Recherche

Anciens Articles

lundi 08 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 10/17

 

En guise de transition depuis l'article precedent nous avons traversé la frontiere entre le Guatemala et le Belize. Nos passeports a peine tamponnés nous nous mettons en route avec notre guide belizien pour un site archeologique tres proche, celui de Xunantunich. Dix minutes de route, nous traversons la riviere Mopan, et nous voila arrivés.

debut de la visite a Xunantunich

debut de la visite a Xunantunich

Le site n'est pas tres grand et consiste principalement en deux places voisines bordées de batiments, dont une immense pyramide qui est d'apres wikipedia la deuxieme structure la plus haute du Belize, apres une autre pyramide maya que nous verrons demain.

sur une place de Xunantunich

sur une place de Xunantunich

Le batiment principal de Xunantunich, El Castillo, se dresse devant nous. C'est une pyramide a plusieurs niveaux. L'un de ces niveaux nous est decrit par le guide comme un "palais". Il est difficile d'imaginer une vocation d'habitation pour ces petites pieces aux murs massifs en pierre. Ce qu'il nous faudrait c'est une machine a remonter le temps, pour atteindre le septieme ou huitieme siecle apres J.C. Nous serions fixés. 

El Castillo ("le chateau" en espagnol)

El Castillo ("le chateau" en espagnol)

un flanc de la pyramide. A quoi ressemblait-il il y a mille deux cents ans ?

un flanc de la pyramide. A quoi ressemblait-il il y a mille deux cents ans ?

a droite, la section "palais" de la pyramide. Le petit canal au milieu de la photo aurait servi a evacuer les eaux de pluie

a droite, la section "palais" de la pyramide. Le petit canal au milieu de la photo aurait servi a evacuer les eaux de pluie

des habitants du coin
des habitants du coin

des habitants du coin

curiosite mysterieuse a l'arriere de la pyramide : une piscine ?

curiosite mysterieuse a l'arriere de la pyramide : une piscine ?

sous le sommet de la pyramide, une (reconstitution de) "fresque" Maya

sous le sommet de la pyramide, une (reconstitution de) "fresque" Maya

une tete gravée. Pourquoi est-elle orientée ainsi ?

une tete gravée. Pourquoi est-elle orientée ainsi ?

au sommet de la pyramide (probablement sa partie "temple")
au sommet de la pyramide (probablement sa partie "temple")

au sommet de la pyramide (probablement sa partie "temple")

ces collines, a l'ouest, sont au Guatemala

ces collines, a l'ouest, sont au Guatemala

vue sur le site de Xunantunich depuis le sommet du Castillo

vue sur le site de Xunantunich depuis le sommet du Castillo

J'apercois sur la place en bas de la pyramide deux soldats lourdement équipés (gilets pare-balles et mitraillettes) qui patrouillent sur le site. Pourquoi ? Si j'ai bien compris le probleme vient de Guatemalteques pratiquant "l'exploitation illegale de forets" (illegal logging en anglais), y compris en traversant la frontiere pour s'attaquer aux arbres beliziens. Cela provoque des heurts parfois tres violents avec les forces de l'ordre du Belize. Les touristes ne sont pas specifiquement visés mais peuvent etre victimes de dommages collateraux, en "etant au mauvais endroit au mauvais moment".

Malgre sa population beaucoup plus petite que celle du Guatemala (350 000 habitants contre 16 millions), le Belize est plus développé et plus riche que son voisin. De nombreux Guatemalteques passent la frontiere pour travailler a la journee au Belize dans des champs etc.

Finissons notre visite de Xunantunich.

sommes-nous sur une pyramide ou sur une colline ?

sommes-nous sur une pyramide ou sur une colline ?

Notre guide est jovial. Il se tourne vers nous pendant notre descente de la pyramide, alors que nous discutons du metier de guide, et nous dit d'une voix grave "vous savez, j'ai un probleme de sante". Oh ? "Oui, j'ai beau monter et descendre les pyramides pour accompagner mes visiteurs, ces muscles ne grossissent pas". Il pointe du doigt ses cuisses. "Par contre ce muscle devient de plus en plus gros". Et il pointe vers son enorme bedaine en eclatant de rire. Ha ha ha !

ah ! Un terrain de jeu de balle

ah ! Un terrain de jeu de balle

Le guide nous informe que le dernier bac pour traverser la riviere est tres bientot mais cela ne semble pas beaucoup l'inquieter. Il n'y a plus personne a l'entree du site et nous sommes les derniers visiteurs a partir. Vite en voiture. Le bac nous a finalement attendu... Ouf !

le traversier a energie humaine sur la riviere Mopan
le traversier a energie humaine sur la riviere Mopan

le traversier a energie humaine sur la riviere Mopan

Notre hotel est perdu dans la foret, au bord de la riviere Macal. Il n'est qu'a une quinzaine de kilometres de Xunantunich mais la "route" qui y mene est en realite un chemin cahoteux. Nous sommes bringuebalés dans la voiture, ce qui permet au guide de placer une blague deja entendue maintes fois sur les routes déglinguées du Yucatan, Guatemala, Belize : il s'agit d'un "massage Maya". Ho ho ho !

une mysterieuse futaie en chemin

une mysterieuse futaie en chemin

L'hotel est sympathique sauf sur un point qui me cause beaucoup de souci. Pour le diner, qui se prend a heure fixe, l'hotel decide du placement a table. Nous allons devoir nous meler a des etrangers, et sans doute devoir leur parler. Argh. Euh... c'est pas des vacances ca, pour ZPP ! Je fais contre mauvaise fortune bon coeur. Je reponds - de facon monosyllabique - quand on me parle, et j'ecoute la conversation en attendant avec impatience le dessert. A ma gauche se trouve un couple germano-britannique ayant voyagé dans une centaine de pays. Impressionnant je suppose.

Nous allons dormir en esperant qu'aucun serpent ou scorpion au crochet massif ne s'est cache dans notre lit !

 

article suivant 12/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
lundi 08 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 16:00

article precedent 9/17

 

Ce matin le concert des singes hurleurs est de qualite mais le lever de soleil ne vaut rien : le ciel est brumeux.

reveil dans la brume

reveil dans la brume

Nous quittons notre hotel sur les rives du lac Peten Itza pour nous mettre en route vers le lac Yaxha et visiter le site archeologique du meme nom. Yaxha se prononce "yash-ra" si j'ai bien compris notre guide.

Apres avoir quitte la route principale, alors que nous roulons sur le chemin tres accidenté qui mene vers le site, notre chauffeur nous fait le coup de la panne. Ma tension bondit sur le champ. Nous voila arretes au milieu de la foret, sur un chemin a la circulation inexistante, pour une histoire de pneu mysterieusement crevé alors que le chauffeur en a justement verifie la pression il y a une demi-heure ? Ohhh... et voila le guide qui nous invite a descendre du vehicule pour nous "montrer quelque chose d'incroyable".

