Recherche

Anciens Articles

mercredi 02 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 18:00

article precedent 5/9

 

Cheres lectrices, chers lecteurs, quel evenement ! Ceci constitue le millieme article de mon blog ! 1000 articles ! J'en ai racontées des aneries... j'en ai conduits des miles pour en arriver la. Enfin ne nous emportons pas. Le nombre mille est significatif car nous comptons en base dix. En base seize 3E8 n'est pas tres impressionnant. En base huit 1750 n'a rien de palpitant. Et en base vingt, pour faire plaisir a mes amis Maya, 2A0 n'est pas tres excitant non plus.

Allez, apres tout nous sommes impregnes de la base dix, alors fetons, fetons cet article mille ! Au pays Maya une bonne festivité ne saurait se derouler sans un sacrifice humain, je propose donc de celebrer cet article avec du sang. Yeah !

Comme cela m'a ete expliqué par notre guide au pied de la pyramide, je vais proceder a l'extraction du coeur de ma victime. Pour cela je vais utiliser un couteau en obsidienne, une roche noire assez dure (les Mayas n'avaient pas de metaux). Je vais pratiquer une large incision juste sous la derniere cote flottante de ma victime et plonger ma main dans la plaie pour attraper et arracher son coeur. Pendant le court laps de temps ou le coeur va continuer a battre je vais le presenter a la foule qui va m'acclamer aux cris de "1000 articles, 1000 articles !" et je vais le deposer sur un plateau. Un autre pretre va ensuite s'empresser d'aller l'inserer dans un emplacement creusé pour cet usage dans la statue d'un dieu dans le petit temple en haut de la pyramide. Tout un programme, hein ?

Il ne me manque plus qu'une chose : une victime. Ah tiens. Cette sympathique et innocente touriste en train de prendre la pose pour sa fille sur le bloc sacrificiel tombe a pic. Je passe a l'attaque, sous les yeux horrifiés de C2. Pour eviter de choquer les plus jeunes j'ai enlevé avec Photoshop mon couteau sanguinolent sur la photo suivante...

sacrifice !

sacrifice !

Ha ha ha ! Quelle bonne blague ! Rien de tel qu'une photo prise sur le vif pour garder un bon souvenir. La verite sur cette photo est que cette touriste prenait effectivement la pose pour sa fille, mais mon intervention n'etait pas prevue. La fille a pris la photo pile au bon moment ! Les anglais appellent ca du photobombing. Je suis tres content de ma petite improvisation, et j'adore la tete de C2 en arriere-plan.

woops

woops

Bon, j'envisageais a un moment arreter mon blog une fois arrivé a mille articles, mais je n'ai meme pas fini la serie de ce voyage. Continuons, continuons...

 

article suivant 7/9

Partager cet article

Repost 0
mercredi 02 décembre 2015 3 02 /12 /décembre /2015 17:00

article precedent 4/9

 

Notre journee de la veille, passée au Club Med, fut bonne meme si les GOs ont tenté de la gacher en continuant a repondre a cote de la plaque a nos questions. C2 a glandouillé sous un parasol, j'ai joué une heure et demi au beach-volley (avec des quebecois), et nous avons meme mené une petite sortie masque & tuba dans une eau qui manquait de clarté. Hier soir nous avons ete deranges jusqu'a 23 heures par la musique et les vociferations du GO qui animait la soiree, mais ce matin nous sommes tout de meme d'attaque pour un depart du Club Med a 7 heures. Direction : le site de Coba. Rendons a Cesar ce qui appartient au Club Med : ils ont ete capables de nous reveiller a 6 heures comme requis.

Notre guide du jour est un francophone qui (comme tous les guides) parle beaucoup et (pas comme tous les guides) raconte souvent n'importe quoi. Je sais qu'il ne faut pas croire tout ce que dit wikipedia ni Internet, mais quand de nombreuses informations, parfois manifestement fantaisistes, fournies par notre guide sont inverifiables ou carrement contredites par mes precieuses sources, comme Descartes je doute. Ceci a pour but de vous rappeler que l'individu francais a plusieurs fonctions : raler et douter. Je remplis les deux avec zele.

 

7h00 - partirions-nous a l'heure ?

7h00 - partirions-nous a l'heure ?

sur la route entre Cancun et Coba
sur la route entre Cancun et Coba
sur la route entre Cancun et Coba

sur la route entre Cancun et Coba

A l'arrivee a Coba notre autocar est seulement le deuxieme sur place : satisfaction.

nous allons commencer la visite au calme

nous allons commencer la visite au calme

Les passagers de notre autocar se separent comme hier en deux groupes entre francophones et anglophones. Point de choix cornelien pour nous : nous preferons suivre le guide mexicain anglophone, qui semble d'apres mon radar interne environ un million de fois moins hâbleur que le guide francophone.

Notre groupe se met en marche dans la jungle. Bon, "dans la jungle", nous n'avancons pas au coupe-coupe. Mais l'ambiance est differente qu'a Chichen Itza. Le defrichement a ete moins violent. Nous avons ete mis en garde contre les serpents... et les chiens errants ! Pas de souci : nous avons dans le groupe une italienne patibulaire qui, je pense, a fait fuir toute la journee par son attitude antagoniste tout intrus, animal, insecte, etc.

tous ces arbres nous permettent de deambuler a l'ombre

tous ces arbres nous permettent de deambuler a l'ombre

A mon grand regret je ne vais pas vous raconter dans ces pages l'integralite de l'histoire (connue) de Coba, ses liens avec Chichen Itza, sa place dans l'histoire des cites-etats Maya. Internet se chargera de vous (des)informer. J'ai toutefois des photos qui je l'espere vous donneront envie d'aller sur place. Et ces guides mexicains sont bien formés et interessants a ecouter. La prochaine fois je demanderai un guide privé et je noterai tout !

a Coba

a Coba

un tunnel avec une "fausse arche", vous vous souvenez de mes explications d'hier ?

un tunnel avec une "fausse arche", vous vous souvenez de mes explications d'hier ?

apparemment il faut me suivre

apparemment il faut me suivre

Notre guide est pedagogue et nous demande d'observer la taille des pieces du "palace" (c'est comme ca qu'ils l'appellent) que nous visitons.

ca, un palace ?

ca, un palace ?

La ou notre guide veut en venir c'est qu'en l'absence de l'utilisation de la "vraie" arche (celle avec une clef de voute) les Mayas etaient limités dans la taille des "salles" de leurs constructions, baties uniquement en pierre. Une des dimensions des pieces devait rester en deçà d'environ deux metres pour eviter l'effondrement. Ce qui a nos yeux les fait plus ressembler a des couloirs qu'a autre chose.

