Recherche

Anciens Articles

samedi 10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 19:00

article precedent 3/22

 

De retour dans Cusco notre guide veut nous emmener visiter la cathedrale mais il y a une ceremonie en cours. Nous reviendrons plus tard. Direction Qorikancha, un temple inca sur lequel les Espagnols construisirent une eglise et un couvent entre le seizieme et dix-septieme siecle.

Le Convento de Santo Domingo del Cusco est en partie ouvert aux visiteurs, moyennant la modique somme de 15 soles (~$4.5). Comme de nombreux (tous ?) edifices religieux construits par les Espagnols au Perou, le couvent se trouve directement sur un ancien temple inca, en utilisant ses murs comme fondation. Les Espagnols cherchaient a asseoir leur domination sur le peuple inca en imposant leur religion et en faisant disparaitre les sites sacrés incas.

a l'interieur du couvent

a l'interieur du couvent

a gauche les colonnes du couvent, a droite un mur inca

a gauche les colonnes du couvent, a droite un mur inca

Pour leurs propres besoins de construction les Espagnols detruisaient les murs incas pour en reutiliser les pierres, et lorsqu'ils n'arrivaient pas a les demanteler ils les integraient dans leurs batiments en les masquant.

traces de colonnes et arche (espagnoles) construites devant et au-dessus d'un mur inca
traces de colonnes et arche (espagnoles) construites devant et au-dessus d'un mur inca

traces de colonnes et arche (espagnoles) construites devant et au-dessus d'un mur inca

Les petites niches en hauteur abritaient des statues (en or !). D'autres niches plus grandes recevaient des momies. Notre guide nous indique que ces niches permettent aux murs de mieux resister aux tremblements de terre mais je ne comprends pas tres bien comment.

Ce qui est sur c'est que le couvent et l'eglise de Saint Dominique souffrirent considerablement des tremblements de terre au cours de leur histoire, et c'est meme un seisme puissant en 1950 qui fit réapparaitre de nombreux vestiges incas derriere les murs et platres espagnols. C'est alors qu'il fut décidé de ne pas reconstruire a nouveau par-dessus, mais de faire des recherches et mettre en valeur ces signes du passé. Les fondations incas, elles, traversent les siecles sans etre affectees par les secousses telluriques.

peinture murale espagnole recouvrant une section de mur inca

peinture murale espagnole recouvrant une section de mur inca

Nous decouvrons egalement ici une ingenieuse technique qui rendait les murs incas encore plus solides (et difficiles a detruire). Certes les Incas n'utilisaient pas de mortier pour leurs plus beaux murs, mais cela ne les empechait pas de rendre leurs blocs de pierre solidaires les uns des autres. Comment ? Une fois une rangee de blocs en place, chaque bloc etant par construction jointif de ses voisins, deux rigoles etaient creusees dans deux blocs consecutifs, en regard l'une de l'autre, en forme de U par exemple.

deux rigoles en U

deux rigoles en U

Ensuite un metal (notre guide parle de cuivre) etait coulé dans les rigoles, qui une fois refroidi et solidifié formait une belle "agrafe" entre les deux blocs. Tres interessant ! Cette technique est confirmée en inspectant au detecteur de metal des murs encore debout.

Il est supposé que le faîte du mur d'enceinte de ce temple du soleil inca (par dessus lequel fut donc construit le couvent) etait recouvert d'or, et c'est ainsi qu'une maquette represente le site tel qu'il devait etre. L'or a bien evidemment disparu depuis longtemps, sans doute parti dans les galions du roi d'Espagne.

A l'exterieur du couvent nous admirons le Jardín Sagrado (jardin sacré), et au-dela l'Avenida el Sol (avenue du soleil), un boulevard deux fois deux voies qui bouchonne et klaxonne a tout va, bordé de dizaines de petits commerces - dont semble-t-il une proportion deraisonnable de bureaux de change (casas de cambio) et d'agences de tourisme. Il faut dire qu'il est sur le trajet entre l'aeroport et le centre-ville, passage obligé pour nous autres touristes !

En voici un panorama.

Jardín Sagrado
Jardín Sagrado

Jardín Sagrado

Sur la photo ci-dessus on peut voir le mur inca, tout noir, sur lequel sont construits l'eglise et le couvent.

Nous prenons conge de notre guide pour le reste de la journee et continuons seuls notre exploration de Cusco. Apres nous etre tapé la cloche au Museo del Pisco, C2 veut aller inspecter le quartier des artisans.

dans les petites rues de Cusco

dans les petites rues de Cusco

ah, ca sent l'achat d'une ou deux peintures

ah, ca sent l'achat d'une ou deux peintures

oh qu'il est mimi le petit lama

oh qu'il est mimi le petit lama

J'ai normalement peur des chiens mais tous ceux que je vois a Cusco ne se preoccupent guere des humains et vaquent a leurs occupations sans aboiements agressifs. D'apres notre guide ils ne sont pas vraiment errants car ils ont des maitres, mais ceux-ci ne prennent pas beaucoup soin d'eux et les chiens se debrouillent tous seuls pour survivre.

woof

woof

Comme nous avons nos tickets (25 soles, ~$7.5 par personne) pour acceder a la cathedrale, ré-ouverte aux touristes dans l'apres-midi, nous allons y faire un tour. Nous ne nous attardons pas, nous voulons seulement constater de nos yeux une curiosite mentionnée ce matin par notre guide : sur l'immense tableau de la Cène a l'interieur de la cathedrale, le dernier repas de Jesus et de ses apotres est un... "cuy", le fameux cochon d'Inde roti.

Nous allons egalement visiter le Museo Inka (10 soles, ~$3 par personne), au pas de course car il ferme a seize heures. Je n'y ai pris qu'une seule photo, assez stupide comme vous pouvez vous en douter. Je suis toujours niaisement ravi de tomber sur des images qui sont a l'oppose de la pudeur hysterique et maniaque des ricains. Jugez-en par vous-memes.

ah mon dieu, des sexes et des seins, c'est pornographiiiiique !!!

ah mon dieu, des sexes et des seins, c'est pornographiiiiique !!!

A l'interieur du musee nous pouvons voir nos premieres momies de ce voyage. Fascinant. C2 n'est pas tres fan et evite de s'y attarder. De mon cote apres une courte introspection je renonce a les prendre en photo. Dans le musee sont egalement exposes des cranes pour presenter deux coutumes incas (et pre-incas) :

  • la trepanation. On ne sait pas necessairement pourquoi ces trepanations etaient pratiquées, mais les traces de cicatrisation sur les cranes concernés prouvent que les patients survivaient
  • la deformation volontaire du crane, au sujet duquel wikipedia a evidemment un article. Une des explications avancees est de marquer ainsi l'appartenance de la personne au crane déformé a une classe particuliere (noblesse par exemple) dans la societe. Pratique sans consequence sur les capacites intellectuelles d'apres les informations du musee

Le musee ferme ses portes, le soleil est deja bien bas et s'en va disparaitre derriere les montagnes. Nous nous baladons encore un peu autour de la Plaza de Armas, tres populaire.

fin d'apres-midi sur la Plaza de Armas a Cusco
fin d'apres-midi sur la Plaza de Armas a Cusco
fin d'apres-midi sur la Plaza de Armas a Cusco

fin d'apres-midi sur la Plaza de Armas a Cusco

Il y a de beaux batiments autour de la place mais des que l'on s'en eloigne, apres seulement quelques minutes a pied, les facades se delabrent.

dans la rue de notre hotel

dans la rue de notre hotel

Ce soir nous essayons un autre restau chic et cher, Cicciolina. Dans nos assiettes l'alpaga et le cochon d'Inde !

Apres notre deuxieme journee a Cusco nous n'avons pas a nous plaindre des effets de l'altitude. Sauf mes yeux, qui malgre les lunettes de soleil ont beaucoup souffert aujourd'hui. Soleil, air sec, chargé de particules ou poussiere ? Je ne sais pas. Je trouve ca completement moche mais si j'en avais eues j'aurais porté des lunettes de glacier avec joie.

A demain pour la suite de nos visites !

 

article suivant 5/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
samedi 10 septembre 2016 6 10 /09 /septembre /2016 15:00

article precedent 2/22

 

Ce que l'on m'a dit des hotels peruviens est donc vrai : il y fait froid la nuit. D'un autre cote a 3400 metres d'altitude il ne faut pas s'attendre aux grandes chaleurs. Recommandation ferme : penser a reclamer un chauffage d'appoint, et/ou entasser les couvertures pour lutter contre le froid. Par contre rien n'aurait pu neutraliser le seul desagrement de notre premiere nuit a Cusco : quoi donc, sur cette planete, peut lutter contre la voix puissante d'une touriste americaine ? Sauf, peut-etre, je l'admets, une touriste... russe !

