Recherche

Anciens Articles

mardi 31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 10:00

article precedent 3/21

 

Mardi matin, nos heures a Sin City sont comptees. Nous attrapons une navette apres un dernier petit-dejeuner rapide a l'immense buffet du MGM. Nous comptons embarquer sur un vol dont nous devrions tous rever : Las Vegas-Honolulu ! Nous volons avec Hawaiian Airlines, vol HA007 au depart de la porte 7. Avec tous ces 7 porte-bonheur, c'est presque dommage de quitter Las Vegas.

 

 

 

CIMG8988S

notre petit coucou pour survoler le Pacifique

 

 

 

CIMG8989S

et juste au-dela des pistes, les hotels du Strip

 

 

 

A l'aeroport je continue a jouer en attendant le debut de l'embarquement. A un jeu "Wheel of Fortune" je decroche meme le ponpon en faisant tourner la roue et en gagnant le gros lot : mille fois ma mise. Ce qui represente... $250. Je n'aurai donc vraiment pas reussi a perdre un seul dollar durant ce sejour a Las Vegas, et je repars le porte-feuille gonfle de billets. Tres bien, ca nous paiera les sandwichs a Hawaii. Une autre anecdote a l'aeroport qui va tous vous interesser, c'est qu'apres deux jours et demi d'air sec et de clim intensive, mon nez lache et se met a saigner abondemment. Je fais donc un embarquement magistral avec du PQ dans le pif. Une heure a saigner ! J'en ai presque fait un malaise, pendant que les stewards me riaient au nez, precisement, en grondant C2 pour m'avoir frappe aussi fort... ha ha ha :-D

 

 

 

A-toHNL 6020S

nous francais savons etre elegants en toute circonstance

 

 

 

A ce propos, le debat fait rage : en cas de saignement de nez, est-ce que pencher la tete en arriere arrange la situation, ou l'empire ?

 

 

 

A-toHNL 6019S

le desert au depart de Las Vegas

 

 

 

Notre vol dure un peu plus de cinq heures et demi et nous n'avons pas a nous plaindre, a part des sandwichs infectes qui nous sont distribues, avec un petit dessert cense etre un brownie au chocolat mais qui est plus proche du pain de sucre que d'autre chose. Hier j'ai cede aux sirenes du marketing, et au moment de l'enregistrement j'ai clique 'yes' a la question "voulez-vous acheter des 'preferred seats'". Oui, oui, oui ! Pour $25 par passager, nous voila plus au large, sur les sieges devant les issues de secours. Chic.
Un peu apres une heure de l'apres-midi (a notre nouvelle heure locale, celle de Hawaii), Oahu est en vue. Joie, joie ! Je ne suis jamais alle aussi loin de ma mere-patrie, et redoutait l'epreuve du voyage jusqu'a l'etat le plus eloigne de Boston. Hawaii, nous voila !

 

 

A-toHNL 6021S

A-toHNL 6027S

en vue des cotes de Hawaii

 

 

 

 

A-toHNL 6023S

des montagnes !

 

 

 

Revisons un peu la geographie locale pour eviter toute confusion par la suite. Je vais vous faire part de ce que j'ai appris grace a ce voyage. Hawaii est un etat des Etats-Unis d'Amerique, dont la capitale est Honolulu (la langue hawaiienne aime beaucoup les repetitions, vous connaissez deja le ukulele n'est-ce pas ?). L'etat est constitue de nombreuses iles, dont six ou sept principales, plus grandes que les autres, et plus ou moins urbanisees. La plus grande (en superficie) de ces iles porte le nom de... Hawaii, d'ou une certaine confusion dont les americains sont friands quand il s'agit des noms d'endroits. Cette ile 'Hawaii' est aussi appelee Big Island pour plus de clarte quand c'est necessaire. Honolulu, la capitale d'etat, se trouve sur l'ile d'Oahu, tout comme la ville de Waikiki, au nom bien connu. Pour etre exhaustif, on trouve dans cet archipel des 'main islands', du sud-est au nord-ouest : Hawaii ou Big Island ; Mauai ; Lanai ; Molokai ; Oahu ; Kauai. Chaque ile a evidemment, comme Big Island, son propre surnom, mais je ne les connais pas. Tout ce que je sais c'est que chaque guide qui decrit chacune des iles commence par "welcome to this very special island of Hawaii". Elles sont donc toutes speciales :-D
A l'aeroport nous nous familiarisons immediatement avec le climat local : chaud (selon mes standards...) ! Soleil resplendissant, peu de nuages dans le ciel, il fait beau. Ca tombe bien, j'ai loue une decapotable. Wou hou !

 

 

CIMG9011S

une belle Ford Mustang, poussive evidemment

 

 

 

Une fois au volant des canassons tuberculeux de notre voiture de loc', et apres avoir recupere notre sac dont la fermeture eclair a commence a peter en soute, nous mettons le cap sur... j'ose a peine le dire tellement c'est previsible. Mais oui, le state capitol ! Voila une photo bien meritee apres toutes ces heures de vol non ? A noter qu'en raison de l'adhesion recente de l'etat de Hawaii aux USA (datant de 1959), le capitole est encore plus recent (construit en 1969), et a l'architecture decevante quand on est habitue au style rococo et farci de domes des autres capitoles americains.