Nous avons ensuite evidemment droit au couplet sur le jeu de balle, que nous connaissons a peu pres par coeur. Le terrain a Coba est de dimensions tres reduites par rapport a celui de Chichen Itza.

 

le jeu de balle a Coba

le jeu de balle a Coba

Pour nous rendre jusqu'au clou du spectacle a Coba, une pyramide que l'on peut grimper, plusieurs options s'offrent a nous : velo, tricycle ou l'on s'assied paresseusement pendant qu'un mexicain (maya ?) pedale a l'arriere, marche a pied. Je suis un sportif et je choisis sans hesiter l'option de la course, dans une temperature acceptable de 28°C (et une humidite de 73% d'apres mon iPhone).

C2 semble plutot contente dans son tricycle-taxi

C2 semble plutot contente dans son tricycle-taxi

je cours, je cours

je cours, je cours

A l'arrivee devant la pyramide de Coba nous sommes obligés de pousser des "wahou" et "wow" dans differentes langues. La pyramide est plus imposante que celle de Chichen Itza, elle est perdue dans la jungle, et on peut grimper dessus. Il est temps de nous prendre pour des explorateurs !

au pied de la pyramide de Coba. Au fait, il faut chaud !

au pied de la pyramide de Coba. Au fait, il faut chaud !

La pyramide est pentue, et il y a deux methodes pour grimper : soit a quatre pattes en regardant les marches de pierre defiler sous soi, soit sur les jambes en voyant... euh... ben des paires de fesses. Je ne suis pas sur que j'oserais faire la montee sous la pluie. Aujourd'hui nous montons sous le cagnard, en etant attentifs pour eviter l'accident. J'ai eu du mal a trouver des informations concordantes sur ce sujet mais il semblerait bien que l'ascension de la pyramide de Chichen Itza a ete interdite apres un accident mortel.

ca grimpe, ca grimpe

ca grimpe, ca grimpe

Bien que nous soyons arrivés tot ce matin a Coba il est maintenant onze heures et il y a pas mal de monde sur la pyramide. Son sommet est copieusement embouteillé. Chacun attend son tour pour prendre sa petite photo.

C2 et ZPP au sommet de la pyramide de Coba

C2 et ZPP au sommet de la pyramide de Coba

A l'assaut de la pyramide de Coba

Sur la photo ci-dessus vous pouvez voir une section de la pyramide qui n'a pas encore ete degagée. Impossible de voir au-dela de quelques metres, la jungle mange tout !

Voici un panoramique depuis le sommet.

En haut de la pyramide se trouvent un petit temple (dont l'entree est interdite par une grille) et un bloc de pierres sur lequel etait maintenue la victime lors d'un sacrifice. Notre guide nous a raconté en detail le deroulement de ces sacrifices. Qu'allons-nous faire de cette connaissance ? La mettre en pratique ?

interessant...

interessant...

Partager cet article

Repost 0
lundi 30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 20:00

article precedent 3/9

 

Apres notre visite de Chichen Itza nous nous mettons en route pour Selva Maya, le restaurant ou nous allons dejeuner et ou se trouve un cenote dans lequel il est possible de se baigner.

entre Chichen Itza et Valladolid
entre Chichen Itza et Valladolid

entre Chichen Itza et Valladolid

On nous annonce que certains plats servis dans le restaurant sont typiquement Maya, ce dont je ne doute pas un instant. C2 va profiter du cenote avant de manger, je passe mon tour.

le cenote du restaurant. La chute d'eau est artificielle

le cenote du restaurant. La chute d'eau est artificielle

Apres manger nous allons dans le centre de Valladolid. Pour les naïfs comme moi, non il ne s'agit pas du Valladolid de la controverse (d'ailleurs fort controversée), qui se trouve en Espagne.

Je n'appelle pas ca une visite et je suis un peu decu par cet arret eclair et peu structuré dans la troisieme ville de l'etat du Yucatan, fondée au seizieme siecle et sans doute pleine d'histoire. Nous sommes largués pour moins d'une heure a un endroit strategique sur la place centrale de la ville (parque Francisco Canton) juste devant des magasins de souvenirs. Mmm...

tout ce que nous verrons de Valladolid
tout ce que nous verrons de Valladolid

tout ce que nous verrons de Valladolid

la cathedrale San Gervasio de Valladolid

la cathedrale San Gervasio de Valladolid

oh ! Ne serait-ce point une vieille Coccinelle ?

oh ! Ne serait-ce point une vieille Coccinelle ?

Notre achat-souvenir a Valladolid : du chocolat, aliment dont la consommation humaine trouve justement son origine chez les peuples de Mésoamerique (les Mayas ?).

Une fois les derniers retardataires a bord de l'autocar nous rentrons a Cancun. La soiree au Club Med est rythmée par un groupe mexicain dont la musique ne m'emeut guere. Bouh.

Viva Mexico

Viva Mexico

C'etait un peu long de faire plus de cinq heures d'autocar dans la journee mais nous sommes contents d'avoir decouvert Chichen Itza. Vivement les visites suivantes !

 

article suivant 5/9

Partager cet article

Repost 0
lundi 30 novembre 2015 1 30 /11 /novembre /2015 17:00

article precedent 2/9

 

Cette journee debute sur une note negative pour nos amis de Club Med. Comme a peu pres tout depuis le debut de notre sejour ils foirent notre requete de nous reveiller par telephone a 6 heures. Ce n'est pas grave : je me reveille de moi-meme juste avant 6 heures et l'iPhone de C2 couine a 6h05.

en montant dans le bus au depart du Club Med

en montant dans le bus au depart du Club Med

Comme le titre de cet article le laisse subtilement entendre, nous allons visiter aujourd'hui Chichen Itza, un des sites archeologiques les plus populaires du Mexique. Il nous faut environ deux heures et demi de trajet en autocar pour arriver sur place, pendant lesquelles notre guide pour la journee, Adriana (ou Adrrrrrrriana selon sa prononciation), tente de nous expliquer les bases des calendriers Maya.

