Recherche

Anciens Articles

vendredi 05 janvier 2018 5 05 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 5/17

 

Nous petit-dejeunons a cote de la cage des lovebirds de l'hotel, dont nous sommes separes par une baie vitree. Lovebird en francais se dit inseparable mais je prefere lovebird, le mot est plus romantique. Les inseparables/lovebirds regroupent plusieurs especes d'oiseaux de la famille des psittacidae, et cela me rappelle une histoire de Tintin ou le reporter belge met en garde Milou contre la psittacose.

Brrr... j'ai toujours eu peur depuis la lecture de cet album de la psittacose, sans savoir ce que c'etait. C'est marrant ce qu'on peut garder comme souvenirs de son enfance. J'etais manifestement atteint de pedopsittacophobie, la peur de la psittacose chez l'enfant.

lovebirds

lovebirds

Les lovebirds sont mignons. Ils restent en couple, aile contre aile, chaque paire de petits oiseaux verts ou jaunes postee devant sa petite case du grand nichoir de l'hotel.

Il fait un temps superbe et c'est parfait pour notre visite du jour. Nous avons rendez-vous avec notre guide sur l'embarcadere de l'hotel. Un bateau va nous emmener de l'autre cote du lac, au village de Santiago Atitlan. La traversee dure une trentaine de minutes.

sur le lac Atitlan. Devant nous se dresse le volcan Toliman, et juste derriere lui le volcan Atitlan

sur le lac Atitlan. Devant nous se dresse le volcan Toliman, et juste derriere lui le volcan Atitlan

Notre guide reveche a un nom francais (de la Bastille), nous semble anglaise lorsqu'elle parle, est native de Trinidad & Tobago, et habite ici a Panajachel sur le lac Atitlan. Suite a mes observations d'hier apres-midi elle nous confirme que le niveau du lac monte sans que l'on sache exactement pourquoi. Plusieurs hypotheses sont avancees, je vous laisse demander a google ou wikipedia pour en savoir plus. Ce qui est sur c'est que les somptueuses demeures des riches etrangers construites trop pres du lac sont maintenant dans l'eau - sinon,  c'est une question de quelques mois. A moins que le lac ne reparte a la baisse sans que l'on ne sache plus pourquoi...

cette maison est-elle construite suffisamment en hauteur ?

cette maison est-elle construite suffisamment en hauteur ?

Nous approchons de Santiago Atitlan, qui malgre son nom espagnol est peuplé en majorite par des Tzutuhils, un peuple maya.

pecheur autochtone

pecheur autochtone

un parc de la ville (bancs et tables en beton), lui aussi sous l'eau

un parc de la ville (bancs et tables en beton), lui aussi sous l'eau

bienvenidos (en espagnol) - utzlaj k'ulik (en tzutuhil)

bienvenidos (en espagnol) - utzlaj k'ulik (en tzutuhil)

Nous sommes a Santiago, en terre tzutuhil. Les Tzutuhils sont un peuple tres fier nous indique la guide. C'est une de mes remarques preferees des guides. Comprenez-moi : pouvez-vous me citer un peuple sans fierté ? "Bonjour, nous sommes les XX, nous detestons nos traditions, nous avons l'air d'idiots, d'ailleurs nous sommes des idiots, et nous adorons nous faire dominer par les vagues successives d'envahisseurs. Voulez-vous nous conquerir ?" Une telle categorie de population ne survivrait pas assez longtemps pour devenir un 'peuple', non ? Bref, pour moi, ZPP, ethnologue au long cours, peuple fier est un pleonasme.

Par contre ce qui m'interesse c'est que les Tzutuhils sont suffisamment fiers pour ne pas se melanger - appelons-les un peuple fermé. Ils gardent par consequent tres nettement les caracteristiques physiques des peuples mayas, qui sont d'apres mes observations : une petite taille, la peau mate, un cou inexistant pour les hommes les plus trapus. Les metisses, ou mestizos, d'ascendance maya et espagnole, se distinguent par leur peau plus claire et leur plus grande variation de taille.