C'est la fin. Sans nous parler, C2 et moi nous sommes syntonisés sur les memes pensees sinistres, largement inspirees par toutes les atrocites que nous avons lues au sujet du sort des touristes au Guatemala. Nous allons nous faire egorger pour quelques dizaines de quetzals, nous faire devaliser et abandonner au plus profond de la jungle guatemalteque. Qui nous portera le coup fatal ? Le guide, le chauffeur, qui nous semblaient si sympathiques ? Ou bien un guerillero attendant un signal pour bondir de derriere cet arbre ?

perdus dans la jungle
perdus dans la jungle

perdus dans la jungle

Nous suivons peureusement le guide, qui semble bien content de cet intermede pour nous parler de la faune et la flore locales. Un arbre par-ci, un oiseau par-la. Notre vehicule disparait bien vite derriere nous au detour d'un virage, et je perds de vue le chauffeur qui s'active pour changer le pneu. Ou fait-il semblant ? "Normalement d'ici il est possible d'apercevoir le sommet d'une pyramide de Yaxha mais aujourd'hui il y a trop de brume". Je crie a la trahison et aux excuses fumeuses pour nous perdre dans la foret ! D'ailleurs, sommes nous meme en direction de Yaxha ?

Bon finalement apres vingt minutes, toujours vivants, nous arrivons a pied a l'hotel-restaurant El Sombrero sur les rives du lac Yaxha ou le guide commande notre repas de midi : nous y dejeunerons apres la visite du site archeologique. Pour l'instant nous attendons le chauffeur.

le lac est charmant...

le lac est charmant...

...mais gare au croco !

...mais gare au croco !

Le chauffeur nous rejoint a l'hotel. Nous finissons le trajet jusqu'a l'entree du parc commun a trois sites archeologiques : Yaxha, Nakum, Naranjo. Bon alors fausse alerte au sujet de ce pneu crevé ? On dirait, on dirait.

Yaxha etait (je cite wikipedia) une ville maya qui s'est developpée entre 350 avant J.C. et 250 apres J.C., pour devenir une enorme cité entre 250 et 600. Elle fut abandonnée apres 900 apres J.C. sans raisons connues. En general les raisons exactes de l'effondrement de la civilisation maya classique restent inconnues. Le site de Yaxha est aujourd'hui le troisieme plus grand site de ruines au Guatemala apres Tikal et El Mirador, un site au nord-ouest d'ici proche de la frontiere avec le Mexique. C'est egalement d'apres mes observations un site beaucoup moins populaire, puisqu'un seul vehicule est deja present sur son petit parking en gravier lorsque nous nous garons pour demarrer notre visite.

Les ruines se suivent et se ressemblent beaucoup a nos yeux de neophytes. Tout au plus pensons-nous etre capables de reconnaitre un terrain de jeu de balle, une pyramide-temple, un "palais". Pour le reste nous nous en remettons au travail des archeologues, souvent lui-meme empli de doutes et de questions en suspens.

a Verdun ? Non, une zone d'un site archeologique maya non dégagée

a Verdun ? Non, une zone d'un site archeologique maya non dégagée

terrain de jeu de balle a Yaxha

terrain de jeu de balle a Yaxha

Nous croisons l'autre visiteur de Yaxha, un Occidental aux cheveux grisonnants et aux mollets blanc-de-poulet constellés de piqures rouges, accompagné de son guide. C'est egalement la premiere fois depuis notre arrivee au Guatemala que des moustiques manifestent leur presence a nos oreilles, sans grande perseverance. C'est agreable de visiter un site desert. Seule la nature se fait entendre. Pas de buveurs de biere, pas de pelerins chanteurs.

vue sur le lac Yaxha du haut de la pyramide du "complexe astronomique"

vue sur le lac Yaxha du haut de la pyramide du "complexe astronomique"

un petit habitant de la foret : un phasme

un petit habitant de la foret : un phasme

des singes hurleurs (silencieux a ce moment)

des singes hurleurs (silencieux a ce moment)

si j'avais pris cette photo exactement a cet endroit il y a 1500 ans j'aurais ete au coeur d'une fourmillante cité maya

si j'avais pris cette photo exactement a cet endroit il y a 1500 ans j'aurais ete au coeur d'une fourmillante cité maya

Templo des los Tableros
Templo des los Tableros
Templo des los Tableros
Templo des los Tableros

Templo des los Tableros

Ca n'est pas plus mal que le site soit a peine defriché. Seules quelques "plazas" et pyramides sont degagées de la vegetation et nous marchons la plupart du temps a l'ombre, mais la brume s'est dissipee et il fait tres chaud des que l'on est a decouvert, au soleil. D'ailleurs je suis le seul a entamer la grimpette de la plus haute pyramide a "l'Acropolis Norte". Chaud il fait !

ZPP grimpe dans le cagnard

ZPP grimpe dans le cagnard

hace calor !

hace calor !

au sommet de la petite pyramide construite au sommet de la grande pyramide

au sommet de la petite pyramide construite au sommet de la grande pyramide

Voici une photo panoramique prise depuis le sommet.

une pyramide voisine est en travaux

une pyramide voisine est en travaux

Notre derniere etape de la visite de Yaxha est "l'Acropolis Este", ou se trouve la plus haute pyramide du site. Elle repond au doux nom de "structure 216" ou "temple 216".

ce monticule a gauche ? Une pyramide ! Et celui a droite ? Une pyramide ! Et devant nous ?

ce monticule a gauche ? Une pyramide ! Et celui a droite ? Une pyramide ! Et devant nous ?

en arrivant a l'acropole Est nous croisons le tracé d'une autoroute de fourmis

en arrivant a l'acropole Est nous croisons le tracé d'une autoroute de fourmis

temple 216 a Yaxha

temple 216 a Yaxha

Comme vous pouvez le constater l'escalier principal de la pyramide n'est pas praticable. Pour parvenir au sommet un escalier en bois a ete construit sur le cote, caché dans la foret.

au sommet du temple 216
au sommet du temple 216
au sommet du temple 216

au sommet du temple 216

Voici une photo panoramique prise du haut du temple 216, avec vue sur le lac Yaxha.

Nous quittons Yaxha et allons dejeuner au restaurant de l'ecolodge El Sombrero. Puis nous nous mettons en route vers la frontiere Guatemala-Belize, a une quarantaine de kilometres a l'est.

 

article suivant 11/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
dimanche 07 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 8/17

 

Nous continuons notre visite de Tikal en allant au Temple IV, qui est un ze most : c'est la "plus haute structure pré-colombienne des Amériques". Epatant. En trainant sur wikipedia je me suis demande pourquoi la Pyramide du Soleil (pres de Mexico), de hauteur similaire, semblait beaucoup plus massive. Deux raisons : la pyramide a Tikal est beaucoup plus pentue, avec une surface de la base au sol plus restreinte ; d'autre part son sommet consiste en une structure decorative inaccessible (en anglais ils ont l'air d'appeler ca "roof comb" = "crête de toit"), tandis que le sommet de la Pyramide du Soleil est une plateforme. Au final, si l'on en croit les donnees de wikipedia, la Pyramide du Soleil a un volume egal a plus de six fois celui du Temple IV. En plus de tout ca il n'est pas possible d'avoir une vue d'ensemble du Temple IV car ses alentours ne sont pas defrichés.

Tikal Temple IV

Tikal Temple IV

Ne nous emballons pas. Avant d'arriver a cette plus haute pyramide du Nouveau-Monde, il faut d'abord subir la cacophonie de nos amis les singes hurleurs. Et maintenant on a le son et l'image : les voila, perchés dans des branches au-dessus de nous, en train de s'egosiller. Ouuuaaarrrrrrhhhhhhhhhhhhhhh !!! Ouuuuuuaaaarrrhhhhhhhh !!!

des singes hurleurs en plein hurlement

des singes hurleurs en plein hurlement

Comme vous pouvez vous y attendre nous avons fait moult videos et enregistrements audio des singes, mais je prefere vous renvoyer vers youtube pour de la meilleure qualite.