C2 experimente des fruits bizarres comme la grenadelle au petit-dejeuner puis nous retrouvons notre guide pour entamer nos visites de la journee. Nous allons explorer plusieurs sites archeologiques autour de Cusco grace a notre "boleto turistico del cusco" - boleto = billet en espagnol - qui donne acces a 14 sites pour 130 soles (~39$). Des le depart de notre hotel nous mitraillons en tous sens avec nos iPhones et autre appareil-photo, et je vais tacher de faire le tri dans ces innombrables photos et panoramas.

en route pour nos visites. Sur la colline un site que nous visiterons, en arriere-plan la ville de Cusco
en route pour nos visites. Sur la colline un site que nous visiterons, en arriere-plan la ville de Cusco

en route pour nos visites. Sur la colline un site que nous visiterons, en arriere-plan la ville de Cusco

Le premier site de notre programme s'appelle Tambomachay. A neuf heures du matin il est encore assez desert et nous marchons au calme - et au soleil, qui tape fort a cette altitude. Notre guide parle beaucoup, ce qui est tres bien, mais entre la quantite d'information qu'elle debite, ce que j'en retiens, les nombreuses zones de doute non eclaircies par les archeologues et historiens, et ce que je peux glaner sur Internet apres coup, je ne sais plus trop quoi penser ou dire. Voici donc une annonce valable pour toute la serie d'articles de ce voyage : je vous presente ce que j'ai lu et entendu, et je ne m'aventure pas au-dela de ce qui semble faire consensus parmi la communaute scientifique. Vous pourrez en trouver plus (et son contraire en cherchant suffisamment...) sur internet. Bien.

Tambomachay est le site d'un temple, probablement lié au culte de l'eau, qui etait visité une fois par an au debut de la saison des pluies (octobre-novembre). L'edifice que nous pouvons admirer rassemble de nombreux elements que nous retrouverons dans nos autres visites peruviennes :

  • trois niveaux de construction pour representer les trois niveaux du monde dans les croyances incas :
    • le ciel avec pluie, soleil, etc
    • le niveau du sol, ou vivent les humains, coulent les rivieres, etc
    • le monde souterrain, le monde des morts
  • des murs realises en pierres taillees de plus en plus imposantes et travaillees au fur et a mesure que l'on se rapproche de l'endroit "sacré"
  • des niches pour abriter et exposer des momies
  • une grande maitrise de l'eau et de sa circulation par des canaux et des fontaines utilisant uniquement la gravité
chemin d'acces a Tambomachay, tres quiet

chemin d'acces a Tambomachay, tres quiet

le temple de l'eau (?) de Tambomachay

le temple de l'eau (?) de Tambomachay

des niches pour exposer des momies pendant les ceremonies

des niches pour exposer des momies pendant les ceremonies

Seule l'elite de la societe inca prenait part aux ceremonies religieuses - voire uniquement les (le ?) pretres. Le reste du peuple etait tout de meme associe a des festivites, dans d'autres lieux.

d'autres constructions a Tambomachay, portant les marques du temps

d'autres constructions a Tambomachay, portant les marques du temps

La photo ci-dessus resume bien ce que nous allons experimenter au Perou, jusqu'a l'overdose : de la montagne, des terrasses, et des murs en pierre.

J'aurais bien inspecté les environs mais Silvia, notre guide, est deja repartie au pas de course. Bon. Je guette les etalages en train de se deplier sur le chemin pour redescendre. J'en conclus que ce site, malgre un air calme a 9h30 du matin, doit etre populaire dans la journee. Qui dit marchands dit... acheteurs !

en redescendant a Tambomachay

en redescendant a Tambomachay

oh, un camélidé !

oh, un camélidé !

Deux especes de camelides sont domestiquees au Perou, et je ne sais toujours pas vraiment les differencier... sauf si on en met deux individus cote a cote. On trouve evidemment les inevitables lamas (llamas en espagnol), qui etaient utilises par les Incas surtout en tant que betes de charge. On trouve egalement les alpagas (alpacas en espagnol), tres similaires mais de plus petite taille, utilisés par les Incas pour leur laine et pour en faire... des steaks.

Alpaga, alpaga... En bon petit francais acclimaté a la lecture grace la bibliotheque rose, et n'ayant que peu d'interet pour les textiles de ce monde, alpaga jusqu'a present n'evoquait pour moi qu'un des mechants dans Fantomette ! D'autre part, je me mefie des lamas depuis ma tendre enfance grace aux informations collectees dans l'album de Tintin Le Temple du Soleil, dans lequel le capitaine Haddock echange des crachats avec des lamas. D'apres notre guide toutefois, si les lamas (et les alpacas) crachent, ils reservent cette manoeuvre pour leurs congeneres. Il n'y a aucune raison de se faire cracher dessus par un lama en tant que touriste. Ouf...

Le site suivant s'appelle Q'enqo, ce qui veut dire labyrinthe en quechua (une langue parlee dans les Andes, utilisée par les Incas). On y trouve une roche qui avait un role astronomique pour les Incas. Les Incas depensaient beaucoup d'energie a construire de tels 'instruments' de mesure leur permettant de determiner tres precisement les jours des solstices, pour savoir par exemple quand debutait la saison des pluies et organiser leur agriculture en consequence.

a Q'enqo

a Q'enqo

C'est lorsque l'ombre du rocher (a droite sur la photo) se projetait au lever du soleil sur une entaille precise gravée dans la paroi derriere lui que les Incas confirmaient le jour du solstice. Ce rocher etait entouré d'un mur dont plusieurs niveaux de pierres taillees ont disparu.

vestiges de l'agencement des pierres pour former le mur

vestiges de l'agencement des pierres pour former le mur

cette pierre a bougé mais etait jointive de ses voisines a l'origine

cette pierre a bougé mais etait jointive de ses voisines a l'origine

L'appellation "labyrinthe" du site n'est pas d'origine inca. Elle lui fut donnée toutefois en raison du dedale de passages et de petites grottes naturelles ou creusees par les Incas sur place. On suppose que le site etait utilisé comme lieu de momification, avec differentes "chambres" pour les differentes etapes de ce processus - par exemple au soleil pour l'etape de deshydratation, au frais pour la conservation. Oh, et des sacrifices humains s'y seraient aussi deroules.

dans une grotte a Q'enqo

dans une grotte a Q'enqo

Le clou de nos visites en dehors de Cusco ce matin est le site de Saqsayhuaman (son orthographe est tres variable). Internet en general et wikipedia en particulier designent le site comme une forteresse, mais notre guide insiste plus sur son role religieux. Les immenses murs construits ici soutiennent un etagement de terrasses, au sommet desquelles se trouvent les ruines de ce qui est considere comme un ancien complexe sacré. Son acces est desormais interdit au public, mais on peut se balader entre les formidables "murailles", construites sans mortier, et dont les caracteristiques (inclinaison, tracé en zigzag) leur auraient permis de resister aux tremblements de terre depuis 500 ans.

en arrivant a Saqsayhuaman
en arrivant a Saqsayhuaman

en arrivant a Saqsayhuaman

les murs de Saqsayhuaman. Appreciez leur taille !
les murs de Saqsayhuaman. Appreciez leur taille !
les murs de Saqsayhuaman. Appreciez leur taille !

les murs de Saqsayhuaman. Appreciez leur taille !

Au pied des terrasses se trouve une immense place, utilisée pour tailler les pierres pendant la construction, et pour accueillir le peuple pendant ou apres des ceremonies religieuses. Voici la theorie de construction decrite par notre guide : les roches (en provenance de carrieres plus ou moins distantes) etaient selectionnees et agencees a plat pour former l'ebauche d'un mur. Elles etaient taillees ainsi et l'avantage de "pre-construire" le mur a plat etait de pouvoir deplacer les pierres horizontalement pour verifier leur ajustement, au lieu d'avoir a les soulever. Une fois une section de mur complétée de cette facon les pierres etaient acheminees jusqu'a leurs emplacements finaux et empilées verticalement, comme un lego geant. Quel genie ! L'ensemble du site aurait ete construit sur une periode d'environ cent ans.