Vous savez quoi, en disant "petite taille" je me rends coupable d'ethnocentrisme, comme si la norme etait ma taille ou la taille moyenne des Français. Peut-etre que pour les Tzutuhils leur taille est "normale", et qu'ils nous decrivent comme un "peuple de grande taille". Petite taille est subjectif, pas factuel. Soyons factuels. D'apres mes observations les femmes tzutuhils ont une taille moyenne d'un metre quarante, les hommes d'un metre cinquante-cinq a un metre soixante.

a Santiago Atitlan

a Santiago Atitlan

Les petites rues de Santiago ne sont pas tres adaptees a la circulation automobile. Malgre cela j'y observe une voiture avec caravane en grande manoeuvre pour tourner a une intersection. Tiens tiens tiens... la caravane porte une plaque d'immatriculation de l'Alaska. Alaska ! Et bah ils en ont fait une trotte. D'apres google maps il y a (au moins) plus de 9000 kilometres de route depuis l'Alaska (Anchorage ou Fairbanks). Je suppose que nos amis globe-trotters veulent pousser le plus au sud possible, jusqu'au Panama. A ce sujet, connaissez-vous le Darien ? Il s'agit d'une region de marais et de foret a la frontiere entre le Panama et la Colombie, a l'endroit ou l'Amerique centrale se "rattache" a l'Amerique du Sud, et ou aucune infrastructure n'existe. C'est le seul endroit qui empeche de traverser l'integralite des Ameriques, de l'Alaska a la Terre de Feu, sur une route continue.

nous traversons un marché...

nous traversons un marché...

... pour arriver a la place centrale de Santiago

... pour arriver a la place centrale de Santiago

C'est sur cette place que se trouve la principale eglise de Santiago. A l'interieur de l'eglise nous apprenons que les Tzutuhils pourraient etre arrives, depuis ce qui est aujourd'hui le Mexique, environ 900 ans avant J.C., et dominaient la region du lac Atitlan jusqu'a l'arrivee des Espagnols. N'ayant formé aucune alliance avec d'autres peuples mayas, ils furent vaincus en 1524 par les Espagnols eux-memes aidés des Mayas Cakchiquel.

Notre guide est beaucoup plus passionnee pour nous raconter l'histoire de Santiago pendant la guerre civile du Guatemala entre 1960 et 1996, avec de nombreux massacres de Mayas par l'armee. En 1981 un pretre americain de l'Oklahoma, Stanley Rother, fut assassiné a Santiago par des militaires pour avoir voulu lutter contre les injustices envers les Mayas.

Si les violences militaires et arbitraires ont aujourd'hui disparu la corruption reste un probleme majeur au Guatemala. D'apres notre guide c'est pour des raisons de corruption que le service postal du pays a ete interrompu en 2016 - et n'a jamais ete rétabli. Voila pourquoi tous les gens a qui nous avons demande où acheter des timbres avaient des reactions bizarres, a la limite de la panique ! Bon, donc pas de cartes postales souvenirs avec tampon postal du Guatemala.

Pour clore notre visite de Santiago, notre guide nous emmene chez un chaman pratiquant le culte de Maximon. Je n'ai pas compris grand chose sur l'origine et le role supposés de ce Maximon... et je n'ai pas grand interet pour les chamans. D'apres notre guide il ne s'agit quand meme pas de spiritisme foireux ("fais revenir ta copine, consultation par telephone uniquement, 100% garanti") mais plutot de ceremonies avec offrandes pour demander bonne santé, bonne recolte, etc. La guide ajoute que les Mayas tendent a etre "gullible" et sont donc friands de ces ceremonies. Gullible est un mot anglais dont j'aime beaucoup la sonorite et qui signifie credule, naïf.

dans les petites rues de Santiago pour aller chez le chaman

dans les petites rues de Santiago pour aller chez le chaman

Nous allons dejeuner dans le restaurant d'un hotel un peu a l'ecart du village. Nous marchons le long de la route qui domine le lac. Il y a peu de circulation, a part des tuk-tuks, ces taxis tricycles a moteur que nous aurions pu utiliser si nous avions ete faineants, et des pick-up trucks ultra-fatigues transportant jusqu'a douze ou quinze personnes tassées sur leur plateforme arriere, raclant le sol a chaque dos d'ane et en grincant plus qu'un voilier du temps de Christophe Colomb.

ponton de detente sur le lac

ponton de detente sur le lac

l'imposant volcan San Pedro

l'imposant volcan San Pedro

la fine equipe de la matinée

la fine equipe de la matinée

Apres dejeuner nous retournons a Panajachel en bateau.

le volcan San Pedro a la tete dans un nuage

le volcan San Pedro a la tete dans un nuage

Cerro de Oro (colline d'or en espagnol)

Cerro de Oro (colline d'or en espagnol)

D'apres notre guide c'est la forme de cette colline qui a inspire a Saint-Exupery le serpent ayant mange un elephant dans le Petit Prince. Wikipedia est bizarrement muet a ce sujet, je ne sais que penser. Mais effectivement, Saint-Exupery a subi un crash au Guatemala en 1938.