Un escalier en bois (moderne) mene au sommet du Temple IV, dont les pentes raides sont peu ou pas degagees de la vegetation.

sous le sommet du Temple IV

sous le sommet du Temple IV

heureusement qu'elles sont solides ces pyramides

heureusement qu'elles sont solides ces pyramides

le sommet a ete dégagé, tout le reste est mangé par la foret

le sommet a ete dégagé, tout le reste est mangé par la foret

la foret a perte de vue. On apercoit les sommets des Temples I et II

la foret a perte de vue. On apercoit les sommets des Temples I et II

En descendant l'escalier nous croisons un groupe de touristes en train de monter, biere a la main. Hein, de la biere ? Oh, apres tout il y en avait bien un qui se grillait une clope en haut de la pyramide.

Notre guide - qui attendait sagement en bas - nous emmene ensuite au complexe du Monde Perdu. Nom interessant ma foi. Une pyramide massive y trone, a sommet plat. Elle servait d'observatoire astronomique aux Mayas.

la pyramide du "Monde Perdu"

la pyramide du "Monde Perdu"

comme d'habitude un escalier en bois a ete construit. Notez les pentes de la pyramide non dégagées

comme d'habitude un escalier en bois a ete construit. Notez les pentes de la pyramide non dégagées

c'est la pyramide la moins populaire de notre visite

c'est la pyramide la moins populaire de notre visite

La plateforme en bois n'est evidemment pas d'epoque. Nous y meditons pendant un moment, en admirant la jungle (vue panoramique) et les oiseaux aux couleurs vives qui se poursuivent en volant autour de la pyramide.

en haut de la pyramide du Monde Perdu. Sur la droite en arriere-plan le sommet du Temple IV
en haut de la pyramide du Monde Perdu. Sur la droite en arriere-plan le sommet du Temple IV

en haut de la pyramide du Monde Perdu. Sur la droite en arriere-plan le sommet du Temple IV

voila a quoi ressemble un flanc de pyramide avant restauration : terre, herbe, mousse (et racines, ici deja enlevees)

voila a quoi ressemble un flanc de pyramide avant restauration : terre, herbe, mousse (et racines, ici deja enlevees)

Pendant que nous descendons par l'escalier de bois, deux imbeciles ont bravé le panneau No Pasar et montent sur la pyramide en utilisant directement un des escaliers en pierre. Transgresser un interdit, aussi minime soit-il, doit satisfaire leur virilité.

Nous finissons notre boucle en retournant a la Grande Place qui s'est remplie de touristes et résonne d'activites diverses. Des gens jouent au ballon, d'autres prennent des poses de yoga, la biere coule a (petits) flots.

des bouteilles de Gallo, la biere du Guatemala

des bouteilles de Gallo, la biere du Guatemala

Nous allons prendre quelques dernieres photos a l'Acropole centrale, au sud de la Grande Place. Je cite wikipedia : "Des édifices, qu'on désigne sous le nom de «palais», sont groupés autour de six patios reliés par des passages ou des escaliers. Ce terme palais ne renvoie pas à une fonction spécifique : ces bâtiments peuvent avoir servi de résidence royale ou avoir été le siège de services administratifs". En effet je verrais plus de ressemblance avec des bunkers de 1944 qu'avec Versailles.

palais de l'Acropole centrale
palais de l'Acropole centrale

palais de l'Acropole centrale

Un couple de francais s'engueule au sujet d'une photo ratée. Quoique, pour etre honnete, c'est le mec qui tempete pendant que sa copine lui repete calmement "attention, pas de ralage". C'est vrai, c'est bete d'etre venu jusqu'ici juste pour raler. Oui mais c'est bete d'etre venu jusqu'ici pour rater une photo !

Il est temps pour nous de dire au-revoir a Tikal, ses ruines majestueuses et mysterieuses, ses singes hurleurs, ses visiteurs fumeurs buveurs de biere et footballeurs, et ses francais raleurs.

au-revoir Tikal

au-revoir Tikal

En retournant vers l'entree du parc nous apercevons deux singes-araignees qui se deplacent discretement dans la canopee au-dessus de nos tetes. Apres trente ans d'activite cruciverbiste je peux enfin voir de mes propres yeux un specimen de "singe-araignee, en cinq lettres" : atèle ! Ceux du parc de Tikal sont plus precisement des singes-araignees de Geoffroy.

Nous dejeunons sur une table de pique-nique avant de quitter le parc. De retour a l'hotel nous glandouillons en attendant la nuit qui vient bien vite : le soleil se couche a cinq heures et demi.

le hamac ou j'ai failli perdre mon iPhone

le hamac ou j'ai failli perdre mon iPhone

coucher de soleil sur le lac Peten Itza

coucher de soleil sur le lac Peten Itza

Demain une longue journee nous attend. Nous allons dormir, bercés par le doux chant des singes hurleurs des le petit matin. Ouuuaaarrrrrrhhhhhhhhhhhhhhh !!! Ouuuuuuaaaarrrhhhhhhhh !!!

 

article suivant 10/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
dimanche 07 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 16:00

article precedent 7/17

 

Nous entamons la phase "Maya" intensive de notre voyage. Nous allons visiter quatre sites archeologiques en trois jours. Le premier site aujourd'hui est la raison d'etre de ce voyage. Il s'agit de Tikal, l'un des plus grands sites urbains de la civilisation maya (connu a ce jour devrait-on probablement dire).

Nous avons rendez-vous avec notre guide - qui est indeniablement maya - a huit heures. Il commence immediatement a nous parler des oiseaux et des plantes, ce qui a l'air de le passionner. Bon, moi pas trop. Il nous donne l'explication des cris bizarres que nous entendons depuis l'aube : ce sont ceux de singes hurleurs. Nous en reparlerons.

Nous roulons a peine trente minutes vers Tikal avant de faire un premier arret dans un magasin vendant des produits d'artisanat local, semble-t-il tres populaire aupres des guides qui y font une halte avec leurs visiteurs. On peut y voir une grande maquette du site de Tikal. Ainsi que des oiseaux et des plantes mais je n'ai pas beaucoup ecoute :-) On y trouve egalement, sous une vitre malheureusement couverte de buée, une replique de tombeau avec un faux (ouf !) squelette entouré de poteries et orné de grandes quantites de jade vert.

grande maquette du site de Tikal

grande maquette du site de Tikal

un oiseau dans son nid (un oiseau-mouche ?)

un oiseau dans son nid (un oiseau-mouche ?)

Nous finissons le trajet. La route percée dans la jungle qui mene a Tikal continue vers le nord jusqu'a un autre site appelé Uaxactun. Cependant nous avons lu des choses effrayantes sur la section de route entre Tikal et Uaxactun et nous n'irons pas plus loin.

contentons-nous des dangers de Tikal, comme un crocodile

contentons-nous des dangers de Tikal, comme un crocodile

la route vers Uaxactun, a 23 kilometres d'ici. Brrr....

la route vers Uaxactun, a 23 kilometres d'ici. Brrr....