Notre guide nous liste aussi les trois principes incas de construction (les trois 'S' comme elle dit) :

  • simplicité
  • solidité
  • symetrie

Je n'aurais pas necessairement qualifié leur approche de construction de "simple", a moins de se dire qu'ils utilisaient "simplement" des rochers pour leurs murs, sans autre materiau.

la grande place a Saqsayhuaman
la grande place a Saqsayhuaman

la grande place a Saqsayhuaman

toujours plus de photos des terrasses de Saqsayhuaman
toujours plus de photos des terrasses de Saqsayhuaman

toujours plus de photos des terrasses de Saqsayhuaman

Comment les Incas s'y prenaient-ils pour deplacer leurs blocs de pierre ? Ils construisaient et utilisaient des rampes pour acceder aux niveaux superieurs des terrasses, sur lesquelles ils faisaient "rouler" les rochers sur des rondins de bois, ou sur des gros cailloux a peu pres spheriques lorsque le poids d'un rocher etait trop grand pour la resistance du bois. Ils n'utilisaient pas la roue - je ne suis pas tres clair s'ils en avaient la connaissance. Diverses theories a ce sujet peuvent etre trouvees sur Internet, je vous laisse chercher dans google par vous-memes.

pierres de roulage incas

pierres de roulage incas

Voici un panorama pris au pied des terrasses, depuis la grande place de Saqsayhuaman. La matinee se termine et nous retournons a Cusco.

 

article suivant 4/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
vendredi 09 septembre 2016 5 09 /09 /septembre /2016 19:00

article precedent 1/22

 

C'est bizarre, j'ai reve de voitures et de klaxons toute la nuit. Ou alors, ce n'etait pas un reve ? J'exagere... l'enorme carrefour devant l'hotel est un poil moins bruyant qu'hier soir. Les Limeniens ont le klaxon leger a sept heures du matin.

Apres un solide petit-dejeuner plus "continental" que peruvien et agrémenté du doux babillage d'un groupe de chinois vociferateurs, C2 et moi allons prendre l'avion qui nous emmene de Lima a Cusco. Nous decollons avec une heure de retard, apres avoir attendu sans raison apparente sur le tarmac, dument sanglés et comprimés dans nos petits sieges. Comme le vol effectif ne dure qu'une quarantaine de minutes, nous arrivons presque a l'heure annoncée...

Les divertissements a bord me rappellent furieusement ce que nous avions pu observer (subir ?) lors d'un vol domestique en Chine. Deja, pas d'ecrans individuels, seulement le "vieux" systeme d'ecrans qui s'abaissent en vol au-dessus de nos tetes toutes les quelques rangees de sieges. Et comme en Chine, que nous passent-ils donc ? Des videos-gags et autres cameras cachees complement nases, le plus souvent avec des themes scatologiques ou sexuels. Mézenfin, m'écrié-je interieurement, quelle incroyable coincidence ! Je decide dans la seconde qu'apres la visite de toutes les capitales d'etat des Etats-Unis, mon nouveau but dans la vie est de prendre des vols domestiques dans le plus grand nombre possible de pays et d'etudier d'un oeil d'ethnologue averti le programme de divertissements proposé.

A la sortie de l'avion a Cusco, ville sur un haut plateau dans les montagnes peruviennes, j'attends avec impatience les premieres manifestations de l'effet de l'altitude sur mon organisme fragile et hypocondriaque mais il ne se produit initialement rien de notable. Deception... On m'en avait tellement parlé de ce passage de 0 metre (l'aeroport de Lima est a cote de l'ocean) a 3400 metres d'altitude ! En particulier lors de ma consultation dans un TMC, Travel Medicine Center, où C2 et moi nous sommes tous les deux rendus avant ce voyage. Un TMC est un service, rattaché a un hopital par exemple, specialisé dans le conseil et la prevention pour les personnes se rendant a l'etranger.

Fichtre, quelle idee d'y aller... Ma visite y a duré plus d'une heure, j'ai entendu tellement de conseils et de mises en garde que les trois quarts sont rentrés dans une oreille pour ressortir par l'autre la minute d'apres, et je suis parti les bras couverts de piqures de vaccins et armé de douze kilos de documentation sur des affections diverses et variées. J'ai failli annuler mon voyage par peur de ne pas revenir vivant du Perou !

Allons, mon devoir est de vous informer de facon exacte. Voici le compte-rendu de la frenesie inoculatoire de la medecin qui m'a recu - et qui, precisons-le a son honneur, a voulu passer en revue mon statut immunitaire en general, pas uniquement pour ce voyage.

  • vaccination contre la fievre typhoïde, recommandée par le CDC, Center for Disease Control and Prevention, une agence federale etazunienne qui se preoccupe de santé publique
  • vaccination contre l'hepatite A, egalement recommandée par le CDC
  • vaccination contre la grippe (!?)
  • prise de sang pour verifier mon immunité contre la rougeole et les oreillons

J'en profite pour attirer votre attention sur le fait qu'oreillons se dit mumps en anglais, rougeole se dit measles, et rubeole se dit rubella. Mais attention ! Rubeola est aussi utilisé en anglais mais pour designer la rougeole, pas la rubeole ! Comme le dit le proverbe, qu'importe le nom pourvu qu'on ait la maladie.

L'imposante documentation qui m'est remise lors de la visite au TMC couvre :

  • l'hepatite A
  • la fievre typhoide
  • le mal d'altitude, avec la promesse d'une mort rapide en cas d'hypoxie aiguë ou d'oedeme pulmonaire ou cerebral
  • l'utilisation de sels de rehydratation et des conseils sur le traitement de la diarrhee
  • des mises en garde contre les piqures de moustiques, la malaria, la fievre jaune, et meme la rage ! Diantre !

J'ai la moquerie facile, mais les recommandations sur le site du ministere francais des affaires etrangeres sont exactement les memes (cliquez sur l'onglet Santé).

Cette courte parenthese refermee, je peux reprendre mon recit. Voyons, ou en etais-je... ah oui. Cusco ! Cusco, nous voila. Nous allons prendre nos quartiers dans notre hotel, tres proche de la Plaza de Armas, le coeur de la zone touristique de Cusco. Il est midi bien tassé, nous nous mettons en quete d'un restaurant. Au dejeuner je reste a l'eau en raison d'un mal de tete naissant, semble-t-il en raison de l'altitude, tandis que C2 se lance dans la degustation d'un pisco sour, le cocktail (alcoolisé) incontournable au Perou a base de pisco, une eau-de-vie de vin produite au Perou (et au Chili). Puis nous nous baladons en ville.

a Cusco

a Cusco

Plaza de Armas
Plaza de Armas
Plaza de Armas
Plaza de Armas

Plaza de Armas

Cusco fut la capitale de l'empire inca jusqu'a ce que la ville ne tombe aux mains des Espagnols en 1533. Ces derniers detruisirent les constructions incas et utiliserent leurs formidables murs comme fondations pour leurs propres batiments. Nous arpentons les rues autour de la Plaza de Armas, parfois a bout de souffle pendant quelques instants par manque d'oxygene.

les batiments n'ont typiquement qu'un etage
les batiments n'ont typiquement qu'un etage

les batiments n'ont typiquement qu'un etage

En nous promenant dans la ville nous nous familiarisons avec une technique de construction caracteristique des Incas, en admirant des murs de pierres taillées assemblées sans mortier. Certaines pierres sont massives, balaises ces Incas !

encore debout 500 ans plus tard et malgre les tremblements de terre
encore debout 500 ans plus tard et malgre les tremblements de terre
encore debout 500 ans plus tard et malgre les tremblements de terre

encore debout 500 ans plus tard et malgre les tremblements de terre

Notre petite balade est sympathique. Il fait beau et assez chaud, meme si la temperature tombe nettement quand le soleil se couche - tot. Les rues sont inondees de touristes (comme nous), et de toute une population qui les (nous) voit comme une source allechante de dollars et qui voudrait bien en rediriger une partie dans ses poches :

  • vendeurs de rue de marchandises variees : chapeaux, peintures, bouffe
  • femmes en habits traditionnels qui ne font rien a part porter de mignons bebes lamas dans leurs bras
  • rabatteurs pour des :
    • restaurants
    • agences de tourisme aux excursions toutes plus extraordinaires les unes que les autres
    • officines de massage...

Les massages sont incroyablements populaires au Perou ! Qui l'eut cru ? En espagnol massages se dit masajes, prononcé massarrrrèsse. Pas moyen de faire dix metres a Cusco sans se voir proposer des masajes, masajes. Mais non, je ne veux pas de massarrrrèsse ! D'apres notre guide papier (lonely planet) ces massages peuvent etre plus ou moins intimes. Bon, avis aux curieux.