 

 

 

CIMG8998SCIMG9006S

devant le Hawaiian State Capitol (un de plus pour ma collection)

 

 

 

CIMG9007S

l'habituelle cloche de la liberte

 

 

 

CIMG9008S

la chambre des deputes. Remarquez la modernite inhabituelle, avec des ordinateurs a la place de pupitres en bois

 

 

 

La seule particularite interessante que j'ai trouvee a ce capitole, c'est ce que l'architecte s'est permis de faire a la place du dome, en raison du climat clement des iles hawaiiennes.

 

 

A-toHNL 6031S

une simple ouverture vers le ciel :-)

 

 

Sur l'esplanade du capitole on trouve differentes statues. Une que je suppose etre celle d'une reine, et une autre plus mysterieuse, celle de Father Damien, dont le texte sur le socle parle des "7200 victims of Hansen's Disease". Apres enquete aupres de mon ami wikipedia, il s'agit du Pere Damien, un pretre belge venu soutenir les victimes de la lepre a Hawaii, victimes mises a l'ecart dans un village isole sur l'ile de Molokai. Le village "n'accueille" plus de nouveaux malades depuis 1969 grace aux progres de la medecine, mais certains malades arrivés avant cette date continuent a y vivre.

 

article suivant 5/21

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Hawaii
lundi 30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 14:00

article precedent 2/21

 

A Las Vegas, en dehors des spectacles 'spectaculaires et grand public' (comme par exemple Celine Dion ou le cirque du soleil), les deux occupations principales restent les jeux et les strip-bars. Comme je suis tres peu interesse par les spectacles, vous devinez ce qu'il me reste a faire pour occuper mes journees (comment ca, rester dans ma chambre d'hotel pour coder en Java ?). En ce qui concerne le jeu, aucun probleme. Il me suffit de prendre l'ascenseur, descendre 25 etages, et me voila dans le casino du MGM, où sur un hectare se cotoient bandits manchots, roulettes, et tables de poker. Pour ce qui est des filles, j'hesite : ou les trouver ?
La reponse est dans la rue... mais non, pas comme vous l'imaginez. Quand vous deambulez sur le Strip, plus l'heure avance, et plus vous remarquerez (lire : serez importunes par) cette petite armee de latinos, attroupes de preference aux endroits ou la foule se concentre (feux de circulation, entrees de magasins), arborant des tee-shirts explicites (GIRL GIRL GIRL), des petites piles de cartes a la main, attrapant quelques unes de ces cartes pour taper frenetiquement sur le reste du paquet en faisant des claquements de langue pour attirer votre attention, et vous fourrant dans la main lesdites cartes, sur lesquelles sont imprimes des numeros de telephone quelconques, des photos affriolantes, et des tarifs allechants (ne pas melanger les adjectifs).
Vous comptez sans doute sur votre reporter attitre pour vous exposer en un cliche obscene une description visuelle de ces cartes, mais la decence m'en empeche.. Encore que... j'ai un cliche tout pret. Laissez-moi le flouter.

 

 

CIMG8982Sb

 Las Vegas

 

 

A notre programme du jour avec C2, point de danseuses ni de chippendales. Nous allons juste inspecter les entrailles du Caesar's Palace, qui, croyez-moi sur parole, sont immenses. Nous demarrons notre randonnee du jour par le parcours frigorifie qui mene des ascenseurs du MGM aux portes donnant sur l'exterieur (le vrai, celui qui est baigne par l'air du dehors), non sans etre passes devant la cage vitree des fameux lions.

 

 

 

20100830-Vegas 6004Sau repos

 

 

 

20100830-Vegas 6002Sun petit baillement pour exposer les canines

 

 

 

 

Apres une longue marche dans la canicule de Las Vegas (aux alentours de cent degres Farenheit, comme d'habitude - soit trente-sept degres Celsius), nous atteignons l'entree de l'hotel-casino, surplombe par un porte-a-faux dont je demande a connaitre les secrets de construction. A l'interieur, le meme faux-plafond/faux-ciel qu'a Paris nous attend. Il faut sans doute etre americain pour croire que les journees en Romanie, pardon en Italie, ressemblent a ca. Pendant que C2 depense tous ses avoirs dans la galerie marchande du Caesar, plus vaste que le mall de Burlington, je tente vainement de perdre mon fric aux machines a sous. Je confirme ma trouvaille de la veille : ma technique pour les machines electroniques de poker n'est pas mauvaise, mais elle ne me menera nulle part. Quelque soit la mise (1 cent, 1 quarter, 1 dollar), elle ne me mene au mieux qu'a l'equilibre. J'ai donc juste trouve un passe-temps, qui est loin de me rendre riche au point de racheter le... disons le Caesar's Palace pour mon exemple d'aujourd'hui. Il est donc temps de quitter ce lieu de perdition. Non sans avoir admire les plafonds, evidemment...

 

 


20100830-Vegas 6014S

20100830-Vegas 6015S

au Caesar's Palace

 

 

Et puis c'est tout. Bonne nuit !

