de l'attraction-phare d'Ollantaytambo, je vous le donne en mille, un temple (inachevé) au sommet d'un bel empilement de terrasses. Nous rentrons par inadvertance sans payer en passant par la porte de sortie. Une foule compacte se presse sur les lieux, tandis que la regle numero un des sites archeologiques incas est respectée : des lamas y broutent. Ou sont-ce des alpagas ? Pendant que C2 reste en bas j'entame la grimpette du site en m'inserant dans le flot ininterrompu de visiteurs qui ahanent sur l'abrupt escalier menant au sommet.

des lamas ou alpagas

des lamas ou alpagas

c'est la queue pour monter

c'est la queue pour monter

en haut un monde fou. Ou est le temple ?

en haut un monde fou. Ou est le temple ?

Sans guide et sans explications je ne peux en dire plus sur ce site. Je peux tout de meme admirer la vue sur Ollantaytambo.

Ollantaytambo

Ollantaytambo

Au premier plan en bas on peut voir le marché sur la place carrée devant l'acces au site archeologique. Derriere sur la gauche, de l'autre cote d'une riviere, l'ancien village, et vers la droite son extension plus moderne. Sur la montagne en face les ruines de Pinkuylluna.

Je descends retrouver C2, et apres avoir acheté nos bouteilles d'eau pour la soiree (il ne faut pas boire l'eau du robinet au Perou) nous rentrons diner a l'hotel. Notre repas est caracteristique de nos experiences dans les restaurants peruviens : le service est atrocement lent, et les serveurs sont tres polis et serviables. La longue attente nous permet de tripoter frenetiquement nos iPhones et autres gadgets dument connectés au wifi du restaurant.

Allons nous reposer, demain nous marchons en montagne, chic !

 

article suivant 7/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
dimanche 11 septembre 2016 7 11 /09 /septembre /2016 16:00

article precedent 4/22

 

Nous quittons l'hotel vers huit heures pour nous mettre en route vers la "Vallée Sacrée", le nom donné a une partie de la vallée de la riviere Urubamba. C'etait une zone tres appreciée des Incas et ou se trouvent maintenant de nombreux sites archeologiques. Notre premiere etape est le village de Chinchero.

En sortant de Cusco nous pouvons voir une image du Perou differente de celle des quartiers touristiques : des voitures deglinguées, des maisons a moitie terminées, des gens en train d'attendre le bus, moyen de transport tres populaire. Puis nous sommes dans la campagne, avec des champs a perte de vue, des batisses en adobe (ou en grosses briques modernes), et les montagnes dans le lointain.

en sortant de Cusco

en sortant de Cusco

Notre guide nous donne deux raisons pour expliquer les maisons perpetuellement en travaux. D'une part les gens qui les construisent n'ont pas necessairement les sous pour les finir, et d'autre part il y a une histoire d'impot qui ne s'applique pas tant que la maison n'est pas terminée. Cela explique le nombre de batiments dont le rez-de-chaussee et eventuellement un premier etage sont habitables, tandis que le premier ou deuxieme etage n'est qu'une dalle de beton avec des tiges d'acier qui en sortent, clairement "en construction".

Nous faisons estampiller a Chinchero nos "boleto turistico del cusco" (billets donnant acces a 14 sites), et la marque du poinçon n'est pas un simple cercle : elle a la forme de l'empreinte d'un puma. Tiens tiens tiens. Vous vous souvenez des trois niveaux de l'univers inca dont je vous ai parlés hier ? Ils ont des animaux pour les representer :

  • le condor est associé au monde du ciel et au-dela, au-dessus de nos tetes
  • le puma est l'animal du monde terrestre ou vivent les hommes
  • le serpent est associé au monde souterrain, au monde des morts

Nous nous engouffrons dans les rues de Chinchero et commencons par une demonstration dans un "centro de tejidos", un atelier de tissage. Ils ne font cependant pas que tisser. Ils partent de la laine tondue sur l'alpaga, la nettoient avec un savon naturel (de l'ecorce de quelque chose dont j'ai oublie le nom grattée dans de l'eau chaude), la teignent par exemple avec des plantes ou legumes, forment des fils, et finalement procedent a l'operation propre de tissage.

a Chinchero

a Chinchero

pendant la demonstration : nettoyage de la laine

pendant la demonstration : nettoyage de la laine

Ma technique preferee pour les couleurs est celle qui produit le rouge carmin. L'artisane qui nous fait la demonstration attrape une branche de cactus, en extirpe prestement un insecte, nous le presente au creux de sa main et PAF ! Elle l'eclate avec le pouce. Elle vient de sacrifier une cochenille pour obtenir du rouge. En ajoutant du jus de citron elle peut en faire varier la teinte jusqu'au orange.

Dans la cour du "centre de tissage" se trouve une mignonne petite menagerie ou s'affairent quelques cochons d'Inde. Ils se cachent des qu'on s'approche pour les prendre en photo, et ignorent probablement le terrible sort qui les attend (la broche).

cuy cuy !

cuy cuy !

