Recherche

Anciens Articles

lundi 27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 14:00

article precedent 6/23

 

Apres notre sympathique tour en hydravion, C2 et moi nous dirigeons vers le centre de Ketchikan, pour admirer dans toute leur splendeur des dizaines de boutiques a destination exclusive des touristes.

 

CIMG0737S

ici aussi ils ont des duck tours ! Coin coin !

 

 

CIMG0736S

en ete, Schoenbar Road est ouverte...

 

 

CIMG0739S

en hiver ca doit etre une belle piste de ski !

 

 

D-Katchikan 7921S

en bas de Schoenbar Road... ?

 

 

CIMG0740S

beau, tres beau !

 

 

CIMG0742S

sur pilotis

 

 

CIMG0744S

dans Ketchikan : des bijouteries, des magasins de 'souvenirs', etc etc

 

 

CIMG0746S

tout ca pour les 8420 passagers des bateaux de croisiere, impossibles a rater

 

 

CIMG0747S

comme c'est malin : ce 'raccourci' vers les quais 3 et 4 passe juste dans le magasin de saloperies !

 

 

CIMG0748S

pas sur que ce soit une vraie boite aux lettres

 

D-Katchikan 7930S

ce magasin est super : j'y ai croise Sarah Palin !

 

 

D-Katchikan 7933S

ainsi qu'un ours qui avait grand soif !

 

 

CIMG0750S

Ketchikan City Hall. Ca ne vaut pas un bon vieux capitole !

 

 

CIMG0751S

une sculpture d'aigle en bois (on est au royaume des totems)

 

 

CIMG0752S

les fesses de la sculpture de l'aigle en bois

 

Notez que d'apres mon ami wikipedia, Ketchikan abrite la plus grande collection du monde de totems. On n'en attendait pas moins de la ville pour divertir et eduquer les 8420 touristes qui y debarquent chaque jour.

Nous retournons lentement vers le Diamond Princess, car le depart doit se faire vers 14 heures, et je n'ai pas envie de rester coince ici.

 

 

CIMG0756S

un bar sur pilotis

 

 

CIMG0754S

superbe, superbe !

 

 

CIMG0758S

ah, voila l'imposant derriere de notre paquebot

 

 

CIMG0759S

la longue file d'attente pour monter a bord

 

La raison de l'attente pour etre admis a bord : un controle de securite. On doit tous badger, ca evite de prendre des passagers clandestins, et nous devons passer sous un portail rayon X, tandis que nos sacs vont sur l'habituel petit tapis roulant pour etre scannes en detail. C'est le bon moment pour vous mettre au courant d'un point du reglement : il est interdit de monter a bord avec de l'alcool, au-dela de la limite d'une bouteille de vin ou de champagne par personne et par escale. Tout autre apport de booze sera 'confisqué' et rendu au debarquement a la fin de la croisiere. Impossible donc de se ravitailler a bas prix en ville, sur le bateau il faut subir le monopole sur l'alcool que detiennent les bars du bord, avec leurs tarifs outrageants.

Pour finir sur Ketchikan, j'ai l'impression qu'on a eu beaucoup de chance avec la meteo : on a eu du soleil toute la journee, pas vu une seule goutte de pluie. Selon les sources, Ketchikan recoit en moyenne entre 349 et 405 cm de pluie par an. Apparemment, c'est beaucoup :-)

Le Diamond Princess quitte son 'berth' a quatorze heures et met le cap vers le nord. Nous n'allons cependant pas tres loin : cette apres-midi nous devons faire des tests acoustiques pour determiner le profil du bruit sous-marin que nous causons. Cette procedure est requise par les autorites en charge du "Glacier Bay National Park", ou nous nous rendrons dans quelques jours. Il s'agit plus precisement d'evaluer l'impact sur la vie marine que le paquebot est susceptible de causer en terme de pollution sonore. Pour ces mesures, nous allons faire plusieurs passages a differentes vitesses devant les equipements du Southeast Alaska Measurement Facility (SEAFAC), qui sont (avec une installation similaire sur la cote est des Etats-Unis) d'apres les explications du commandant de bord "the two most capable facilities of their kind in the world". Je suis flatte, et je me dis que j'ai decidement bien selectionne la croisiere : on fait du "ze most" a tire-larigot !

Le SEAFAC est situe dans le Behm Canal. J'ai essaye de retracer notre parcours de l'apres-midi sur la carte, je vous laisse y jeter un coup d'oeil. Ce matin nous avons survole la partie sud-est du Behm Canal en hydravion, et cette apres-midi nous faisons des allers-retours dans la partie nord-ouest de ce meme canal. Behm Canal est le nom donne au detroit qui entoure l'ile Revillagigedo (sur laquelle se trouve Ketchikan) et la separe du continent, qui l'encercle sur plus de trois quarts de son pourtour. Le petit quart sud-ouest de l'ile ne donne pas sur le continent mais sur d'autres iles, de l'autre cote du Tongass Narrows. Au-dela de ces iles, d'autres iles. Au-dela de ces autres iles, enfin, le Pacifique !

Ah tiens, Revillagigedo ? Ca sonne un peu espagnol vous ne trouvez pas ? Et oui (d'apres wikipedia), pour que la fete soit complete, les espagnols aussi sont venus inspecter les cotes d'Alaska au dix-huitieme siecle, en considerant que ces territoires leur revenaient de toute facon de droit, en raison d'une proclamation... du pape, en 1493. Tout ceci me depasse. J'attends avec impatience la bulle de Benoit XVI indiquant a quel pays 'appartient' la face cachee de la Lune ou le troisieme anneau de Saturne. Je me moque, je me moque... un examen approfondi de l'histoire d'Espagne et d'Europe au Moyen-Age nous donnerait surement plus de clefs pour comprendre le contexte conduisant a ce qui semble aujourd'hui absurde, n'est-ce pas ?

Mais je m'egare, retournons sur le Diamond Princess. Pendant que les tests acoustiques demarrent, la vie a bord a repris son cours habituel (qui a dit "casino & cocktail" ?) apres un solide dejeuner a base de sandwich fromage-coppa. Miam !

 

D-Katchikan 7936S

a six heures, le soleil est encore haut dans le ciel

 

 

D-Katchikan 7937S

a sept heures, finis les tests, nous nous remettons en route pour de bon

 

 

D-Katchikan 7950S

apres manger, petit tour sur la promenade, il fait frais !

 

 

D-Katchikan 7952S

le soleil se couche enfin

 

J'ai oublie de le preciser plus tot : depuis ce matin nous sommes a l'heure de l'Alaska, GMT-8. Ca fait quatre heures de difference avec Boston, et dix avec la France. Quand nous allons dormir, vous etes en train de vous lever. Bonne nuit et bonne journee !

 

article suivant 8/23

Partager cet article

Repost 0
lundi 27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:30

article precedent 5/23

 

Le precedent article nous a laisses a l'approche d'un amerissage sur Rudyerd Bay (enfin... je crois). J'ai tente de placer ce point sur la carte de ce voyage, je pense ne pas etre trop loin de la realite. La raison pour laquelle nous amerissons en plein milieu de nulle part, c'est pour "nous impregner du paysage, de la serenite, et de l'imposant silence de cette incroyable region sauvage de l'Alaska". Ce n'est pas moi qui le dis, c'est Promech Air ! Paysage, oui, serenite, absolument, imposant silence, d'accord jusqu'au moment ou un autre hydravion vient amerrir dans la meme baie que nous !

Nous sortons faire les clowns sur les flotteurs de l'hydravion. L'eau est parait-il fraiche... je ne sais pas, je ne l'ai meme pas touchee !

 

CIMG0679S

pas large le flotteur ! Pas tomber dans l'eau !

 

 

CIMG0654S

C2 bien contente d'etre la

 

 

CIMG0655S

notre beau moteur, notre belle helice, notre beau pilote

 

 

CIMG0656S

ce que je crois etre Rudyerd Bay

 

 

CIMG0682S

un autre hydravion en train d'amerrir

 

 

Pendant que nous sommes la je prends deux series de photos, pour realiser ce que j'espere etre deux beaux panoramiques. Qu'en pensez-vous ? Le premier, le deuxieme.

Et puis il faut deja repartir.

 

CIMG0684S

CIMG0685S

au decollage

 

 

CIMG0687S

etrange cette ombre qui nous suit depuis le depart...

 

 

CIMG0689S

une falaise rabotee par un glacier

 

 

CIMG0692S

CIMG0703S

C-Hydravion 7896S

New Eddystone Rock, une colonne de basalte d'origine volcanique de plus de 60 metres de haut

 

 

CIMG0707S

CIMG0714S

C-Hydravion 7911S

le vol retour, probablement en suivant Behm Canal

 

 

CIMG0715S

CIMG0721S

nous suivons un autre hydravion

 

 

C-Hydravion 7918S

CIMG0725S

attention a ne pas se prendre un paquebot

 

 

CIMG0730S

en ligne pour amerrir

 

 

C-Hydravion 7920S

ah ben c'etait une bonne petite escapade !

 

Et voila, c'est la fin de notre decouverte du Misty Fjords National Monument dans la Tongass National Forest. Malgre tous mes efforts et une lecture attentive des articles correspondants sur wikipedia, je n'ai toujours pas compris a quoi ces deux denominations correspondent exactement sur une carte. Ce n'est pas grave, nous avons vu de la foret, et des fjords (valleesglaciaires envahies par la mer), c'etait epatant.

 

article suivant 7/23

Partager cet article

Repost 0
lundi 27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 11:00

article precedent 4/23

 

Avant de commencer cet article, je voudrais faire deux petites parentheses.

D'abord, dans l'article precedent j'ai affirme que 'berth' voulait dire quai, et un lecteur m'a fait remarquer que quai c'est plutot 'wharf' en anglais. Apres avoir consulte mon enorme dictionnaire francais-anglais, je suis un peu confus, et je suppose que je n'emploie pas exactement les bons termes en francais : wharf n NAUT quai m ; berth n 2. NAUT [in harbour] mouillage m, poste m d'amarrage. Par analogie, disons que wharf c'est un parking, et berth c'est une place de parking ? Bon, plus simplement, je me suis trompe, berth ca n'est pas le quai. Le quai c'est ce sur quoi je me trouve pour ne pas tomber dans l'eau, et berth c'est "l'emplacement dans l'eau" ou le bateau accoste. Par abus de langage, si ca ne gene personne, je vais appeler tout ca "quai" . Et pour faire une parenthese dans la parenthese, berth veut aussi dire couchette (de bateau). Donc notre bateau contient 2670 berths (couchettes) et pas 2670 beds (lits).

Autre remarque, il faut rendre a Cesar ce qui est a Cesar : j'ai pique un grand nombre de photos a C2 pour les inclure dans mes articles sur l'Alaska. Donc en general si vous trouvez une photo bien prise ou interessante, c'est une photo de C2. Si c'est une photo pourrie de batiment en ruine ou de rails de train, vous savez que c'est moi qui l'ai prise !

Reprenons maintenant ou nous en etions. A la fin du precedent article, C2 et moi etions sur le quai (...) de notre bateau, au point de rassemblement pour le depart de toutes les excursions organisees via notre compagnie de croisiere. Nous remettons nos tickets a une charmante petite nana et nous montons dans un minibus. Le chauffeur nous emmene faire un petit tour dans Ketchikan. Bon euh, franchement ca n'est pas tres excitant Ketchikan. Ah, notre chauffeur nous debarque maintenant devant la cahute de ProMech Air. Air ? Oui oui ! Nous allons voler ! Nous allons faire de l'hydravion meme, une grande premiere. Nous traversons la cahute et nous allons attendre sur le quai (mais si, le quai) de ProMech Air, d'ou nous pouvons admirer leurs hydravions revenir de leur precedent vol et amerrir gracieusement devant nos yeux ebahis sur les eaux du canal Tongass.

Dans ce genre d'aventure, C2 et moi avons en general les meilleures places. Les deux raisons pour lesquelles je vous dis ca sont : 1. me vanter 2. vous apprendre le mot en anglais : to brag about something = se vanter de quelque chose ;-). C2 se retrouve tout a l'arriere sur la banquette trop etroite pour accueillir deux passagers, donc elle peut regarder par les hublots tranquillement des deux cotes, et je me retrouve a la place du co-pilote, sans doute en raison de mes capacites intellectuelles largement au-dessus de la moyenne. D'ailleurs, a peine a bord, le pilote m'explique l'etendue de mes responsabilites a cette position : "surtout, ne touche a rien". Ha ha ha !

Un dernier mot avant de me taire et de vous laisser apprecier les photos... en selectionnant l'excursion sur le site de princess.com, j'avais lu attentivement son descriptif, et ils y mentionnaient les hydravions que l'on utiliserait : DeHavilland Beaver ou DeHavilland Otter floatplanes (= hydravion en anglais). Apres m'etre renseigne aupres de mon ami wikipedia, j'ai un peu pris peur, car DeHavilland est une compagnie qui n'existe plus depuis longtemps : les derniers DeHavilland Beaver et Otter auraient ete construits en 1967, euh... c'etait il y a 44 ans. Ils volent toujours ? Eh bien, oui, ils volent toujours. Une fois installe dans mon siege de co-pilote, je confirme que l'interieur semble tellement pourri que l'avion peut largement avoir 44 ans, meme si les equipements ont ete mis a jour pour profiter des evolutions technologiques - il y a un lecteur de CD a bord, c'est plus evolue que dans une Ford Taurus, ha ha ha ! Je crois que nous avons vole dans un Beaver (DHC-2). En avant !

 

CIMG0611S

ZPP (presque) aux commandes. C'est bien un avion des annees 60 ca, non ?

 

 

CIMG0614S

juste apres le decollage

 

 

CIMG0615S

a quai, pardon au mouillage : Diamond Princess, Norwegian Star, ms Volendam, Island Princess

 

 

CIMG0623S

un petit pirate a bord

 

 

CIMG0616S

sous l'aile du castor

 

 

CIMG0620S

CIMG0622S

de l'eau

 

 

CIMG0625S

et des montagnes

 

 

CIMG0628S

ah ! Nous allons percuter un nuage !

 

D'apres ce que j'ai pu espionner sur les cadrans du pilote, nous volons entre 3000 et 3500 pieds, a environ 100 knots (185 km/h). 

 

 

CIMG0632S

B-Hydravion 7849S

B-Hydravion 7857S

B-Hydravion 7859S

CIMG0635S

CIMG0637S

B-Hydravion 7866S

CIMG0641S

CIMG0642S

B-Hydravion 7875S

B-Hydravion 7884S

en vol

 

 

CIMG0647S

allons amerrir sur ce bras de mer

 

 

CIMG0652S

amerrissage dans Rudyerd Bay

 

 

article suivant 6/23

Partager cet article

Repost 0
lundi 27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 10:00

article precedent 3/23

 

Hier soir nous avons recu notre petit journal decrivant les activites du lundi, nous rappelant que nous serions a Ketchikan aujourd'hui, notre premier port de la croisiere. Le soleil s'est parait-il leve a quatre heure sept. Grand bien lui fasse ! Ouvrons les rideaux de la cabine...

 

CIMG0602S

oh ! Ketchikan !

 

Le bateau est tellement gros qu'on n'apercoit pas forcement le quai depuis l'interieur, ce qui donne l'impression qu'on a ete souleve pendant la nuit et depose en pleine terre, comme par exemple l'arche de Noe sur le mont Ararat. D'un autre cote il n'y a pas vraiment de port a Ketchikan. Il y a seulement quelques quais, suffisamment longs pour accueillir quatre enormes bateaux de croisiere, et juste derriere, entre l'ocean et la montagne, le village se tasse en longueur sur quelques blocs de large.

 

CIMG0604S

bateau de croisiere, quai, quelques batiments, la montagne : Ketchikan

 

 

A-Katchikan 7824S

notre bateau vomit son contenu de touristes

 

 

A-Katchikan 7823S

Ketchikan, coince entre la montagne et l'ocean

 

 

Ketchikan est la premiere localite d'Alaska que l'on trouve sur sa route lorsque l'on remonte la cote d'Alaska depuis le sud. Elle porte pour cette raison le surnom de "The First City" (tiens tiens tiens.... un ze first  ). Elle se trouve dans la bande de terre le long de la cote qui se trouve sous l'enorme 'ventre' du reste du territoire de l'Alaska. Cette bande est appelee "Southeast Alaska" (logique, me direz-vous). La frontiere entre Alaska et Canada dans cette region me laisse reveur. Pourquoi historiquement est-ce que ce bout d'Alaska ne fait pas tout simplement partie des provinces canadiennes Yukon et Colombie Britannique ? Plus au nord, c'est tres simple : la frontiere entre Alaska et Yukon c'est la longitude 141°W. Pourquoi est-ce que cette frontiere ne descend pas jusqu'au golfe d'Alaska ?

Mon ami wikipedia, qui sait tout, vient a ma rescousse. Cette frontiere trouve son origine dans un traité signé en 1825 entre les Britons (le Canada n'etant alors qu'une de leurs colonies) et la Russie (avant d'etre americaine l'Alaska fut colonisee par les russes - entendons-nous bien, "colonisee", en dehors des autochtones presents depuis des milliers d'annees, sans doute venus d'Asie via le detroit de Bering, et plus ou moins reduits en esclavage lors de cette "colonisation"). Ce traite definit la frontiere entre les deux colonies, comme etant le "Portland Channel" au sud aux environs de 55°N en latitude, en remontant plus ou moins parallele a la cote vers le nord-ouest, jusqu'a la longitude 141°W (et ensuite tout droit vers le nord). Pourquoi le Portland Channel ? Je suppose que c'est a peu pres l'endroit ou les colonies/villages/forts des russes, arrives du nord, ont rejoint les colonies/villages/forts des britanniques venus du sud et de l'ouest (Colombie Britannique). Et la limite 141°W ? Je ne sais pas... au pif ? D'apres wikipedia, le plus interessant est la definition de la frontiere qui longe la cote, censee suivre les sommets des montagnes [les plus proches de la cote] sans jamais definir une bande de terre de plus de dix lieues marines (environ 56 kilometres (?)). Ca parait un peu foireux et difficile a tracer precisement sur une carte, surtout a l'epoque... d'ailleurs les Etats-Unis et le Canada se sont disputes a ce sujet jusqu'en 1903. Et continuent a se disputer sur la demarcation des eaux a l'embouchure du Portland Channel. Fascinant.

Ketchikan se trouve aussi a peu pres a la moitie (avec Prince Rupert, son voisin cote Canada) de ce qui s'appelle le "Inside Passage", une voie maritime populaire chargee de bateaux de croisiere, ferries, etc. Ce "passage interieur" permet d'eviter les desagrements du grand large en suivant la cote, qui est encombree de nombreuses iles entre le Pacifique et la terre, de Vancouver a Skagway. Ainsi Ketchikan ne donne pas directement sur l'ocean, elle est 'protegee' par des iles, la plus proche se trouvant a quelques centaines de metres a peine de l'autre cote du "Tongass Narrows".

La ville de Ketchikan trouve son origine aux environs de 1885, autour d'usines 'canneries' (de l'anglais can, boite de conserve), dans lesquelles du poisson etait mis en conserve. Avant cela la region etait habitee par les indiens Tlingit. A la fin du dix-neuvieme siecle, la ville continua son expansion en devenant un lieu de ravitaillement/equipement pour les mines (or et cuivre) des alentours. Aujourd'hui son economie depend principalement du tourisme et de la peche. Mon ami wikipedia indique une population de 7368 habitants, donc d'apres mes propres calculs, chaque jour la 'population' double lorsque les quatre bateaux de croisiere qu'elle peut accueillir viennent deverser leurs flots de milliers de touristes/passagers (sans compter les equipages !), qui viennent... bon je serai desagreable sur les touristes (dont je fais partie !) un peu plus tard :-)

Edit : hum, apres avoir enquete, je peux affirmer que ce jour-la, quatre bateaux de croisiere ont mouille a Ketchikan. Le Norwegian Star, construit pour 2348 passagers, le ms Volendam pour 1432 passagers, le Diamond Princess (c'est nous !) pour 2670 passagers, et le Island Princess pour 1970 passagers. Ce qui donne un total de 8420 passagers  (et 3836 membres d'equipage), a comparer aux 7368 habitants. J'espere qu'ils ont la frite pour la saison touristique, les 7368 habitants de Ketchikan !

Je vous ai assommes avec tout ce baratin, vous avez bien merite quelques photos.

 

 

CIMG0608S

un petit pas pour l'homme, un grand pas pour l'humanite. Ah non, c'est juste le pied de ZPP en Alaska

 

 

A-Katchikan 7827S

ca c'est Ketchikan

 

Sur la carte ci-dessus, notez les quatre quais, berth en anglais, numerotes de 1 a 4.

 

 

CIMG0610S

voila, on est pas exactement seul. Le Norwegian Star, de NCL (Norwegian Cruise Line)

 

 

A-Katchikan 7834S

tiens tiens, des hydravions. J'aimerais bien faire de l'hydravion !

 

 

C2 et moi faisons un petit tour rapide des quais, où des echoppes offrant des saloperies souvenirs ont pousse a des endroits strategiques pour capter un maximum du flux ininterrompu de touristes. Puis nous retournons vers le quai d'embarquement de notre bateau pour ne pas rater le depart de notre premiere excursion de la croisiere. Woo hoo !

 

article suivant 5/23

Partager cet article

Repost 0
dimanche 26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 13:00

article precedent 2/23

 

Aujourd'hui on glandouille ! C'est un jour en mer, on ne va accoster nulle part.

Pour commencer la journee, un petit-dejeuner sur notre balcon, autant en profiter tant que c'est possible.

 

 

20110626-Alaska 7818S

comment ca il fait froid ?

 

 

CIMG0586S

notre grande petite cabine

 

 

Ce matin je vais tester une des piscines, et tacher d'y nager un kilometre. Ca donne quoi de nager sur un bateau de croisiere ? Ben pas grand chose, mis a part que c'est un peu lassant. Le bassin est tout petit, alors je nage cent longueurs avant de sortir de l'eau avec le tournis. Je me suis aussi pris le rebord de la piscine plusieurs fois, par manque de reperes visuels pour faire mes demi-tours en roule-boule. Serais-je devenu bigleux ? Non, laissez-moi vous expliquer : entre le fond du bassin et ses parois verticales, il n'y a pas d'angle droit, ni d'arete visible, ca fait un arrondi. Et comme le fond et les parois ont exactement la meme couleur (blanc uni), je n'ai pas de reperes pour evaluer a quelle distance je suis du bord et quand amorcer mon demi-tour. Du coup a l'issue de la manoeuvre au lieu d'avoir les pieds a plat contre le mur comme un pro pret a pousser vigoureusement pour traverser le bassin en trois ondulations, je me retrouve en vrac les talons contre la rigole d'evacuation. Ca doit etre tres drole a voir, et c'est tres douloureux a faire . Que ce court paragraphe constitue une mise-en-garde : nager, oui, faire le malin, non !

C2 court partout d'activite en activite. Chaque soir nous recevons le 'journal de bord' qui detaille les activites a bord du lendemain, et il y a quatre colonnes ecrites en petits caracteres detaillant les nombreuses possibilites, de six heures du matin (ouch !) a onze heures du soir. De mon cote je me trouve happe par une force malefique et me retrouve a siroter un cocktail devant une machine a sous au casino. Mais nous prenons tout de meme aussi le temps de revasser en contemplant l'ocean...

 

CIMG0587S

le grand large a tribord (starboard en anglais)

 

 

CIMG0588S

le grand large a l'avant (bow)

 

 

CIMG0589S

le grand large a l'arriere (stern)

 

 

CIMG0590Sd

bref, nous sommes au large

 

 

CIMG0592Sd

quel grand marin !

 

 

20110626-Alaska 7819S

nous filons a bonne vitesse

 

En parlant de filer, je complete minutieusement pour vous la carte avec les points releves par notre capitaine.

 

 

CIMG0595Sd

en fin d'apres-midi nous sommes toujours au milieu de nulle part

 

 

Ce soir le "dress code" est "formal". Vais-je me mettre en cravate pour aller au restau ? Non, nous restons en jeans et nous mangeons au buffet, avant d'aller voir "Inception" au cinema en plein air. C'est tres sympathique ! Bon le film est un peu complique, mais ca divertit.

 

 

CIMG0600Sd

dans la soiree nous apercevons la terre

 

Le soleil se couche tard. Et demain il est cense se lever a quatre heures ! Nous non... bonne nuit !

 

article suivant 4/23

Partager cet article

Repost 0
samedi 25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 16:00

article precedent 1/23

 

Samedi matin, un jour pluvieux s'est leve sur Vancouver. La meteo de yahoo.com, que nous guettons depuis plusieurs semaines pour savoir le temps qu'il fait a Vancouver et en Alaska, ne nous a pas menti : il flotte tout le temps ici... on se croirait a Londres !

 

 

CIMG0568S

Vancouver sous la pluie. Les vacances commencent bien !

 

 

CIMG0569S

excitation ! Ca c'est notre bateau

 

 

Comme l'embarquement ne se fait qu'en debut d'apres-midi, nous allons nous promener un peu.

 

20110625-Alaska 7784S

les canadiens sont ecolos : ils plantent du gazon sur les toits de leurs parkings

 

 

20110625-Alaska 7786S

on est au pays des totems, et le hall de notre hotel n'y coupe pas

 

 

 

Entre deux averses nous allons nous balader sur les quais pour admirer les bateaux de croisiere. Bon, un seul nous interesse : le Diamond Princess.

 

 

20110625-Alaska 7790S

il est gros ! (le bateau, pas moi, m'enfin...)

 

 

20110625-Alaska 7800S

20110625-Alaska 7795S

Diamond Princess, c'est bien lui

 

 

20110625-Alaska 7796S

je suis perplexe : alors il va falloir que je conduise ca et que je fasse des creneaux avec ? Ok !

 

 

La zone d'embarquement (passagers et bagages) est assez chaotique. Il nous faut un peu de temps avant de comprendre ou laisser nos valises. En fait c'est simple : en vrac, sur un coin de trottoir a cote des arrivees de taxi et d'autocar, au milieu des flux desorganises et contradictoires des gens qui partent et de ceux qui arrivent. Comme ca si quelqu'un veut voler un bagage au pif, c'est facile... il n'y a qu'a baisser le bras. Bon tant pis, on abandonne nos valises en faisant confiance a l'equipe de manutentionnaires qui a l'air un peu debordee, et on va dejeuner le coeur leger dans Vancouver.

Quand nous revenons au quai pour embarquer pour de bon, nous nous livrons au meme menage que dans un aeroport, avec une longue queue jusqu'a la securite, et passage sous un portail rayons machin apres avoir laisse sacs et vestes sur un tapis roulant. A noter que les consignes sont moins strictes que pour le monde aerien : il me semble qu'on garde nos chaussures et nos ceintures. Apres la securite, interessant : nous passons les services d'immigration americains. Mais... on est en territoire canadien non ? Oui, mais je suppose que le bateau est lui-meme considere comme territoire americain, donc avant de pouvoir embarquer nous devons franchir une frontiere virtuelle. C'est avec beaucoup d'excitation que je fais tamponner mon passeport, pour la premiere fois sans visa ni "visa waiver". Serais-je devenu americain ? Presque, presque...

Avant d'acceder au bateau, nous nous voyons remettre un badge magnetique (comme les badges d'acces aux chambres dans les hotels), qui sert a deux choses : acceder a notre cabine, et surtout servir de moyen de paiement. Notre badge est lie a notre carte bancaire, donc chaque depense a bord se fait via le badge magnetique, et a la fin de la croisiere, tout sera facture sur la carte de credit. Pratique, on peut se balader a bord avec les poches vides, mis a part ce badge !

Une fois a bord, C2 et moi courons jusqu'a notre cabine. Elle parait plutot bien situee vers le milieu du bateau, avec un balcon, a tribord. Nous avons droit a : un lit double, un petit frigo, un petit bureau, une salle-de-bain riquiqui, et un placard plus penderie. Plus une grande baie vitree qui donne sur l'ocean, ca c'est cool. Il y a la place pour rentrer dans la chambre, contourner le lit, acceder au bureau et a la baie vitree, mais a peine plus. La place est comptee ! Nos deux gros sacs occupent la moitie de l'espace disponible pour deambuler, mais au moins ils sont la : ouf !

Avant le depart effectif, nous subissons egalement la seance obligatoire de l'exercice d'evacuation. Tout le monde a un gilet de sauvetage, et le nombre de canots de sauvetage semble avoir ete calcule un peu plus largement que sur le Titanic... nous sommes rassures.

 

CIMG0570S

notre balcon

 

 

CIMG0571S

la superbe vue, sur les docks pour l'instant

 

 

CIMG0572S

Vancouver sous les nuages. Vont-ils s'en aller ?

 

 

CIMG0573S

CIMG0574S

a droite : des balcons a perte de vue ; a gauche : des balcons a perte de vue. Il est grand, ce bateau !

 

 

CIMG0575S

ce n'est pas un balcon, c'est une terrasse : on a une table et quatre chaises !

 

 

CIMG0577SZPP au depart d'une croisiere pour l'Alaska

 

 

Le nombre de bateaux qui font des croisieres en Alaska est ebouriffant, et le nombre correspondant de passagers qu'ils emportent est tout simplement ahurissant. Je ferai le compte (via un fichier Excel) un de ces quatre, ne vous inquietez pas. En attendant, nous pouvons admirer un concurrent prendre le depart.

 

 

CIMG0578S

le Zuiderdam (Holland America Line) met les voiles

 

 

Nous n'avons pas retenu ce bateau pour notre croisiere car il se contente de naviguer jusqu'a Skagway (au nord de Juneau), puis fait demi-tour pour revenir a Vancouver. Nous on veut aller jusqu'a Anchorage !

Quelques minutes plus tard, c'est notre tour de reveiller les milliers de canassons qui dorment dans les cales du Diamond, et de les faire courir sur les tapis roulants relies aux deux helices qui propulsent notre nef (NEF, subst. fém. I. A. −Poét. Navire). Nous partons !

 

 

CIMG0579S

notre quai s'eloigne

 

 

C'est tres fatigant d'etudier la manoeuvre de depart... Apres avoir couru partout, comme il n'y a plus grand chose a observer (c'est facile, c'est tout droit !), j'en profite pour me reposer tranquillement sur ma terrasse avec une binouze.

 

 

20110625-Alaska 7810S

Foster's, pour nous les australiens

 

 

Vancouver ne donne pas directement sur l'ocean Pacifique, il y a l'ile Vancouver sur le chemin. En sortant de la baie Burrard (Burrard Inlet) ou se trouve le port de Vancouver, nous commencons donc notre navigation par les eaux calmes du detroit de Georgie (Georgia Strait).

 

 

CIMG0582S

sous le Lions Gate Bridge

 

 

Le Lions Gate Bridge est un pont qui relie Vancouver a ses voisines au nord de la baie Burrard. Nous l'avions admire il y a trois ans lors de notre passage au Stanley Park.

 

 

CIMG0585S

en route pour le Georgia Strait, dans Burrard Inlet

 

 

Sur la photo ci-dessus, prise depuis l'arriere du bateau, au quatorzieme 'etage', on peut voir un tout petit bateau de plaisance, un vraquier (?) chinois, la foret du parc Stanley, et les gratte-ciel de Vancouver.

Apres deux heures de croisiere, que puis-je en dire ? C'est sympaaaa ! C2 et moi explorons le bateau. Il y a douze ponts accessibles au public (douze 'etages'), numerotes de 4 a 16. Il n'y a pas de deck 13, hi hi hi ; cinq piscines (ce ne sont pas des bassins olympiques hein...), deux grands buffets ouverts 24 heures sur 24, sept restaurants, et pour mon plus grand malheur, un casino et un nombre incalculable de bars. Il y a egalement un ecran geant tout en haut, qui sert de salle de cinema de plein air le soir. Je suppose que pendant certaines croisieres il est possible de regarder un film en pataugeant tranquillement dans la piscine qui se trouve la, mais en Alaska les conditions meteorologiques n'y sont pas favorables...

 

 

20110625-Alaska 7807S

une des piscines, tout en haut du bateau. L'attroupement se trouve devant un... bar

 

 

20110625-Alaska 7816S

cinema plein air, avec piscine plein air egalement, mais la il fait trop froid pour se baigner

 

 

20110625-Alaska 7814S

c'est chouette de diner avec une aussi belle vue !

 

 

En plus de vous innonder de photos et de baratin dans les articles qui suivent, je devrais etre en mesure de vous fournir une carte precise du trajet du bateau sur ma carte google, grace au "Log of the Cruise" maintenu sur la passerelle par les officiers de quart, qui donne l'heure precise de passage du Diamond Princess en divers points, que j'espere tous retrouver grace a mon ami google. Chic ! Pour ce qui est des distances, je ne peux pas les donner jour par jour comme j'ai l'habitude de le faire pour mes road-trips, mais etape par etape. Ce premier soir, nous sommes entre Vancouver, Canada et Ketchikan, Alaska, ou nous arriverons lundi matin.

J'allais oublier : il y a des gens PARTOUT, tout le temps ! Le seul endroit ou etre tranquille, c'est finalement sa propre cabine...

 

20110625-Alaska 7811S

un arc-en-ciel pour nous souhaiter bonne route

 

Bonne nuit !

 

article suivant 3/23

Partager cet article

Repost 0
vendredi 24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 22:00

J'ai longtemps reflechi a la facon dont j'allais introduire cet article. Comment menager le suspense, comment faire durer la tension jusqu'a l'instant crucial ou je revelerais ma destination. J'ai egalement longtemps cru que cet article ferait partie de la derniere serie d'articles sur mon blog, lorsque moi, ZPP, le conquistador des temps modernes, je poserais enfin le pied dans mon cinquantieme et dernier etat des Etats-Unis d'Amerique, fier d'avoir atteint un but dont la vacuite n'a point d'egal a part la course a l'espace.
Et puis, la realite nous rattrape, et nous ne faisons pas toujours tout selon ce qui avait ete planifie. En ce qui me concerne, je fais presque tout apres une planification minutieuse, plusieurs annees a l'avance, ha ha ha. Ce soir, mes amis, C2 et moi nous envolons pour Vancouver. Vancouver ? Quoi ? On croit rever... Retourner deux fois au meme endroit sur le blog d'un US-trotter, il y a de quoi vouloir fermer ce navigateur internet, abandonner la lecture de ces articles qui se repetent. Patience, mes amis, patience, comme disait Hubert Reeves. Vous vous doutez bien que si je m'envole ce soir pour la plus grande ville de la province de Colombie-Britannique a l'ouest du Canada, ce n'est ni par hasard, ni par desabusement.
Si l'on veut comprendre les Etats-Unis, il y a une notion avec laquelle il faut etre familier : celles des "48 lower states". Il s'agit des 48 etats qui se touchent et qui courent du Massachusetts a la Californie, de la Floride a l'etat de Washington. C'est-a-dire, les 48 etats contigus qui couvrent une grande partie du continent nord-americain, de l'Atlantique au Pacifique, entre le Mexique et le Canada. Et puis, en plus de ces 'lower 48', il y a deux etats supplementaires qui ne touchent aucun de ces 48 'etats contigus'. Il s'agit de l'Alaska, terres achetees a la Russie en 1867 et devenu un etat en janvier 1959, et Hawaii, devenu un etat en aout 1959.
Apres cette longue introduction, les lecteurs les plus assidu(e)s de mon blog auront devine ce que la serie d'articles qui va suivre veut raconter : mon voyage en Alaska. Alaska ! "Ze last frontier", la derniere frontiere, comme l'appelle les ricains. Pourquoi ? D'abord, parce que ca en fait un 'ze most', a l'oppose du 'ze first' du Delaware :-) Egalement, pendant longtemps pour les americains la "frontiere" ce fut l'ouest, la limite avec l'inconnu non-civilise, inhospitalier, et la course vers le Pacifique. Vous savez, le fameux "Far West". Et puis avec le temps, le dix-neuvieme siecle a vu cette frontiere bouger vers l'ouest tant et si bien que rien n'en est reste quand l'Arizona a rejoint les Etats-Unis en 1912 et que plus une seule parcelle de terre ne fut orpheline (d'appartenir a un etat) d'un ocean a l'autre.
L'Alaska, en 1867 ou en 1959 (selon le penchant de chacun pour le statut d'etat) devint une nouvelle frontiere, dans le sens ou tout restait a y faire : la nature a dompter, le petrole a pomper, et Palin a elire. Integre aux Etats-Unis avant Hawaii, donc quarante-neuvieme etat, il s'agit pour ma part du quarante-cinquieme etat coché dans ma liste. Tant pis pour l'ordre dicte par l'histoire, je vais creer le mien.
Ces quelques mots ayant ete dits, pourquoi m'envole-je pour Vancouver, Canada, plutot qu'une quelconque ville d'Alaska ou de la cote ouest des Etats-Unis ? Car apres des heures ; que dis-je, des jours entiers d'investigation, j'ai determine que c'est de Vancouver que partirait la meilleure croisiere (ze best cruise) pour aller faire un tour en Alaska. Une croisiere ! Horreur... des journees entieres enferme sur un bateau, a ne rien faire ? Mais oui, wou hou ! Car l'Alaska est un etat 'lointain'. A oublier donc le road-trip pour aller y faire un tour. Il faudrait rouler via le Canada 1860 miles (3000 km) et 41 heures depuis Seattle, son plus proche voisin americain, pour y mettre un centimetre carre de pneu ou de semelle. Et la capitale (Juneau) n'est meme pas atteignable par route terrestre...
Je n'ai pas reussi a trouver de vol direct Boston-Vancouver, et apres des heures de reflexion sur la meilleure strategie a adopter (partir la veille ? Partir tot le jour du depart de la croisiere ? Dormir dans une ville sur le trajet en avion ?), C2 et moi nous envolons de Boston a 17 heures pour arriver vers 22h30, heure locale, a Vancouver, apres un stop a Portland, Oregon. Bien que j'aie stresse comme un malade en imaginant tous les scenarios les plus abominables, aux environs de 23 heures nous sommes dans notre chambre au dernier etage d'un hotel surplombant les quais d'embarquement des bateaux de croisiere a Vancouver, avec tous nos bagages. Bravo !
Note : pendant notre trajet jusqu'a l'hotel en taxi, quand il n'est pas occupe a essayer de nous tuer au volant de son bolide, une Toyota Prius, en faisant des changements de file a des vitesses dignes d'un grand prix de F1, notre conducteur, pardon, notre pilote tente d'engager la conversation, par exemple en nous demandant d'ou nous venons. J'ouvre ma grande bouche pour repondre, avec l'accent : de Baaaaaaaston... grave erreur. Le week-end dernier s'est joue a Vancouver le dernier match de la finale de la saison 2010-2011 de la NHL (hockey sur glace) entre Boston et Vancouver, pendant lequel Boston a battu Vancouver 4-0, ce qui a provoque des emeutes (meme... s'il est probable que les emeutiers s'en fussent aussi donne a coeur joie en cas de victoire de Vancouver) dans le centre-ville, et nous admirons de magnifiques plaques de contreplaque venues remplacer temporairement les baies vitrees des grands magasins de Robson St. Charmant accueil !

 

article suivant 2/23

Partager cet article

Repost 0
dimanche 12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 14:00

Des visiteurs de France ! Ma soeur et mon beauf viennent passer un week-end prolonge dans le charmant climat de Boston, avant d'aller faire les petits fous a New York. En quelques jours nous avons le temps de visiter l'aquarium de Boston, faire un tour en "Duck tours" sous le soleil, et aller a Rockport sous la pluie. Ah, et aussi, devaliser le magasin crocs.

 

 

P1070819

P1070913

nos visiteurs

 

 

P1070906

et un chipmunk tout excite d'avoir de la visite !

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
dimanche 05 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 16:00

article precedent 9/10

 

Apres ma visite du capitole, je tourne un peu dans Richmond pour prendre des photos de gratte-ciel. Il n'y a personne dans les rues : les quartiers d'affaire dans les grandes villes americaines sont rarement vivants le week-end. Puis je me mets en route pour la derniere etape de mon road-trip, qui consiste a retourner a l'aeroport de Baltimore. Il n'y a que 140 miles sur de l'interstate, mais j'ai prevu large en temps car je crains les bouchons, surtout aux alentours de Washington qui se trouve sur ma route (que vous pouvez suivre sur la carte).

 

 

CIMG0538S

au depart de Richmond. Charlottesville est a l'est, Washington au nord

 

 

Effectivement le trajet va etre stressant. Apres a peine quinze minutes, je suis coince dans un bouchon. Vitesse moyenne : 5 miles par heure. Distance a parcourir : 120 miles ! Surtout garder son sang froid :-)

 

CIMG0539S

dans les bouchons sur la I-95. Ce ne sont pas mes moments preferes en road-trip...

 

 

Au fait, je ne presente plus la I-95, vous la connaissez n'est-ce pas ? Mais oui, c'est bien ca, si je reste dessus, je finirai par arriver a Waltham. 560 miles sur la I-95 et me voila a la maison !

 

 

CIMG0540S

ouf, ca circule mieux

 

CIMG0542S

ah, voila la route qui va a Cul-de-poivre, hi hi hi

 

CIMG0544S

le trafic sur la I-95 vers le nord reste chargé

 

CIMG0546S

je vogue sur un ocean d'autoroutes en arrivant dans la banlieue lointaine de Washington

 

 

CIMG0550S

ahhhh ! Trop de choix ! Ou aller ? Baltimore !

 

 

C'est peu apres ces panneaux que je franchis le pont sur la Potomac River, et que je quitte la Virginie (au-revoiiiir !) pour retourner dans le Maryland (bonjouuuuuuuuuur !). Apres avoir contourne Washington par le sud, je delaisse l'interstate I-95 pour arriver de facon plus directe a l'aeroport, via la bien-nommee "Washington-Baltimore Parkway". Au moins, on est sur que c'est une route qui va de Washington a Baltimore.

 

 

CIMG0551S

bye bye I-95... dommage, je n'etais plus qu'a 425 miles de Waltham !

 

 

CIMG0552S

quelle surprise... ici aussi ca bouchonne !

 

 

J'ai ete bien inspire de prevoir beaucoup de temps pour ce trajet un dimanche apres-midi ensoleille. Cela m'autorise a me perdre pour aller chercher de l'essence, me perdre pour retrouver l'aeroport, rendre la voiture de loc, attendre le petit bus qui va du parking des voitures de location au terminal, prendre le petit bus qui va du parking des voitures de location au terminal, faire la queue dans la securite, et etre quand meme en avance a la porte d'embarquement de mon avion. Ouf !

Fin du road-trip, c'est l'heure des comptes ! J'ai roule aujourd'hui 265 miles (426.5 km), pour un total de 582 miles (936.5 km) pour l'ensemble du road-trip. Cote conso, la Nissan a ete un peu gloutonne : 7.79 litres au 100km, contre 6.47 l/100 pour le precedent road-trip avec la Ford Fiesta. Il faut dire que 200 chevaux, ca boit ! 200 chevaux... je vous promets que comme d'habitude j'avais selectionne la categorie "Economy".

Vous vous demandez peut-etre ou j'en suis de ma quete des etats et des capitoles ? Il me reste 6 etats dans ma liste, ou je compte me rendre au cours de 3 voyages, dont un tres prochainement, he he he. Ajoutez a cela un voyage supplementaire, et j'aurai aussi le compte des 50 capitales dans ma fameuse page. Et apres, que se passera-t-il ? J'arreterai de vous gonfler avec des articles et des photos d'interstates encombrees. Peut-etre .

 

tout reprendre depuis le debut, article 1/10

Partager cet article

Repost 0
dimanche 05 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 12:00

Partager cet article

Repost 0