A l'entree du Parque Nacional Tikal un panneau explique que nous allons voir (et entendre !) deux especes de singes, dont les singes hurleurs qui, je cite, "aiment defequer sur la tete des gens en-dessous d'eux pour montrer leur presence". Nous voila prevenus. Munis de nos petits bracelets de couleur prouvant que nous avons paye, nous demarrons la visite.

un arbre Ceiba

un arbre Ceiba

Les arbres du genre Ceiba ont un role symbolique important pour les Mayas, en representant le lien entre le monde souterrain et le ciel.

Nous marchons dans la foret et si on ne fait pas attention, ou que l'on n'a pas d'imagination, ou que l'on n'est pas archeologue, il est facile d'ignorer que tous ces monticules, ces petites collines, ces talus, sont tous des vestiges mayas ensevelis sous de la terre. Tikal est un site immense, avec des milliers de structures dont seule une petite partie a ete mise au jour.

cette masse informe, a gauche ? Une pyramide !

cette masse informe, a gauche ? Une pyramide !

Lorsqu'on arrive a un batiment restauré par les archeologues, on a devant soit une belle construction reguliere, aux aretes franches, aux volumes bien definis. Je me demande : comment en arrivent-ils a ce resultat, ces archeologues ? Comment d'un tas d'eboulis recouvert de terre et déformé par des racines parviennent-ils a ca :

un travail de patience c'est certain
un travail de patience c'est certain

un travail de patience c'est certain

Wikipedia, qui nous prouve une nouvelle fois qu'il sait tout, a un article (en anglais seulement) au sujet de cette pyramide. Elle fait partie d'un groupe de "pyramides jumelles". Tikal compte neuf de ces groupes, construits par les Mayas a intervalle regulier pour celebrer la fin d'un katun, une periode de vingt ans dans leur calendrier. La jumelle en photo ci-dessus fait partie du "complexe Q", construit en 771 apres J.C. pour la fin du katun 9.17.0.0.0.

un coati a nez blanc

un coati a nez blanc

quelle est cette structure massive ?

quelle est cette structure massive ?

Nous arrivons a la "Grande Place" ou se font face deux grandes pyramides. D'autres imposantes structures bordent la place. Pas de foret ici : un important travail de restauration a ete effectue. Les deux pyramides furent construites au huitieme siecle. Celle a l'est de la place, Temple I, abrite le tombeau d'un roi maya. Celle a l'ouest, Temple II, fut construite en l'honneur de l'epouse de ce meme roi. La pyramide du roi est caracteristique de Tikal, c'est celle que vous verrez en photo par defaut pour representer le site.

Tikal Temple I

Tikal Temple I

Il n'est pas (plus ?) possible de monter sur la pyramide du roi, par contre on peut monter sur celle de la reine. Un escalier en bois a ete construit dans son dos pour eviter les glissades intempestives sur les marches de son escalier tres pentu. Ces pyramides portent le nom de temples car des pieces amenagees a leur sommet avaient un role religieux.

l'escalier menant au sommet du Temple II

l'escalier menant au sommet du Temple II

le 'temple' au sommet de Temple II

le 'temple' au sommet de Temple II

vue sur la Grande Place depuis le Temple II. Notez l'escalier d'origine peu praticable
vue sur la Grande Place depuis le Temple II. Notez l'escalier d'origine peu praticable

vue sur la Grande Place depuis le Temple II. Notez l'escalier d'origine peu praticable

Voici une vue panoramique depuis la-haut.

Nous redescendons sur la place ou nous attend le guide. Il n'a pas l'air tres fan des ascensions et ne nous accompagne jamais sur les pyramides. Son enorme bedaine en est-elle la cause ou la consequence ?

Vision improbable : un groupe de pelerins (chretiens ?) habillés de longues robes blanches deambulent sur le site en chantant. Que viennent-ils faire ici ? Ils se dirigent vers l'Acropole Nord, un vaste ensemble de batiments et de pyramides construits progressivement les uns sur les autres pendant pendant plus de mille ans, et où des tombes ont ete decouvertes. Nous suivons les pelerins, qui par chance s'arretent de chanter. Cela nous permet de nous familiariser un peu mieux avec les hurlements des fameux singes hurleurs. On ne les voit toujours pas mais on les entend tres bien. J'ai voulu les enregistrer avec mon telephone mais nous aurons bien mieux tout a l'heure.

au Temple 23, captivé par le chant des singes hurleurs

au Temple 23, captivé par le chant des singes hurleurs

piece etroite sous une voute maya (voute en encorbellement)

piece etroite sous une voute maya (voute en encorbellement)

En googlant le numero de cette structure (5D-23) je suis tombé sur ce tres long article, semblant dater de 1965, parlant des fouilles archeologiques a Tikal entre 1955 et 1965. Fascinant.

Nous continuons la visite en nous dirigeant vers le Temple IV, qui est un ze most !

 

article suivant 9/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
samedi 06 janvier 2018 6 06 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 6/17

 

Le Peten est le plus grand departement du Guatemala, au nord du pays. Il est possible de se rendre en voiture jusqu'a Flores, la capitale du Peten, depuis le lac Atitlan. Mais avec plus de six cents kilometres et douze a quinze heures de route nous preferons l'avion. Meme si il va quand meme nous falloir toute la journee pour arriver a notre destination.

Il fait toujours aussi beau a Panajachel. Le soleil brille, les oiseaux chantent.

ou sont ces oiseaux ?

ou sont ces oiseaux ?

la !

la !

les lovebirds de l'hotel

les lovebirds de l'hotel

des paons (?)

des paons (?)

le lac Atitlan et le volcan San Pedro

le lac Atitlan et le volcan San Pedro

Vers dix heures nous quittons l'hotel et nous commencons le trajet vers l'aeroport de Guatemala, a seulement 137 kilometres d'ici.

derniere vue du lac Atitlan

derniere vue du lac Atitlan

Le chauffeur est sympathique, et comme il connait un peu notre guide de la veille C2 se moque gentiment d'elle en discutant en espagnol, en parlant de la mujer del fuego. Hi hi hi !

Je passe la plus grande partie du trajet a croiser les doigts et prier Maximon pour que nous ne subissions pas de controle de police (= lacher des biftons pour pouvoir repartir). Priere exaucee ! Aujourd'hui le moment le plus penible se contentera d'etre la traversee de Chimaltenango, ville tres tres encombree et capitale du departement du meme nom. Une dizaine de kilometres parcourus en mode bouchon en une heure... Au moins on a le temps d'admirer les commerces locaux, dont l'acces pour un nombre significatif d'entre eux est sous la surveillance d'un gardien muni d'un fusil enorme. J'ai l'impression que le tuning est un sport populaire au Guatemala en voyant tous ces etals d'accessoires chromés.

A quatorze heures nous arrivons enfin a l'aeroport. Vitesse moyenne depuis le lac Atitlan : 35 km/h. Wow ! Nous sommes en avance pour notre vol a 17h15. Bien. Bagages enregistrés au comptoir de TAG Airlines en deux temps trois mouvements, nous nous dirigeons vers le food court de l'aeroport pour deguster des plats locaux. Ouh la la ! C'est tout petit, et difficile d'y trouver quelque chose avec une quelconque valeur nutritionnelle, entre un MacDo et un Pizza Hut. Bon, essayons ces sandwichs.

Pas grand chose a faire dans le terminal. On ne peut meme pas acheter de timbres : le rideau de fer de l'agence El Correo est fermé, sans doute depuis aout 2016. C2 part a la recherche de la bonne occasion dans les petites boutiques de souvenirs, j'entame un mots croisés.

El Correo ? Esta cerrado !