L'eglise de Chinchero est construite sur un ancien batiment inca, surplombant un formidable empilement de terrasses. La vue du ciel sur google maps est superbe : quelle regularite ! Devant l'eglise se trouve une grande place ou de nombreux artisans et marchands commencent a deballer leurs articles. Et juste a cote de cette place, de l'autre cote de quelques murs incas, une zone plane encore plus grande, probablement lieu de festivite publique aux temps des Incas.

la place devant l'eglise. Notez les grandes niches aux côtés legerement obliques dans le mur inca
la place devant l'eglise. Notez les grandes niches aux côtés legerement obliques dans le mur inca

la place devant l'eglise. Notez les grandes niches aux côtés legerement obliques dans le mur inca

un chien se rechauffe les os au soleil

un chien se rechauffe les os au soleil

la grande place inca

la grande place inca

Voici des panoramas de la place devant l'eglise, de la place inca, et des terrasses qui supportent le tout.

toujours plus de terrasses, avec des montagnes imposantes en arriere-plan
toujours plus de terrasses, avec des montagnes imposantes en arriere-plan

toujours plus de terrasses, avec des montagnes imposantes en arriere-plan

nous redescendons pour nous rendre au marché

nous redescendons pour nous rendre au marché

Le marché est tres animé. Ses deux sections principales sont l'alimentation et les produits textiles. Evidemment on y trouve aussi les inevitables gadgets en plastique fabriqués en Chine, mais ils se font rares. Attention : meme si des produits sont en laine d'alpaga, ils ne sont pas necessairement artisanaux. Certains sont tissés industriellement, et les vendeuses clarifient ce point si on leur demande. Notre guide nous explique que la forme des chapeaux portés par les femmes indique de quel village ou region elles viennent.

au marché de Chincheros

au marché de Chincheros

produits alimentaires

produits alimentaires

produits textiles

produits textiles

bêêêêêê fais pas la tete, c'est jour de marché aujourd'hui !

bêêêêêê fais pas la tete, c'est jour de marché aujourd'hui !

Nous retournons a la voiture pour rouler jusqu'a notre etape suivante, les salines de Maras. La route pour y arriver est penible et tres pousserieuse, ce qui est compensé par les paysages.

entre Chinchero et les salines de Maras

entre Chinchero et les salines de Maras

au-dessus des salines de Maras

au-dessus des salines de Maras

Voici un panorama des salines. Toutes ces petites taches blanches sur la photo sont des bassins en exploitation, ou de l'eau s'evapore pour laisser derriere elle une couche de sel. Les taches brunes sont des bassins qui ne sont pas utilisés.

en contrebas la riviere Urubamba (vallée sacrée)

en contrebas la riviere Urubamba (vallée sacrée)

Pour acceder aux salines depuis leur minuscule parking tres encombré il faut suivre un petit chemin dont les derniers vingt metres sont litteralement engloutis par des echoppes vendant toutes sortes de produits - dont du sel evidemment. Le sentier qui descend aux salines proprement dites est etroit, et la pression touristique se fait sentir. L'acces aux salines est normalement restreint a leurs exploitants mais on voit ici et la des touristes deambuler gauchement entre les bassins d'eau. Je ne peux m'empecher de penser que dans quelques annees, une fois que trop de visiteurs inconsidérés seront allés faire trempette - malgre eux - dans l'eau salée, se seront blessés, et bien le site sera fermé. Ou alors on ne pourra le voir que de loin, le toucher qu'avec les yeux et pas avec nos grosses semelles.

Vous me sentez déçu ? Un peu. Autant de route pour rester top chrono cinq minutes sur place, en passant plus de temps a essayer de ne pas pousser nos congeneres dans la flotte au lieu d'admirer ce lieu du haut duquel (plus de) cinq siecles d'histoire nous contemplent, cela ne rassasie point ma soif d'aventure. J'aurais prefere une petite rando en montagne. Bon.

Ces salines ont commencé a etre exploitees avant meme les Incas. Elles sont encore en activite de nos jours et sont gerees par une cooperative. C'est interessant car si l'utilisation d'un bassin ne coute rien a son exploitant, il n'en est pas non plus le proprietaire. Le bassin lui est prêté et quand il n'en veut plus, c'est la cooperative qui decide a qui le reattribuer.

aux salines de Maras
aux salines de Maras

aux salines de Maras

les salines tirent leur richesse de ce petit ruisseau qui emerge en amont apres s'etre chargé de sel sous la montagne

les salines tirent leur richesse de ce petit ruisseau qui emerge en amont apres s'etre chargé de sel sous la montagne

Voici un panorama des bassins. Puis c'est le retour a la voiture, direction le site archeologique de Moray apres avoir traversé le petit village de Maras.

 

article suivant 6/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article