Dans les restaurants, hormis dans les etablissements chikéchers bondés, les portions sont enormes et le service est lent (mais poli). Patience : nous sommes en vacances non ? Nous avons vite appris notre lecon et n'avons plus commandé d'entrée apres notre premier repas sur place. Que mange-t-on au Perou ? De l'alpaca (alpaga en francais, un cousin du lama), du cuy (cochon d'Inde en francais), du ceviche (preparation de poisson cru 'cuit' dans du jus de citron). J'ai tendance a plus m'interesser aux ruines qu'a la gastronomie, mais sur simple requete je peux partager avec vous les photos que C2 a prises de tous nos plats 😊.

Apres diner nous rentrons a l'hotel (essouflés) et notre nuit devrait etre meilleure que la precedente : il y a nettement moins de circulation et de klaxons dans la Calle Saphi (calle = rue en espagnol) que devant l'Aeropuerto Internacional Jorge Chavez a Lima !

 

article suivant 3/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
jeudi 08 septembre 2016 4 08 /09 /septembre /2016 19:00

Depuis notre semaine de vacances dans le Yucatan l'annee derniere C2 et moi semblons nous etre pris de passion pour les anciennes civilisations de l'Amerique latine. En effet apres avoir decouvert les pyramides mayas dans la region de Cancun au Mexique, nous nous envolons pour le Perou, berceau de l'empire Inca.

Notre journee de jeudi est consacree a l'avion. Il n'y a pas de vol Boston-Lima mais il est possible de faire un trajet a peu pres direct en passant par Panama. Copa Airlines nous emmene de Boston a Panama puis de Panama a Lima, et se vante d'etre la compagnie la plus ponctuelle d'Amerique latine. Bien. Je confirme, je confirme.

ah nous la business, hi hi hi !

ah nous la business, hi hi hi !

euh c'est quoi ca ? C'est comestible ?

euh c'est quoi ca ? C'est comestible ?

Chaque voyage me rappelle combien mes competences geographiques sont faibles. A l'approche de l'aeroport de Panama je suis persuadé que nous sommes au-dessus de l'Atlantique, en arrivant par l'est. Pfff... en fait le Panama (pays) est une bande de terre orientée est-ouest, avec l'Atlantique au nord (mer des Caraïbes) et le Pacifique au sud. Et Panama (ville) et son aeroport se trouvent sur la cote sud, donc Pacifique, du pays.

en arrivant a Panama
en arrivant a Panama

en arrivant a Panama

des bateaux je suppose en attente pour la traversee du canal de Panama

des bateaux je suppose en attente pour la traversee du canal de Panama

en voila un dont le nom me plait, en l'honneur d'un de mes gollègues, ha ha ha !

en voila un dont le nom me plait, en l'honneur d'un de mes gollègues, ha ha ha !

En plus de faire un jeu de mots foireux, ce Glovis me permet de caser un petit paragraphe sur le canal de Panama. Saviez-vous que les travaux d'agrandissement du canal de Panama ont pris fin cette annee, et que ses nouvelles ecluses sont ouvertes depuis juin ? Mon ami wikipedia, qui sait tout, m'a appris que la classe des navires dont les dimensions leur permettent d'emprunter le (ancien) canal de Panama s'appelle Panamax. De la meme facon on parle des Suezmax, Chinamax, etc. La nouvelle classe de navires créée par les dimensions des nouvelles ecluses du canal de Panama est tout simplement la classe New Panamax. Original non ?

Ou l'on revient a Glovis, c'est que d'apres des informations glanees sur Internet le premier navire transporteur de voitures (on appelle ca un roulier me souffle wikipedia) de la classe New Panamax appartient a la compagnie Glovis. Epatant.

Enfin ce qui nous interesse c'est le Perou. Apres une correspondance a Panama et un vol Panama-Lima sans histoire nous arrivons dans la capitale du Perou, qui se trouve elle aussi sur le Pacifique. Le controle des passeports est bien plus sympathique qu'aux US. Un joyeux capharnaum regne a l'aeroport. Une foule compacte et bruyante s'affaire dans le terminal, et a l'exterieur nos oreilles sont chatouillees par un concert polysymphonique et multicacophonique de klaxons, du a une circulation automobile intense et chaotique.

Point de tourisme pour nous ce soir. Nous allons directement a l'hotel (en face de l'aerogare) et tachons de dormir malgre le bruit pour attraper un autre avion demain matin. Bonne nuit !

 

article suivant 2/22

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip Perou
commenter cet article
mercredi 31 août 2016 3 31 /08 /août /2016 19:00

Je vais etre efficace et publier un petit article pour couvrir plus de deux mois en quelques photos. Que s'est-il passé cet ete ? Il a fait chaud. D'apres eversource, notre fournisseur d'electricite, la temperature moyenne du 13 juillet au 10 aout a ete de 79°F (26°C), ce qui est un record mensuel sur la courte periode couverte par mes factures (= depuis septembre 2009). Ou sommes-nous allés profiter du beau temps ?

sur la plage au bout de Plum Island avec une collegue de C2

sur la plage au bout de Plum Island avec une collegue de C2

a Gloucester

a Gloucester

a la maison avec mes bros pour mon anniv' !

a la maison avec mes bros pour mon anniv' !

sur le freedom trail a Boston avec nos visiteurs en transit pour le Canada

sur le freedom trail a Boston avec nos visiteurs en transit pour le Canada

a la Jacob Whittemore House a cote du Minute Man Visitor Center, a Lincoln
a la Jacob Whittemore House a cote du Minute Man Visitor Center, a Lincoln

a la Jacob Whittemore House a cote du Minute Man Visitor Center, a Lincoln

au North Bridge du Minute Man National Historical Park
au North Bridge du Minute Man National Historical Park
au North Bridge du Minute Man National Historical Park

au North Bridge du Minute Man National Historical Park

Je suis egalement allé a un match de baseball, et comme d'habitude quand je suis dans les gradins, les Red Sox ont perdu. Y en a marre ! Cinquieme fois d'affilee que je vais a Fenway et que les Red Sox perdent. Et puis pour voir un home run de Big Papi maintenant c'est fichu : il prend sa retraite, apres avoir amassé seulement 160 millions de dollars en 16 ans.

Le mois de septembre arrive, il est temps de nous preparer pour notre prochain voyage que vous decouvrirez dans les articles suivants...

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
samedi 18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 17:00

article precedent 6/7

 

Ma journee de vendredi a ete calme. Aucune visite de vieux capitole, aucun visitor center, juste de la route pour aller retrouver C2 a Iowa City. Je suis parti suffisamment tot de Vandalia pour continuer a eviter les interstates et a me perdre dans la campagne de l'Illinois et de l'Iowa (voir la carte).

la route vallonne sur de longues lignes droites
la route vallonne sur de longues lignes droites

la route vallonne sur de longues lignes droites

les champs de maïs sont omnipresents
les champs de maïs sont omnipresents

les champs de maïs sont omnipresents

de temps en temps une ferme abandonnée embellit mon trajet

de temps en temps une ferme abandonnée embellit mon trajet

ciel bleu a perte de vue

ciel bleu a perte de vue

Juste avant d'arriver dans l'Illinois j'ai emprunté entre New Boston et Muscatine une vingtaine de miles de la "Great River Road", une "scenic byway" (route pittoresque) qui suit les meandres du Mississippi sur 3000 miles. Malheureusement pour moi cette section est assez eloignee de la rive est du fleuve et je n'ai rien aperçu du Mississippi sauf en le traversant a Muscatine.

Iowa City finit par etre en vue. J'ai bien trainaillé : google m'indique qu'il est possible de se rendre de Vandalia a Iowa City en 4h30 et j'ai mis 7h30. J'ai rejoint C2 sur le campus de l'université et nous avons diné d'une crepe de luxe.

Bilan du vendredi : ma deuxieme boucle d'Iowa City à Iowa City a pris fin. J'ai roulé 302.2 miles (486 km) dans la journee, pour un total de 1632.2 miles (2626 km) depuis le debut.

Aujourd'hui samedi nous retournons a l'aeroport de Cedar Rapids pour rentrer a Boston. Nous rendons la voiture de location avec 1656.9 miles (2666 km) de plus au compteur :-) Je ne vous l'ai pas encore montrée ? C'etait une Chevrolet Cruze, avec une grosse encoche dans le pneu arriere gauche 😡. Je m'en suis rendu compte trop tard pour prevenir le loueur il y a une semaine mais le pneu n'a pas éclaté. Ouf.