 

article suivant 4/21

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Hawaii
dimanche 29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 14:00

article precedent 1/21

 

Le decalage horaire me joue des tours. Reveil a 5h30 apres une nuit courte et agitee. Cet hotel est bien vivant la nuit... il y a egalement beaucoup de vent a Las Vegas ces derniers jours et par moment on a l'impression qu'un avion a reaction se trouve devant les fenetres. Proximite de l'aeroport ? Mais non, ce n'est que le vent. Je vais patienter, muni de mon ordi, dans la salle de bain, grande comme un terrain de basket-ball. Non peut-etre pas autant... il y a quand meme la place d'y caser deux larges lavabos, une douche, et un... jacuzzi :-) Alors c'est ca le surclassement dont a parler hier soir l'hotesse d'accueil ? Apres verification sur le site de MGM, la chambre qui nous a ete attribuee coute le meme prix que celle que j'avais reservee, et surtout elle compte moins de metres carres (65 au lieu de 72, ha ha ha !). Mais ne soyons pas avares, et rejouissons-nous du jacuzzi.
En attendant que C2 se reveille, qu'est-ce que je pourrais vous raconter ? Je pourrais vous parler un peu du MGM, qui est exactement comme dans mes souvenirs d'il y a cinq ans, quand j'etais venu y passer quelques jours de debauche pour les enterrements de vie de garcon de Pete & Landon. Des centaines de chambres, une trentaine d'etages, trente deux ascenseurs (par groupes de huit pour chacune des quatre ailes), un 'complexe aquatique' comportant trois bassins plus une 'riviere a courant', un rez-de-chaussee immense comportant le casino, des restaurants, des bars, des fast-foods, et tout ca dans un air dument refrigere, a la limite du deraisonnable. Je ne quitterai pas mon hoodie (pull a capuche) de tout le sejour, a part lorsque nous sortons.


Apres un petit dejeuner copieux au buffet du MGM, nous allons faire un tour, non sans avoir claque vingt dollars sur le chemin de la sortie.

 

 

 

20100829-Vegas 5979S

adieu pognon !

 

 

Dehors c'est le cagnard. La temperature est au-dessus de trente degres Celsius, je crois que je peux enlever mon pull. Pas un seul nuage dans le ciel, le soleil tape fort et eblouit. Partons crapahuter dans ces conditions insoutenables sur le "Strip", le nom de cette avenue de Las Vegas ou s'entassent tous les grands casinos, et sans doute, 98% des touristes de Las Vegas (les deux autres pourcent sont - ivres - dans des strip-bars crasseux en dehors du Strip).
En sortant du MGM, on se retrouve a un carrefour ou se font face quatre hotels-casinos : MGM, New York New York, Excalibur et Tropicana. Des passerelles pietonnes surelevees permettent de passer de l'un a l'autre en evitant la circulation. Du point de vue architectural, c'est la debauche. A Las Vegas, tout est permis. L'hotel d'Excalibur prend la forme d'un chateau de dessin anime avec ses hautes tours rondes et ses toits pointus et colores. New York New York reprend la skyline d'une celebre ville connue, donc le nom est plutot proche de New York New York...

 

 

 

CIMG8945S20100829-Vegas 5981S

New York New York, Las Vegas, Nevada

 

 

L'hotel MGM, en dehors de sa masse imposante, n'a rien d'ebouriffant. Quatre ailes vertes a angle droit, illuminees en vert la nuit. Son symbole c'est le lion, le lion de la Metro-Goldwin-Mayer.

 

 

 

CIMG8944S

GRRRRRRRR

 

 

Nous marchons vers le nord sur le Strip, encore peu encombre en cette heure relativement matinale.

 

 

CIMG8948S20100829-Vegas 5983S

Las Vegas Boulevard

 

 

Apres un petit quart d'heure de marche, nous sommes en vue d'un casino a la saveur particuliere pour un francais : Paris !

 


CIMG8949Sen arrivant a Paris

 

 

 

CIMG8951SCIMG8952Stout est la...

 

 

 

20100829-Vegas 5989S... meme la Tour Eiffel !

 

 

Aux abords de l'entree du casino, sous un des pieds de la tour, on entend de la chanson francaise. Pour une fois pas d'imitation, des vraies chansons francaises par des chanteurs et musiciens francais plus ou moins recents (ils ne passent pas que du Piaf). A l'interieur du casino a ete reconstitue ce a quoi ressemble Paris dans l'imaginaire americain, sous un ciel factice du meilleur effet : ciel bleu faiblement nuageux toute l'annee !


CIMG8955S
cobblestone = pavé. N'allez surtout pas dire aux ricains que les rues parisiennes sont goudronnees, ils ne vous croiraient pas

 

 

CIMG8956S

sous la tour Eiffel, le casino

 

 

 

CIMG8958SCIMG8960S

une 'place' et une 'rue' de Paris

 

 

 

CIMG8957S

des pannonceaux de direction

 

 

La touche francaise ultime pour les americains, c'est d'utiliser 'le/la/les' a outrance. Ca les rend fous, des que vous leur dites 'je vais a LA bibliotheque', 'où est LA boulangerie ?', ils se mettent a japer, taper du pied, et un filet de bave se forme a leurs levres pendant qu'ils begaient "French ! French !". C'est un spectacle tellement beau que j'en ecrase souvent une larme de joie. En attendant, il faut bien l'avouer, nous n'utilisons pas 'le/la/les' pour indiquer des directions pietonnes. Mais chut.. ne gachons pas leur plaisir :-) Pour nous francais ce qui est bien plus interessant au casino Paris, c'est l'accoutrement des serveuses qui deambulent entre les rangees de machines a sous pour abreuver d'alcool les joueurs en perdition : un maillot qui leur laisse les hanches nues, au decollete devastateur d'ou depassent des kilos de mamelles graisseuses, et une petite moitie de jupette qui leur couvre la croupe, tout cela du bleu le plus francais qui soit (sauf les mamelles, evidemment). Qui n'aurait pas envie de rester des heures dans ces conditions devant un bandit manchot ?
Apres avoir perdu, pardon investi, une quarantaine de dollars dans le casino, et sifflé deux bieres, je reprends ma marche sur le Strip avec C2. Hard Rock Cafe, Planet Hollywood, on retrouve des noms bien connus. Notre dernier stop du jour avant de retourner au MGM est le Caesar's Palace, un enieme immense hotel-casino qui nous attend avec la promesse d'un interieur bien refrigere apres cette marche dans la chaleur. Les ecarts de temperature se suivent et se ressemblent.