De retour a Panajachel nous disons au-revoir a notre guide et nous allons visiter le petit "museo lacustre Atitlan", situé dans un hotel, ou nous en apprenons un peu plus sur l'origine du lac et sur l'histoire des Mayas dans la region. Suite a une eruption volcanique d'ampleur massive il y a 85000 ans une caldeira (effondrement du toit d'une chambre magmatique) s'est formee et le lac l'a progressivement remplie.

Je trouve les informations de ce musee parcellaires. Il y a par exemple des objets, dans des vitrines, dont nous ne comprenons ni l'origine ni la raison de leur exposition. Sur place se trouve egalement la "salle Samabaj", ou les photos sont interdites, et aux informations encore plus rares. Bon. Le sujet est Samabaj, un site archeologique maya au fond du lac Atitlan, ce qui complique grandement son exploration par des archeologues-plongeurs qui doivent egalement tenir compte des contraintes supplementaires de la plongee en altitude.

Samabaj, où ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ? No se !

oh, tres interessant !
oh, tres interessant !

oh, tres interessant !

Sur la photo ci-dessus le pot a gauche avec des traits de visage humain et des bras tres fins me rappelle des ceramiques vues a Lima, mais nous etions alors en territoire inca. Je ne sais pas...

Apres le musee nous deambulons sur la promenade au bord du lac, semble-t-il aussi populaire pour les touristes que pour les locaux. Le soleil brille, les enfants s'amusent, les amoureux romantisent, et les vendeurs de cochonneries vendent des cochonneries.

le lac Atitlan a Panajachel ; en arriere-plan des sommets volcaniques

le lac Atitlan a Panajachel ; en arriere-plan des sommets volcaniques

C'est en retournant a l'hotel que nous vivons le moment le plus dangereux de ce voyage. Nous devons longer sur quelques centaines de metres la route, sur une section qui comporte un virage sans visibilite, d'ou deboulent des chicken bus en hurlant de toute leur mecanique tels des mad max guatemalteques. Apres avoir bondi precipitamment sur le muret qui separe la route du talus qui descend vers le lac, nous sommes soulagés d'arriver au chemin d'acces a notre hotel.

Au bord de ce chemin des batiments inoccupés attendent sagement l'assaut des annees. D'anciens bungalows d'hotel a l'abandon ? Sans doute.

j'exige un article wikipedia sur le sujet

j'exige un article wikipedia sur le sujet

 

Pendant ce temps a Boston de terribles evenements se produisent. La plus grosse tempete de neige de l'hiver, classée en blizzard par endroit, s'est abattue hier sur la region. Notre maison est sous la neige, et une vague de froid intense (dans les -20°C) couronne le tout. A l'idee de retrouver notre driveway recouvert d'une croute de glace de deux pieds d'epaisseur mon naturel reprend le dessus : je stresse a fond !

Heureusement, la-bas, dans ces froides contrees a deux mille miles de notre ciel ensoleillé du Guatemala, chick.run veille au grain. Sous ce nom de code se cache notre amie amatrice de marathon-relais (mais si vous la connaissez) et a l'ame bienfaitrice, qui en ce vendredi apres-midi est partie armee de sa pelle degager notre driveway. Merci, merci !

Vite, maintenant, un cocktail au bord de la piscine pour nous remettre de ces emotions.

 

article suivant 7/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
jeudi 04 janvier 2018 4 04 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 4/17

 

Ce matin avant de partir d'Antigua nous allons au marché, aux etals couverts de fruits & legumes & fleurs. Quel bazar ! C2 achete deux fruits bizarroides qu'elle determinera par la suite etre un(e) zapote et une granadilla. Il parait que c'est bon : je n'ai pas goute :-)

alors, miam miam ?
alors, miam miam ?
alors, miam miam ?

alors, miam miam ?

Puis nous nous mettons en route pour le lac Atitlan, vers la petite ville de Panajachel plus precisement, a 112 kilometres d'Antigua d'apres google. Le trajet dure tout de meme deux heures et demi pendant lesquelles nous pouvons admirer les paysages montagneux du Guatemala. Nous nous faisons regulierement depasser par les chicken bus, ces bus scolaires americains recyclés en moyen de transport en commun, repeints dans des couleurs criardes, et qui attaquent les virages serrés et sans visibilite a pleine vitesse en crachant d'epais nuages bleutés. Pittoresques, certes, et a les voir toujours chargés a plein, extremement populaires pour les autochtones. Mais ces bus n'ont pas tres bonne reputation pour les touristes a en croire les recommandations officielles francaises et americaines. Allons, qui suis-je pour juger les chicken bus, moi la poule mouillee qui ne suis jamais monté a bord d'un de ces specimens tapageurs ? Tenons-nous en aux faits : je confirme qu'ils roulent comme des timbrés et je n'en ai vu aucun dans le fossé.