Chevrolet Cruze LTZ

Chevrolet Cruze LTZ

J'aime bien profiter des derniers gadgets dans les voitures de loc', comme par exemple le bluetooth pour ecouter n'importe quelle chanson de la collection que j'ai dans mon telephone. Enfin, 'dernier' gadget : les annees passent et ca devient de l'equipement de serie. C'est plutot le signe que ma voiture a Boston vieillit et sera bientot une "antique", snif. Pas tout de suite, pas tout de suite... dans le Massachusetts une voiture doit avoir au moins 25 ans pour esperer etre classée "antique" !

Ce fut un beau road-trip : des miles en pagaille, du beau temps, une magnifique selection de fabuleuses routes de campagne, etc etc. Et puis du maïs, du maïs, du maïs... Vivement le prochain voyage !

 

tout reprendre depuis le debut, article 1/7

Partager cet article

Repost 0
jeudi 16 juin 2016 4 16 /06 /juin /2016 20:00

article precedent 5/7

 

Au programme aujourd'hui : ma plus longue journee de route de ce road-trip. J'ai entendu dire que le monde appartient a ceux qui se levent tot et je quitte l'hotel a sept heures du matin. Pour les premiers deux cents miles je n'ai pas besoin de ma carte papier. Je suis la US-36 pour traverser l'integralite du Missouri d'ouest en est (voir la carte). J'evite les interstates pour ce voyage, mais la US-36 est tout de meme en grande partie une magnifique deux fois deux voies.

au depart de St Joseph

au depart de St Joseph

sur la US-36 vers l'est
sur la US-36 vers l'est

sur la US-36 vers l'est

Apres trois heures de route et une courte pause a Hannibal je franchis le Mississippi, comme il y a trois jours, pour passer dans l'Illinois. A la premiere occasion je quitte la US-36 pour continuer ma quete des petites routes, d'abord l'IL-106 puis l'IL-96.

sur l'IL-106

sur l'IL-106

Pendant une heure la route est bordée a droite de champs et a gauche de foret. Je traverse une succession de hameaux aux degrés d'abandon variables.

a Mozier (il me semble)

a Mozier (il me semble)

A Kampsville j'ai le choix : soit je bifurque vers le sud sur l'IL-100 soit je continue vers l'est sur l'IL-108, ce qui m'oblige a prendre un ferry (gratuit) sur la Illinois River. En l'honneur de mon pote Bonif, grand amateur de ferries (et de conduite sur plage !) j'opte pour le ferry. Peu d'attente, la traversee est rapide, et je suis le seul a bord. Ah... si Bonif etait la pour apprecier ce moment !

a bord du ferry sur l'Illinois River

a bord du ferry sur l'Illinois River

un chevreuil (?) curieux m'attend de l'autre cote du ferry

un chevreuil (?) curieux m'attend de l'autre cote du ferry

En arrivant a la bourgade de Carlinville je suis surpris de voir ce qui ressemble a un grand mur de tole dans un champ. Je decide que cela vaut bien une photo et je m'arrete en bordure de route. En fait il s'agit de l'ecran d'un ancien cinema drive-in ! Et comme Internet sait tout je peux meme l'identifier comme etant le "Diane Drive-In" de Carlinville.

le drive-in de Carlinville
le drive-in de Carlinville

le drive-in de Carlinville

En traversant Carlinville j'apprends que la petite ville etait sur le trajet de la route 66. Oh ! Ah ! Ebaubissons-nous ! Vous savez, les ricains ne sont pas des nostalgiques. 90 ans plus tard, la route 66 dans cette region de l'Illinois a ete remplacée par l'interstate I-55, et le trajet originel (qui passait par Carlinville) a repris son nom de IL-4. Plus de route 66. Bon.

Ces histoires de drive-in et de route du temps jadis me permettent de vous familiariser avec un nouveau mot anglais : yesteryear. Qui signifie tout simplement "temps jadis". Un peu comme yesterday, mais en plus lointain : ce sont des "relics of yesteryear", des reliques du temps jadis.

l'ancienne county jail, au bord de l'ancienne US-66. Yesteryear, yesteryear

l'ancienne county jail, au bord de l'ancienne US-66. Yesteryear, yesteryear

A la sortie de Carlinville je tourne sur l'IL-4 (l'ancienne route 66, donc) et je continue a rouler vers le sud-est. Dans ma folie des petites routes, et parce que je refuse de descendre trop au sud pour ensuite devoir conduire vers le nord, je prends un petit raccourci entre l'IL-4 et l'IL-16 sous la forme d'une county road en gravillons. La carrosserie de ma voiture appreciera.

county road dans l'Illinois

county road dans l'Illinois

Je mange un bout a Litchfield et je continue sur l'IL-16 jusqu'a Hillsboro, d'ou l'IL-185 m'emmene jusqu'a ma destination du jour : Vandalia, ancienne capitale de l'Illinois entre 1819 et 1839. J'y arrive vers 14h30, apres sept heures et demi de route depuis St Joseph.

Revenir a Vandalia me demangeait depuis cinq ans, depuis que j'avais raté la visite de son ancien capitole pour cause d'horaires incompatibles. Aujourd'hui pas de farce : je me suis levé a l'aube pour arriver suffisamment tot a Vandalia. Je me gare et je me hate vers l'entree du capitole, autant que la chaleur ecrasante me le permet. C'est ouvert ! Yeah !

a moi le capitole de Vandalia !
a moi le capitole de Vandalia !

a moi le capitole de Vandalia !

Ce batiment, construit en 1836 et capitole de l'Illinois jusqu'en 1839 quand Springfield devint la capitale de l'etat, a une histoire etroitement liée a celle d'Abraham Lincoln, qui y siegea en tant que senateur. C'est ici qu'Abe Lincoln protesta formellement contre l'esclavage pour la premiere fois, en 1837, 24 ans avant que le sujet ne declenche la guerre de Secession alors qu'il etait devenu president des Etats-Unis.

Bon, j'ai peut-etre un peu exagere d'etre impatient pendant cinq ans de revenir dans ce batiment, que je visite aujourd'hui en 18 minutes top chrono. Il n'est pas grand du tout. Au rez-de-chaussee deux larges couloirs orthogonaux delimitent quatre grandes pieces pour la cour supreme (de l'Illinois), le secretaire d'Etat, le tresorier, et le commissaire aux comptes. A l'etage deux grandes pieces hebergeaient les deux assemblees. Et voila. Le gouverneur n'avait pas de bureau. Pas de clim', pas de toilettes, le batiment semble fidele a son apparence d'origine apres plusieurs restaurations.

Secretary of State - 1836

Secretary of State - 1836

Treasurer - 1836

Treasurer - 1836

Representative's Room - 1836

Representative's Room - 1836

pas incroyable cet escalier

pas incroyable cet escalier

A quoi m'attendais-je ? A croiser au detour d'un couloir sombre l'ectoplasme d'Abraham Lincoln ? Au rez-de-chaussee une statue, grandeur nature semble-t-il - Lincoln mesurait 1m93 d'apres ses dires - du senateur puis president attend tristement dans un coin. Je soupconne que c'est une de ces statues parlantes, heureusement elle ne se declenche pas a mon passage.

Je prends congé de la dame qui s'ennuie profondement en attendant que le touriste du jour debarque dans son capitole, et sur ses conseils je vais faire une autre petite visite, celle du National Road Interpretive Center, a deux blocs de la.

La dame du troisieme age qui s'occupe de ce Center s'ennuie encore plus que celle du capitole. Elle ne me lache pas les semelles du moment ou je passe la porte jusqu'a ce que je reparte. Je remarque dans le guest book a l'entree que je suis son deuxieme visiteur aujourd'hui mais qu'elle n'en a eu aucun hier, et qu'un seul avant-hier. Le temps doit lui sembler long...

Pendant que cette charmante dame me parle abondamment et m'inonde aimablement de prospectus pour me precher d'autres lieux culturels et touristiques dans l'Illinois, j'essaie de saisir le sens de "l'exposition" de cet Interpretive Center. Dans ma grande rationalité et mon sens (besoin maladif ?) de l'organisation je n'y vois qu'un amas disparate de panneaux recouverts d'explications sans liens apparents, sans une quelconque progression, que ce soit spatiale, temporelle, historique. Bon. J'ai meme du mal a comprendre ce qu'est cette National Road.