Avant cela, un peu d'histoire et de geographie... Le Yucatan est a la fois le nom de la peninsule au sud-est du Mexique ou nous nous trouvons et le nom d'un des trois etats mexicains de cette peninsule : Campeche, Yucatan, Quintana Roo (Quintana Rrrrrrrroo dans la prononciation d'Adriana). Etats ? Et oui, le Mexique est une republique federale (comme les USA) qui compte 31 etats et un district federal (la capitale). En espagnol Mexico designe

  • le pays entier
  • la ville de Mexico
  • l'etat de Mexico dont le territoire de la ville de Mexico fut séparé en 1824

Les Incas (au sud) et les Aztecs (a l'ouest) sont plus connus que les Mayas et pourtant leurs empires furent beaucoup plus brefs que celui des Mayas : quelques siecles contre plusieurs millenaires. Au contraire des Incas et des Aztecs le peuple Maya est encore plein de vie, avec sept millions de personnes qui parlent de nos jours la (les ?) langue Maya sur une zone qui couvre la peninsule du Yucatan ainsi que les pays voisins du Mexique, Guatemela et Belize. Les panneaux informatifs sur les sites touristiques sont d'ailleurs rédigés en trois langues : espagnol, anglais, et une transcription du Maya avec l'alphabet latin. Les dernieres escarmouches entre l'armee mexicaine et des 'revolutionnaires' Maya datent de 1933 !

Nous sommes donc dans le bus pour Chichen Itza et Adriana tente avec peine de nous expliquer, en francais et en anglais, la complexite des calendriers Maya. Je dois avouer que meme apres avoir etudié a la loupe les pages correspondantes sur wikipedia, j'ai toujours des questions. Plutot que de repeter betement notre encyclopedie favorite je vous laisse lire les pages correspondantes sur :

  • le calendrier religieux de 260 jours, comportant 13 groupes ('mois') de 20 jours
  • le calendrier solaire de 365 jours, avec 18 'mois' de 20 jours et 5 jours supplementaires
  • le compte long qui est leur systeme de datation des evenements, basé sur un decompte (presque entierement) en base 20 par rapport a une date originelle, qui a donné lieu aux delires de previsions de la fin du monde en decembre 2012 (ha ha ha !)

La conclusion principale est que les Mayas, disons leur elite, avait des connaissances avancees sur les cycles solaires, les saisons, l'astronomie, etc, qu'elle utilisait abondamment pour construire des temples et autres monuments religieux et legitimer sa domination sur un peuple non éduqué.

Avant d'arriver nous faisons un inevitable stop dans un magasin vendant d'authentiques souvenirs Maya faits main.

attention, une pompe a pesos !

attention, une pompe a pesos !

A l'arrivee a Chichen Itza le contenu de notre autocar se separe en deux entre les francophones et les anglophones. Avec C2 nous preferons nous joindre a la visite en anglais pour etre dans un groupe moins nombreux. C'est parti.

Je n'ai pas la pretention de me souvenir de tout ce que le guide nous a raconté, et je n'ai pas non plus envie de retaper ici l'article de wikipedia que je vous invite a lire. A noter qu'il arrive egalement souvent que le guide nous dise "qu'on [les archeologues] ne sait pas". De nombreux points restent non confirmés ou speculatifs (ou controversés) a propos de l'histoire Maya. On sait qu'il existait des ecrits Maya mais ils furent brules par les espagnols.

ancienne porte d'acces

ancienne porte d'acces

Notez l'arche en encorbellement ou "fausse arche". Il n'y a pas de clef de voute comme pour une vraie arche.

Nous marchons a l'ombre pendant quelques minutes avant que la pyramide n'apparaisse devant nous.

la pyramide de Chichen Itza

la pyramide de Chichen Itza

La pyramide n'est pas tres haute, 24 metres (plus 6 metres de hauteur pour le temple a son sommet), et le guide nous explique que ce qui comptait pour les pretres Maya etait d'etre au-dessus des arbres. La peninsule du Yucatan est toute plate, et la jungle qui la couvre est d'une hauteur assez reguliere. Du coup dans la religion Maya le domaine des dieux "dans le ciel" commencait directement au-dessus de la cime des arbres. En s'elevant a cette hauteur les pretres respiraient donc le meme air que les dieux, se placaient au meme niveau qu'eux. Dans un souci de conservation et pour eviter les accidents, il n'est plus possible de grimper sur la pyramide depuis 2006. Ce n'est pas a Chichen Itza que vous pourrez humer l'air des dieux Maya.

La pyramide compte environ 90 marches sur chacune de ses quatre faces, pour un total de 365 : une par jour du calendrier solaire. Dans ma tete j'echafaude l'idee qu'ils deplacaient chaque jour quelque chose de marche en marche (un pot de fleur ? une statue de dieu ? le crane d'un sacrifice humain ?) pour tenir compte du temps qui passait. Comment faisaient-ils les annees bissextiles ?

En plus des escaliers la pyramide est constituée de neufs niveaux - sur chaque facade ces neuf niveaux coupés par un escalier central definissent dix-huit sections, en lien avec les dix-huit mois du calendrier religieux - dont les ombres jouent un role tres particulier. La pyramide est parfaitement alignée pour que chaque annee, aux equinoxes, ces ombres dessinent ce qui est interprété comme le corps d'un serpent ondulant le long d'un des escaliers. Vous etes perdus ? Voyez la photo fournie par notre ami wikipedia.

la pyramide n'a pas ete integralement restaurée
la pyramide n'a pas ete integralement restaurée

la pyramide n'a pas ete integralement restaurée

coucou !

coucou !

La pyramide et les autres batiments alentours sont situés sur une immense plateforme construite par les Mayas pour s'affranchir des irregularités du sol de la jungle.

travaux de fouille illustrant la plateforme

travaux de fouille illustrant la plateforme

mur de limite de la plateforme

mur de limite de la plateforme

face nord-est de la pyramide

face nord-est de la pyramide

C'est en etant situés a cet endroit, avec la "plateforme de Venus" derriere nous et le "temple des guerriers" a notre gauche, que notre guide nous fait la demonstration d'une autre curiosite. En tapant dans ses mains, l'echo qui en resulte depuis le sommet de la pyramide a un bruit caracteristique qui peut rappeler le cri d'un oiseau. On ignore si c'etait voulu par les Mayas, mais en tout cas ca explique pourquoi de nos jours autant de gens frappent energiquement dans leurs mains de ce cote de la pyramide !

Le guide nous emmene voir d'autres attractions.

 

le cénote sacré
le cénote sacré

le cénote sacré

Un cenote est un trou naturel dans le sol donnant acces a de l'eau douce. Ils constituaient les seules sources d'eau douce pour les Mayas, la peninsule du Yucatan n'ayant ni riviere ni fleuve. Au fond de ce cenote sacre des ossements humains ont ete retrouves, ce qui alimente le debat sur les sacrifices a Chichen Itza. Si l'on mesure la violence d'un peuple (ou empire) au décompte de ses sacrifices humains, notre guide nous indique que les Mayas etaient beaucoup moins violents que les Aztecs qui pratiquaient les sacrifices humains a grande echelle. Les Mayas n'etaient toutefois pas des rigolos, et les guerres entre cités-états etaient incessantes. La coutume etait d'ailleurs de decapiter le roi vaincu dans la cité du roi vainqueur pour asseoir sa domination, tandis que le peuple vaincu etait assimilé, par exemple par l'esclavage.

l'engin utilisé en 1904 pour inspecter le fond du cenote

l'engin utilisé en 1904 pour inspecter le fond du cenote

D'apres le panneau a cote de machin, une "tres grande quantite d'objets [trouvés au fond du cenote] quitterent le pays d'une maniere illegale et furent finalement donnés au musee Peabody de l'universite d'Harvard". Ah tiens ? Il faudra qu'on aille verifier ca.