Pendant le trajet nous avons droit a un autre evenement pittoresque : le controle de police. Quand je dis controle de police, je veux dire "controle" de police. Nous sommes au Guatemala... Apres avoir parlementé une dizaine de minutes avec un c@#$& en uniforme au sujet d'un certain papier qui ne serait pas en regle, notre chauffeur abdique et des biftons changent de main. Assis a l'arriere j'enrage. Ah... pauvre ZPP, petit homme blanc tout choqué d'etre temoin d'un acte de corruption. Va-t-il partir en guerre contre les vilains mechants qui gachent ses vacances en lui rappelant que tout n'est pas rose quand on sort de l'univers bien propre des pays 'développés' ? Bah non... mais quel gachis.

Apres etre repartis, C2 essaie de faire parler un peu le chauffeur. Il repond aux questions sans s'etendre sur le sujet, la voix plutot resignee. Oui les controles de police ca arrive. Pas trop souvent, disons une ou deux fois par an. Oui il faut payer. Non il ne se fait pas necessairement rembourser par sa compagnie. De toute facon sur quelle base ? Les flics ne lui donnent evidemment pas de recu pour le bakchich qui lui permet de reprendre la route. Ok. C'est la vie...

Nous arrivons au lac Atitlan, c'est absolument superbe. Nous nous arretons a un belvedere.

au-dessus du lac Atitlan
au-dessus du lac Atitlan

au-dessus du lac Atitlan

Voici une vue panoramique.
Nous finissons la route. Notre hotel se trouve juste au bord du lac. Il a plus que les pieds dans l'eau, elle lui monte jusqu'aux genoux ! Mais que s'est-il passe ?

le lac Atitlan se fait envahissant
le lac Atitlan se fait envahissant

le lac Atitlan se fait envahissant

L'hotel a de tres beaux jardins, et on peut y observer de nombreux oiseaux en captivite ou en liberte.

tres beau, tres beau
tres beau, tres beau

tres beau, tres beau

Nous finissons l'apres-midi en admirant le lac et ses trois volcans. Vers dix-huit heures la nuit tombe. A demain !

 

article suivant 6/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mercredi 03 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 3/17

 

Nous sommes de retour a Antigua vers seize heures, il ne fait pas encore nuit... profitons-en ! Allons nous promener en ville.

meme a Antigua on peut avoir un bon son Rock'n Roll

meme a Antigua on peut avoir un bon son Rock'n Roll

C2 et les marchés, une passion inextinguible

C2 et les marchés, une passion inextinguible

Inevitablement, donnant sur la place centrale d'Antigua, se dresse une cathedrale massive, Catedral de San Jose. Construite par les Espagnols au dix-septieme siecle elle a depuis souffert de nombreux tremblements de terre. Apres plus de trois siecles de secousses telluriques, de reconstructions, de restaurations, la plus grande partie du batiment reste en ruine, tandis que la cathedrale effectivement en service se cantonne dans une petite section donnant directement sur la place.

la facade "en activite" de la cathedrale depuis la place centrale

la facade "en activite" de la cathedrale depuis la place centrale

L'acces a la partie en ruine n'est pas cher (8 quetzals ~ 0.9 euro), et en plus il s'agit tenez-vous bien de "El Monumento más Importante del País" = le monument le plus important du pays. Tiens tiens tiens... les Guatemalteques aussi sont megalos. C'est avec beaucoup d'honneur que nous entamons la visite d'un ze most hors US. Le seul probleme est que sans guide et sans prospectus informatif distribué sur place, nous sommes principalement obligés d'utiliser notre imagination. Tout au plus un panneau a l'entree donne une carte des lieux ainsi qu'un "bref hirtorque", qui est du mauvais franspagnol pour "bref historique".

l'acces aux ruines

l'acces aux ruines

dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)
dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)

dans la mysterieuse "cripta sur" (crypte sud)

dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale
dans les ruines de la cathedrale

dans les ruines de la cathedrale

dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque
dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque

dans les ruines attenantes du palais de l'archeveque

J'aurais voulu en apprendre un peu plus sur ces ruines mais ca sera pour une autre fois. Je ressens juste maintenant le besoin urgent de visiter Pompei.