Qu'en dit mon petit guide papier ? Il s'agissait d'une "superhighway" (?) faite de terre, roche et bois, planifiée pour relier Maryland, Pennsylvanie, Virginie, Ohio, Indiana et Illinois, avec un terminus finalement etabli a Vandalia au lieu de St Louis. Projet federal de sa conception en 1806 par le president Jefferson jusqu'a sa cession aux differents etats traversés dans les annees 1830, elle contribua a la croissance de l'Illinois dont la population tripla entre 1830 et 1840. Avec le developpement du chemin de fer apres 1850 elle perdit de son importance mais renaquit de ses cendres lors de l'essor de l'automobile au vingtieme siecle. C'est l'ancetre de ce qui est aujourd'hui l'US-40.

Il y a une statue parlante dans une petite piece du Interpretive Center ! Argh. La dame du centre s'empresse de la mettre en marche pour moi, et entre son babillage et l'enregistrement audio de qualite incertaine de la statue mes oreilles chauffent en stereo. Lorsque j'arrive a saturation je commence a marcher a reculons vers la porte en repetant que je dois maintenant partir. Apres avoir reçu d'ultimes recommandations pour aller visiter le musee Lincoln a Springfield je m'echappe dans la rue.

Sur le trottoir d'en face se trouve un batiment magnifique malheureusement non visitable.

YMCA of Fayette County

YMCA of Fayette County

Je mets fin a mes visites et je vais m'enfermer dans une chambre d'hotel climatisée pour regarder du baseball. Yeah !

Bilan du jour : 361.9 miles (582.5 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 1330 miles (2140 km) depuis l'aeroport de Cedar Rapids.

 

article suivant 7/7

Partager cet article

Repost 0
mercredi 15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 20:00

article precedent 4/7

 

Cet apres-midi je n'ai prevu que quelques heures de route pour arriver a Saint Joseph, une ville tout a l'ouest du Missouri a la frontiere avec le Kansas. Les routes subissent ici l'effet "grandes plaines" : en general elles sont tirées a la regle et forment un joli quadrillage. Donc je roule vers l'est, j'arrive a un carrefour, je tourne pour continuer vers le sud, carrefour suivant, je repars vers l'est... etc etc. C'est embetant ca multiplie la distance a parcourir par √2 !

c'est a peu pres tout droit
c'est a peu pres tout droit

c'est a peu pres tout droit

Le thermometre externe de la voiture ne cesse de grimper. 100, puis 102, puis 103°F (39.5°C). Je sors quand meme de temps en temps pour prendre de magnifiques photos.

perdu dans le Nebraska
perdu dans le Nebraska

perdu dans le Nebraska

pas vraiment perdu : c'est tout droit

pas vraiment perdu : c'est tout droit

Ces quelques heures sur les routes desertes du Nebraska et du Kansas (voir la carte) passent tres vite. Me voila deja en vue du pont sur le Missouri (riviere), ce qui signifie que j'arrive dans le Missouri (etat). Je file au Visitor Center de St Joseph pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose d'interessant encore ouvert. Si : le Pony Express National Museum. Epatant ! Allons le visiter.

Comme chacun le sait, le Pony Express dut son succes a l'intrepidite et a l'habilete de Lucky Luke, le celebre cow-boy. Et cette etape importante de la conquete de l'Ouest dans l'histoire americaine est relatée avec fidelite dans l'album justement nommé "Le Pony Express". Je suis donc tres fortement surpris de ne trouver aucune, mais absolument aucune reference au cavalier de Jolly Jumper lors de ma visite du Pony Express National Museum. Voila une demonstration flagrante de revisionnisme de la part des americains, et je ne suis pas dupe. Ou alors, Lucky Luke au Pony Express n'est qu'une histoire pour enfants ?

Redevenons serieux. En 1860 les solutions existantes pour acheminer le courrier (et les informations) au demi-million d'habitants de la cote ouest des Etats-Unis etaient peu rapides :

  • quatre semaines : en bateau de New York jusqu'au Panama, ou le courrier etait transporté par voie terrestre jusqu'a un autre navire sur le Pacifique qui ralliait ensuite San Francisco
  • trois mois ou plus : trajet integralement par bateau en passant par le cap Horn
  • entre 24 et 26 jours : voie terrestre, d'abord trois jours de train de la cote est jusqu'a l'ouest du Missouri ou s'arretait la voie ferree, puis diligence jusqu'a la cote ouest en suivant une route 'sud' par le Texas

​Le Pony Express fut créé pour raccourcir l'option "voie terrestre" à environ une dizaine de jours en utilisant un systeme de relais entre St Joseph (un des points les plus a l'ouest desservis par voie ferree) et Sacramento (capitale de Californie), chaque etape etant parcourue par un cavalier en possession d'un sac de 20 pounds (9 kg) de courrier placé dans des poches fermées a clef. Sur le parcours de presque 2000 miles (3200 kilometres) se trouvaient, tous les 9 a 15 miles (14.5 a 24 km), environ 160 stations-relais ou le cavalier avait deux minutes pour transferer le sac de courrier sur un cheval "frais" et repartir. Tous les 75 a 100 miles (120 a 160 km) se trouvaient des "home stations" un peu plus importantes, ou le courrier changeait de cheval et de cavalier. Un cavalier se reposait a une "home station" avant de repartir en sens inverse, toujours avec du courrier.

Et c'est ainsi que le 3 avril 1860 un cavalier s'elanca au depart de St Joseph, direction l'ouest ! Et dans la nuit du 3 au 4 avril a Sacramento un autre cavalier du Pony Express partait vers l'est. Dans les deux cas leurs sacs de courrier arriverent a destination le 13 avril, apres les 10 jours planifiés.

Les employés du Pony Express etaient des cavaliers experimentés, capables de rester a cheval de 8 a 10 heures de suite avec seulement quelques minutes de pause a chaque "relay stations". Lors de l'embauche ils s'engageaient "a ne pas utiliser de langage injurieux, a ne pas boire d'alcool et a ne pas se battre avec d'autres employés". Charmant programme ! Il n'existe aucune liste officielle de ces cavaliers car les archives de la compagnie du Pony Express n'ont jamais ete retrouvées. Certains sont cependant passés a la posterite, comme William Cody, plus connu sous le nom de Buffalo Bill. Note importante : non, le Pony Express n'utilisait pas de poney 😁.

Avec un prix initial de $5 la lettre d'une demi-once (14 grammes) ecrite sur du papier fin specifique et deux levées par semaine, c'etait un service couteux - l'equivalent de $130 de nos jours d'apres wikipedia - pour une livraison en 10 jours en ete, 12 a 16 jours en hiver. Un peu plus d'un an plus tard le prix etait descendu a $1 la demi-once mais la belle aventure du Pony Express prit de toute facon fin en novembre 1861 apres seulement 19 mois de services. Video killed the radio star mais c'est le telegraphe qui tua le Pony Express. Le 24 octobre 1861 la premiere ligne transcontinentale de telegraphe fut achevée : l'ere de l'information (presque) en temps reel venait de naitre aux Etats-Unis. Ce n'est cependant que sept ans plus tard en 1868 que le courrier mit a nouveau aussi peu de temps pour traverser les Etats-Unis grace au chemin de fer.

Recueillons-nous un moment pour songer a la difference avec notre monde d'aujourd'hui, globalisé et interconnecté, ou tout (et parfois trop) se sait en une demi-seconde. Mon intention n'est pas de romantiser cette epoque toutefois : comment ne pas resister a l'attrait d'etre au courant instantanement du dernier eternuement d'un panda de l'autre cote de la planete ?

En plus de cette quantité d'information le Pony Express Museum abrite une (reconstitution de ?) station-relais, un chariot, etc etc.

l'ancienne ecurie du Pony Express a St Joseph, reconvertie en musee

l'ancienne ecurie du Pony Express a St Joseph, reconvertie en musee

dans le confort d'une station-relais

dans le confort d'une station-relais

les chariots sont tres populaires dans les musees et autres visitor centers de cette region des Etats-Unis

les chariots sont tres populaires dans les musees et autres visitor centers de cette region des Etats-Unis

Un chariot : 11 pieds sur 3 (3.5 metres sur 1), jusqu'a 2000 pounds (900 kg) de biens, et 4 boeufs pour tirer le tout. A raison de 15 ou 20 miles par jour, ces pionniers avaient bien du courage pour entreprendre la traversee de la moitie des Etats-Unis.

belle attraction : une pompe a eau

belle attraction : une pompe a eau

Pour bien nous mettre dans le bain de la vie d'un employé de cette ecurie il est possible d'actionner a la main cette authentique pompe en etat de marche, installée au-dessus du puit a l'interieur du batiment. Ce puit, qui daterait de 1859, tomba en desuetude apres 1880 et fut redecouvert dans les annees 1990 lors de fouilles archeologiques.