Note personnelle : en lisant ce panneau j'ai confondu ce musee, dont je n'avais jamais entendu parler, avec le Peabody Essex Museum devant lequel je passe a chaque fois que je suis a Salem.

la "maison des aigles"

la "maison des aigles"

"l'observatoire"

"l'observatoire"

Ce qui ressemble ci-dessus a une coupole est une tour cylindrique en ruine. Les Mayas observaient soigneusement les mouvements des etoiles et du soleil et notaient tout. Une bien noble mission, et je pense qu'ils auraient ete fans d'Excel !

deux photos du monument appelé "monastere"
deux photos du monument appelé "monastere"

deux photos du monument appelé "monastere"

En dehors de la pyramide je trouve que le batiment le plus impressionnant est l'immense terrain de "jeu de balle". Le guide nous explique que les regles precises sont inconnues, mais que les sculptures sur les parois de ce terrain et d'autres similaires (il en existe des centaines en ruine en Mesoamerique) laissent a penser que deux equipes (de sept joueurs a Chichen Itza) s'affrontaient dans le but de controler et d'envoyer, uniquement en la frappant avec les hanches, une balle de caoutchouc dans des anneaux de pierre placés en hauteur - 8 metres de haut a Chichen Itza !

le terrain de jeu de balle a Chichen Itza
le terrain de jeu de balle a Chichen Itza
le terrain de jeu de balle a Chichen Itza

le terrain de jeu de balle a Chichen Itza

D'apres les sculptures sur place, un match etait suivi de la decapitation d'un des capitaines d'equipe. Le vainqueur ? Le vaincu ? Comment etaient selectionnes ces joueurs ? Quelles etaient les regles du jeu ? Comment les joueurs parvenaient-ils a physiquement controler la balle ? Il nous faudrait une machine a remonter dans le temps pour repondre a ces questions.

L'heure du depart approche. J'en profite pour repeter un des conseils que nous avons entendus : il vaut mieux demarrer la visite tot (9 heures ?) pour eviter le soleil et la foule. Nous n'avons pas vraiment choisi notre horaire comme c'est une visite organisée... et meme en commencant vers dix heures le soleil tapait deja fort. La foule s'est effectivement densifiée pendant notre presence sur place. Comme l'esplanade autour de la pyramique est immense cela se remarque plus autour des autres batiments, plus petits. Et au terrain du jeu de balle des groupes de plus en plus bruyants genent la visite des touristes calmes comme moi : quel est l'interet de faire brailler "TEQUILA !" a un groupe de touristes ?!

au-revoir Chichen Itza !

au-revoir Chichen Itza !

le soleil ne gene pas tout le monde...

le soleil ne gene pas tout le monde...

avant de partir, derniere petite photo des marches qui ne sont a nouveau plus accessibles pour le commun des mortels. Les pretres Maya seraient satisfaits

avant de partir, derniere petite photo des marches qui ne sont a nouveau plus accessibles pour le commun des mortels. Les pretres Maya seraient satisfaits

En bon geek cette visite me donne fortement envie de demarrer une partie de Civilization. Quant a C2 son estomac commence a se faire entendre. Cela tombe bien : notre prochaine etape est le restaurant de notre dejeuner.

 

article suivant 4/9

Partager cet article

Repost 0
dimanche 29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 20:00

article precedent 1/9

 

Nous voulions le soleil, nous sommes au soleil. Il est temps de glander maintenant ! Nous n'avons qu'a imiter les iguanes - lezards ? geckos ? non.. je laisse les taxinomistes me corriger - qui rechauffent leur sang froid au soleil de Cancun.

ca lezarde ferme
ca lezarde ferme

ca lezarde ferme

Une des meilleures facons d'obtenir un renseignement au Club Med est de ne PAS demander aux GOs, qui sont en general inutiles - mais extremement affables. Lors de nos deux premieres journees sur place la seule question correctement repondue fut "quelle heure est-il ?". Meme pour connaitre le jour de la semaine (lorsque nous consultions le programme de la salle de gym), la GO a laquelle nous avons posé la question s'est plantée ! Ceci dit il y a pire que les GOs. Il y a la petite pochette cartonnée contenant nos badges d'acces a la chambre, avec une carte du Club Med au dos. C'est un piege : le terrain de beach-volley ne se trouve pas la ou est indiqué "beach-volley". Je ne veux pas raler plus : je pense que c'est tout simplement une manoeuvre habile pour nous faire engager la conversation avec ces GOs qui sont tous si jeunes et si beaux. Et qui, au bout d'un moment, finalement, parviennent a nous indiquer ou se trouve le terrain de beach-volley. Yeah, du sport !

un service exceptionnel aux mains de ZPP

un service exceptionnel aux mains de ZPP

C2 se detend sur la plage...

C2 se detend sur la plage...

... et je la rejoins apres mes efforts

... et je la rejoins apres mes efforts

Il faut que j'arrete de cracher dans la soupe : le Club Med de Cancun me convient tres bien tant que j'evite de parler aux GOs. Bon, ca et la clim' de la chambre qui ne marche pas. Pour le reste, je suis content. Il y a de nombreuses activites, la bouffe est variée et convenable (la booze aussi !), et j'apprecie la grande piscine ou je fais le lamantin pendant des heures. Allez, profite du "Sol y mar" et arrete de raler ZPP !

le soleil se couche sur le lagon du club

le soleil se couche sur le lagon du club

Si vous aviez peur, comme moi, de ne plus etre aux US, pas d'inquietude : je passe la moitie de mon apres-midi a regarder du football (americain) a la tele, et j'assiste en partie au match qui va se solder par une defaite (nooooooooonnnn !! Bouuuuuuuhhhh !!!) des New England Patriots.

Nous devons nous coucher de bonne heure : nous avons demandé a etre reveillés demain matin a 6 heures pour etre prets a 7 heures au depart de notre premiere excursion. Ca fait tot pour des vacances... bonne nuit !