Nous retournons au petit marche artisanal a cote de l'arche de Santa Catalina pour trouver des souvenirs d'Antigua. Pendant que C2 furete dans les rayons je m'attarde dans le coin "librairie" ou des livres d'occasion sont en vente. Voila ce que je veux ramener du Guatemala !

un livre completement typique du coin !

un livre completement typique du coin !

Alors, Laura Combes, elle est devenue quoi depuis qu'elle a ecrit son bouquin sur le bodybuilding feminin en 1982 ? Grace a la puissance d'Internet et de la technologie moderne je degaine mon iPhone et je la duckduckgo. Ah oui, j'ai oublie de vous raconter, je suis en rebellion farouche contre l'hegemonie absolue de GAFA - ze four largest Internet companies, Google Apple Facebook Amazon - et j'utilise le moteur de recherche duckduckgo a la place de google sur mon fonefone. Bon des fois Internet est trop puissant, et j'aurais aime en savoir moins. Laura Combes est morte en 1989 d'une intoxication alcoolique, a 35 ans. Mmm. Les bodybuilders ont souvent des fins malheureuses. Je vais plutot me mettre au yoga.

Je repose le bouquin sur l'etagere et je rejoins C2. Ses recherches sont plus fructueuses et moins deprimantes que les miennes : nous allons devenir proprietaires d'un quetzal (l'oiseau symbole du Guatemala) en bois. Chic !

Nous allons diner au restaurant la Fonda. Rien a voir avec Jane. J'y mange un plat constitué d'un ramequin de fromage fondu. Un peu surprenant... mais tres acceptable pour un francais !

 

article suivant 5/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mercredi 03 janvier 2018 3 03 /01 /janvier /2018 16:00

article precedent 2/17

 

Notre hotel a une decoration variee et interessante. Nous petit-dejeunons sous un tableau de Chaguin. A moins qu'il ne soit de Gaugall.

bon appetit
bon appetit

bon appetit

Autour d'Antigua se dressent trois volcans : volcan de Agua, volcan de Fuego et Acatenango. C'est cependant sur les pentes d'un quatrieme volcan que nous allons faire une petite randonnee ce matin : Pacaya. Nous retrouvons notre guide a l'hotel et c'est parti pour environ une heure et demi de route. Nous quittons Antigua par le sud et la vallee qui se trouve entre volcan de Agua et volcan de Fuego. Ce dernier crachote regulierement des panaches de fumee grise.

Volcan de Fuego

Volcan de Fuego

Nous empruntons la seule (?) autoroute a peage du pays avant d'arriver a San Vincente Pacaya, au pied du volcan. Nous descendons de voiture a l'entree du Parque Nacional Volcan de Pacaya y Laguna de Calderas. Une nuee d'enfants virevolte autour de nous pour nous fourguer des batons de marche ("stick ! stick !") pour quelques quetzals (la monnaie du Guatemala).

bienvenidos !

bienvenidos !

Il est obligatoire de louer les services d'un guide officiel du parc et nous nous retrouvons avec deux guides, celui qui est avec nous depuis Antigua, et celui du parc Pacaya. Pour ceux qui ne se sentent pas de faire l'ascension il est possible de monter a dos de cheval. Je tente une petite blague aupres de C2 : puisque nous sommes des mules, pas besoin de cheval pour nous !

Le Guatemala se trouve a proximite des limites de plusieurs plaques tectoniques, et le pays compte trente-sept volcans dont trois actifs sur une ligne nord-ouest-sud-est. au sud du pays. Pacaya est l'un de ces trois volcans actifs. Sa derniere eruption date de 2014.

La montee de Pacaya n'est ni longue (environ une heure sans se presser) ni penible (un peu moins de 300m de denivelee d'apres garmin). En chemin nous passons un abri ou sont postes deux policiers armés. Faut-il s'inquieter ? Pour des raisons de securite - liees a l'activite du volcan, pas a des malandrins - il est interdit de monter jusqu'au sommet du volcan. Nous nous arretons en contrebas du cratere, a 2250 metres d'altitude (le sommet est a 2552 metres). Nous apercevons cependant des groupes de marcheurs en "zone interdite", sans doute excites a l'idee de courir le risque de respirer des fumees toxiques ou de se prendre un rocher sur le crane.