Lorsque je termine ma visite du Pony Express Museum il est cinq heures et tous les autres lieux touristiques sont fermés. Ma journee est plus ou moins terminee. Avant de me retirer dans ma luxueuse chambre dans un hotel coincé entre une interstate et une zone commerciale, je vais tout de meme jeter un coup d'oeil a la Jesse James Home. Jesse James etait un hors-la-loi du "Far West" pas specialement tendre de la deuxieme moitie du dix-neuvieme siecle aux Etats-Unis, et il fut tué a 34 ans en 1882 dans cette maison, a St Joseph. La maison elle-meme fut deplacée de son emplacement d'origine mais elle est restée intacte et il est encore possible a l'interieur de "see the bullet hole", voir le trou dans un des murs de la balle fatale a Jesse James.

Jesse James Home, St Joseph, Missouri

Jesse James Home, St Joseph, Missouri

La chaleur me dissuade de continuer toute exploration de St Joseph. J'en reste la. A demain !

Bilan du jour : 187.3 miles (301.5 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 968.1 miles (1557.5 km) depuis l'aeroport de Cedar Rapids.

 

article suivant 6/7

Partager cet article

Repost 0
mercredi 15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 16:00

article precedent 3/7

 

Malgre la chaleur accablante en ce mercredi ensoleillé du Nebraska, je me decide a quitter le confortable cocon de ma chambre d'hotel climatisée. Je suis a Lincoln, que pourrais-je faire... aller visiter le capitole bien entendu ! La derniere fois que je suis venu ici, avec mon pote belge, nous avions a peine pris le temps de me photographier devant le capitole avant de repartir profiter de la vie nocturne a Omaha, la plus grosse ville du Nebraska.

Apres avoir longuement débattu avec moi-meme sur la signification des panneaux indiquant les regles de stationnement pour la place ou je me suis garé, je me dirige vers le capitole du Nebraska. Il me rappelle l'ossuaire de Douaumont. Bon, il y a plus joyeux comme reference.

le capitole du Nebraska

le capitole du Nebraska

Lincoln n'est pas une ville tres agitée

Lincoln n'est pas une ville tres agitée

il fait deja super chaud !

il fait deja super chaud !

Ca ne se voit pas tres bien sur ces photos mais le capitole est de forme carrée, avec une tour de 120 metres de haut en son centre. Il fut construit entre 1922 et 1932 sur l'emplacement des deux precedents capitoles du Nebraska a Lincoln. D'apres mon depliant son architecte Bertram Goodhue (litteralement "bonne teinte"), sélectionné lors d'un concours, etait le candidat proposant la meilleure representation de l'esprit du Nebraska. "Sa 'tour sur les plaines' evoque l'imagerie du Nebraska, avec une base large et basse rappelant l'etendue de la prairie et sa haute tour s'elevant comme un point de repere visible a des miles a la ronde".

Mon imagination prend d'autres directions lorsque je pars a l'assaut de ses kilometres de blocs de calcaire (de l'Indiana, me precise mon prospectus). Je fais le tour du capitole avant d'y entrer. Il n'y a personne, sauf un lapin qui gambade dans la pelouse.

ambiance militaire : belle defense en enfilade d'une douve virtuelle

ambiance militaire : belle defense en enfilade d'une douve virtuelle

ambiance chateau-fort. Notez les mains courantes incrustées dans les murs

ambiance chateau-fort. Notez les mains courantes incrustées dans les murs

ambiance catacombe : dans les entrailles du capitole du Nebraska
ambiance catacombe : dans les entrailles du capitole du Nebraska

ambiance catacombe : dans les entrailles du capitole du Nebraska

ambiance chateau medieval : les bureaux du gouverneur, avec une imposante cheminée

ambiance chateau medieval : les bureaux du gouverneur, avec une imposante cheminée

ambiance fortification : le "chemin de ronde" en haut de la tour. Notez les meurtrieres dans le parapet
ambiance fortification : le "chemin de ronde" en haut de la tour. Notez les meurtrieres dans le parapet

ambiance fortification : le "chemin de ronde" en haut de la tour. Notez les meurtrieres dans le parapet

ambiance cathedrale : le hall nord du capitole
ambiance cathedrale : le hall nord du capitole
ambiance cathedrale : le hall nord du capitole

ambiance cathedrale : le hall nord du capitole

ambiance cloitre : galerie donnant sur...

ambiance cloitre : galerie donnant sur...

...une des quatre cours interieures, en travaux 84 ans plus tard

...une des quatre cours interieures, en travaux 84 ans plus tard

ambiance grecque : une acropole !?

ambiance grecque : une acropole !?

Mais pourquoi, pourquoi, sont-ils allés chercher cette reference pour orner le sol de leur capitole ? Pourquoi Athena et Zeus ? Ou sont-ce Héra et Zeus ?

Au sommet de la tour se trouve une "memorial chamber" octogonale ou regnent huit grandes peintures murales, dont "the ideal of universal peace" et "the ideal of freedom". Je me recueille dans ce lieu (climatisé et) desert, a la recherche des reponses aux interrogations du monde moderne.

au sommet de la tour du capitole du Nebraska

au sommet de la tour du capitole du Nebraska

Grimper jusqu'ici est une sympathique petite aventure. Il faut emprunter un petit ascenseur dont on craint les defaillances a chaque palier (donnant acces a des bureaux, je suis allé verifier), et dont la position est indiquée a chaque etage par ce qui ressemble a un cadran en bronze. Il y a un treizieme etage : les nebraskais ne sont pas triskaïdekaphobes !

au coeur de la tour du capitole du Nebraska

au coeur de la tour du capitole du Nebraska

Du haut de la tour on peut apprecier la platitude remarquable du Nebraska, illustrée par le nom de la riviere qui le traverse : la Platte River (si si d'apres wikipedia c'est un nom francais).

vue vers le sud depuis la tour du capitole

vue vers le sud depuis la tour du capitole

Mon exploration du capitole du Nebraska est sans doute tres eloignée de ce que souhaitait Goodhue. Je furète en quete du cliché provocateur ou insolite qui me propulsera au sommet des charts du top 50 de facebook. Enfin, si deja j'etais sur facebook... Bon, il nous reste quelques curiosités.

la salle 2025 : cloak room

la salle 2025 : cloak room

Cloak signifiant "cape", vous aurez deviné que "cloak room" designe tout simplement un vestiaire, et non pas une chambre forte ou abandonner sa montre pour quelques heures.

Je fais une longue pause dans la bibliotheque du capitole. Ses dizaines de metres de lineaires de comptes-rendus de proces me renvoient a l'une des bases du droit aux Etats-Unis : il repose sur le principe de "common law". Je prefere citer wikipedia qui parle mieux que moi : c'est "un principe juridique bati essentiellement sur le droit jurisprudentiel par opposition au droit civiliste ou codifié". C'est un sujet tres interessant, je vous conseille la lecture des articles correspondants sur wikipedia.

La bibliotheque est pleine de coins et recoins. L'escalier pour acceder aux mezzanines est dans l'epaisseur d'un mur, des sections de rayonnage peuvent pivoter pour servir de portes... Le gouverneur aurait un succes fou aupres des ecoliers du Nebraska s'il organisait une partie de cache-cache dans le capitole. 

Nebraska State Library

Nebraska State Library

Le scandale du "nipplegate" est une affaire mediatique americaine que je trouve particulierement stupide, et a chaque fois que je vois de la nudité aux Etats-Unis j'y repense, en me demandant ou sont aujourd'hui tous ces vociferateurs pour proteger nos yeux de ces agressions soi-disant pornographiques et racheter nos âmes perverties par la vision de quelques bouts de chair. Dans le capitole du Nebraska se trouve ainsi une mosaïque que je trouve absolument choquante. On y voit un sein, et meme plus. Non mais quelle horreur !!!

censure, censure, censure !

censure, censure, censure !

Ceci conclut ma visite. Je sors du capitole, il fait une chaleur intense. La clim' de la voiture me fera du bien... Au-revoir Lincoln !