 

article suivant 3/9

Partager cet article

Repost 0
samedi 28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 17:00

Le quatrieme jeudi de novembre aux Etats-Unis est le jeudi de Thanksgiving, jour de congé sacré pendant lequel le pays s'arrete presque de fonctionner. Tous les magasins sont fermés et les ricains se remplissent la panse de dinde en regardant du football (americain) a la tele. L'idee de regarder du football me plait beaucoup mais pour notre menu nous avons prefere la raclette, aux capacites de gavage tout a fait equivalentes a celles de la dinde.

Pendant ces deux jours feries (jeudi + vendredi) octroyes par nos bienfaisants employeurs, C2 et moi nous sommes actives pour preparer nos bagages. Nous partons en effet en vacances, les premieres vacances de l'annee pour C2 ! Il etait temps...

Nous partons nous detendre au soleil de Cancun, au Mexique Etats-Unis France Mexique. Ok, techniquement Cancun est une ville qui se trouve au Mexique, mais nous allons nous retrancher au Club Med, on ne peut plus franchouillard, dans la zone hoteliere de Cancun infestee d'americains. Pendant le "spring break" (periode de vacances universitaires aux alentours de mars) les etudiants americains y deferlent pour se debaucher - ici ainsi que dans d'autres stations balneaires du Mexique.

Ca devrait etre calme pour nous toutefois puisque nous partons en dehors d'une periode de vacances, et c'est a peine la fin de la saison des ouragans ce qui dissuade les fanatiques du farniente sur la plage. En ce samedi matin la meteo a Boston est pourrie ce qui est parfait pour apprecier encore plus le depart. A l'aeroport C2 me fait decouvrir le principe du "moyen-dejeuner". Nous sortons du petit-dejeuner, nous venons d'acheter des sandwichs pour dejeuner dans l'avion, mais elle va tout de meme s'attabler chez Legal Sea Foods pour se commander une assiette d'huitres et une cup de clam chowda'.

etude du menu avec le crane fleuri

etude du menu avec le crane fleuri

allez, un petit coup de Hay Day avant de nous entasser dans une grosse boite de conserve

allez, un petit coup de Hay Day avant de nous entasser dans une grosse boite de conserve

Notre vol avec Jetblue se passe bien, j'adoooooore le wifi gratos a bord ! Il n'est disponible que tant que nous volons au-dessus des US mais cela represente une grosse partie du vol Boston-Cancun.

A Cancun il fait beau et chaud. Une activite intense regne dans l'aeroport. Il y a un monde fou, des touristes comme nous venus apprecier le climat et l'ocean. Nous faisons la queue pour descendre l'escalier qui mene a la queue qui permet d'acceder a la queue pour le controle des passeports. Pour les americains et residents americains pas besoin de visa. Parfait. L'avantage de faire autant la queue est que nos bagages sont deja sur le carrousel lorsque nous en avons fini avec les services d'immigration. Parfait. Nous faisons la queue qui mene a la queue pour passer la douane, tous les bagages et sacs repassent dans une machine a rayon-machin-chose et nous sommes enfin livrés a nous-memes dans l'aerogare.

Nous n'avons pas fait deux metres dans le hall qu'une nana nous met le grapin dessus pour nous amener au comptoir d'un "assistant pour touristes qui va nous aider". Ah tiens ? Ecoutons-le et repondons a ses questions... a quel hotel allons-nous ? Club Med. Parfait, nous trouverons notre navette dehors mais attendez ! Avant d'y aller le mec veut nous expliquer comment les excursions touristiques fonctionnent a Cancun. Au Club Med ils proposent ci, au Club Med ca marche comme ça mais surprise : le mec peut nous proposer aussi bien, et moins cher ! Pas d'embrouille, pas d'inquietude : on a juste a laisser l'empreinte de notre carte de credit et remplir ce tout petit formulaire papier carbone en trois exemplaires ou nous nous engageons a aller ecouter une session d'une heure et demi sur un programme de "timeshare" dans un complexe construit et géré par des mexicains comme ca vous comprenez mon bon monsieur l'argent est injecté dans l'economie mexicaine et ne part pas en Espagne comme avec le Club Med. Ah bon, Club Med est une societe espagnole ? Mmm... je n'aime pas trop ces histoires de timeshare. Me rassure le lascar : "oh, mais ca n'est pas du timeshare, il y a marqué timeshare mais ca n'est pas du timeshare puisque je vous dis que ca n'est pas du timeshare, et en echange de votre presence a cette tres courte session informative d'une heure trente je vous propose les excursions a -75% par rapport au tarif Club Med. -75% mon bon monsieur !!".

S'il y a bien un truc qui n'est pas marqué sur mon front c'est "pigeon". Au bout de quinze minutes de boniments mon cerveau est dangereusement proche de sa temperature d'ebullition et la moutarde me chatouille les narines. Mais je suis en vacances... Je me contente d'un "we're not interested, thank you" sec et irrevocable, et j'entraine avec moi C2 en bringuebalant nos valises loin de ce charlatan. En tout cas c'etait un pro ! D'ailleurs, il etait derriere un comptoir tout a fait officiel, et il avait en laniere autour du cou un badge qui semblait tout a fait officiel. Fort bien.

A l'exterieur la cohue est aussi intense. La densite de population atteint les mille touristes au metre carré. Nous mettons la main sur un gars en train de brandir un ecriteau "Club Med" et il nous fait retraverser tout l'aerogare a pied. Je cavale derriere lui avec notre grosse valise. Il nous fait monter dans le taxi privé qui nous emmene finalement au Club Med, et la quietude revient. Nous sommes a bord d'une superbe Ford Expedition, bienvenue au Mexique Etats-Unis Mexique donc !

L'accueil au Club Med est charmant. On s'occupe de nos bagages, on nous sert un petit thé, et nous pouvons deja apprecier la qualite du service :

  • le "GO" (ha ha ha, GO, j'en rirai toujours !) qui nous fait faire le tour des lieux et nous emmene a notre chambre n'arrive pas a en lire le numero (?!?!) sur le petit etui cartonné qui contient nos badges d'acces
  • lesdits badges d'acces ne fonctionnent pas
  • on ne nous a pas remis a l'arrivee nos bracelets Club Med. "Ah mais ou sont vos bracelets ?" s'interroge le GO. Quoi, quels bracelets ?
  • on ne nous a pas dit qu'il fallait ouvrir un compte et l'associer a nos badges pour utiliser les services payants du Club Med
  • la clim' de la chambre ne fonctionne pas, elle ne fait que souffler vainement un air a peine refroidi et saturé d'humidité
  • notre chambre est située de telle facon que l'integralite des clients de trois batiments entiers du complexe passent devant notre porte pour aller a leurs propres chambres. Cela s'annonce bruyant. Lorsque je demande a changer de chambre, on me repond que "l'hotel est complet". Ah bon ? C'est bizarre toutes ces chambres vides dont les rideaux ne bougeront pas pendant l'integralité de notre sejour...