L'interdiction de s'approcher du sommet amoindrit le degre "d'awesomeness" (tout est awesome pour les americains) de notre excursion et je suis un peu decu de rater une occasion d'examiner du magma. Mais la vue est superbe. Nous pouvons voir le volcan de Agua et l'emprise urbaine de Guatemala (la ville). Voici une photo panoramique prise pendant la montee. Nous apercevons egalement les toits d'une installation geothermique.

Pacaya, la tete dans les nuages

Pacaya, la tete dans les nuages

au milieu de la photo se trouve le lac Amatitlan ; en arriere-plan la ville de Guatemala

au milieu de la photo se trouve le lac Amatitlan ; en arriere-plan la ville de Guatemala

volcan de Agua, et derriere lui sur la gauche volcan de Fuego

volcan de Agua, et derriere lui sur la gauche volcan de Fuego

a nos pieds, de la pierre volcanique

a nos pieds, de la pierre volcanique

notre petit groupe

notre petit groupe

Nous cassons la croute, ce qui interesse fortement les quelques chiens qui errent ici.

rien d'interessant ?

rien d'interessant ?

si si !

si si !

apres dejeuner, toujours pas de lave vive en vue

apres dejeuner, toujours pas de lave vive en vue

Pour redescendre nous suivons un chemin different de la montee. Nous traversons un champ de lave datant de l'eruption de 2014. C'est l'occasion de vous faire decouvrir mon equipement.

ZPP au soleil : couvert des pieds a la tete

ZPP au soleil : couvert des pieds a la tete

Ca vous fait (sou)rire ? J'en suis bien content. Durant ce voyage je vais croiser pas mal de touristes faisant exactement les memes excursions que nous mais en short, en tongs, en debardeur, en robe legere, etc. Grand bien leur fasse... en ce qui me concerne, ma peau et moi detestons le soleil, la creme solaire, et les moustiques. Du coup je reste en pantalon, avec une veste ou un tee-shirt a manches longues, et j'ai meme ces epatantes mitaines pour me couvrir les mains. Et au lieu d'envier toutes ces belles peaux langoureusement hâlées, je suis pris de compassion lorsque je croise des epaules et cous couleur ecrevisse, ou des mollets criblés de piqures rougeoyantes.

La montee s'est faite a couvert, dans la foret. La descente est au soleil, et nous traversons ce qui ressemble a une plantation d'antennes-relais.

tres beau batiment

tres beau batiment

le volcan de Agua ; a droite, une antenne

le volcan de Agua ; a droite, une antenne

en contrebas deux champs de lave datant de 2014 (plus sombre) et 2010 (plus claire) - ou l'inverse

en contrebas deux champs de lave datant de 2014 (plus sombre) et 2010 (plus claire) - ou l'inverse

un groupe d'italiens, tous a cheval

un groupe d'italiens, tous a cheval

Puis nous rentrons a Antigua en voiture.

 

article suivant 4/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
mardi 02 janvier 2018 2 02 /01 /janvier /2018 20:00

article precedent 1/17

 

Le but de notre migration hivernale (courte, douze jours) est le Guatemala & Belize, en Amerique centrale. Depuis nos visites de sites mayas au Yucatan nous sommes passionnes par les peuples pre-colombiens, et apres notre sejour au Perou en septembre 2016 nous retournons en terre maya avec ce voyage dans les deux etats d'Amerique central voisins du Mexique.

Apres un vol Miami-Guatemala (City) sans histoire et une queue interminable pour les controles d'immigration nous retrouvons le chauffeur qui va nous emmener jusqu'a Antigua, une ville a l'ouest de Guatemala inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Sur la carte il n'y a qu'une quarantaine de kilometres depuis l'aeroport, mais entre les meandres de la route qui serpente dans la montagne et les bouchons omnipresents au Guatemala, le trajet prend un peu de temps. Nous posons nos valises a l'hotel avant d'aller nous promener.

notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale
notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale

notre hotel se situe dans un batiment de l'epoque coloniale

quel cadre ideal pour une petite session de Hay Day !

quel cadre ideal pour une petite session de Hay Day !

Nous allons explorer la vieille ville d'Antigua. Antigua qui veut justement dire "vieux, ancien" en espagnol. Le nom complet de la ville est "Antigua Guatemala". Elle fut fondee sous le nom de Santiago de los Caballeros de Guatemala au seizieme siecle par les Espagnols pour servir de capitale a leur colonie dans cette partie d'Amerique centrale. Apres plusieurs tremblements de terre destructeurs les Espagnols demenagerent leur capitale en 1773 vers le site actuel de Guatemala (la ville). La nouvelle capitale prit le nom de Guatemala et le garda, et l'ancienne capitale devint Antigua Guatemala. Elle aurait du etre abandonnee mais certains habitants resterent. Elle est aujourd'hui bien vivante et un haut-lieu touristique du Guatemala.