 

article suivant 5/7

Partager cet article

Repost 0
mardi 14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 20:00

article precedent 2/7

 

Aujourd'hui j'ai prevu de rouler jusqu'a Lincoln, la capitale du Nebraska, a plus de 300 miles a l'ouest d'Iowa City. Il y a une belle interstate qui y va directement, l'I-80, mais je prefere les routes plus petites pour ce voyage. Je decide d'utiliser la US-6, plus ou moins parallele a l'I-80, voir la carte de ce voyage. Comme il s'agit tout de meme une route US-quelque chose je craignais qu'elle ne soit encombrée de circulation, zones commerciales, etc. Mais non, a peine sorti d'Iowa City c'est la campagne. Encore une belle journee en perspective.

dans la campagne de l'Iowa

dans la campagne de l'Iowa

a Ladora

a Ladora

Il me faut beaucoup de retenue pour ne pas m'arreter dans chaque village et prendre en photo des batiments decrepis. A Ladora je ne peux pas resister. Le batiment ci-dessus etait a l'origine une banque, et abrite maintenant un restaurant.

sur la US-6 vers l'ouest

sur la US-6 vers l'ouest

En arrivant dans la banlieue de Des Moines (capitale de l'Iowa mais je ne compte pas m'y arreter) vers midi je prefere utiliser les autoroutes qui contournent la ville pour eviter d'aller perdre du temps dans des bouchons metropolitains : US-65, IA-5, I-35.

Apres une matinée tres calme l'ambiance est nettement plus tendue dans la banlieue de Des Moines et je deguste un authentique cas de road rage juste avant ma pause dejeuner : ca doit etre le "welcome to Des Moines". Road rage, qu'est-ce ? Si si, road + rage c'est bien "rage au volant". Sur l'autoroute ou je roule, a la circulation dense (= je suis dans la voie de droite dans une longue file ininterrompue de voitures), un imbecile me colle au Q dans son enorme Chevrolet pick-up blanc. Ah, pas de bol il prend la meme sortie que moi. Continue a me coller. Se met a klaxonner, mais ou puis-je aller ? Il y a une voiture devant moi, une autre voiture devant elle, etc etc. Apres avoir tourné a droite au stop suivant, notre cinglé du volant, qui continue dans la meme direction que moi, double dans un vrombissement rageur ma file de voitures toujours en klaxonnant vigoureusement, pour aller se ranger cinquante metres plus loin dans la file pour tourner a gauche, a l'arret car le feu est rouge. Bon, donc gain de la manoeuvre : rien. En general je ne reagis pas quand je suis confronté a ces situations (sauf d'ailleurs pour me laisser doubler quand c'est possible) mais ma crainte c'est qu'aux US ces crétins peuvent etre armés. Je garde en tete ce fait divers d'avril, quand un joueur de la NFL (ligue de football americain) est mort par balle apres un accrochage automobile. Le plus navrant dans mon aventure desmonastique est que ce mec est devenu fou peut-etre tout simplement parce que ma voiture de loc' a une plaque d'immatriculation "out-of-state" (Floride !).

Enfin, j'arrive vivant chez Subway ou j'engloutis un sandwich avant de retourner me refugier sur l'IA-44 ou le calme regne.

ah... ca va mieux !

ah... ca va mieux !

J'ai l'impression que les agriculteurs americains ont trouvé la solution pour ne pas creer de bouchons en circulant avec leurs tracteurs sur les routes : ils prennent de la hauteur.

sans doute un John Deere avec ce vert caracteristique

sans doute un John Deere avec ce vert caracteristique

Missouri-Mississippi divide

Missouri-Mississippi divide

"Divide" : dans ce contexte c'est la ligne de partage des eaux entre le Missouri et le Mississippi. Comme le Missouri se jette dans le Mississippi je trouve que c'est un peu artificiel comme indication mais bon un panneau de temps en temps ca ne fait pas de mal pour nous sortir de la torpeur sur cette route deserte.

au milieu de la route. Et oui, j'ai chaud

au milieu de la route. Et oui, j'ai chaud

je continue ma route vers l'ouest
je continue ma route vers l'ouest

je continue ma route vers l'ouest

Au terminus de l'IA-44 a l'intersection avec la US-30 je tourne a gauche, vers le sud-ouest et le Nebraska.

en traversant Logan, petite bourgade sur l'US-30

en traversant Logan, petite bourgade sur l'US-30

Quelques miles apres Logan je repere un sympathique petit Iowa Welcome Center. Je m'achete pour prendre quelques vieilleries en photo et acheter deux trois cochonneries.

J'y fais aussi le plein d'informations. D'abord a propos du maïs, dont les champs sont omnipresents dans les paysages de ce road-trip. Quatre-vingt-dix pour cent de la superficie de l'Iowa est sous exploitation agricole, le plus haut taux aux Etats-Unis d'apres le panneau explicatif. Les deux principales cultures dans l'Iowa sont le maïs (corn) et le soja (soybean). Je suis en plein dans la Corn Belt ! Le maïs est omnipresent dans les produits que l'on trouve dans les supermarchés : quel produit ne contient pas du corn syrup ou autre corn sweetener (edulcorant) ?! Il est egalement utilisé pour produire de l'ethanol, que l'on trouve dans l'essence pour voiture (jusqu'a 10% dans l'essence 'ordinaire' aux US).

Ce Iowa Welcome Center est un couteau suisse du visitor center : s'y trouvent egalement le Harrison County Historical Museum, le Loess Hills Center, et le Lincoln Highway Center. La Lincoln Highway est l'une des premieres routes automobiles transcontinentales des Etats-Unis, née en 1913. Cette highway me disait vaguement quelque chose et j'en ai retrouvé la trace dans cet article dans l'Utah. Effectivement je retrouve une borne identique, et une carte qui montre son tracé a travers les US, tracé qui se confond avec la US-30 (ou je me trouve en ce moment) entre Philadelphie et l'ouest du Wyoming.

le tracé de la Lincoln Highway

le tracé de la Lincoln Highway

un "Lincoln Highway marker"

un "Lincoln Highway marker"

Il y a egalement une "log cabin", une maison en rondins, initialement construite en 1853 et deplacee ici en 1937 pour servir de "musee". Elle est remplie de bric-a-brac datant de la deuxieme moitie du dix-neuvieme siecle.

A travers l'Iowa
l'equipement du fermier de l'Iowa il y a 150 ans
l'equipement du fermier de l'Iowa il y a 150 ans
l'equipement du fermier de l'Iowa il y a 150 ans
l'equipement du fermier de l'Iowa il y a 150 ans

l'equipement du fermier de l'Iowa il y a 150 ans

Ce n'est pas fini ! Les expositions continuent dans le batiment du Welcome Center et dans un hangar attenant.

covered wagon = chariot (pouvant etre) couvert

covered wagon = chariot (pouvant etre) couvert

Ce type de chariots etait utilisé pendant la migration des pionniers vers l'ouest. J'ai du trop voir "la petite maison dans la prairie" car je les imagine tirés par des chevaux alors qu'ils etaient plutot tirés par des boeufs. Femmes et enfants pouvaient voyager dedans, mais en cas de manque de place tout le monde marchait a côté.

 

peddler's wagon

peddler's wagon

Peddler = colporteur. Ce chariot me plait beaucoup. C'est sans doute de la que vient le proverbe "si tu ne vas pas au magasin, le magasin viendra a toi". Meme si tu habites a cent miles du village le plus proche ! En tout cas ces peddlers permettaient aux premieres fermes de l'Iowa de s'approvisionner et de s'equiper selon leurs besoins.

J'ai peur que toutes ces explications ne vous aient barbé(e)s, nous allons donc maintenant faire un jeu. J'ai acheté deux magnets, l'un representant l'etat du Colorado et l'autre celui du Wyoming. Vous allez devoir deviner lequel est lequel uniquement en regardant leurs formes. Top c'est parti !

ha ha ha !

ha ha ha !

Apres cette pause a haute teneur culturelle je me remets en route. Je continue sur la US-30. Un pont sur le Missouri et me voila dans le Nebraska.

dans le Nebraska

dans le Nebraska

Je mets le cap au sud pour retrouver la US-6 et rouler mes derniers miles jusqu'a Lincoln, ou je vais passer la nuit. Encore une excellente journee sur la route !

Bilan du jour : 328.1 miles (528 km) parcourus aujourd'hui, pour un total de 780.8 miles (1256.5 km) depuis l'aeroport de Cedar Rapids.

 

article suivant 4/7

Partager cet article

Repost 0