Bref, je suis francais, il faut que je rale. Alors je rale. Pas beaucoup, juste un peu, d'ailleurs je me suis limité a six points dans ma liste ci-dessus. J'en oublierais presque que je suis en vacances !

il y a pas mal de vent

il y a pas mal de vent

a boire...

a boire...

.. et a manger !

.. et a manger !

Le francais rale-t-il moins une fois le ventre plein ? Non, certainement pas !

Je me detends dans ma chambre bruyante en ecoutant les fetards gueuler en pleine nuit en rentrant du bar, dans une atmosphere chaude et humide pour cause de clim' foireuse, en jouant a Hay Day. Club Med est sympa : nous depensons deja des sommes folles pour cette chambre piteuse, mais en plus Internet est payant, a peine 42 euros pour la semaine (pour une connexion simultanée !!). Ils nous prennent vraiment pour des cons. J'ai mieux... a l'affut de la bonne occaz' je me suis connecté hier soir sur le site de notre compagnie de telephone, où je me suis retrouvé face a une offre allechante pour rajouter a nos abonnements "appels et textos illimités depuis le Mexique avec 1 Go de donnees par personne", pour la modique somme de... $0. Je signe tout de suite, clic, clic ! Nous avons donc passé la semaine a pomper sur notre forfait donnees en boudant le wifi foireux de Club Med'. Pfff, les accros du numerique, a croire que l'iPhone est greffé dans la main. Mais non, mais non...

Allez, j'essaie de dormir... des que ca beuglera moins dehors.

 

article suivant 2/9

Partager cet article

Repost 0
samedi 21 novembre 2015 6 21 /11 /novembre /2015 18:30

Vous vous souvenez peut-etre de mes aventures goudronales il y a environ un an, lorsque j'avais essayé de reparer une portion de notre driveway qui s'effritait. Le resultat n'avait pas ete incroyable mais bon ca tient toujours a peu pres.

Une des consequences de ce bricolage consistait en une grande poubelle en plastique a moitie remplie des debris d'asphalte arrachés du driveway avant que je ne remette la nouvelle melasse censée durcir comme du goudron (pffff....). Cette poubelle trainait depuis un an a cote du garage, et apres un cycle complet de saisons sans m'en occuper je me suis dit qu'il etait temps d'agir. Evidemment ce n'est pas le genre de detritus a mettre dans la poubelle de tous les jours, j'avais plutot dans l'idee de trouver une dechetterie qui l'accepterait.

Apres avoir epluché dans tous les sens la section "recyclage" du site de la ville de Waltham j'ai fini par mettre la main sur ce qui semble etre la societe de recyclage (?) la plus proche de Waltham, Conigliaro, a Framingham a une quinzaine de miles au sud-ouest de Waltham.

Sans avoir trop compris le fonctionnement de cette compagnie et de leur site de recyclage je me suis mis en route en ce charmant samedi de novembre pour Framingham, la poubelle enbitumée dans le coffre de mon panzer. Sur place le type dans la cahute a l'entree m'explique le principe, tres simple : je passe avec ma voiture sur leur pese-vehicule dans un sens, je vais decharger mon goudron dans la bonne section, et je repasse dans l'autre sens pour une nouvelle pesee et la facturation idoine. Ah ! Voila qui est interessant. Oui, j'ai ecrit tout cet article uniquement pour vous raconter que j'ai fait peser ma voiture !

Le truc c'est que j'avais vraiment tres peu de gravats dans ma poubelle, meme si le goudron c'est dense et lourd. Je me suis meme demandé un instant si leur pese-vehicule allait le detecter. Mais oui ! Verdict :

  • pesee initiale : 5180 pounds
  • pesee apres vidage : 5140 pounds

Ma voiture pese 5140 pounds, soit 2331.5 kg, ha ha ha ! Honte sur moi. Oh, il ne faut pas oublier de deduire le poids la masse du conducteur. Alors disons que ma voiture pese 2200 kg. Non, je ne suis pas encore au format americain. Disons euh... 2250kg, allez hop.

Et alors mon depot de 40 pounds (18 kg) d'asphalte m'a ete facturé combien ? Le tarif est de $55 par ton, mais combien de pounds y a-t-il dans une 'ton' ? Les unites anglo-saxonnes sont en general absurdes et la ton ne fait pas exception : d'apres wikipedia la 'long ton' (utilisée par les britons) fait 2240 livres (1016kg) tandis que les ricains dans un souci incroyable de simplicite utilisent la 'short ton' de 2000 livres (907kg). La tonne ('metric ton' en anglais), la bonne vieille tonne de 1000 kg, pese elle 2204.6 livres. Bon, 40 pounds a $55 la US ton de 2000 pounds, ca fait... $1.1. Ah mais oui mais il y a un minimum de $40 ! Bref le mec de Conigliaro a du bien se marrer et a eu pitie de moi en me faisant payer $25 pour ma demi-poubelle de debris.

Et voila la vie incroyable de ZPP le week-end. Et demain, foot a la tele !!!

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
dimanche 15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 20:00

Ha ha ha je vous ai bien eu(e)s hein ! Vous avez cru que j'avais couru un marathon ? Techniquement j'ai "participé" a un marathon, oui, mais je n'en ai couru que 8.5 km. C'est la beauté du relais : il faut laisser les autres se fatiguer !

Avec quelques collegues et neanmoins amis nous avons decide de nous lancer dans l'aventure des courses en relais en nous inscrivant au marathon de Plymouth, Myles Standish Marathon. La course tient son nom de la foret dans laquelle elle se court, Myles Standish State Forest (a cote de Plymouth), qui tient elle-meme son nom de Myles Standish, un passager du Mayflower. Au fait, en parlant de Myles je realise que je n'ai jamais mentionné sur ce blog mon veritable prenom. Je m'appelle Kylometres ! Ca tombe pas mal pour courir un marathon.

Courir un marathon, ha ha, je n'ai pas le droit d'ecrire ca. Lors de la repartition des differentes etapes entre les membres de notre equipe-relais mixte, j'ai fait tres attention, grace a de subtiles, diplomatiques, pernicieuses manoeuvres, a me faire attribuer la plus courte distance parmi les hommes de notre equipe :

  • la moitié de mon collegue et neanmoins ami #1 commence avec 7.1km
  • je continue avec 8.5km
  • mon collegue et neanmoins ami #1 enchaine avec 15.6km
  • mon collegue et neanmoins ami #2 finit en beaute avec 11km

L'evenement est assez bien organise. Il fait beau et ensoleillé, et pas trop froid a part pour les premiers kilometres. Garmin me dit qu'il faisait 6°C avec un ressenti de 2°C pendant ma course mais j'aurais dit qu'il faisait plus. Nos deux seules deceptions sont le faible nombre de concurrents - mes collegues et neanmoins amis esperaient plus d'ambiance, d'interactions sociales pendant leurs efforts - et l'impossibilite d'obtenir les resultats a l'arrivee. Et ouais, on est venu pour la gagne nous, alors, on a gagné oui ou quoi ??