Le centre d'Antigua a conserve son architecture coloniale du dix-huitieme siecle et ses rues pavees. Pour un aficionado de ruines comme moi c'est un endroit de reve. De nombreux batiments sont restes en l'etat, leurs facades traversant les siecles a l'etat de coquilles vides, en resistant vaillamment aux assauts du temps - et de nombreux tremblements de terre.

Notre hotel est a une encablure d'un symbole connu de la ville, l'arche de Santa Catalina.

la tres populaire arche de Santa Catalina
la tres populaire arche de Santa Catalina

la tres populaire arche de Santa Catalina

que se cache derriere cette facade ?

que se cache derriere cette facade ?

ah, c'est un espace de stockage pour des chars de processions religieuses

ah, c'est un espace de stockage pour des chars de processions religieuses

Les processions d'Antigua doivent etre consequentes pour apparaitre dans l'article general de wikipedia sur le sujet. D'ailleurs, d'apres notre carte papier de la ville, "Antigua accueille les plus grandes celebrations du Careme et de Paques de l'hemisphere ouest. L'histoire des processions remonte au debut du seizieme siecle et commenca avec l'arrivee de Don Pedro de Alvarado d'Espagne". Pas tres maya tout ca.

et que se trouve derriere cette facade ?

et que se trouve derriere cette facade ?

et derriere celle-la ?

et derriere celle-la ?

un batiment entier : Iglesia la Merced

un batiment entier : Iglesia la Merced

Iglesia de la Compania de Jesus

Iglesia de la Compania de Jesus

Wikipedia sait tout, absolument tout ! Il y a un article (en espagnol) pour cette eglise en ruine construite a la fin du dix-septieme siecle.

les rues pavees d'Antigua
les rues pavees d'Antigua

les rues pavees d'Antigua

Nous dinons dans un restaurant dont le site declare fierement "100% Guatemala food". Tant qu'ils servent des frites... ca me va !

 

article suivant 3/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
lundi 01 janvier 2018 1 01 /01 /janvier /2018 20:00

Bonne annee !

Cet hiver nous allons faire comme les Canada geese (bernaches du Canada). Oui elles recouvrent chaque printemps la Nouvelle-Angleterre de leurs dejections, mais ce n'est pas ce comportement que nous allons imiter. Plutot, nous allons migrer vers le sud, en volant grace aux ailes d'un avion (en retard) d'American Airlines.

Migration vers les tropiques

En attendant notre vol nous retrouvons a Logan une copine de C2 en provenance de Californie.

En preparant ce voyage j'ai discute avec une de mes bonnes copines, bernache du Canada, et elle m'a conseille de faire un arret a Miami pendant notre migration vers le sud. Ok, donc ce soir nous dormons a Miami. Nous arriverons demain a... eh bien vous verrez demain !

 

article suivant 2/17

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans trip Guatelize
dimanche 26 novembre 2017 7 26 /11 /novembre /2017 21:00

Notre sejour a Plum Island il y a sept ans nous avait plu et nous attendions patiemment depuis quelques annees que le seul (?) hotel de l'ile rouvre ses portes. En 2017 les planetes sont enfin alignees et nous passons le long week-end de Thanksgiving a Plum Island - et Newburyport.

ce sejour est place sous le signe de la decadence : booze, charcuterie, fromage !

ce sejour est place sous le signe de la decadence : booze, charcuterie, fromage !

la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois
la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois
la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois
la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois
la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois

la meteo est beaucoup plus clemente que la derniere fois

D'ailleurs j'en profite pour aller faire un petit jogging, ma premiere course depuis notre victoire triomphale il y a deux semaines avec mes collegues et neanmoins amis dans une course-relais.

le sportif du samedi

le sportif du samedi

Apres ces mini-vacances bien agreables nous rentrons a Boston, en ecoutant religieusement le match de football a la radio. Ouf, les Patriots gagnent !