El Correo ? Esta cerrado !

Nous nous rapprochons de notre salle d'embarquement, ou de belles peintures murales annoncent nos visites a venir.

ne serait-ce point une pyramide maya ?

ne serait-ce point une pyramide maya ?

Un Saab 340 A nous emmene en une heure de La Aurora (aeroport de Guatemala City) a l'aeroport de Flores, Aeropuerto Internacional Mundo Maya. Une grande carte du Guatemala au sol de l'aerogare interesse vivement C2.

C2 pointe du doigt le site de Tikal, ou nous allons demain

C2 pointe du doigt le site de Tikal, ou nous allons demain

Il nous reste quarante-cinq minutes de route pour arriver a notre hotel, de l'autre cote du lac Peten Itza. Il nous aura fallu en tout neuf heures de trajet d'hotel a hotel, bien mieux que si nous avions fait tout le trajet en voiture. Diner et dodo, il s'agit d'etre en forme demain pour profiter de la premiere visite d'un site maya de ce voyage. De toute facon, il fait nuit depuis longtemps !

 

article suivant 8/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
vendredi 05 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 5/17

 

Nous petit-dejeunons a cote de la cage des lovebirds de l'hotel, dont nous sommes separes par une baie vitree. Lovebird en francais se dit inseparable mais je prefere lovebird, le mot est plus romantique. Les inseparables/lovebirds regroupent plusieurs especes d'oiseaux de la famille des psittacidae, et cela me rappelle une histoire de Tintin ou le reporter belge met en garde Milou contre la psittacose.

Brrr... j'ai toujours eu peur depuis la lecture de cet album de la psittacose, sans savoir ce que c'etait. C'est marrant ce qu'on peut garder comme souvenirs de son enfance. J'etais manifestement atteint de pedopsittacophobie, la peur de la psittacose chez l'enfant.

lovebirds

lovebirds

Les lovebirds sont mignons. Ils restent en couple, aile contre aile, chaque paire de petits oiseaux verts ou jaunes postee devant sa petite case du grand nichoir de l'hotel.

Il fait un temps superbe et c'est parfait pour notre visite du jour. Nous avons rendez-vous avec notre guide sur l'embarcadere de l'hotel. Un bateau va nous emmener de l'autre cote du lac, au village de Santiago Atitlan. La traversee dure une trentaine de minutes.

sur le lac Atitlan. Devant nous se dresse le volcan Toliman, et juste derriere lui le volcan Atitlan

sur le lac Atitlan. Devant nous se dresse le volcan Toliman, et juste derriere lui le volcan Atitlan

Notre guide reveche a un nom francais (de la Bastille), nous semble anglaise lorsqu'elle parle, est native de Trinidad & Tobago, et habite ici a Panajachel sur le lac Atitlan. Suite a mes observations d'hier apres-midi elle nous confirme que le niveau du lac monte sans que l'on sache exactement pourquoi. Plusieurs hypotheses sont avancees, je vous laisse demander a google ou wikipedia pour en savoir plus. Ce qui est sur c'est que les somptueuses demeures des riches etrangers construites trop pres du lac sont maintenant dans l'eau - sinon,  c'est une question de quelques mois. A moins que le lac ne reparte a la baisse sans que l'on ne sache plus pourquoi...

cette maison est-elle construite suffisamment en hauteur ?

cette maison est-elle construite suffisamment en hauteur ?

Nous approchons de Santiago Atitlan, qui malgre son nom espagnol est peuplé en majorite par des Tzutuhils, un peuple maya.

pecheur autochtone

pecheur autochtone

un parc de la ville (bancs et tables en beton), lui aussi sous l'eau

un parc de la ville (bancs et tables en beton), lui aussi sous l'eau

bienvenidos (en espagnol) - utzlaj k'ulik (en tzutuhil)

bienvenidos (en espagnol) - utzlaj k'ulik (en tzutuhil)

Nous sommes a Santiago, en terre tzutuhil. Les Tzutuhils sont un peuple tres fier nous indique la guide. C'est une de mes remarques preferees des guides. Comprenez-moi : pouvez-vous me citer un peuple sans fierté ? "Bonjour, nous sommes les XX, nous detestons nos traditions, nous avons l'air d'idiots, d'ailleurs nous sommes des idiots, et nous adorons nous faire dominer par les vagues successives d'envahisseurs. Voulez-vous nous conquerir ?" Une telle categorie de population ne survivrait pas assez longtemps pour devenir un 'peuple', non ? Bref, pour moi, ZPP, ethnologue au long cours, peuple fier est un pleonasme.

Par contre ce qui m'interesse c'est que les Tzutuhils sont suffisamment fiers pour ne pas se melanger - appelons-les un peuple fermé. Ils gardent par consequent tres nettement les caracteristiques physiques des peuples mayas, qui sont d'apres mes observations : une petite taille, la peau mate, un cou inexistant pour les hommes les plus trapus. Les metisses, ou mestizos, d'ascendance maya et espagnole, se distinguent par leur peau plus claire et leur plus grande variation de taille.

Vous savez quoi, en disant "petite taille" je me rends coupable d'ethnocentrisme, comme si la norme etait ma taille ou la taille moyenne des Français. Peut-etre que pour les Tzutuhils leur taille est "normale", et qu'ils nous decrivent comme un "peuple de grande taille". Petite taille est subjectif, pas factuel. Soyons factuels. D'apres mes observations les femmes tzutuhils ont une taille moyenne d'un metre quarante, les hommes d'un metre cinquante-cinq a un metre soixante.

a Santiago Atitlan

a Santiago Atitlan

Les petites rues de Santiago ne sont pas tres adaptees a la circulation automobile. Malgre cela j'y observe une voiture avec caravane en grande manoeuvre pour tourner a une intersection. Tiens tiens tiens... la caravane porte une plaque d'immatriculation de l'Alaska. Alaska ! Et bah ils en ont fait une trotte. D'apres google maps il y a (au moins) plus de 9000 kilometres de route depuis l'Alaska (Anchorage ou Fairbanks). Je suppose que nos amis globe-trotters veulent pousser le plus au sud possible, jusqu'au Panama. A ce sujet, connaissez-vous le Darien ? Il s'agit d'une region de marais et de foret a la frontiere entre le Panama et la Colombie, a l'endroit ou l'Amerique centrale se "rattache" a l'Amerique du Sud, et ou aucune infrastructure n'existe. C'est le seul endroit qui empeche de traverser l'integralite des Ameriques, de l'Alaska a la Terre de Feu, sur une route continue.

nous traversons un marché...

nous traversons un marché...

... pour arriver a la place centrale de Santiago

... pour arriver a la place centrale de Santiago

C'est sur cette place que se trouve la principale eglise de Santiago. A l'interieur de l'eglise nous apprenons que les Tzutuhils pourraient etre arrives, depuis ce qui est aujourd'hui le Mexique, environ 900 ans avant J.C., et dominaient la region du lac Atitlan jusqu'a l'arrivee des Espagnols. N'ayant formé aucune alliance avec d'autres peuples mayas, ils furent vaincus en 1524 par les Espagnols eux-memes aidés des Mayas Cakchiquel.

Notre guide est beaucoup plus passionnee pour nous raconter l'histoire de Santiago pendant la guerre civile du Guatemala entre 1960 et 1996, avec de nombreux massacres de Mayas par l'armee. En 1981 un pretre americain de l'Oklahoma, Stanley Rother, fut assassiné a Santiago par des militaires pour avoir voulu lutter contre les injustices envers les Mayas.