J'ai entendu dire que toute chaine comportait un maillon faible, et a ma grande deception je suis le maillon faible dans notre chaine de coureurs masculins : j'ai non seulement couru la plus courte distance, mais en plus je l'ai fait a la vitesse la plus faible ! Malgre cette contre-performance notre equipe termine deuxieme des equipes-relais avec un temps de 3:09:16, et deuxieme dans sa categorie (30-49 ans). Vous ne me croyez pas ? Les resultats officiels sont ici, et oui notre equipe s'appelle "Ze Cardboard Goats", traduction foireuse pour "les chevres en carton".

Comme on est aux US, tout le monde a gagné, tout le monde il est beau il est gentil, et tout le monde il a sa medaille. J'ai emporté la mienne au boulot pour l'exposer en trophée triomphateur et rappeler a tous mes collegues que je suis un grand sportif. Je cours des marathons moi. Enfin euh, je participe a des marathons quoi.

les valeureux

les valeureux

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
samedi 31 octobre 2015 6 31 /10 /octobre /2015 20:00

C'est formidable car apres toutes ces annees aux US j'en apprends encore sur les methodes locales de construction. Les maisons americaines se construisent en une semaine avec trois planches et quatre clous, et si vous croyez voir un mur exterieur en pierre quelque part il doit s'agir de moulages en plastique peint fixés sur des poutres en bois...

Il y a aussi les mobile homes (ou trailer homes, trailer = remorque), a la forme rectangulaire caracteristique, et qu'on voit circuler de temps en temps sur leurs petites roues a grand renfort de gyrophares "WIDE LOAD" ("large charge" ~ convoi exceptionnel).

Ce que je ne connaissais pas encore, c'est la maison en kit, en duplo geant. C'est le meilleur des deux mondes : au lieu de trimbaler sur les routes une petite maison sur une unique remorque, vous tirez quatre remorques portant quatre morceaux de maison, et a l'aide d'une grue vous montez une maison de taille respectable (et toujours faite de trois planches et quatre clous...) en une demi-journee !

Grosse animation dans le quartier ce matin donc.

une des remorques avec ses petites rouroues

une des remorques avec ses petites rouroues

la grue au travail

la grue au travail

et hop, une maison qui monte, qui monte !

et hop, une maison qui monte, qui monte !

Sur la photo ci-dessus le deuxieme etage reste a treuiller. Plus qu'a rajouter un toit et du plastic siding sur les murs et vous voila hors d'eau.

Note : je me dois de preciser que les travaux de terrassement avaient deja eu lieu, et qu'ils ont pris plus que quelques heures. Les maisons sont couramment construites sur un "basement" creusé dans le sol avec des murs exterieurs coulés en beton.

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
lundi 19 octobre 2015 1 19 /10 /octobre /2015 19:00

article precedent 3/4

 

Nous allons tacher de faire moins de voiture aujourd'hui en restant a Toronto. Toronto est une grande ville, par ou commencer sa visite ? Ah, je sais, en prenant une photo des deux petits immeubles coincés sous les gratte-ciel derriere l'arriere-cour de notre hotel.

claustrophobes s'abstenir

claustrophobes s'abstenir

Nous prenons tout de meme la voiture pour rouler jusqu'a Scarborough Bluffs Park. En chemin nous constatons que Toronto a un service de tramways, apparemment réservé aux passagers temeraires et trompe-la-mort. En effet les rails du tram se situent au milieu de la rue, entre les voies de circulation, et les arrets ne sont pas forcement protégés. De temps en temps un tram s'arrete, les portes s'ouvrent, et ses passagers montent et descendent sous les moustaches des voitures et autres camions qui roulent dans la meme rue. Bien sur la loi impose de s'arreter quand des passagers sont sur la route mais euh bon... on fait plus sûr, c'est sûr !

tram en circulation

tram en circulation

Bluff veut dire falaise en anglais et celles de Scarborough Bluffs Park sont tres escarpées. Elles me rappellent les Badlands du South Dakota a echelle reduite. Pour acceder au sentier qui suit les falaises au-dessus du lac Ontario nous traversons un petit parc absolument degoutant constellé de crottes de chien. Nous y croisons soit des gens louches, soit des promeneurs de chiens en liberté qui crottent partout (oh, et un pic a l'oeuvre sur un tronc). Pourtant le Toronto Municipal Code, Chapter 608 article VI, paragraphe 34, alineas A & C, demande aux proprietaires de chiens de les garder en laisse, de ramasser leurs odorantes contributions, et de les mettre a la poubelle. Scarborough Bluffs Park est une zone de non-droit, c'est effrayant. Meme Maman s'y met : alors que c'est interdit par des panneaux tres clairs, elle franchit la barriere pour s'approcher du rebord de la falaise et avoir une meilleure vue.

les falaises et le lac Ontario au Scarborough Bluffs Park
les falaises et le lac Ontario au Scarborough Bluffs Park

les falaises et le lac Ontario au Scarborough Bluffs Park

Nous nous baladons une petite heure dans le parc. Il fait beau et la vue est magnifique. Il fait suffisamment clair pour voir ce que nous soupconnons etre les tours de Niagara Falls, a plus de 60 kilometres a vol d'oiseau de l'autre cote du lac !

le lac Ontario en regardant vers l'est

le lac Ontario en regardant vers l'est

Apres cette sympathique balade au calme, loin de la cohue du centre-ville de Toronto, nous reprenons la voiture pour descendre au bord du lac a Bluffer's Park Beach, a côté d'une imposante marina. Il y a la une belle grande plage de sable, qui doit etre tres courue en ete je suppose. Pour l'instant il fait un poil frisquet et il n'y a que quelques touristes et d'inevitables gens en train de balader leurs chiens. Ca doit etre le sport national.

sous le sable, les crottes de chien
sous le sable, les crottes de chien
sous le sable, les crottes de chien

sous le sable, les crottes de chien

les falaises dominent la plage

les falaises dominent la plage

Les torontois ont donc un joli bord de lac. Je n'aurais pas boudé une ou deux usines en ruine ou des quais désaffectés comme a Montreal, mais je pense que des parcs et des plages sont plus populaires et plus appreciés. Apres ces charmants paysages nous allons nous interesser a une decouverte plus urbaine de Toronto. Nous retournons dans le centre-ville - en faisant attention aux passagers qui debarquent des tramways.

une derniere photo sur le parking de la plage avant de partir

une derniere photo sur le parking de la plage avant de partir

Ha ha ha ! Quelle drole de petite voiture ! Ca ne vous fait pas rire ? Mais si, mais si... et tout comme moi vous allez lire l'article correspondant sur wikipedia.