 

 

 

CIMG8962S

theme : empire romain

 

 

La fatigue et la faim nous poussent a retourner au MGM. Dans l'apres-midi je descends au casino tester la strategie que j'ai mise au point, pour gagner des sous en jouant au poker (les machines electroniques individuelles, pas les tables). Verdict : foireux. Je me contente en moyenne de regagner ce que je perds, donc a part passer le temps, je n'arrive pas a un resultat fameux, qui me permettrait en particulier de rembourser le prix de la chambre d'hotel
Vous vous demandez peut-etre ce qu'on peut apercevoir du vingt-cinquieme etage du MGM. Voila donc des photos prises depuis nos fenetres.

 

 

 

CIMG8966S

de l'autre cote de la route un hotel-casino Hooters !

 

 

 

CIMG8964S

et pour le reste.. l'aeroport, a un bloc de la !

 

 

 

CIMG8965S

nouveau jeu concours : compagnie et numero de ce vol au decollage. A gagner : un voyage a Las Vegas 

 

 

Tous ces avions, ce me donne envie de leviter. En voici la preuve :

 

 

CIMG8969S

a Las Vegas on s'amuse comme des fous

 

 

Apres un solide diner dans un des restaurants de l'hotel, il est temps d'aller faire dodo, car les trois heures de decalage horaire avec Boston tapent dur. Bonne nuit !

 

article suivant 3/21

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Hawaii
samedi 28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 14:00

Tous ces mois sans longue saga a lire sur mon blog, comme vous avez du vous ennuyer... et je vous comprends. Me voila donc de retour pour une nouvelle serie d'articles palpitants, qui vont nous emmener, je le devoile sans tenter de faire durer le suspense, vers l'etat americain le plus eloigne de Boston. Fan d'avion et de miles, vous allez etre servis. Personnellement, l'air en boite de conserve a 36000 pieds d'altitude, j'en ai ma claque.
Alors, j'espere que vous devinez quel est cet etat le plus lointain ? Un indice : le nom de l'etat commence par un 'A'. Ah non, ca ca ne marche que pour nous francais qui ne prononcont pas les h initiaux. Halaska, ou Awaii ? Mais oui, Hawaii (a prononcer hhhhawaii). Les francais ont Tahiti, les americains ont Hawaii : nous allons, C2 et moi, nous taper douze heures d'avion pour arriver a destination, sans jamais avoir a sortir notre passeport. Vous comprenez maintenant ces americains qui vous repondent "mais, a quoi bon ? On a tout aux US !" quand vous leur demandez "tu ne voyages jamais a l'etranger, tu n'as pas de passeport ?".
Pour ce nouveau voyage, j'ai contacte mon habituelle agence de voyage, ZPP & Co (que je vous recommande fortement), qui m'a propose de couper les voyages aller-retour pour eviter de faire de trop longs trajets. J'ai accepte et nous allons, en plus de Hawaii, passer trois jours a l'aller a Las Vegas, et deux jours au retour a Seattle. Voila donc nos deplacements aeriens decoupes en quatre sections a peu pres equivalentes d'environ six heures de vol.
J'avais fait attention, pardon ZPP & Co avait fait attention a ne reserver, pour ces quatre segments, que des vols directs, car je n'aime pas du tout les correspondances. C'est tellement surfait ! La nouvelle tendance, mes amis, c'est le vol direct. C'est sans compter sans les peripeties du petit monde des compagnies aeriennes. Pour notre premier vol, Boston-Las Vegas, entre l'achat des billets en fevrier et le vol aujourd'hui, la fusion Continental/United est devenue realite, et de nombreuses routes ont ete supprimees ou rearrangees. Notre billet Boston-Las Vegas est donc devenu Boston-Chicago-Las Vegas. J'espere qu'en lisant ceci, mes amis, votre poil se herisse d'horreur, comme c'est le cas pour moi. Une correspondance a Chicago ? Nous voila bien. Vols en retard, aeroports surcharges, cadences de decollages-atterrissages infernales, autant dire que notre arrivee en temps et en heure a Las Vegas est compromise avec ce stop a Chicago.
Bonne surprise toutefois a l'engistrement : peut-etre en raison de notre reroutage, nos avons des sieges en United Economy Plus, au lieu des sieges en United Economy que j'avais payes. Et alors ? Alors plus de place pour nos jambes, voila tout. Et nous sommes egalement plus a l'avant de l'avion, ce qui nous permet, comme le dit le site de United une "swift escape of the plane". Swift, ca veut dire rapide. C'est un mot que j'avais appris il y a quelques annees pendant mes cours de Grec a Harvard. Mais ne nous egarons pas.
Samedi apres-midi, l'heure du depart a enfin sonne. Notre grosse valise a C2 et moi est dans l'entree, passee au rouleau-compresseur pour parvenir a la fermer. 46 pounds de merdier pour nous accompagner au soleil de Hawaii. Avantage de la grosse valise unique : plus de mobilite dans les aeroports, et juste un petit sac-a-dos en cabine pour encore plus de tranquillite. D'autre part comme la plupart des compagnies fait payer des le premier baggage en soute, il vaut mieux voyager avec une valise que deux. A noter que pour les escapades plus courtes, je prefere l'approche du bagage unique  "cabine", donc de dimensions plus restreintes. Pas envisageable cette fois-ci. Des palmes et des tubas, ca prend de la place ha ha ha !
Malgre mes craintes notre voyage se deroule de facon optimale. L'avion de Boston a Chicago est plein a craquer, mais nous arrivons a l'heure. Notre vol suivant n'est ni en retard, ni annule, ni deja parti ! Nous avons tout notre temps pour changer de terminal, en admirant les decorations qui ornent le couloir reliant les terminaux (cela me rappelle une correspondance a Detroit). Grande est ma joie egalement de ne pas avoir a repasser de securite malgre le changement de terminal.