Si les violences militaires et arbitraires ont aujourd'hui disparu la corruption reste un probleme majeur au Guatemala. D'apres notre guide c'est pour des raisons de corruption que le service postal du pays a ete interrompu en 2016 - et n'a jamais ete rétabli. Voila pourquoi tous les gens a qui nous avons demande où acheter des timbres avaient des reactions bizarres, a la limite de la panique ! Bon, donc pas de cartes postales souvenirs avec tampon postal du Guatemala.

Pour clore notre visite de Santiago, notre guide nous emmene chez un chaman pratiquant le culte de Maximon. Je n'ai pas compris grand chose sur l'origine et le role supposés de ce Maximon... et je n'ai pas grand interet pour les chamans. D'apres notre guide il ne s'agit quand meme pas de spiritisme foireux ("fais revenir ta copine, consultation par telephone uniquement, 100% garanti") mais plutot de ceremonies avec offrandes pour demander bonne santé, bonne recolte, etc. La guide ajoute que les Mayas tendent a etre "gullible" et sont donc friands de ces ceremonies. Gullible est un mot anglais dont j'aime beaucoup la sonorite et qui signifie credule, naïf.

dans les petites rues de Santiago pour aller chez le chaman

dans les petites rues de Santiago pour aller chez le chaman

Nous allons dejeuner dans le restaurant d'un hotel un peu a l'ecart du village. Nous marchons le long de la route qui domine le lac. Il y a peu de circulation, a part des tuk-tuks, ces taxis tricycles a moteur que nous aurions pu utiliser si nous avions ete faineants, et des pick-up trucks ultra-fatigues transportant jusqu'a douze ou quinze personnes tassées sur leur plateforme arriere, raclant le sol a chaque dos d'ane et en grincant plus qu'un voilier du temps de Christophe Colomb.

ponton de detente sur le lac

ponton de detente sur le lac

l'imposant volcan San Pedro

l'imposant volcan San Pedro

la fine equipe de la matinée

la fine equipe de la matinée

Apres dejeuner nous retournons a Panajachel en bateau.

le volcan San Pedro a la tete dans un nuage

le volcan San Pedro a la tete dans un nuage

Cerro de Oro (colline d'or en espagnol)

Cerro de Oro (colline d'or en espagnol)

D'apres notre guide c'est la forme de cette colline qui a inspire a Saint-Exupery le serpent ayant mange un elephant dans le Petit Prince. Wikipedia est bizarrement muet a ce sujet, je ne sais que penser. Mais effectivement, Saint-Exupery a subi un crash au Guatemala en 1938.

De retour a Panajachel nous disons au-revoir a notre guide et nous allons visiter le petit "museo lacustre Atitlan", situé dans un hotel, ou nous en apprenons un peu plus sur l'origine du lac et sur l'histoire des Mayas dans la region. Suite a une eruption volcanique d'ampleur massive il y a 85000 ans une caldeira (effondrement du toit d'une chambre magmatique) s'est formee et le lac l'a progressivement remplie.

Je trouve les informations de ce musee parcellaires. Il y a par exemple des objets, dans des vitrines, dont nous ne comprenons ni l'origine ni la raison de leur exposition. Sur place se trouve egalement la "salle Samabaj", ou les photos sont interdites, et aux informations encore plus rares. Bon. Le sujet est Samabaj, un site archeologique maya au fond du lac Atitlan, ce qui complique grandement son exploration par des archeologues-plongeurs qui doivent egalement tenir compte des contraintes supplementaires de la plongee en altitude.

Samabaj, où ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? No se !

oh, tres interessant !
oh, tres interessant !

oh, tres interessant !

Sur la photo ci-dessus le pot a gauche avec des traits de visage humain et des bras tres fins me rappelle des ceramiques vues a Lima, mais nous etions alors en territoire inca. Je ne sais pas...

Apres le musee nous deambulons sur la promenade au bord du lac, semble-t-il aussi populaire pour les touristes que pour les locaux. Le soleil brille, les enfants s'amusent, les amoureux romantisent, et les vendeurs de cochonneries vendent des cochonneries.

le lac Atitlan a Panajachel ; en arriere-plan des sommets volcaniques

le lac Atitlan a Panajachel ; en arriere-plan des sommets volcaniques

C'est en retournant a l'hotel que nous vivons le moment le plus dangereux de ce voyage. Nous devons longer sur quelques centaines de metres la route, sur une section qui comporte un virage sans visibilite, d'ou deboulent des chicken bus en hurlant de toute leur mecanique tels des mad max guatemalteques. Apres avoir bondi precipitamment sur le muret qui separe la route du talus qui descend vers le lac, nous sommes soulagés d'arriver au chemin d'acces a notre hotel.

Au bord de ce chemin des batiments inoccupés attendent sagement l'assaut des annees. D'anciens bungalows d'hotel a l'abandon ? Sans doute.

j'exige un article wikipedia sur le sujet

j'exige un article wikipedia sur le sujet

 

Pendant ce temps a Boston de terribles evenements se produisent. La plus grosse tempete de neige de l'hiver, classée en blizzard par endroit, s'est abattue hier sur la region. Notre maison est sous la neige, et une vague de froid intense (dans les -20°C) couronne le tout. A l'idee de retrouver notre driveway recouvert d'une croute de glace de deux pieds d'epaisseur mon naturel reprend le dessus : je stresse a fond !

Heureusement, la-bas, dans ces froides contrees a deux mille miles de notre ciel ensoleillé du Guatemala, chick.run veille au grain. Sous ce nom de code se cache notre amie amatrice de marathon-relais (mais si vous la connaissez) et a l'ame bienfaitrice, qui en ce vendredi apres-midi est partie armee de sa pelle degager notre driveway. Merci, merci !

Vite, maintenant, un cocktail au bord de la piscine pour nous remettre de ces emotions.

 

article suivant 7/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
jeudi 04 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 4/17

 

Ce matin avant de partir d'Antigua nous allons au marché, aux etals couverts de fruits & legumes & fleurs. Quel bazar ! C2 achete deux fruits bizarroides qu'elle determinera par la suite etre un(e) zapote et une granadilla. Il parait que c'est bon : je n'ai pas goute :-)

alors, miam miam ?
alors, miam miam ?
alors, miam miam ?

alors, miam miam ?

Puis nous nous mettons en route pour le lac Atitlan, vers la petite ville de Panajachel plus precisement, a 112 kilometres d'Antigua d'apres google. Le trajet dure tout de meme deux heures et demi pendant lesquelles nous pouvons admirer les paysages montagneux du Guatemala. Nous nous faisons regulierement depasser par les chicken bus, ces bus scolaires americains recyclés en moyen de transport en commun, repeints dans des couleurs criardes, et qui attaquent les virages serrés et sans visibilite a pleine vitesse en crachant d'epais nuages bleutés. Pittoresques, certes, et a les voir toujours chargés a plein, extremement populaires pour les autochtones. Mais ces bus n'ont pas tres bonne reputation pour les touristes a en croire les recommandations officielles francaises et americaines. Allons, qui suis-je pour juger les chicken bus, moi la poule mouillee qui ne suis jamais monté a bord d'un de ces specimens tapageurs ? Tenons-nous en aux faits : je confirme qu'ils roulent comme des timbrés et je n'en ai vu aucun dans le fossé.