Une fois au coeur de Toronto nous partons a pied a la recherche d'un endroit ou manger en nous dirigeant vers le lac. Apres avoir erré dans le financial district et envié tous ces hommes et femmes d'affaire en cravates et tailleurs impeccables avec leurs petites boites de lunch a la main, nous tentons notre chance au Marché. Bonne pioche ! Le concept du Marché est le suivant : ils ont plein de stands (salades, viandes, pates, sushis, desserts, fruits, etc) ou l'on se fait servir le plat de son choix en enregistrant la transaction sur une carte magnetique fournie a l'entree. On peut manger tranquillement sur les tables en libre acces, aller se resservir, etc. Et en partant on passe par la caisse ou l'on paie ce qui a ete chargé sur la carte magnetique. C'est un poil cher mais il y a du choix et c'est plutot bon. Oh, et il y a le wifi ce qui permet a Maman de jouer avec son iPod touch. Ou a moi de jouer avec mon iPhone ? Beuh...

Les gratte-ciel du financial district sont bien gentils mais que pourrions-nous voir d'autre ? Nous repartons a pied vers le nord. Nous voila devant le Toronto City Hall, un ovni dominé par deux tours en croissants.

Toronto City Hall

Toronto City Hall

Maman a entendu le plus grand bien de la porte/arche a l'une des entrees de Chinatown, et comme d'apres notre carte Chinatown n'est pas tres loin a l'ouest du City Hall, autour de Spadina Avenue, nous decidons d'aller voir en personne. Nous marchons, marchons, et a n'en point douter sommes bien au milieu de Chinatown.

Spadina Avenue, dans Toronto Chinatown. Ces deux poteaux et leurs decorations forment le caractere chinois 'porte' (source : C2 :-) )

Spadina Avenue, dans Toronto Chinatown. Ces deux poteaux et leurs decorations forment le caractere chinois 'porte' (source : C2 :-) )

Mais ou se trouve cette arche ? Cela fait une heure que nous marchons et nous ne l'avons toujours pas apercue, meme de loin. Je finis par degainer mon iPhone pour demander a Google... explication : il y a deux Chinatowns a Toronto ! Nous sommes dans le 'old Chinatown', et l'arche se trouve au Chinatown dissident, ou East Chinatown. Le plus bete c'est que nous avons traversé ce quartier en voiture ce matin pour aller voir les falaises. Tant pis alors.

Nous continuons notre marche pour nous diriger vers le ROM, Royal Ontario Museum, en traversant le Queen's Park. Au milieu de ce parc trone le Ontario Legislative Building, construit a la fin du dix-neuvieme siecle dans un style qui ne nous emeut guere. A proximité du batiment se trouve le Ontario Veterans' Memorial, un assemblage de photos montrant l'armee canadienne en action un peu partout dans le monde depuis 1860. Il y a une photo de la premiere guerre mondiale ce qui a le don de me faire plonger dans de sombres pensees.

Ontario Legislative Building

Ontario Legislative Building

Un groupe de petits ecoliers en train de jouer dans le parc egaie un coin du parc. En passant devant le bronze d'Edward VII (roi britannique de 1901 a 1910) Maman me fait part d'une theorie sur les statues equestres. Le nombre de pattes en l'air du cheval est censé indiquer comment est mort l'illustre heros qui cavale sur son dos :

  • 2 pattes en l'air -> mort au combat
  • 1 patte en l'air -> mort des suites d'une blessure recue au combat
  • aucune patte en l'air -> mort d'autre cause

Mon ami Internet fait circuler la rumeur que c'est une legende urbaine, et le nombre de pages ou l'hypothese est débattue est superieur, selon mes propres estimations, au nombre de statues equestres sur cette planete. En ce qui concerne Edward VII, malgre la patte en l'air de son cheval torontois, il n'est mort au combat ni de pres ni de loin mais semble avoir ete terrassé par le tabac. Entre ca et les integristes qui prechent que l'on designe les membres équins par les noms bras et jambes plutot que le vulgaire pattes, nous avons ouvert une veritable boite de Pandore que je me hate de clore avec ce paragraphe.

Le ROM fermant dans a peine une heure lorsque nous y arrivons, nous renonçons a nous lancer dans sa visite. Une aimable dame a l'accueil nous renseigne en francais et Maman se laisse tenter pour une visite demain matin. L'exposition temporaire du musee porte sur Pompéi. Interessant...

Nous repartons a pied vers notre hotel et repassons par le Queen's Park. Une paire de petits gants roses abandonnés git dans la zone ou les enfants couraient en rond tout a l'heure, et je souris en revassant a la discussion subsequente a cette perte : "tu as fait quoi de tes gants ?" "mais je sais pas euuuhhhh !".

Apres cette longue journee de marche et charmés par notre repas de l'avant-veille nous retournons diner chez Frascati. L'ambiance y est nettement plus calme un lundi soir qu'un samedi soir veille de marathon !

Le lendemain mardi matin Maman va visiter le ROM pendant que je charge la voiture, libere nos chambres d'hotel (en ralant un peu pour le chauffage defectueux...), et joue frenetiquement a Hay Day. Nous nous retrouvons au musee pour aller dejeuner dans sa sympathique cafeteria. Apres manger nous allons faire un tour au Coronation Park, au bord du lac. La meteo s'est amochée. Il fait gris et lorsqu'il commence a pleuvoir nous battons en retraite dans la voiture. L'heure du depart a sonné... J'emmene Maman a l'aeroport ou elle attrape un vol pour Paris, et j'entame les 540 miles (870 km) de la route du retour. Ayant renoncé a rentrer d'une traite je m'arrete pour la nuit dans la formidable bourgade de Victor, New York, et j'arrive a la maison mercredi dans l'apres-midi apres m'etre tapé la quasi-integralité de Mass Pike.

Mon seul road-trip de 2015 est terminé et la moisson de miles fut bonne : 1511 miles (2431 kilometres) en sept jours. Et apres celui au Quebec, encore un chouette voyage au Canada avec Maman. Ou irons-nous la prochaine fois ? Allons-nous progresser d'un etat canadien vers l'ouest tous les deux ans ? A nous le Manitoba (qui ne repond plus) ? Le Saskatchewan ? Nous verrons !

 

reprendre au debut, article 1/4

Partager cet article

Repost 0