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans ailleurs
dimanche 12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 16:00

Grace a l'incroyable omniscience de google et l'aide de ce site je pense avoir correctement adapté a la premiere personne du pluriel le veni vidi vici de Jules Cesar. Ce matin en effet je me suis leve a cinq heures et demi et par le prompt renfort de mes deux collegues et habituels comparses de jogging, nous arrivâmes au depart d'une course-relais a une heure de route de Waltham, chauffés a bloc. Je debutâme l'epreuve sous une coquette temperature de -1°C et apres deux passages de relais nous vainquissions a plate couture la concurrence.

cours (dans la) forrest !

cours (dans la) forrest !

Suite a notre victoire attendîmes-nous la ceremonie du podium et la remise des prix ? Certainement pas ! Nous nous cassâmes dans la foulee, satisfaits de notre performance.

les valeureux

les valeureux

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans blogston
dimanche 24 septembre 2017 7 24 /09 /septembre /2017 20:00

article precedent 8/9

 

C'est le dernier jour de mon voyage. Je prends conge de mes amis que je reverrai peut-etre dans 4 ans, et je me mets en route pour 200 miles jusqu'a l'aeroport d'Indianapolis. Il fait beau, il n'y a pas grand monde sur l'interstate, c'est un retour paisible a Indianapolis puis Boston.

C'est l'heure des bilans ! Comme ce road-trip etait moins centré sur la conduite que d'habitude je n'ai parcouru que 767 miles au total (1234 km). Par contre ce qui est nouveau c'est que j'ai couru 35 kilometres en trois seances :-)

Pour ce qui est des rencontres sportives, autre nouveauté de ce voyage : en considerant que j'etais a chaque fois supporter de l'equipe locale je finis avec 4 defaites en 4 matchs. Si on tient meme compte du match de soccer du fils de mon pote ainsi que du match de baseball des Red Sox auquel je suis alle avec un collegue a Boston le mercredi juste avant mon depart, j'ai un score de 6 defaites en 6 matchs sur 12 jours. Bon. Quel poissard... ne m'invitez jamais avec vous a un match de sport si vous voulez avoir une chance de quitter le stade de bonne humeur ha ha ha !

 

recommencer au debut, article 1/9

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans road trip sport OHINKY
samedi 23 septembre 2017 6 23 /09 /septembre /2017 20:00

article precedent 7/9

 

Ce matin point de jogging pour moi. J'accompagne mon hote et sa petite famille au match de foot (celui qui se joue au pied, soccer en anglais) de leur fils. La serie noire continue : l'equipe 'locale', celle du fils de mon pote, perd ! J'enchaine les defaites a un rythme etourdissant dans ce voyage. Snif.

A midi nous allons manger dans une pizzeria installee dans une ancienne distillerie. C'est la renaissance d'un ancien quartier industriel de Lexington ! Pizza suivie d'une bonne glace juste a cote.

Apres ce repas dietetique il est temps de passer aux choses serieuses : femmes et enfants s'en vont vaquer a leurs occupations et nous laissent entre mecs demarrer notre programme de l'apres-midi. Apres une petite biere a la micro-brasserie voisine de la pizzeria nous allons au stade de football de UK, University of Kentucky. Enfin au stade... nous allons au parking du stade, pour entamer une longue session de tailgating.

Nous passons l'apres-midi a nous balader a pied autour du stade, papoter avec les potes de mes potes, lancer la baballe (de football americain), boire de vastes quantites de biere, raconter des aneries, en attendant le debut du match a 19h30.

dur dur le tailgate !

dur dur le tailgate !

Le match de ce soir des "UK Wildcats" a une importance particuliere pour mon pote et les supporters de l'universite en general. D'abord les Wildcats sont invaincus sur leurs trois premiers matchs de la saison, ce qui semble indiquer qu'ils sont en bonne forme. Et d'autre part ils n'ont pas battu l'equipe qui leur rend visite ce soir, celle des Florida Gators, depuis 1986. 1986 ! 30 defaites d'affilee ! Mais ce soir c'est le bon soir, l'equipe des Wildcats est super bonne, etc etc.

go Wildcaaaaaaaats !!!

go Wildcaaaaaaaats !!!

Sauf que.

Sauf que je suis dans les gradins, en tant que supporter des Wildcats. Woops. Vous savez comment ca va finir ? Ben oui, une defaite, avec un touchdown devastateur des Gators infligé a 43 secondes de la fin du match, alors que les Wildcats ont domine toute la soiree.

Ohhh... quelle sombre fin de soiree. Mon pote n'est pas content du tout. Nous quittons le stade, dans le calme... je commence a bien connaitre cette ambiance :-)

 

article suivant 9/9

Partager cet article

Repost0
Publié par ZPP - dans road trip sport OHINKY