 

 

20100828-Depart 5970S

20100828-Depart 5972S

sous les pistes a ORD

 

 

 

Apres les deux heures du vol Boston-Chicago, nous endurons les quatre heures du vol Chicago-Las Vegas, nettement moins encombre. La cabine United Economy Plus est moins qu'a moitie pleine, et pourtant il faut que nous nous retrouvions assis devant des canadiens, des quebecois. Argh ! Heureusement le bruit des reacteurs couvre leur accent, ha ha ha.
A l'arrivee a Vegas, a peine sortis de l'avion nous sommes assaillis par l'ambiance casino. Allez hop, un petit coup de machine a sous !

 

 

 

  20100828-Depart 5976S

gling gling ! Deja en train de jouer !

 

 

 

Nous recuperons la valise qui a fait bon voyage aussi, trouvons une navette pour quitter l'aeroport, et nous rendons a notre hotel, le MGM Grand Hotel, ou la preposee a l'accueil nous apprend que le type de chambre que nous avons reserve n'est plus disponible, et qu'elle va nous mettre dans la categorie au-dessus. Ca, je demande a voir. Ce qui m'importe, dans ma vaine quete des basses richesses materielles de ce bas monde, c'est d'etre a l'etage le plus eleve possible : voeu exauce, nous voila au 25eme etage, sur 29, loin du miserable 8eme etage ou j'etais reste la derniere fois que je suis venu.
Mais il est temps de dormir. Il est minuit heure locale, et avec les trois heures de decalage avec Boston, cela commence a faire tres tard. Encore dix minutes de labyrinthe pour arriver a la chambre, et dodo ! Je vous en dirai plus sur le MGM demain. Un premier bravo a ceux qui seront parvenus a lire cet article dans sa totalite, malgre un contenu proche du neant

 

 

 

20100828-Depart 5977S

dans les entrailles du MGM Grand Hotel. Notre chambre est tout au bout du couloir... loin... la-bas...

 

 

Bonne nuit !

 

 

article suivant 2/21

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Hawaii
dimanche 15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 13:00

Eh bien, c'est a peine si je me souviens encore du fonctionnement de l'administration de mon blog. Telecharger des nouvelles photos, ecrire un nouvel article... il faut que je me derouille apres ces mois d'inactivite.

Voici un article rapide, illustrant les temps forts de mon sejour en France debut aout : voir tous mes neveux et nieces et petit cousin, et le reste de la famille ! Apres un passage rapide a Paris pour renouveler mon visa a l'ambassade des Etats-Unis, j'ai passe une grande semaine a Sophia pour travailler dur pour mon employeur favori avant de m'octroyer quelques jours de conge pour un long week-end en famille. Avant de repartir dans la chaleur ecrasante et la morne pluie de la banlieue de Boston. Tres bien !

 

 

 

CIMG8914S

CIMG8923S

CIMG8932S

CIMG8933S

CIMG8929S

 

 

 

 

 

A mon escale a Paris juste avant de m'envoler pour Boston, j'ai pu :

  • admirer un A380 en train d'engloutir son enorme cargaison de viande humaine
  • acheter des 'macarons' Laduree pour ma dulcinee, pour le prix d'un rein. Ca coute cher ces machins

 

 

 

 

CIMG8941S

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans France
dimanche 04 juillet 2010 7 04 /07 /juillet /2010 14:00

(le titre de cet article est a prononcer bien evidemment avec de grandes quantites de postillons)

 

Aujourd'hui c'est Independence Day, le jour ou les ricains fetent leur independance (remarquez l'orthographe differente entre francais et anglais), acquise aux depens des vilains britons en 1776. Pour suivre la tradition, C2 et moi allons manger un copieux barbecue chez des amis. Par contre, dans la soiree, a l'heure d'aller admirer un des nombreux feux d'artifice tires a Boston et dans ses environs, nous restons a la maison pour glandouiller. Il est bon de se reposer de temps en temps, tout comme ce chipmunk, observe a l'improviste en train de se dorer la pilule au (chaud, 34°C) soleil de ce debut de juillet.

 

 

 

CIMG8896S

remarquez la petite papatte qui pend negligemment au bord du rocher

 

 

 

 

Bien que je n'aie pas assiste a un feu d'artifice aujourd'hui, je ne pense pas meriter le titre de non-patriote, puisque j'ai fait un achat tout a fait patriotique, meme si c'est pour finalement donner du fric a une societe danoise et non americaine : j'ai achete une replique de la Maison Blanche en LEGO :-)

 

 

CIMG8906S

ressemblant ? A vous de me dire !

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans blogston
dimanche 13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 16:00

article precedent 7/8

 

De retour du lac Powell, je quitte les petites routes de l'Utah pour me retrouver sur l'interstate I-70, direction l'est, vers le Colorado et plus precisement Grand Junction. Il ne me reste plus qu'un peu plus d'une centaine de miles (voir la carte), autant dire que ca va etre relax. Je continue mes meditations profondes...

 

 

CIMG8848S

Grand Junction, 113 miles, c'est ma destination

 

 

 

 

CIMG8850S

Salt Lake City, oui oui un jour j'irai

 

 

 

CIMG8852S

un magnifique front orageux

 

 

 

 

CIMG8854S

ah ! Des wagons ! Ces wagons qui me rendent fou !

 

 

 

 

CIMG8855S

en direction de l'orage

 

 

 

 

CIMG8858S

de retour dans le Colorado

 

 

 

Ce retour dans le Colorado me fait penser que je peux definitivement cocher l'Utah dans ma liste d'etats, meme si je compte un jour y retourner pour visiter un peu Salt Lake City. Ces decomptes d'etats me plonge dans la perplexite. Pourquoi vouloir voir les cinquante etats des Etats-Unis ? Que se passera-t-il apres ? Qu'aurai-je envie de visiter une fois ce "cap" franchi ? Pourquoi ces voyages ? La plupart des gens poussent des grands cris d'admiration a la vue d'un passeport type guirlande de Noel, tamponné de tous les coins de la planete ; mais pourquoi ? A quoi bon parcourir la planete en tous sens ? Qu'y gagne-t-on ? Est-ce que cela rend "meilleur", "mieux", plus interessant ? N'est-ce pas plutot le signe de l'insatisfait, qui va sans cesse guetter la couleur de l'herbe dans le pre du voisin, decu par la couleur de son propre pre ? Et que dire du voyageur qui part "decouvrir d'autres cultures", pour ne passer loin de chez lui que deux semaines avant de vite retourner se refugier dans sa routine familiere, les bagages remplis de cochonneries fabriquees en Chine et en Inde ? Pourquoi d'autres cultures ? Pour decouvrir les traces historiques de societes disparues depuis longtemps, souvent decimees par l'homme blanc ? Pourquoi ? Pourquoi ?

Je ne veux plus voyager.

Oh et puis si. Mais plus que pour voir neuf etats.

Apres, j'irai au Manitoba et au Saskatchewan, verifier si le Canada est aussi desertique que ce qu'on dit.

 

 

 

 

CIMG8859S

CIMG8862S

dans le Colorado

 

 

 

 

 

CIMG8863S

en arrivant a Grand Junction

 

 

 

C'est la fin de mon road-trip, mais pas encore la fin de mon plane-trip. A Grand Junction m'attend une belle chambre d'hotel ou je ronfle avec plaisir apres trois jours dans la nature. Je suis accueilli par un prepose souriant qui me tend des cookies au chocolat qu'il vient de rechauffer. Miam !

Le lendemain matin je glandouille dans ma chambre d'hotel en faisant joujou avec mon blackberry puis je mets le cap sur l'aeroport, a deux miles de l'hotel.

 

 

CIMG8867S

ah, c'est pas un aeroport international

 

 

Je rends ma voiture de loc. Bilan : 465 miles (748 km) et une consommation de 8.55 litres au 100 km. Ca n'est pas trop mal pour un parcours sur des routes de 'montagne'. Pas d'annulation de vol intempestive, mais l'aeroport de Denver est vraiment surpeuple. Nous atterrissons a Boston legerement en avance, je retrouve mon panzer noir, et je rentre a la maison, en profitant, comme au depart... des bouchons sur Mass Pike !

 

 

 

CIMG8868S

un bon week-end prolonge qui se termine !

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans week-end Lake Powell
dimanche 13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 14:00

article precedent 6/8

 

Apres ces superbes deux jours et demi sur le lac Powell, je dois rentrer a Boston. Si a l'aller j'avais pu caser l'integralite du trajet Waltham-Bullfrog Marina dans une seule journee, au retour ca n'est pas possible en raison du decalage horaire defavorable et des horaires d'avion. En quittant Bullfrog Marina aux environs de quinze heures mon seul objectif de l'apres-midi est donc de retourner jusqu'a Grand Junction, ou je passerai la nuit a l'hotel avant de prendre l'avion pour Boston.

 

 

 

CIMG8788S

CIMG8791S

en avant !

 

 

Je refais en sens inverse exactement le meme chemin qu'a l'aller, que vous pouvez voir sur la carte : SR-276 puis SR-95 puis SR-24 puis interstate. Il faut bien l'avouer, depuis mon aller il y a trois jours, les montagnes n'ont pas beaucoup bouge.