Pendant le trajet nous avons droit a un autre evenement pittoresque : le controle de police. Quand je dis controle de police, je veux dire "controle" de police. Nous sommes au Guatemala... Apres avoir parlementé une dizaine de minutes avec un c@#$& en uniforme au sujet d'un certain papier qui ne serait pas en regle, notre chauffeur abdique et des biftons changent de main. Assis a l'arriere j'enrage. Ah... pauvre ZPP, petit homme blanc tout choqué d'etre temoin d'un acte de corruption. Va-t-il partir en guerre contre les vilains mechants qui gachent ses vacances en lui rappelant que tout n'est pas rose quand on sort de l'univers bien propre des pays 'développés' ? Bah non... mais quel gachis.

Apres etre repartis, C2 essaie de faire parler un peu le chauffeur. Il repond aux questions sans s'etendre sur le sujet, la voix plutot resignee. Oui les controles de police ca arrive. Pas trop souvent, disons une ou deux fois par an. Oui il faut payer. Non il ne se fait pas necessairement rembourser par sa compagnie. De toute facon sur quelle base ? Les flics ne lui donnent evidemment pas de recu pour le bakchich qui lui permet de reprendre la route. Ok. C'est la vie...

Nous arrivons au lac Atitlan, c'est absolument superbe. Nous nous arretons a un belvedere.

au-dessus du lac Atitlan
au-dessus du lac Atitlan

au-dessus du lac Atitlan

Voici une vue panoramique.
Nous finissons la route. Notre hotel se trouve juste au bord du lac. Il a plus que les pieds dans l'eau, elle lui monte jusqu'aux genoux ! Mais que s'est-il passe ?

le lac Atitlan se fait envahissant
le lac Atitlan se fait envahissant

le lac Atitlan se fait envahissant

L'hotel a de tres beaux jardins, et on peut y observer de nombreux oiseaux en captivite ou en liberte.

tres beau, tres beau
tres beau, tres beau

tres beau, tres beau

Nous finissons l'apres-midi en admirant le lac et ses trois volcans. Vers dix-huit heures la nuit tombe. A demain !

 

article suivant 6/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mercredi 03 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 3/17

 

Nous sommes de retour a Antigua vers seize heures, il ne fait pas encore nuit... profitons-en ! Allons nous promener en ville.

meme a Antigua on peut avoir un bon son Rock'n Roll

meme a Antigua on peut avoir un bon son Rock'n Roll

C2 et les marchés, une passion inextinguible

C2 et les marchés, une passion inextinguible

Inevitablement, donnant sur la place centrale d'Antigua, se dresse une cathedrale massive, Catedral de San Jose. Construite par les Espagnols au dix-septieme siecle elle a depuis souffert de nombreux tremblements de terre. Apres plus de trois siecles de secousses telluriques, de reconstructions, de restaurations, la plus grande partie du batiment reste en ruine, tandis que la cathedrale effectivement en service se cantonne dans une petite section donnant directement sur la place.

la facade "en activite" de la cathedrale depuis la place centrale

la facade "en activite" de la cathedrale depuis la place centrale

L'acces a la partie en ruine n'est pas cher (8 quetzals ~ 0.9 euro), et en plus il s'agit tenez-vous bien de "El Monumento más Importante del País" = le monument le plus important du pays. Tiens tiens tiens... les Guatemalteques aussi sont megalos. C'est avec beaucoup d'honneur que nous entamons la visite d'un ze most hors US. Le seul probleme est que sans guide et sans prospectus informatif distribué sur place, nous sommes principalement obligés d'utiliser notre imagination. Tout au plus un panneau a l'entree donne une carte des lieux ainsi qu'un "bref hirtorque", qui est du mauvais franspagnol pour "bref historique".

l'acces aux ruines

l'acces aux ruines

dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)
dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)

dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)

dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale

dans les ruines de la cathedrale

dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque
dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque

dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque

J'aurais voulu en apprendre un peu plus sur ces ruines mais ca sera pour une autre fois. Je ressens juste maintenant le besoin urgent de visiter Pompei.

Nous retournons au petit marche artisanal a cote de l'arche de Santa Catalina pour trouver des souvenirs d'Antigua. Pendant que C2 furete dans les rayons je m'attarde dans le coin "librairie" ou des livres d'occasion sont en vente. Voila ce que je veux ramener du Guatemala !

un livre completement typique du coin !

un livre completement typique du coin !

Alors, Laura Combes, elle est devenue quoi depuis qu'elle a ecrit son bouquin sur le bodybuilding feminin en 1982 ? Grace a la puissance d'Internet et de la technologie moderne je degaine mon iPhone et je la duckduckgo. Ah oui, j'ai oublie de vous raconter, je suis en rebellion farouche contre l'hegemonie absolue de GAFA - ze four largest Internet companies, Google Apple Facebook Amazon - et j'utilise le moteur de recherche duckduckgo a la place de google sur mon fonefone. Bon des fois Internet est trop puissant, et j'aurais aime en savoir moins. Laura Combes est morte en 1989 d'une intoxication alcoolique, a 35 ans. Mmm. Les bodybuilders ont souvent des fins malheureuses. Je vais plutot me mettre au yoga.

Je repose le bouquin sur l'etagere et je rejoins C2. Ses recherches sont plus fructueuses et moins deprimantes que les miennes : nous allons devenir proprietaires d'un quetzal (l'oiseau symbole du Guatemala) en bois. Chic !

Nous allons diner au restaurant la Fonda. Rien a voir avec Jane. J'y mange un plat constitué d'un ramequin de fromage fondu. Un peu surprenant... mais tres acceptable pour un francais !

 

article suivant 5/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mercredi 03 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 16:00

article precedent 2/17

 

Notre hotel a une decoration variee et interessante. Nous petit-dejeunons sous un tableau de Chaguin. A moins qu'il ne soit de Gaugall.

bon appetit
bon appetit

bon appetit

Autour d'Antigua se dressent trois volcans : volcan de Agua, volcan de Fuego et Acatenango. C'est cependant sur les pentes d'un quatrieme volcan que nous allons faire une petite randonnee ce matin : Pacaya. Nous retrouvons notre guide a l'hotel et c'est parti pour environ une heure et demi de route. Nous quittons Antigua par le sud et la vallee qui se trouve entre volcan de Agua et volcan de Fuego. Ce dernier crachote regulierement des panaches de fumee grise.

Volcan de Fuego

Volcan de Fuego

Nous empruntons la seule (?) autoroute a peage du pays avant d'arriver a San Vincente Pacaya, au pied du volcan. Nous descendons de voiture a l'entree du Parque Nacional Volcan de Pacaya y Laguna de Calderas. Une nuee d'enfants virevolte autour de nous pour nous fourguer des batons de marche ("stick ! stick !") pour quelques quetzals (la monnaie du Guatemala).

bienvenidos !

bienvenidos !

Il est obligatoire de louer les services d'un guide officiel du parc et nous nous retrouvons avec deux guides, celui qui est avec nous depuis Antigua, et celui du parc Pacaya. Pour ceux qui ne se sentent pas de faire l'ascension il est possible de monter a dos de cheval. Je tente une petite blague aupres de C2 : puisque nous sommes des mules, pas besoin de cheval pour nous !

