Recherche

Anciens Articles

mercredi 31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 16:00
article precedent 39/40


Pour terminer ce road-trip, je me lance dans la derniere et plus longue etape de mon planning : 245 miles (4 heures de conduite) pour aller de Savannah a l'aeroport d'Atlanta, uniquement sur de l'interstate. Plus question d'aller faire le road-trip buissonnier sur les routes secondaires, j'ai un avion a ne pas rater, je reste donc sur l'interstate. Vous pouvez suivre ce dernier trajet sur la carte.


au depart de Savannah


Sur la photo ci-dessus vous pouvez remarquer des piquets en plastique jaune qui ferment l'acces a une voie centrale, voie qui permet de transferer le flot de la circulation vers les deux  voies de l'autre cote du terre-plein central. Comme j'ai pu le comprendre apres plusieurs de ces voies de basculement, cette interstate (l'I-16) est un axe majeur d'evacuation en cas de tornade, et quand c'est necessaire, le sens de circulation vers Savannah est arreté, pour permettre au flot evacuant Savannah d'utiliser les quatre voies disponibles vers l'interieur des terres.



je roule...



je revasse...



sur l'I-16 en direction de l'ouest



en arrivant vers Macon



A Macon l'I-16 prend fin et je continue ma route vers Atlanta sur l'I-75.


je vais vers le nord... au sud l'I-75 se termine a Miami, en Floride, a seulement 640 miles (1000 km) d'ici



un panneau interessant sur l'I-75 (injured = blessé [physiquement])


On entend souvent parler de ces affaires retentissantes, ces proces pour un cafe trop chaud ou un pantalon mal repassé, avec des demandes de dommages et interets qui se chiffrent en millions de dollars. Il faut savoir que les plaignants ne sont pas les seuls genies a l'origine de ces affaires. Ils sont extremement efficacement aidés, voire encouragés, par des avocats qui basent leur activite sur ce genre de coups.. comme nos amis de Montlick & Associates visiblement. On appelle ?
Je fais une derniere pause lunch, et je deguste mon sandwich en ecoutant la radio du Subway qui passe "Take the long way home" (Supertramp) puis "Stairway to heaven" (Led Zeppelin). Comment ne pas apprecier les road-trips dans ce pays, si meme en sortant de la voiture pour la pause dejeuner je continue a ecouter de la musique que j'adore ?
Je suis dans les temps, et c'est plutot bien car plus je me rapproche d'Atlanta plus la circulation est mauvaise. Pas de rush hour pourtant : il est a peine quinze heures.


les bouchons en arrivant a Atlanta



Une fois a proximité de l'aeroport, se produit le phenomene interessant et neanmoins facilement reproductible, qui voit la frequence des stations-service sur le bord de l'autoroute tomber a "que dalle", alors qu'il y en avait encore quatre par sortie dix miles auparavant, et que c'est maintenant que j'ai besoin de refaire le plein avant de rendre la voiture de loc'. Je trouve quand meme une pompe dans un coin pourri ou je ne m'attarde pas, et je prends la route (crois-je naïvement) du loueur.
Malheureusement en voulant faire le malin et en ignorant le plan obligeamment fourni par ledit loueur, j'ai oublie que leur parc de voitures ne se trouve pas au contact de l'aeroport mais dans une zone distante de quelques miles. Apres quelques detours hasardeux et une tension nerveuse qui monte de plusieurs crans, je finis par arriver a bon port. Je saute dans la navette qui m'emmene jusqu'a l'aeroport, je m'enregistre, et je vais souffler dans la salle d'attente, avec un vol prevu a l'heure.

Bilan de conduite : 300.7 miles (484 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 2333 miles pour tout ce road-trip, soit 3754 km. Cela represente une moyenne de 333 miles par jour (535 km), moyenne moins folle que lors de mon road-trip dans les Grands Lacs, mais tout de meme assez soutenue. Et vous l'aurez compris, en plus de la distance, la duree du voyage m'a usé sur la fin. Bien entendu je ne regrette rien.
Autre detail interessant : mon budget essence pour tout le voyage est de... $112.11 , soit bien moins que par exemple le cout du parking de mon panzer qui m'attend a l'aeroport a Boston.

Mes aventures ne sont toutefois pas totalement terminees.
Le vol de retour se deroule sans probleme.


en vol pour Boston



vous n'etes pas obligés de me croire, mais ces lumieres au centre de la photo, c'est Manhattan



J'arrive a 20 heures comme prevu a Boston, apres le passage d'une... tempete de neige, quelle surprise !



du soleil au depart d'Atlanta, de la neige en arrivant a Boston. Rien ne change



Je retrouve mon Explorer qui accepte de demarrer dans le froid polaire, et je rentre me mettre au chaud chez moi, non sans avoir a deblayer vingt centimetres de poudreuse pour acceder a ma porte d'entree.


de retour a la maison, ou tout dort sous un manteau blanc


Dernier coup d'oeil sur Internet avant de clore ce voyage : d'apres le site de meteo que j'utilise sur mon blog, la temperature exterieure ce soir-la est de -13°C, avec un 'ressenti' (effet du vent et de l'humidite) de... -29°C.

Bonne annee 2009 !


tout reprendre au debut : article 1/40

Partager cet article

Repost 0
mercredi 31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 11:00
article precedent 38/40


Me voila a Savannah, fondée en 1733, dont au moins une caracteristique connue est l'architecture de son centre-ville, ainsi que le plan de ses rues. Comme souvent aux US il s'agit d'un quadrillage avec des rues a angles droits, mais on trouve egalement, uniformement répartis, des 'squares'. Je vous laisse aller consulter vous-meme la carte officielle ici (attention, pdf de 3Mo). Je me gare dans une petite rue pas trop loin du fleuve, je donne a manger au mange-sous, et je pars flaner a pied.


bon au moins une valeur sure : de la briquette




un batiment officiel : une poste ?


Apres avoir acheté un paquet de biscuit au CVS du coin (payer $15 pour manger des petits-dejeuners fades dans les hotels, j'en ai marre aussi), je me dirige vers le fleuve. J'arrive en vue du City Hall, le point numero 16 sur la carte de Savannah.



Savannah City Hall


Apres tout ce que j'ai dit hier, je decouvre que la rive ouest de la Savannah River a Savannah est... tout ce qu'il y a de plus ancien. Voila de la bonne briquette qui a resisté au temps, au beton, et au plastique. Je marche avec plaisir sur du vieux pavé inegal, en mettant le nez dans des arcades dont je me demande encore l'utilité dans le passé.

dans le vieux vieux Savannah (Factors Walk sur la carte)





Savannah Cotton Exchange. Le coton a participé a la prosperite de Savannah au dix-neuvieme siecle



Le bord de fleuve n'est pas aussi amenagé que dans d'autres villes americaines que j'ai pu visiter, mais ce n'est pas non plus une ruine totale.
L'ocean est trop loin pour qu'on puisse le voir, soupir.


un bateau a quai. Je suppose qu'on peut le visiter. Je n'etais pas tres concentré ce matin-la




l'enorme pont au-dessus de la Savannah River depuis la Caroline du Sud (le point 51 sur la carte de Savannah)



de l'autre cote du fleuve, un hotel (Westin). Je ne sais pas pourquoi ca m'a rappelé Detroit




ah... le cri des mouettes sur les toits de Nice a cinq heures du matin... que de souvenirs



les facades un peu miteuses des immeubles qui donnent sur le fleuve. Pas encore des condos a $500+



Apres avoir respiré l'air marin, je retourne dans la ville. Pour la derniere 'visite' de mon road-trip, je suis completement désorganisé, vous me pardonnerez donc le manque d'unité de cet article.

une maison rose. Plutot rare




l'architecture typique du coin : petite maison bancale en bois



ce panneau m'a beaucoup interessé, mais je n'ai pas osé trop m'attarder :-)



Quelque peu desoeuvré, je renonce a pousser plus avant mon exploration de Savannah. Je dois cependant admettre qu'apres les multiples deceptions des derniers jours, Savannah m'a fait bonne impression, et qu'elle meriterait sans doute un autre voyage, si j'avais le temps... rahh... pas le temps ! Rien le temps de faire ! Une autre chose a mentionner sur Savannah, c'est que je vois dans mes notes que j'ai marqué "Savannah est une ville qui sent le cheval". Bon, a eviter en plein ete alors en attendant confirmation, hi hi hi !
Je retourne a la voiture avant de recolter une prune et je continue mon errance derriere le volant. A un feu rouge je repere un type avec une pancarte, qui merite amplement une photo sur mon blog.


"Fight for freedom JESUS and his KINGDOM". Okkkk...


Avant de quitter definitivement la ville, je vais faire un dernier stop au Visitors Center (point numero 1 sur la carte de Savannah), pour constater qu'une autre caracteristique de Savannah est d'etre mangee par les voies ferrees, en activite ou desaffectées. Le Visitors Center lui-meme semble avoir ete amenagé dans un ancien hangar ferroviaire. J'en profite pour prendre quelques photos de batiments en ruine, pile comme je les aime.



un ancien hangar a bout de souffle



Et puis voila. Je range ma casquette de touriste au fond de ma valise, sort pour mon dernier trajet vers l'aeroport d'Atlanta ma casquette de conducteur, et je m'aiguille sur l'interstate I-16. Bye bye Savannah !


article suivant 40/40 

Partager cet article

Repost 0
mercredi 31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 09:30
article precedent 37/40


Apres une nuit reposante sans l'aide du CD adequat, je m'apprete a attaquer ma derniere journee de ce road-trip, avec en ligne de mire un retour dans les frimas de Boston. Un message de France sur mon portable pendant la nuit va donner le ton de la journee : les nouvelles ne sont pas bonnes, et je sombre dans une reverie qui me voit replonger dans mon enfance.



l'apercu mer depuis ma chambre. Au moins je peux refaire le plein de soleil avant mon retour a Boston



Ma premiere etape de la journee devrait etre courte : je dois conduire la quarantaine de miles qui separent mon hotel a Hilton Head Island de Savannah, de l'autre cote de la frontiere avec la Georgie (voir la carte).


Farewell, Hilton Head Island



quelque part sur la route 46



Je roule tranquillement trois quarts d'heure jusqu'a arriver sur l'enorme pont sur la Savannah River, qui forme la frontiere entre la Caroline du Sud et la Georgie.



en arrivant en Georgie et dans Chatham County, le comté de Savannah



"Welcome, we're glad Georgia's on your mind"



Savannah est un port certes, mais sur la Savannah River, pas directement sur l'ocean. La ville se trouve donc a quelques miles a l'interieur des terres, et je ne reverrai pas l'ocean apres mon apercu de ce matin depuis ma chambre d'hotel. Tout ce qu'on peut voir d'ici, c'est le fleuve Savannah.




Savannah River, avec sans doute en arriere-plan le port industriel de Savannah


Allons visiter la ville.


article suivant 39/40 

Partager cet article

Repost 0
mardi 30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 16:00
article precedent 36/40


Comme seul objectif de l'apres-midi, j'ai prevu de rouler jusqu'a la pointe sud de la Caroline du Sud, sur la cote Atlantique et a la frontiere avec la Georgie. Ce point correspond a l'emplacement de Savannah, qui se trouve en Georgie, mais mon hotel se trouve a Hilton Head Island, toujours en Caroline du Sud, a une vingtaine de miles au nord-est a vol d'oiseau de Savannah. Au programme : 155 miles d'interstate et 15 miles de petites routes pour arriver jusqu'a l'hotel (vous pouvez suivre sur la carte).
Pour commencer, je roule une heure vers le sud sur l'I-26.


au depart de Columbia


C'est sur cette interstate que je note ce que je retiens comme etant les deux pompes a essence les moins cheres de tout mon trajet : $1.339 le gallon, puis $1.329, ce qui donne un litre d'essence a 25.16 puis 24.97 centimes d'euro. Le plein de ma Starlet a 9 euros, j'en ai reve, les ricains le font !
Je finis par rejoindre l'inevitable I-95, que nous commencons a tous connaitre par coeur.


vous vous souvenez ou mene l'I-95 North, n'est-ce pas ?


Je garde mon cap au sud dans la direction de Savannah. Le trafic commence a s'intensifier, au point que des ralentissements et meme des bouchons se forment. Ah ! On me gache mon road-trip. Comme je n'ai pas d'imperatif d'horaire, je decide de sortir de l'autoroute a Walterboro pour aller tenter ma chance sur les routes secondaires et admirer la Caroline du Sud a l'ecart des interstates.


sur l'interstate...



... et plus sur l'interstate. Probablement quelque part sur la route SR-303 ("Green Pond Highway")


Ce contact avec la campagne de Caroline du Sud me permet de rencontrer des maisons abandonnees et des routes desertes, ce que j'apprecie particulierement.



une maison abandonnee



et une route deserte



Je rejoins la route US-17 et je tourne a droite, pour rouler vers l'ouest. La route prend ici le nom de "Ace Basin Parkway", est en travaux monumentaux pour en faire une deux fois deux voies, et traverse ce qui ressemble a un immense marais, les moustiques en moins.



en traversant le ACE basin (ACE pour les initiales des trois rivieres qui le forment : Ashepoo, Combahee, Edisto)



Le coin pullule de maisons et de motels a l'abandon. Mon appareil-photo serait devenu fou si il avait vu ca, mais pour des raisons de prudence il reste dans son etui et je me concentre sur la route.



allez, juste une photo pour vous faire plaisir



aux origines du nom donné a ce road-trip...


Pour rappel Dixie est le surnom donné aux etats du sud des Etats-Unis, et tout mon road-trip s'est deroule au coeur de ces etats. Pour plus details, veuillez consulter mon ami wikipedia.
En continuant ma route j'apercois des panneaux "Beaufort" et "Port Royal". Je me dis "chic, des petits ports, allons voir ca".
Apres les milliers de miles que j'ai parcourus aux US, je ne comprends pas comment je peux encore etre aussi naïf. En regle generale d'ailleurs plus les noms sont flamboyants, plus les localites correspondantes sont minables. Allez donc visiter Paris au Texas ou dans le Tennessee, ou Versailles dans le Kentucky... vous m'en direz des nouvelles.
La deception donc a Beaufort et Port Royal est totale. Il n'y a rien a voir a part du bitume, des stations-service, et une base militaire sur une presqu'ile dont l'acces est fermé au quidam de base. Pour etre honnete, je crois que je commence a saturer.
Je continue neanmoins ma route vers mon hotel, soi-disant sur une ile charmante, en esperant voir l'Atlantique et me detendre devant ses vaguelettes. Peine perdue. Le seul apercu marin ce soir sera pour le 'Port Royal Sound', la "baie de Port Royal", depuis le gigantesque pont routier qui le surplombe.


le soleil se couche sur la baie de Port Royal



La route sur laquelle je me trouve (SR-170) menant jusqu'a Savannah, je bifurque sur l'US-278 pour rouler vers Hilton Head Island. Et sur cette route, durant mes derniers miles pour arriver a l'hotel, la lassitude m'envahit totalement et me noie. Apres six jours de route, j'en ai ma claque de ces boulevards (inter)minables, de cette monotonie de restaurants gras et infects ou se pressent tous ces imbeciles persuadés d'avoir droit a la 'cuisine locale', alors que cette cuisine locale n'a jamais existe, de toutes ces stations-services aux panneaux d'accroche survolant les routes a plus de trente metres de hauteur, de tous ces neons, ces lumieres, ces slogans stupides "le PLUS ceci, le PLUS cela, le PLUS ancien, etc". Le tourisme aux US en dehors de ce que la nature a veritablement façonné elle-meme (grand canyon etc) est une chimere. Tout ceci n'est qu'une histoire de pognon, de business, d'apparences. Ne visitez pas les US avec des yeux d'europeens, vous ne pourrez qu'etre decus a la longue.
Ce qui, par opposition, me fait encore mieux comprendre l'emerveillement des americains qui visitent la 'vieille Europe', meme si son absence de confort leur est genant au-dela d'une semaine de vacances .
Coincé dans les bouchons, noyé dans un ocean de neons multicolores et de phares de 4*4, j'escargote jusqu'a mon hotel, qui comble de l'horreur se trouve dans un immense parc a acces controlé (= il faut etre client de l'hotel ou du golf pour pouvoir y rouler). Je suis trop fatigue pour avoir l'energie de ressortir. Et pour ce qui est de l'ocean, et bien on va s'asseoir dessus, car malgre ce que j'avais compris, je suis loin d'avoir aligne la somme suffisante pour avoir une chambre avec vue sur l'horizon aquatique.
Pour terminer miserablement ma soiree, je descends manger dans le restaurant de l'hotel, desert a l'exception de deux couples de vieux. Le serveur, un polonais, me demande ce que je suis venu faire dans ce trou mort. Je lui reponds que j'ai choisi au hasard, et il m'explique qu'Hilton Head Island, un 30 decembre, a part des joueurs de golf grabataires (et les employes d'hotels et de restaurants idoines) est vide.
Cool. Il est l'heure de dormir, non ? Pour le prix que j'ai paye, j'ai quand meme droit a un CD maison, dont la jaquette indique "Sleep Soundly, with the Sleep Advantage CD". Soundly = profondement. J'ai emporte le CD le lendemain, mais je ne l'ai jamais ecouté.
Bonne nuit !

Soir six : 289.8 miles (466 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 2032.3 miles (3270 km) depuis le debut.

article suivant 38/40 

Partager cet article

Repost 0
mardi 30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 13:00
article precedent 35/40


J'arrive a Columbia, la capitale de l'etat de Caroline du Sud. Pour rappel, la Caroline du Sud fait partie des treize colonies qui se sont revoltees contre les Britons et signerent la declaration d'independance en 1776. Elle est egalement le premier etat a avoir fait secession en 1860 (suivie par dix autres), sur fond d'esclavage. D'apres ce que je comprends de wikipedia, Columbia a ete fondee specifiquement pour etre la capitale de l'etat, en 1786. Le plan de son centre-ville presente donc un superbe quadrillage.
Ne perdons pas de temps et allons vite visiter le capitole, au dome non doré !



South Carolina State House



coucou !



Vous pouvez admirer l'habituel style massif, avec immenses colonnes et emprunts architecturaux a d'autres siecles et civilisations. J'ai particulierement aime pour celui-la les 'portraits' gravés dans la pierre type "Jules Cesar".



chez les romains



un ancien gouverneur de Caroline du Sud. J'ai hate de voir la tete de Schwarzie gravée sur le capitole de Californie !


Comme c'est ouvert j'entame une visite du batiment. Il est beaucoup plus grand que celui de Caroline du Nord, et est encore utilisé par les deux assemblees et le gouverneur de Caroline du Sud. Sa construction, debutee dans les annees 1850, fut laborieuse, en particulier a cause des consequences de la guerre de secession et "l'occupation" par les forces de l'Union (= du nord) en 1865. A noter que comme d'habitude les deux precedentes State Houses furent reduites en cendre par des incendies, la premiere a Charleston (sur la cote Atlantique) avant que Columbia ne devienne la capitale de Caroline du Sud.



sous la coupole



le micro d'un "Representative" (= depute), avec deux boutons "Yea" en vert, et "Nay" en rouge


Wikipedia, qui sait tout, donne quelques explications sur ce "Yea or Nay", mais je n'ai pas tout compris.


la "Joint Legislative Conference Room" (haut lieu de lobbying ? :-D) avec un magnifique escalier en fer forgé


Apaisé par tant de quietude, je ressors pour aller me balader un peu dans la ville et accessoirement faire l'achat d'un copieux sandwich chez Subway.



salut Spip !



un "5 - 10 - 25 cent store". Ca m'a rappele un magasin a Madrid "tout a 100 pesetas... et plus"


Pour ma pause dejeuner, je vais me poser dans le Finlay Park, a quatre blocs du capitole. C'est assez charmant. En plus de l'habituelle population de clochards, il y a des joggers, des familles en balade dominicale, des couples d'amoureux.


Finlay Park



du ciel bleu !


Une fois rassasié, et favorablement impressionné par Columbia downtown, je retourne a ma voiture pour me diriger du cote du Riverfront Park, et du Congaree Riverwalk coincé entre la riviere Congaree et un bras 'mort' de cette derniere, le Columbia Canal. Au meme endroit se trouve egalement une ancienne centrale hydro-electrique, ou je vais admirer quelques magnifiques specimens de turbines en train de rouiller. Je vous epargne les photos correspondantes.



le Columbia Canal


Le Columbia Canal servait de voie de navigation pour eviter les 'rapides' de la riviere Congaree a cet endroit.


la Congaree River. Pas tres folichon



une mise en garde locale



Malgre cet avertissement, je n'ai pas croise d'alligator ce jour-la. Ni de caïman ou de gavial d'ailleurs.



ce que l'on pourrait appeler les plages de Columbia


Notez le cadre acceptable pour une reverie de dimanche apres-midi, gaché par une foret de cables electriques. De toute facon on est mardi, pas de reverie aujourd'hui ! Avant de repartir je croise une statue on ne peut plus a sa place : celle de Christophe Colomb (Christopher Columbus en anglais) !


Christopher Columbus, 1451-1506


J'aime beaucoup l'inscription sur la plaque du piedestal de la statue : "A gift to Columbia, this monument stands in tribute  to the courageous spirit of that Genoese mariner who challenged the unknown to discover this land, now the hope of the world and the haven of freedom for all". "[...] cette terre [l'Amerique], maintenant l'espoir du monde et un havre de liberte pour tous". En ces temps de crises mondiales, economique politique et militaire, souvenons-nous de ces quelques mots.
Ceci marque la fin de ma visite de Columbia, et je me mets en route pour mon long trajet de l'apres-midi.
So long Columbia !


article suivant 37/40

Partager cet article

Repost 0
mardi 30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 11:00
article precedent 34/40


Pour mes deux derniers jours de voyage, vous allez constater que l'aspect 'touristique et culturel', si je peux en parler ainsi, va continuer a s'estomper au profit de la conduite. En faisant mon planning je l'ai peut-etre un peu trop chargé d'etapes au debut du road-trip, et pas assez en fin. Ceci etant dit ca tombe plutot bien car ca suit aussi la courbe naturelle d'interet pour autre chose que conduire (qui baisse) et celle de la lassitude (qui augmente). Mes yeux ne brillent plus d'etonnement et de curiosite apres le cinquieme capitole, le mille-cinq-centieme mile, et le 325435eme fast-food, sans parler du 372eme "world's biggest this or that store".
En ce radieux mardi matin, je quitte mon motel (grrr) pour mettre le cap sur ma seule etape du jour, Columbia, la capitale et plus grande ville de Caroline du Sud. Trajet tres facile, que vous pouvez suivre sur la carte : interstate I-95 jusqu'a Florence, ou je bifurque sur l'I-20. Une centaine de miles de conduite paisible dans le soleil du sud des Etats-Unis.



mon motel de la nuit...



...bordé d'autres motels...




au depart de Dillon: direction sud, sachant que l'I-95 North finit par arriver a Waltham apres 800 miles



encore un !!


La photo ci-dessus me fait penser que tous ces 'Worlds largest fireworks stores" font partie d'une meme chaine. Ils ne sont pas tous "le plus grand du monde", mais sont collectivement "les plus grands du monde". C'est sans doute tres important au moment d'acheter des feux d'artifices... Ce qu'il est interessant de noter c'est que ces magasins sont censement les plus grands du monde, mais pour etre sur que les gens comprennent bien il y a egalement le message "Largest Selection in the South". Cela me semble etre redondant, et deductible de l'assertion numero un, a moins qu'elle ne soit fausse



regardez bien ce que transporte ce motard (cliquez sur l'image)



A part ca ma route est calme. Il fait beau et les paysages me font douter etre en decembre.


une foret de panneaux publicitaires (a gauche de l'interstate)




en route pour Columbia, Caroline du Sud



article suivant 36/40 

Partager cet article

Repost 0
lundi 29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 17:30
article precedent 33/40

Raleigh constitue le point le plus a l'est de mon planning pour ce road-trip. Il est temps de songer serieusement au retour, je mets donc le cap vers le sud, et legerement vers l'ouest. Pour ma deuxieme etape de la journee, j'ai 120 miles a parcourir, sur de l'interstate, jusqu'a ce que j'arrive a Dillon. Pourquoi Dillon ? Une seule raison : c'est la premiere agglomeration sur l'interstate apres la frontiere entre Caroline du Nord et Caroline du Sud. Vous pouvez jeter un coup d'oeil a la carte, je suis tout a l'est.
Au depart de Raleigh, je continue ma route sur l'I-40, celle qui vient d'Asheville, Nashville, Memphis, etc.



cap au sud !



le soir tombe, il est a peine 17h20




Apres une trentaine de miles, je rejoins une intersection avec l'inevitable I-95, que vous connaissez tous par coeur. C'est celle qui contourne Boston, qui passe par New York, Philadelphie, Washington, et qui va jusqu'a Miami. Je me sens un peu a la maison, ou du moins sur le chemin de la maison, a chaque fois que je tombe dessus... Sauf que ce soir Boston serait en direction du nord, et que je prends la direction du sud.


I-95 North or South ?



Si j'avais pris vers le nord, Waltham n'est qu'a 738 miles...


bon, il est l'heure de ranger l'appareil-photo


Mon trajet pour Dillon se deroule sans encombre. En arrivant a Dillon, je quitte sans trop de regret la Caroline du Nord, en riant betement car je traverse un pont sur la riviere "Little Pee Dee". Ma 'soiree' a Dillon est ininteressante au possible. Je vais m'acheter un sandwich dans un Subway, en craignant pour ma vie et pour la voiture de loc tant le coin semble reculé, et je rentre m'enfermer dans ma chambre a l'etage du... motel. Eh oui, encore un fichu motel. Je serai beaucoup plus vigilant pour mes prochains road-trips.
Bonne nuit.

Soir cinq : 308.7 miles (497 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 1742.5 miles (2804 km) depuis le debut.

article suivant 35/40 

Partager cet article

Repost 0
lundi 29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 16:30
article precedent 32/40



maigrichon le vertige a Raleigh



article suivant 34/40 

Partager cet article

Repost 0
lundi 29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 16:00
article precedent 31/40


Me voila a Raleigh. Je fonce au capitole.



North Carolina State Capitole


A ma grande deception j'ai rate la photo avec ma tete. Faire tous ces miles pour prendre en photo un contre-jour, c'est quand meme bete.


mais si, c'est moi



Comme le capitole est ouvert, je vais en faire une petite visite. Il n'est pas tres grand, et le tour en est vite fait, mais apparemment il est plutot bien conservé et restauré dans l'etat qu'il presentait a la fin de sa construction, en 1840. Parmi les details que je voudrais citer, extraits du petit depliant sur le capitole, celui-ci fut construit apres l'inevitable incendie du premier state capitole en 1831. Ce qui est drole c'est que le premier capitole avait brule pendant des travaux sur son toit destinés a le rendre plus resistant au feu. Ca m'a rappele l'histoire de je ne sais plus quel batiment ancien de Quebec, qui a brule pendant les travaux pour l'equiper aux normes anti-incendies ou quelque chose comme ca (si quelqu'un a des details plus precis je suis preneur. edit : merci C2 tu as raison c'est bien le Manege Militaire qui a brule a Quebec en avril 2008).



sous la sobre rotonde



Au dernier etage du batiment on trouve les acces aux balcons permettant d'assister aux sessions des deux assemblees (quand elles siegaient encore ici) ainsi que deux pieces qui m'ont plu : la State Library Room, et la State Geologist's Office (!). Restaurees dans leur apparence de 1856, ca sent bon le vieux livre et le bois.


State Geologist's Office



Apres cette sympathique visite, je redescends sur terre pour aller faire un tour en ville. On ne peut pas dire que le centre-ville de Raleigh soit tres excitant. Ca m'a rappele Washington, par le nombre de homeless qui errent dans ses rues et jardins, ainsi qu'aux abords de la station de bus.


la grande avenue du centre de Raleigh, avec ses quelques gratte-ciel




un petit restaurant coincé entre des buildings plus imposants


Je ne m'attarde pas trop. Je retourne a ma voiture puis je vais trainer un peu du cote de la North Carolina State University avant de quitter la ville, on ne sait jamais. Bon allez, une derniere photo.



Memorial Bell Tower


Malgre l'article de wikipedia, je n'ai pas bien compris ce que commemore ce memorial, j'ai juste retenu qu'il s'appelle Bell Tower, mais, ne contient pas de cloche ! Nous voila contents. J'ai bien peur que Raleigh ne me laisse pas beaucoup de souvenirs.
Au-revoir alors ! Je mets le cap vers ma derniere destination du jour : mon hotel.


article suivant 33/40 

Partager cet article

Repost 0
lundi 29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 14:00
article precedent 30/40


En avant pour la premiere etape du jour : 167 miles pour rouler de Charlotte jusqu'a Raleigh (prononcer reille-li), la capitale de la Caroline du Nord. Comme vous pouvez le constater sur la carte, Raleigh est plantee bien au milieu de la Caroline, loin de l'ocean, loin de la montagne, mais qu'allaient-ils donc faire a cette galere ? Eh bien, notre ami wikipedia nous informe que (selon lui), Raleigh, fondee en 1792, fait partie de ces rares villes etablies et construites specifiquement pour etre capitales d'etat. Et que son emplacement fut choisi car a moins de dix miles d'une taverne frequentee par les legislateurs de l'epoque. Doit-on y croire ?
En tout cas c'est pour son beau capitole que je m'apprete a traverser le tiers central de la Caroline du Nord, via un trajet facile tout entier fait d'interstate : l'I-85 en direction du nord-est au depart de Charlotte, puis cap vers l'est sur l'I-40 (l'interstate dont j'ai fait une bonne section depuis Memphis, mais que je suis loin d'avoir parcourue en entier, puisqu'elle vient de Californie !).
Peu avant midi, ne trouvant plus rien d'intelligent a faire a Charlotte, je commence donc a rouler sur l'interstate.



mais quelle surprise ! Un IKEA ! Vite, un meuble et une chaise dans le coffre...


Il fait enfin beau. La serenite du road-tripper m'envahit a nouveau. De la route, de l'espace, de l'air !



sur l'I-85 au depart de Charlotte



Apres une vingtaine de miles je fais un premier stop a Salisbury, pour aller voir leur North Caroline Transportation Museum. Raté : le lundi c'est leur jour de fermeture...



Salisbury nous souhaite Joyeux Noel. Admirez les cables electriques



une boutique locale...



... a cote de laquelle une MG (??) finit tristement sa carriere



J'achete en vitesse un paquet de biscuits pour ecouter et apprecier l'accent local (trainant au possible) puis je repars.



ahhh... quelle quietude. Mais quelle est cette ombre menacante sur ma droite ?




un poids lourd qui me depasse


Au moment ou ce camion me depasse a vive allure, je suis deja au-dessus de la limite autorisee (disons 80 pour 75 mph). En voila un qui est pressé. Il ne manque plus qu'un motard sans casque et vous aurez une bonne impression de l'ambiance qui regne sur les interstates americaines, hors bouchon, et hors flic :-p
Avant que j'oublie, etudions brievement les plaques automobiles dans cet etat.



North Caroline, First in Flight


Comme il leur fallait a tout prix quelque chose dont ils soient les 'premiers', les North Carolinian ont choisi de faire reference sur leurs plaques aux freres Wright, auteurs du premier vol d'un plus lourd que l'air motorisé a Kitty Hawk, sur la cote Atlantique de la Caroline du Nord. Benis soient ces deux freres, grace auxquels on peut desormais larguer des bombes atomiques sur des villes de l'autre cote d'un ocean, aller deverser son ennui et son argent sur un autre hemisphere, ou tout simplement aller s'installer aux Etats-Unis, en quelques heures.
Un arret rapide pour enfourner un horrible burger Mac Donald, et je continue ma route. 167 miles devraient etre l'affaire de trois heures, un peu plus avec tous les arrets inutiles que je fais.


sur l'I-40/I-85, en direction de l'est




J&R, "World's Largest Cigar Store". Ca faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu un 'plus grand' magasin



dans la foret de Caroline du Nord



En arrivant a proximite de Raleigh, je croise un autre panneau publicitaire que je n'ai pas eu le temps de photographier : "America's largest flea market". D'accord d'accord...


enfin arrivé : la skyline de Raleigh



article suivant 32/40 

Partager cet article

Repost 0