 

 

 

CIMG8793S

memes sommets, temps couvert

 

 

 

CIMG8795S

un col ! A 5235 pieds (1570 metres)

 

 

 

CIMG8797S

CIMG8799S

CIMG8807S

pas grand monde sur les routes

 

 

 

CIMG8811S

Price, 112 miles, Salt Lake City, 226 miles. Ce sera l'objet d'un prochain road-trip :-)

 

 

 

CIMG8813S

CIMG8814S

dans les environs de "Goblin Valley State Park" je crois me souvenir

 

 

 

CIMG8818S

la route, toute entiere pour moi !

 

 

 

 

CIMG8820S

coucou :-)

 

 

 

 

CIMG8824S

incroyable ! Je viens de trouver la seule vache de l'Utah avec son veau !

 

 

 

CIMG8831S

CIMG8826S

le temps est a l'orage

 

 

 

CIMG8837S

CIMG8841S

derniers moments de solitude avant d'arriver a l'interstate

 

 

 

 

article suivant 8/8

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans week-end Lake Powell
dimanche 13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 11:00

article precedent 5/8

 

 

Je suis installe sur mon coin de rocher, au-dessus du campement ou mes amis americains continuent a dormir. Il est a peine sept heures du matin, et tout est calme. On n'entend rien a part les poissons et les oiseaux (pas specialement bruyants...).

 

 

 

CIMG8739S

Knowles canyon

 

 

 

 

CIMG8741S

notre campement, bientot plus dans l'ombre

 

 

 

 

Pendant ces instants de meditation que je m'accorde, j'ai le temps de me poser des dizaines de questions, sans en trouver les reponses. Pourquoi suis-je venu ici ? A cette bachelor party ? Sur ce lac dans l'Utah ? Au sommet de ce rocher, a l'heure ou je pourrais ronfler beatement ? Que suis-je venu voir ? Que retirer de cette experience ? Comment "profiter" de cette petite randonnee ? On ne ressent que le present, alors comment conserver quelque chose de cette demi-heure passee a revasser au milieu de nulle part ? Juste par des photos ? Ma vie est-elle changee par la vision de ce coin de nature, a l'apparence immuable a l'echelle humaine ? Que sont mon passe et mon futur en comparaison de ces decors millenaires ?

Je vous laisse reflechir. Si vous voulez participer a ma reflexion, n'hesitez pas a m'envoyer un message.

Le soleil lui ne s'arrete pas a ces considerations, et continue sa course dans le ciel de l'Utah, inondant progressivement de lumiere le canyon.

 

 

 

CIMG8747S

7h33

 

 

 

CIMG8756S

7h42. Ca doit commencer a chauffer la-bas dedans

 

 

 

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir le houseboat (ancré a la berge), le speed-boat (amarré a l'arriere du houseboat), et... notre deprimante et visible petite nappe de pollution. Mais oui l'espece de trainee blanchatre de part et d'autre du bateau, c'est de l'huile, du petrole, que sais-je encore .

 

 

 

CIMG8757S

7h53

 

 

 

CIMG8772S

8h06

 

 

 

Cela fait bientot une heure que je suis la, je decide d'attaquer la descente par la face nord. Avant de partir je laisse un petit souvenir ecologique et ephemere. J'attrape un caillou plus clair que la muraille rocheuse dans mon dos, et j'ecris "JIM". A la prochaine pluie ca ne se verra plus...

 

 

CIMG8764S

congratulations Jim !

 

 

 

J'ai interrompu ma meditation a de nombreuses reprises pour tenter de prendre des photos panoramiques que je partage maintenant avec vous. Vous me direz ce que vous en pensez. Je trouve que les plus reussies sont la A et la F.

 

 

panorama A

panorama B

panorama C

panorama D

panorama E

panorama F

 

 

J'ai egalement filme deux petites videos. Si vous faites abstraction du leger bruit blanc du a mon appareil photo, vous pourrez apprecier le calme ambiant, et vous pourrez meme entendre quelques cris d'oiseaux en montant le son de votre ordinateur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant de redescendre au bateau je prends une derniere photo du paysage visible pendant mon ascension. J'espere que cette photo rendra bien.

 

 

 

CIMG8773S

au bout du Knowles canyon

 

 

 

 

De retour au bateau, je petit-dejeune avec les americains qui sont en train de se lever. De toute facon, a 13 sur un bateau pour 8, des que plus de deux personnes bougent tout le monde est oblige de suivre le mouvement :-) J'en profite egalement pour aller faire un dernier tour de jet-ski, devenant ainsi un personnage plus qu'actif dans la pollution sonore et aux hydrocarbures que subit le lac Powell.

A cette occasion, je fais quelques mesures scientifiques, car je suis curieux, n'est-ce pas. Curieux de quoi ? Du jet-ski  ! Ce dernier est dote d'un compteur de vitesse en km/h. Comme le lac est particulierement calme au moment ou j'en fais, je suppose que j'atteins sa meilleure vitesse de pointe, et je monte jusqu'a 94 km/h d'apres le compteur. Faisons maintenant nos propres mesures. Dans la large section du lac (a l'embouchure du canyon Knowles) ou je fais le zouave avec mon hydrojet il y a deux bouees, portant les numeros 108 et 109 je crois. Il s'agit de la distance depuis le barrage (Glen Canyon Dam). Mais est-ce la distance en miles ou en kilometres ? Mmm... en tout cas je degaine mon chronometre et je mesure le temps qu'il me faut pour aller (a fond a fond a fond !) d'une bouee a l'autre : 48 secondes et 3 dixiemes. Alors comme on est aux US, je suppose un instant que les bouees sont numerotees en miles, ce qui me donne la vitesse prodigieuse de 119.9 km/h, ha ha ha ! Plus raisonnablement les bouees sont sans doute en kilometres (mais pourquoi ?), et ma vitesse n'est que de 74.5 km/h. Bien bien bien...

Je retourne au bateau. Il va nous falloir plusieurs heures pour ramener le houseboat a la marina. Nous n'en sommes qu'a une vingtaine de kilometres, mais nous avons vraiment une allure d'escargot avec notre grosse boite de conserve...Vous pouvez regarder sur cette carte pdf du lac notre (faible) marge de manoeuvre. Nous avons pris le bateau a Bullfrog Marina (en plein milieu de la carte), puis nous avons remonte le lac en navigant d'abord vers le sud pour traverser Bullfrog Bay, puis vers le nord pour remonter jusqu'au mile/kilometre 110 environ, en ayant inspecte Moqui Canyon et Knowles Canyon. Et c'est tout :-)

 

 

 

CIMG8775S

allez, on y va !

 

 

 

 

CIMG8776S

bye bye Knowles canyon

 

 

 

 

CIMG8777S

une petite crique envoutante

 

 

 

 

Le chemin du retour se deroule sans probleme. Je pilote le houseboat. Il n'y a pas grand chose a faire...

 

 

 

CIMG8778S

capitaine au court cours

 

 

 

Nous faisons un dernier stop pour que les boys puissent jouer dans l'eau et se lancer la ba-balle. C'est tres joueur un americain !

 

 

 

CIMG8779S

CIMG8783S

CIMG8787S

sur le chemin du retour

 

 

 

En arrivant a la marina nous faisons un premier arret a la pompe pour remplir les cuves du houseboat. Eh bien, seulement 25 gallons (95 litres) auraient ete consommes. Pas trop mal, mais vue la vitesse, heureusement ! Ensuite un employe de la marina vient manoeuvrer le bateau pour le remettre dans sa "place de parking", et nous le quittons, baluchons sur le dos. C'est la fin de la location... et le houseboat n'a pas trop eu a souffrir de notre sejour. Par contre on ne peut pas en dire autant des jet-skis. L'un des deux joujoux n'a pas resiste a une armee de douze barbares et il est rendu dans un etat de flottaison assez precaire... Il va y avoir des frais.

Puis c'est l'heure du depart. Je recupere ma voiture, charge ma valise, installe tout mon petit material de road-tripper, fais un hug a Jim, salue ses potes (encore !!) en train de jouer a la balle sur le parking, and off I go. Bye bye Lake Powell !

 

 

article suivant 7/8

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans week-end Lake Powell
dimanche 13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 06:00

article precedent 4/8

 

 

Je me reveille a nouveau plutot repose et a une heure matinale : six heures trente. Je suis plus organise que la veille, je ramasse mes petites affaires pour aller faire une petite marche pendant que les americains dorment, et je descends du bateau. Tout est calme...

 

 

CIMG8690S

la-bas dedans, ca dort

 

 

 

 

CIMG8688S

oh la tete ! Il est 6h37

 

 

 

 

CIMG8691S

tout est calme...

 

 

 

Je n'ai pas de direction precise. Je decide de marcher vers le soleil, puis de monter un peu en hauteur. De l'autre cote du virage ou nous sommes gares, un autre groupe de personnes s'est installe pour la nuit. Et ils ont un chien... je bats en retraite precipitamment et me mets a attaquer la pente beaucoup plus directement que ce que j'avais prevu :-) Le chien ne semble pas vouloir me suivre dans la rocaille. Tres bien... Meme en marchant au soleil il ne fait pas encore trop chaud. Je prends rapidement un peu de hauteur et je fais une premiere pause photos.

 

 

CIMG8694S

CIMG8695S

le soleil commence a descendre a l'interieur du canyon

 

 

 

 

CIMG8699S

des campements voisins, encore dans l'ombre

 

 

 

 

CIMG8702S

oh ! Des traces de pas !

 

 

 

 

 

CIMG8706S

oh ! Un cactus !

 

 

 

 

CIMG8707S

ce rocher me semble bien instable....

 

 

 

CIMG8705S

je me prends donc vite en photo en-dessous

 

 

 

Je continue ma grimpette vers un petit col un peu en amont, qui devrait me faire deboucher au-dessus de notre campement de la nuit.

 

 

CIMG8709S

que se cache derriere ce passage ?

 

 

 

CIMG8711S

oh ! Comme c'est beau !

 

 

 

CIMG8715S

en bas dans l'ombre les ricains continuent a dormir

 

 

 

 

CIMG8713S

le photographe se cache dans cette photo. Saurez-vous le retrouver ?

 

 

 

Je suis tres content de l'endroit ou je me trouve. Bien qu'il soit a l'ombre, il ne fait pas froid. Je cherche une pierre a peu pres plate et je vais m'installer confortablement pour admirer le paysage et plonger dans une meditation profonde sur le sens de la vie.

 

 

CIMG8714S

le paysage au-dessus de ma tete

 

 

 

CIMG8729S

la vue en face de moi

 

 

 

 

CIMG8735S

et moi, tres content d'etre la (mais si, mais si...)

 

 

 

article suivant 6/8

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans week-end Lake Powell