Le Guatemala se trouve a proximite des limites de plusieurs plaques tectoniques, et le pays compte trente-sept volcans dont trois actifs sur une ligne nord-ouest-sud-est. au sud du pays. Pacaya est l'un de ces trois volcans actifs. Sa derniere eruption date de 2014.

La montee de Pacaya n'est ni longue (environ une heure sans se presser) ni penible (un peu moins de 300m de denivelee d'apres garmin). En chemin nous passons un abri ou sont postes deux policiers armés. Faut-il s'inquieter ? Pour des raisons de securite - liees a l'activite du volcan, pas a des malandrins - il est interdit de monter jusqu'au sommet du volcan. Nous nous arretons en contrebas du cratere, a 2250 metres d'altitude (le sommet est a 2552 metres). Nous apercevons cependant des groupes de marcheurs en "zone interdite", sans doute excites a l'idee de courir le risque de respirer des fumees toxiques ou de se prendre un rocher sur le crane.

L'interdiction de s'approcher du sommet amoindrit le degre "d'awesomeness" (tout est awesome pour les americains) de notre excursion et je suis un peu decu de rater une occasion d'examiner du magma. Mais la vue est superbe. Nous pouvons voir le volcan de Agua et l'emprise urbaine de Guatemala (la ville). Voici une photo panoramique prise pendant la montee. Nous apercevons egalement les toits d'une installation geothermique.

Pacaya, la tete dans les nuages

Pacaya, la tete dans les nuages

au milieu de la photo se trouve le lac Amatitlan ; en arriere-plan la ville de Guatemala

au milieu de la photo se trouve le lac Amatitlan ; en arriere-plan la ville de Guatemala

volcan de Agua, et derriere lui sur la gauche volcan de Fuego

volcan de Agua, et derriere lui sur la gauche volcan de Fuego

a nos pieds, de la pierre volcanique

a nos pieds, de la pierre volcanique

notre petit groupe

notre petit groupe

Nous cassons la croute, ce qui interesse fortement les quelques chiens qui errent ici.

rien d'interessant ?

rien d'interessant ?

si si !

si si !

apres dejeuner, toujours pas de lave vive en vue

apres dejeuner, toujours pas de lave vive en vue

Pour redescendre nous suivons un chemin different de la montee. Nous traversons un champ de lave datant de l'eruption de 2014. C'est l'occasion de vous faire decouvrir mon equipement.

ZPP au soleil : couvert des pieds a la tete

ZPP au soleil : couvert des pieds a la tete

Ca vous fait (sou)rire ? J'en suis bien content. Durant ce voyage je vais croiser pas mal de touristes faisant exactement les memes excursions que nous mais en short, en tongs, en debardeur, en robe legere, etc. Grand bien leur fasse... en ce qui me concerne, ma peau et moi detestons le soleil, la creme solaire, et les moustiques. Du coup je reste en pantalon, avec une veste ou un tee-shirt a manches longues, et j'ai meme ces epatantes mitaines pour me couvrir les mains. Et au lieu d'envier toutes ces belles peaux langoureusement hâlées, je suis pris de compassion lorsque je croise des epaules et cous couleur ecrevisse, ou des mollets criblés de piqures rougeoyantes.

La montee s'est faite a couvert, dans la foret. La descente est au soleil, et nous traversons ce qui ressemble a une plantation d'antennes-relais.

tres beau batiment

tres beau batiment

le volcan de Agua ; a droite, une antenne

le volcan de Agua ; a droite, une antenne

en contrebas deux champs de lave datant de 2014 (plus sombre) et 2010 (plus claire) - ou l'inverse

en contrebas deux champs de lave datant de 2014 (plus sombre) et 2010 (plus claire) - ou l'inverse

un groupe d'italiens, tous a cheval

un groupe d'italiens, tous a cheval

Puis nous rentrons a Antigua en voiture.

 

article suivant 4/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mardi 02 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 1/17

 

Le but de notre migration hivernale (courte, douze jours) est le Guatemala & Belize, en Amerique centrale. Depuis nos visites de sites mayas au Yucatan nous sommes passionnes par les peuples pre-colombiens, et apres notre sejour au Perou en septembre 2016 nous retournons en terre maya avec ce voyage dans les deux etats d'Amerique central voisins du Mexique.

Apres un vol Miami-Guatemala (City) sans histoire et une queue interminable pour les controles d'immigration nous retrouvons le chauffeur qui va nous emmener jusqu'a Antigua, une ville a l'ouest de Guatemala inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Sur la carte il n'y a qu'une quarantaine de kilometres depuis l'aeroport, mais entre les meandres de la route qui serpente dans la montagne et les bouchons omnipresents au Guatemala, le trajet prend un peu de temps. Nous posons nos valises a l'hotel avant d'aller nous promener.

notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale
notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale

notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale

quel cadre ideal pour une petite session de Hay Day !

quel cadre ideal pour une petite session de Hay Day !

Nous allons explorer la vieille ville d'Antigua. Antigua qui veut justement dire "vieux, ancien" en espagnol. Le nom complet de la ville est "Antigua Guatemala". Elle fut fondee sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala au seizieme siecle par les Espagnols pour servir de capitale a leur colonie dans cette partie d'Amerique centrale. Apres plusieurs tremblements de terre destructeurs les Espagnols demenagerent leur capitale en 1773 vers le site actuel de Guatemala (la ville). La nouvelle capitale prit le nom de Guatemala et le garda, et l'ancienne capitale devint Antigua Guatemala. Elle aurait du etre abandonnee mais certains habitants resterent. Elle est aujourd'hui bien vivante et un haut-lieu touristique du Guatemala.

Le centre d'Antigua a conserve son architecture coloniale du dix-huitieme siecle et ses rues pavees. Pour un aficionado de ruines comme moi c'est un endroit de reve. De nombreux batiments sont restes en l'etat, leurs facades traversant les siecles a l'etat de coquilles vides, en resistant vaillamment aux assauts du temps - et de nombreux tremblements de terre.

Notre hotel est a une encablure d'un symbole connu de la ville, l'arche de Santa Catalina.

la tres populaire arche de Santa Catalina
la tres populaire arche de Santa Catalina

la tres populaire arche de Santa Catalina

que se cache derriere cette facade ?

que se cache derriere cette facade ?

ah, c'est un espace de stockage pour des chars de processions religieuses

ah, c'est un espace de stockage pour des chars de processions religieuses

Les processions d'Antigua doivent etre consequentes pour apparaitre dans l'article general de wikipedia sur le sujet. D'ailleurs, d'apres notre carte papier de la ville, "Antigua accueille les plus grandes celebrations du Careme et de Paques de l'hemisphere ouest. L'histoire des processions remonte au debut du seizieme siecle et commenca avec l'arrivee de Don Pedro de Alvarado d'Espagne". Pas tres maya tout ca.

et que se trouve derriere cette facade ?

et que se trouve derriere cette facade ?

et derriere celle-la ?

et derriere celle-la ?

un batiment entier : Iglesia la Merced

un batiment entier : Iglesia la Merced

Iglesia de la Compania de Jesus

Iglesia de la Compania de Jesus

Wikipedia sait tout, absolument tout ! Il y a un article (en espagnol) pour cette eglise en ruine construite a la fin du dix-septieme siecle.

les rues pavees d'Antigua
les rues pavees d'Antigua

les rues pavees d'Antigua

Nous dinons dans un restaurant dont le site declare fierement "100% Guatemala food". Tant qu'ils servent des frites... ca me va !

 

article suivant 3/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize