Recherche

Anciens Articles

lundi 15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 23:00

article precedent 3/29

 

J'aurais pu appeler cet article KSEA-VHHH si j'utilisais les codes ICAO d'aeroports, mais je suis plus familier avec les codes IATA, et ce sont d'ailleurs ceux qui sont utilises par les compagnies aeriennes elles-memes sur leurs sites et leurs billets papier. Et puis franchement... VHHH, bien malin(e) celui(celle) qui devine le lien avec Hong-Kong. Tandis que HKG est beaucoup plus parlant. Je vous aide : Hong-KonG. Dingue non ? Encore plus facile avec SEA. Demonstration : SEAttle. Epatant non ?

Mais je m'egare. Le grand jour est arrivé. Le vol de plus de douze heures que j'apprehende (plus ou moins) depuis des semaines est pour aujourd'hui. Je glandouille a l'hotel avant de me mettre en route pour l'aeroport. Il m'arrive une aventure palpitante avec ma Toyota Yaris de location que je suis obligé de vous raconter. Apres avoir refait le plein, l'aiguille de la jauge a essence ne bouge pas. Diantre ! Ca me contrarie car je n'ai pas envie de me faire facturer l'essence par le loueur a $5 ou $6 le gallon. Je parcours les quelques centaines de metres de la station-essence jusqu'a l'entree "Retour Locations". Ah, l'aiguille semble avoir bougé d'un demi-millimetre. Grrrr... je continue ma route, je me gare en rade cinquante metre plus loin, et j'attends... que cette stupide aiguille remonte au-dessus du 'F'. Apres dix minutes, c'est bon ! Quelle saleté ! Heureusement que je ne suis pas a la bourre.

Treve de bla bla. Il est l'heure de voler. Enregistrement. Embarquement. Decollage.

ca va ZPP ? Ouaip !

ca va ZPP ? Ouaip !

c'est parti pour treize heures trente !
c'est parti pour treize heures trente !

c'est parti pour treize heures trente !

Treize heures trente de vol, ca parait long, non ? Bof, finalement ca va... Je tapote sur mon ordi, regarde les films sur l'ecran de mon voisin (donc, sans le son pour moi ), dors quelques heures, et mange trois fois ! Qu'est-ce qu'ils nous nourrissent sur ces vols !

Wikipedia, qui sait tout, maintient une liste des vols commerciaux les plus longs. A la date ou je tape cet article, les trente vols dans ce tableau durent entre 15h20 et 16h55. C'est vraiment de la rigolade 13h30.

Partis de Seattle le lundi 15 decembre vers 15 heures (heure locale), nous atterrissons a Hong-Kong le mardi 16 decembre vers 20 heures 30 (heure locale). Et voila comment griller deux jours de vacances ! Nous les recupererons au retour . Comme prevu je retrouve C2 et sa mere dans le terminal. A l'aeroport m'attend egalement mon ami Decalage Horaire. Ce(s) decalage(s) horaire(s) me donne(nt) le tournis. Hong-Kong et la Chine sont sur le meme fuseau horaire :

  • +16 heures par rapport a Seattle. Qu'on peut aussi voir comme "seulement" -8 heures, sauf qu'on est deja demain. Bon huit heures de decalage horaire ca n'est pas beaucoup, si l'on suppose que je suis deja habitué au fuseau de Seattle
  • +13 heures (ou -11 heures + 1 jour) par rapport a Boston, qui est le fuseau sur lequel mon sommeil est fermement aligné
  • +7 heures par rapport a la France. Depuis Boston je passe donc de -6 heures a +7 heures

Au final, l'important c'est l'heure qu'il est la ou je me trouve. Nous allons a l'hotel, et bien que pour mon cycle naturel de sommeil il soit dix heures du matin, je dors... A demain !

 

article suivant 5/29

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip China
commenter cet article
dimanche 14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 22:00

article precedent 2/29

 

Les matinees sont fraiches a Forks en decembre. Engoncé dans mon hoodie et mon anorak j'attends en grelottant dans la voiture pendant que Bonif' gratte le givre. Nous nous mettons en route en continuant sur la US-101 vers le sud. Nous ne roulons pas longtemps : Bonif' s'arrete pour aller bricoler je ne sais pas trop quoi dans son coffre (et ramasser une canette vide).

un road-trip avec Bonif' c'est plein de surprises !

un road-trip avec Bonif' c'est plein de surprises !

il n'y a que nous sur la US-101
il n'y a que nous sur la US-101

il n'y a que nous sur la US-101

Finalement au detour d'un virage, il se devoile. Le Pacifique ! Magnifique !

El Pacifico
El Pacifico
El Pacifico

El Pacifico

Loin, la-bas, l'Asie. Le Kamtchatka, le Japon, la Chine. Ah... la Chine... j'aimerais bien aller en Chine... suis-je bete, j'y vais demain !

fais pas cette tete, mec, demain tu vas en Chine !

fais pas cette tete, mec, demain tu vas en Chine !

Devant ces grandes etendues sablonneuses, Bonif' commence a perdre la tete. Je connaissais le chant des sirenes, voici venir le chant du sable. Quoi donc, vous demandez-vous ? Tres simple : Bonif' veut conduire sur le sable. Pas juste quelques tours de roue, il veut sillonner des miles entiers sur la plage. Cela fait deux semaines qu'il me tanne pour du "beach drive", ce qui est parfaitement legal dans l'etat de Washington et sur ces plages. Je n'ai pas trouvé d'informations sur un site gouvernemental (je n'ai pas beaucoup cherché non plus) mais ce site indique que les plages de la peninsule olympique sont une "Washington State Highway", c'est-a-dire officiellement une route. Toutes les regles de conduite habituelles s'y appliquent, avec en plus une vitesse limitee a 25 mph (40 km/h).

Mon truc a moi c'est plutot les ruines.

tres beau, tres beau
tres beau, tres beau
tres beau, tres beau
tres beau, tres beau

tres beau, tres beau

pourquoi ne pas rester sur la route ? C'est sympa, non ?

pourquoi ne pas rester sur la route ? C'est sympa, non ?

Bon, apres tout, c'est sa voiture, il en fait bien ce qu'il veut mon petit Bonif'. Nous nous mettons en chasse d'une route d'acces a la plage, et essayons d'evaluer s'il sera possible de parcourir une section de plage pour recuperer la (vraie) route un peu plus au sud. Sans carte et avec un telephone qui n'a pas ou peu de signal, c'est une mission assez difficile.

peut-etre par ici ? Ouaip !

peut-etre par ici ? Ouaip !

Nous ne sommes pas les seuls en voiture sur la plage mais il n'y a quand meme pas grand monde. Ca doit etre fun de s'ensabler non ? Un coup a passer la journee à attendre la depanneuse... D'apres les panneaux sur la plage certaines sections sont interdites a la circulation entre le 15 avril et Labor Day (la "Fete du Travail", premier lundi de septembre aux US). En decembre nous pouvons donc aller faire les (Boni-)fous un peu partout.

no limit !

no limit !

Desolé pour le contre-jour, mais vous avez quand meme remarqué sur le panneau ci-dessus ? Non seulement la plage sert de route, mais c'est aussi une piste d'aeroport ! Ha ha ha ! Si vous voulez en savoir plus, allez consulter la page du Copalis State Airport où cette photo a ete prise. Ca doit quand meme etre une sensation formidable, de s'ensabler en avion, non ?

Devant tout ce sable Bonif' est completement dechaine et je n'arrive plus a le tenir. Nous nous transformons en Beavis et Butt-head et commencons nos aneries sur la plage avec la Subaru.

conduite sur sable

conduite sur sable

Chacun a notre tour derriere le volant, nous faisons des ronds a droite, des ronds a gauche, des huit, des derapages. Devrions-nous avoir honte d'etre en train de bruler de l'essence pour faire les idiots en Subaru sur une plage ? Des millions d'annees d'evolution pour en arriver la ? Hey, Bonif' a bonne conscience... apres tout il s'occupe des dechets du reste de l'humanite .

vrrrrrrroum

vrrrrrrroum

De toute facon cette histoire a une morale. Une morale darwinienne. Bon, nous n'etions pas en danger, mais la Subaru oui un peu. En danger d'etre le maillon faible et de rester sur le carreau. Alors que nous roulons joyeusement vers le sud, Bonif' au volant, un ruisseau se dresse s'etale devant nous. Il fait plusieurs metres de large, et nous ne pouvons pas voir sa profondeur. Que faire ? Bonif' a une bonne idee : prendre de l'elan et y aller ! Acceleration, BAM, vrrrr, pflflflflf, BOUM, freinage ! Nous sommes passés, mais la voiture a tapé le sol en franchissant les deux petits murets qui delimitent le lit de la riviere. Apres cet episode foireux la voiture émet un vilain bruit a l'acceleration, un bruit de pot percé. Mmm. Bon. Nous continuons vers le sud, a la recherche d'un petit chemin qui nous permettra de retourner sur la route goudronnée. Nous n'en voyons aucun, et nous arrivons a une riviere encore plus large que la precedente. Conciliabule dans la Subaru. Deux Supelec se parlent. Notre truc c'est l'electricité, pas la mecanique. Nous faisons demi-tour.

Pour ajouter du fun, l'aiguille du reservoir d'essence commence a tirer la tronche. Aurons-nous assez de carburant pour parcourir en sens inverse notre trajet sur la plage, retrouver la route, et parvenir jusqu'a une station-essence ? En plus il n'y a rien dans le coin a part... a part deux idiots dans une Subaru deglinguée en manque d'essence.

Malgré toutes ces chausses-trappes Bonif' est confiant, et il a raison. Nous rejoignons la SR-109 et mettons a nouveau le cap vers le sud, en petaradant joyeusement a chaque acceleration. Ah, voila une station-service ! Je vais aller prendre en photo ce camion.

pourquoi, pourquoi suis-je attiré par les maisons en ruine et les vieux camions ?

pourquoi, pourquoi suis-je attiré par les maisons en ruine et les vieux camions ?

Bonif' est decu : c'est la fin de nos aventures dans le sable. Mais nous reviendrons ! Nous parviendrons a faire une etape complete sur le sable, sans l'aide d'une route goudronnee !

snif, de retour dans la foret

snif, de retour dans la foret

Il commence a faire faim. La Subaru est rassasiee, il serait temps de nous occuper de nos propres estomacs. Nous arrivons dans la localite de Hoquiam. Je trouve le coin pourri et propose a Bonif de continuer jusqu'a Aberdeen, la ville suivante sur la route. Cinq minutes plus loin Aberdeen n'est pas plus engageante... Nous cherchons un coin 'sympa' pour dejeuner et finissons dans un Subway pour acheter des sandwichs que nous allons manger, dans le froid, derriere un Walmart, en admirant le pont de la US-101 sur la Chehalis River. Hey, ca ne peut pas toujours etre poetique un road-trip.

c'est beau non ?

c'est beau non ?

Rendez-vous compte : Bonif' et moi nous sommes arretes et sommes descendus de voiture pour prendre en photo, tous les deux, ce building en ruine. Epatant non ? Les rares automobilistes dans le coin ont du se demander ce que nous etions en train de manigancer, mais je suis bien content d'avoir trouvé un connaisseur comme moi de belles choses. Ecoutez, c'est bien simple, si ca continue je vais vous dire que Bonif' a voulu aller voir le capitole de l'etat de Washington a Olympia, a une cinquantaine de miles a l'est d'Aberdeen.

Comment ? Je vois Bonif' qui s'agite sur sa chaise au fond de la classe. Oui, Bonif' ? Quoi ? Nous y sommes alles ? Nous sommes alles au capitole ? Mais quel road-trip !!

yeahhhh !!!

yeahhhh !!!

Nous tournons en rond a Olympia pendant quelques miles, avec l'espoir de trouver un point de la ville un peu en hauteur pour pouvoir admirer le mont Rainier qui dresse ses quatre mille metres au-dessus de la plaine a quatre-vingt-dix kilometres a l'est d'ici. Peine perdue, et la nuit commence a tomber.

La route du retour est un peu barbante. Nous nous melons au flot soutenu de voitures qui roule sur l'I-5 vers le nord-est et Seattle. Nous ecoutons en direct le match de football (americain) qui oppose les Seattle Seahawks aux San Francisco 49ers. Nous avions a un moment considere aller voir le match, mais a $300 les places les plus moisies, nous avons prefere aller cramer de l'essence.

Nous allons nous taper la cloche dans un restau chic et cher dans le centre de Seattle pour clore ce week-end, puis Bonif' me ramene a l'hotel. Nous avons fait un chouette road-trip, tout de meme 521.3 miles (838.7 km) en deux jours. Maintenant mon attention se porte vers l'ouest et la Chine. Bonne nuit !

 

article suivant 4/29

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip China
commenter cet article
samedi 13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 23:00
a Bellevue, WA

a Bellevue, WA

La vue depuis ma chambre d'hôtel est superbe, mais ce qui compte le plus en ce samedi matin c'est qu'il ne pleut pas. Ce qui est un point positif lorsqu'on se lance sur les routes ! Eh oui, ce "voyage en Chine" commence par un mini road-trip dans la peninsule Olympique, a l'ouest de Seattle. Je descends retrouver Bonif sur le parking.

Bonif est content : moi aussi

Bonif est content : moi aussi

La voiture rouge a gauche est ma voiture de loc', la voiture bleue est la Subaru Outback (que 170 chevaux, meme pas de turbo…) de Bonif' que nous allons maltraiter pendant deux jours. Non... ce n'est pas Bonif que nous allons maltraiter mais sa voiture !

Nous mettons le cap sur le nord-ouest vers Edmonds d'ou nous allons prendre un ferry pour traverser le Puget Sound. Dans l'Outback l'ambiance est excellente. Ma Ford Explorer a Boston n'etant plus tres recente ni a la pointe du progres, je decouvre la technologie fantastique qu'est le Bluetooth dans la Subaru 2014 de Bonif'. Mon telephone parle a la voiture ! J'ai acces a toute la musique de mon iPhone ! Adieu les piles de CDs mp3 et les cables audio... c'est pour les vieux schnocks .

Notre bateau arrive, embarquement, trente minutes de traversee.

a bord du Yakima

a bord du Yakima

Notre ferry s'appelle Yakima, du nom d'une ville de l'etat de Washington. Je ne suis pas tres surpris de lire sur wikipedia que :

  • ce nom est d'origine indienne, de la tribu des Yakama
  • l'arrivee des colons blancs dans leur region dans les annees 1850 causa la Yakima War
  • la tribu fut finalement "deplacee" dans une reserve

Contrairement a mes habitudes, nous n'avons pas d'horaire prévu ni d'itinéraire precis. Nous savons juste que nous devons être a Forks ce soir, une fabuleuse bourgade a l'ouest de la péninsule Olympique. Apres avoir debarqué a Kingston, de l'autre cote du Puget Sound (sound = detroit, bras de mer), nous faisons un premier stop dans le petit village de Port Gamble. Le ciel est devenu grisonnant.

ou sont les touristes a Port Gamble ?
ou sont les touristes a Port Gamble ?

ou sont les touristes a Port Gamble ?

ils font un tour en tracteur !

ils font un tour en tracteur !

une curiosite locale... qu'est-ce que c'est ?

une curiosite locale... qu'est-ce que c'est ?

Nous demandons a des marcheurs qui reprennent leurs voitures sur un petit parking ce que sont ces deux grands poteaux. L'un d'eux nous explique qu'ils servent dans des "compétitions de bucherons" pour l'épreuve du grimpage de troncs ! Epatant non ? Voici une video sur youtube qui illustre cette epreuve.

Nous continuons notre route vers le nord-ouest en nous arrêtant de temps en temps pour prendre de belles photos.

Burgers Landing a Port Hadlock

Burgers Landing a Port Hadlock

weapons storage lock box (weapon = arme) a cote de la courthouse de Port Townsend

weapons storage lock box (weapon = arme) a cote de la courthouse de Port Townsend

la dite courthouse

la dite courthouse

comme me fait remarquer Bonif', il est temps qu'on se Cass

comme me fait remarquer Bonif', il est temps qu'on se Cass

Nous nous arrêtons a Port Townsend pour manger dans un petit bouiboui au bord de l'eau qui porte bien son nom : Bayview. En effet, nous avons vue sur l'embarcadere du ferry. Il y a beaucoup de ferries dans le Puget Sound pour traverser le detroit et desservir ses petites iles et presqu'iles.

On ne trouve pas que des ferries a Port Townsend. On trouve egalement de la marijuana. Eh oui ! Une loi ("Initiative 502") approuvee en novembre 2012 par le bon peuple de l'etat de Washington a rendu legale la possession de marijuana "a usage personnel". A deux pas du Bayview une petite echoppe vend la precieuse substance. Je ne suis pas tres clair sur le statut de ce vendeur : un article d'aout 2013 decrit son ouverture prochaine sous le nom de "Townsend Herbal Collective" et avec l'intention de vendre du 'pot' (to smoke pot = fumer de l'herbe) a des fins medicales, sur ordonnance. Et effectivement la "street view" sur google maps du 1139 Water St a Port Townsend montre le magasin "Townsend Herbal Collective". Le temps que nous arrivions sur place avec Bonif', l'enseigne est devenue beaucoup plus explicite.

cannabis

cannabis

Terminé l'usage medical ? La boutique est passée a la vente pour usage recreatif ? Bonif' et moi n'allons pas verifier. La vigueur philosophique de nos conversations nous emmene depuis hier dans de hautes spheres esoteriques bien au-dela de la portée d'un quelconque gazon, aussi puissant soit-il.

Nous allons fureter plus loin dans le bourg a la recherche d'une pâtisserie en guise de dessert. Au detour d'une rue nous tombons sur un petit marché. Les vendeurs et les clients semblent tous etre a moitie hippies ou babas cool. J'aime bien la cote ouest des Etats-Unis. Les gens y sont beaucoup moins prout-prout et pincés que sur la cote est (ou alors il faut aller dans le Vermont, et encore). Bonif' a bien fait d'emmenager a Seattle. Un musicien de rue joue du violoncelle en l'empoignant comme une guitare basse, ce qui rend Bonif' hystérique. Subjugué, il achète l'album de cet habile compositeur-interprete.

Nous reprenons la route pour une heure jusqu'a Port Angeles. J'espere que vous vous souvenez de Port Angeles ! Moi oui. C'est ici que C2 et moi avions debarqué du ferry qui nous ramenait de Vancouver Island (Canada), en septembre 2008. Aujourd'hui Bonif' veut absolument pousser jusqu'au bout de Ediz Hook Rd, sur une langue de terre qui protege le port de Port Angeles. Il a raison : ce nom est marrant. Cette page lui donne une origine indienne. Au bout de la route deux chats guettent une mouette qui ne semble guère se soucier de la presence des felins.

au bout de Ediz Hook Rd, Port Angeles, WA
au bout de Ediz Hook Rd, Port Angeles, WA

au bout de Ediz Hook Rd, Port Angeles, WA

Ce road-trip est sans queue ni tete n'est-ce pas ?

Nous continuons notre route vers l'ouest et le Pacifique. Quand allons-nous le voir ? Pas aujourd'hui je le crains. Nous continuons sur la SR-112 qui longe le Strait of Juan de Fuca (strait = détroit) de plus ou moins loin. Nous nous arretons de temps en temps pour prendre des photos (et, accessoirement, faire recolte de canettes et de bouteilles en plastique vides. Bonif' est ecolo dans l'ame. Il ramasse les dechets de ses congeneres pour les entasser dans son Outback Subaru avant de les mettre dans une vraie poubelle. Sauf quand il oublie. D'ou une odeur suspecte dans sa voiture).

le detroit de Juan de Fuca. La-bas, l'ile de Vancouver (Canada)
le detroit de Juan de Fuca. La-bas, l'ile de Vancouver (Canada)

le detroit de Juan de Fuca. La-bas, l'ile de Vancouver (Canada)

Bonif veut absolument aller jusqu'au bout de la SR-112, et nous finissons dans un coin complètement pourri a Neah Bay sans atteindre l'océan. A vol d'oiseau nous n'en sommes pourtant qu'a quelques kilometres. Dommage. Nous nous arrêtons pour changer de conducteur a cote de ce qui ressemble a euh... un crâne de baleine. Y a-t-il un spécialiste des mammifères marins dans la salle pour nous donner plus de détails ?

c'est quoi t'est-ce ?
c'est quoi t'est-ce ?

c'est quoi t'est-ce ?

La nuit et la brume sont bien installées lorsque nous arrivons a Forks, dans une ambiance "spooky" (= qui donne la chair de poule en anglais). Nous allons nous mêler a la populace locale dans une "house of pizza" pour diner, avant de nous retrancher pour la nuit dans notre charmante chambre de motel (au premier etage, pas au rez-de-chaussee, ouf). D'apres wikipedia, les sources d'emplois a Forks ne sont plus les industries du bois depuis leur declin mais deux "correctional centers" (des penitentiers). Bonne nuit !

 

article suivant 3/29

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip China
commenter cet article
vendredi 12 décembre 2014 5 12 /12 /décembre /2014 23:00

Les voyages me fascinent. Qu'est-ce qui nous pousse, nous petites bêtes humaines, a toujours vouloir aller ailleurs ? Quelle délicate chimie mijote dans nos cerveaux pour générer cette curiosité, cette envie d'exploration, ce désir de découvrir ailleurs, qu'il soit a dix, cent, mille, dix mille kilometres ? J'ai beau réfléchir, je ne sais pas. Je n'explique meme pas ma propre motivation, cette attirance pour le lointain. Apparemment être allé dans les cinquante capitales des Etats-Unis n'est pas une fin en soi .

L'hiver a Boston est normalement propice au pelletage de neige et au visionnage de nombreux matchs de football américain, trop nombreux au grand désespoir de C2. Malgré ce programme alléchant, je pars ! C2 et moi nous envolons pour une destination lointaine. Nous avons été raisonnables et allons rester dans l'hémisphère nord, mais nous pouvons difficilement aller plus loin puisque nous allons endurer un décalage horaire de treize heures. Ce decalage aurait été de douze parfaites heures si nous avions voyagé en été : la Chine ne change pas d'heure en hiver . La Chine !

Les voyages me fatiguent. Les voyages en avion pour être précis. Je déteste ces longues heures passées dans des grosses boites de conserve volantes, tassé avec mes congeneres dans un air de plus en plus en vicié au fur et a mesure que les miles défilent. Ceci dit, qui dit voyage en avion dit recherche de billets, et cela m'a permis de donner libre cours a une de mes passions : la planification. J'ai passé beaucoup (trop) de temps a calculer un itinéraire qui minimisera le nombre d'heures a souffrir sur mon petit siege de 18 pouces de large.

Le voyage qui fait l'objet de cette série d'articles a atteint une complexité jamais vue sur ce blog, en particulier car je dois faire concorder trois itinéraires différents. Jugez-en par vous-mêmes :

  • C2 part avant moi et va directement a Canton via Pekin, puis reviendra avec moi via Seattle au départ de Hong-Kong
  • la maman de C2 (qui fait partie du voyage) va faire un aller-retour Pittsburgh-Canton, avec la contrainte de passer par Boston a l'aller pour prendre les memes vols que C2 de Boston a Canton
  • je boude les connexions et je vais voler directement de Boston a Seattle puis de Seattle a Hong-Kong, avec trois jours d'escale a Seattle a l'aller. Au retour programme inverse et deux jours d'escale a Seattle

Vous n'avez rien compris ? Moi non plus ! 

Simplifions tout cela. Ou en sommes-nous aujourd'hui ? Nous sommes vendredi 12 décembre. C2 est depuis hier a Canton avec sa mère. Je prends un taxi pour aller a l'aéroport de Boston. La conductrice est une boule de nerfs et elle s'excite sur son volant l'intégralité du trajet, mais il en faut plus pour gâcher mes vacances. J'apprecie a leur juste mesure les cinq heures et demi de vol de Boston a Seattle grâce au wifi. Jetblue fait bien les choses .

A Seattle je recupere une voiture de loc' et je file retrouver mon pote Bonif avec lequel je vais passer les deux prochains jours. Je commence a m'acclimater aux trois heures de décalage horaire entre Boston et Seattle. Bonif et moi passons une soirée calme a Kirkland, dans la banlieue est de Seattle, avant d'entamer demain matin un… road-trip ! Yeah !

 

article suivant 2/29

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans trip China
commenter cet article
vendredi 21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 20:00

En preparation d'un formidable voyage dans les semaines qui viennent, je me suis retrouve dans l'obligation de faire une demande de visa pour aller en Chine. De plus, en raison (probablement...) des liens diplomatiques 'particuliers' entre la Chine et la France, j'ai du me rendre en personne au consulat de Chine a New York pour faire ma demande. C'est-a-dire que si j'avais ete allemand, espagnol, ou meme americain, j'aurais pu demander a une agence de voyage de faire la demarche pour moi. Mais non, je suis francais, un aller-retour a New York s'impose. Grrrr.

Apres avoir lu sur Internet des recits tous plus effrayants les uns que les autres sur cette procedure, j'ai passe deux semaines en novembre a me stresser (beaucoup de stress, beaucoup) et a imprimer frenetiquement des dizaines de documents pour preparer un dossier beton. On ne sait jamais. Comme disent les ricains, there's nothing like being over-prepared.

Mon voyage lointain aura une petite particularite : j'arriverai et je repartirai de Hong-Kong. La ou ca se complique c'est que Hong-Kong, ou plus precisement Hong Kong Special Administrative Region of the People's Republic of China, bien qu'ayant reintegre la Chine en 1997, a conserve une grande autonomie et en particulier possede ses propres lois d'immigration. Par consequent en tant que francais je n'ai pas besoin de visa pour aller faire du tourisme a Hong-Kong (moins de 90 jours), mais j'en aurai besoin quand je traverserai la frontiere (terrestre) avec la "Chine continentale".

Apres d'intenses preparatifs, j'ai pris le bus pour New York dimanche apres-midi pour me presenter a la premiere heure lundi matin au consulat. Voici mes observations sur ma visite du consulat de Chine a New York. Les guichets ouvrent a neuf heures, mais la salle d'attente ouvre plus tot que ca ! Je ne le savais pas, et quand je suis arrive a neuf heures moins dix j'etais tout content de ne voir personne attendre dehors. Quand j'ai constate que la salle d'attente etait deja a moitie pleine et que mon numero etait le 118, j'ai dechanté. Pas pour longtemps : le compteur d'appel de numeros a demarré a 100, les guichets ont ouvert a neuf heures pile, et il y en avait cinq pour mon type de requete. J'ai attendu a peine dix minutes, j'ai passe cinq minutes au guichet, et je suis sorti du consulat a neuf heures et quart. Une affaire rondement menee, suivie de quelques heures a tuer avant de reprendre le bus pour Boston a midi.

Pour reference, voici les documents que m'a reclamés la preposee :

  • mon passeport
  • une photocopie de la page du passeport avec mes informations et photo
  • le formulaire chinois de demande de visa, integralement rempli en precisant N/A dans toutes les cases non applicables (il parait que c'est tres important)
  • une photo d'identite tres recente (je l'avais faite deux jours plus tot) agrafee au formulaire
  • une photocopie des documents justifiant mon statut aux Etats-Unis (visa de travail, green card etc)
  • une copie de mon billet d'avion pour arriver et repartir de la "Chine continentale". Comme mon parcours n'est pas simple, je n'ai pas reservé de vol pour partir de la "Chine continentale". Je prendrai le train de Canton a Hong-Kong. Donc la preposee m'a reclamé une copie de mes billets pour arriver et partir de Hong-Kong (depuis les US). Pas de probleme
  • une copie de mes reservations d'hotel en Chine (mais pas a Hong-Kong) pour les dates indiquees sur mon formulaire de demande de visa

Ah, et pourquoi j'ai du y aller en personne ? Pour laisser mes empreintes digitales !

Signe de ma panique bureaucratique, voici la longue liste des documents supplementaires que j'avais egalement preparés (en double exemplaire, evidemment). J'espere que ca vous fera autant rire que ca ne m'a pas fait rire de les rassembler . Ca en fait du papier... desolé pour mes amis ecologistes.

  • justificatif de nationalite : copie de ma carte d'identite francaise
  • justificatif de domicile : mes trois derniers releves d'impots locaux de la ville de Waltham
  • photocopie de mon permis de conduire du Massachusetts
  • justificatifs de ressources : copie de mes trois derniers releves bancaires
  • justificatif d'emploi : une lettre de mon employeur, precisant que je vais en Chine pour du tourisme (et non pour raisons professionnelles), plus copie de mes trois dernieres feuilles de paie
  • copie de mes reservations de vols, y compris ceux integralement aux US entre Boston et Seattle d'ou je prendrai mon vol pour Hong-Kong
  • copie de toutes mes reservations d'hotel, y compris a Hong-Kong (a l'aller et au retour) et a Seattle ou je m'arreterai quelques jours
  • copie de l'itineraire preparé par une agence de voyage pour une des villes que je visiterai en Chine
  • impression des horaires de train entre Canton et Hong-Kong pour illustrer mon intention de prendre le train pour quitter la Chine continentale

Finalement la seule chose que je n'avais pas etait une "lettre d'invitation", mais c'est un document a preparer plutot pour les voyages dont le but est de rendre visite a des gens qui sont deja en Chine. Dans mon cas personne en Chine ne va m'heberger, j'ai reserve des hotels.

J'ai quitté le consulat avec un "pick-up form", un reçu pour aller retirer mon passeport (on l'espere avec le visa) trois jours plus tard. De retour a Boston j'ai donné ce pick-up form a une agence de voyage qui est allee le recuperer pour moi, ce qui m'a evité un deuxieme trajet-eclair pour la Grande Pomme. Et une semaine plus tard j'ai mon fameux visa. Chine, Hong-Kong, j'arrive !

 

VisaChine

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
dimanche 02 novembre 2014 7 02 /11 /novembre /2014 11:00

Chaque annee la meme question revient : quand donc l'hiver va-t-il arriver ? Quand donc la meteo nouvelle-anglaise va-t-elle nous plonger dans un univers blanc et ouaté dont nous ne sortirons qu'en avril, surpris de decouvrir que le soleil existe encore ? A quel moment notre etat mental va-t-il basculer dans un mode d'hibernation dans lequel, privés de notre libre arbitre, nous ne serons plus que des automates pelleteurs de neige, gratteurs de pare-brises, briseurs de glace, epandeurs de sel (beaucoup de sel, beaucoup) ?

Pas tout de suite. D'accord, techniquement il neige en ce dimanche 2 novembre, mais ca ne tient pas et dans l'apres-midi le soleil revient pour effacer toute trace de cette modeste tentative de blanchiment.

 

 

11-novembre 6845S

cette chute de neige me fait tellement rigoler que je suis parti courir 14 km !

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans meteo
commenter cet article
samedi 11 octobre 2014 6 11 /10 /octobre /2014 15:00

Notre driveway a un petit probleme : il s'effrite. Soumis en hiver aux assauts du gel, a la douce caresse des lames de deneigeuse, et occasionnellement a mon energie destructrice lorsque j'essaie de faire voler en eclats une couche de glace d'un pouce d'epaisseur, il se morcelle et s'eparpille aux quatre vents. Ce qui est loin d'etre sa mission. Pour remedier a cette situation, j'ai decide de retrousser mes manches le dimanche 14 septembre et de me lancer dans une operation de regoudronnage plutot que de faire appel aux services tres couteux d'une entreprise specialisee. Hum. Hum hum.

Commencons par un petit etat des lieux.

 

20141011-goudron 6792S

zone de chantier

 

Sur la photo ci-dessus on peut voir l'etendue des degats. J'ai enleve a la main tous les morceaux de goudron qui s'ecaillaient et j'ai harmonieusement dispose autour les petits plots orange-fluo que j'ai achetes pour l'occasion, preuve qu'il s'agit d'une operation tres serieuse. Les deux pots a couvercle vert contiennent l'arme du crime : une substance pateuse que je vais appliquer sur la zone a vif, et qui est censée secher et durcir par l'operation du Saint-Esprit. Je m'y prends un peu tard dans l'annee pour faire ces travaux, mais d'apres la meteo ce week-end remplit les criteres de la pate a goudronner. Il devrait faire suffisamment "chaud" : les instructions parlent d'une temperature superieure a 55°F (13°C). Mettons-nous a l'oeuvre...

 

 

20141011-goudron 6793S

une bonne tartine bien appetissante

 

Premiere constatation : je n'ai pas assez de pate ! J'ai grandement sous-estimé la profondeur du trou a combler. J'ai gratté jusqu'au fond mes deux pots et j'ai a peine pu appliquer une premiere sous-couche. Je retourne dare-dare chez Home Depot me racheter de la pate et je laisse travailler le soleil.

 

20141011-goudron 6794S

quatre heures plus tard

 

Ca pourrait presque avoir une bonne tete, mais en verite la pate est encore toute molle - cf les empreintes de pattes de chien en bas du patch. Et il y a des grosses craquelures un peu partout. Tant pis, je m'entete et j'applique une deuxieme couche avec les trois pots rachetés en catastrophe (les trois derniers pots du magasin, evidemment). Puis je laisse secher vingt-quatre heures.

 

 

20141011-goudron 6799S

le lendemain soir avec la deuxieme couche

 

C'est toujours autant craqué de partout et la pate reste molle. Bon. Ok. Laissons tout ca secher loooooongtemps.

Deux semaines plus tard j'ai reussi a remettre la main sur deux tubes de la pate maudite bien que tous les Home Depot soient en rupture de stock, probablement parce que ce n'est plus du tout la saison de ce genre de bricolage. J'essaie tant bien que mal de colmater les fissures.

 

20141011-goudron 6801Sb

apres deux semaines, juste apres mes efforts de colmatage

 

Je laisse mes plots oranges en place deux semaines de plus et j'evite de rouler sur la zone.

Le 10 octobre, quatre semaines apres avoir debuté l'aventure, je me dis que si ca n'est pas 'sec' maintenant, ca ne le sera jamais.

 

20141011-goudron 6807Sb

apres quatre semaines de sechage

 

Je me livre a un test tres simple : que se passe-t-il si je roule sur 'mon' goudron avec mon panzer ?

 

 

20141011-goudron 6809S

eh bien ca laisse une empreinte de pneu !

 

 

Bilan mitigé donc... Je vais tout de meme donner le benefice du doute a ce produit miracle jusqu'a l'ete prochain, en supposant que je n'aurais pas du m'y prendre a l'arrivee du froid en septembre. Si ce patch survit aux agressions de l'hiver (et donc, surtout, aux deneigeuses rageuses de la ville de Waltham), je rajouterai une troisieme couche un week-end ou les temperatures chatouilleront les 100°F (38°C). Si le patch se fait arracher, j'essaierai un autre produit. Miracle. Encore plus meilleur que celui-la, car il m'a ete conseille par un vendeur chez Home Depot. Vivement le printemps !

(note apres encore quelques semaines supplementaires : en plus de n'avoir jamais durci, la couche superieure du patch se "re-liquéfie" lorsqu'il pleut. Au mois d'octobre avec les grandes pluies et les monceaux de feuilles mortes, je me retrouve avec une zone pateuse bien immonde en bordure de la route...)

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
mardi 26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 11:00

Ok, je suis allé dans les cinquante etats americains, j'ai vu les cinquante capitoles correspondants, j'ai couvert de cinquante post-it bleus ma carte des US, et maintenant ?

 

20140824-recap 6768S

50/50 !

 

Je ne sais pas trop... j'arrete mon blog ? Pas sur que j'arrive a me taire. Ah il faut que je partage avec vous les petits graphes Excel que je maintenais depuis sept ans.

 

articles

nombre total d'articles, ou l'on constate un tres net ralentissement avec les annees qui passent. Objectif 1000 ?

 

 

states capitoles

la progression vers les cinquante etats et les cinquante capitales

 

Les Etats-Unis sont le pays des statistiques, et je m'y plais totalement. Le nombre de compteurs que j'ai en relation avec mes voyages depasse l'entendement. Par exemple je peux vous dire que j'ai collecté les cartes (officielles de preference) de quarante-quatre etats. Oui, il m'en manque six : Hawaii, Mississippi, Georgia, New Jersey, Massachusetts, Rhode Island. Comme le cordonnier mal chaussé c'est etonnant qu'il me manque l'etat ou j'habite et son voisin mais bon. Pour les autres j'en appelle a votre generosite : lancons une grande chaine de l'amitie, faites savoir autour de vous que vous avez besoin, pour un ami, des cartes officielles de Hawaii, Mississippi, Georgia, New Jersey.

A part ca comme prévu et redouté j'ai consacré tout mon été a tapoter sur ce blog. J'ai publié hier soir le dernier article de notre dernier voyage, qui s'est achevé le 28 juin. Deux mois... Mais le resultat est un tresor inestimable que je legue sans hesitation au patrimoine de l'humanite, en tant que temoin objectif et attentif des Etats-Unis d'Amerique en ce debut du troisieme millenaire. Non je ne suis pas pretentieux .

Que s'est-il passé d'autre pendant ces deux mois ? Nous sommes allés nous balader debut juillet au Cliff Walk a Newport dans le Rhode Island. Balade sympa au bord de l'ocean, mais la derniere section etait fermee pour cause de travaux. Les chipmunks de notre backyard continuent a faire regulierement les guignols. Et le week-end dernier nous sommes allés au barbecue d'un collegue de C2 dont la femme dresse des chiens, par exemple pour du shepherding (shepherd = berger). Elle les entraine avec des canards et c'est hilarant.

 

20140824-recap 6753S

20140824-recap 6750S

un chipmunk

 

 

20140824-recap 6764S

un chien a l'entrainement

 

Bref, tout ceci ne nous dit pas ce que je vais faire de ce blog ni ce que nous allons faire de nos vacances avec C2 maintenant que je n'ai plus d'etat americain a cocher sur ma liste. Nous verrons, nous verrons...

Partager cet article

Repost 0
Publié par ZPP - dans blogston
commenter cet article
samedi 28 juin 2014 6 28 /06 /juin /2014 10:00

article precedent 22/23

 

Quelle aventure ! Ca y est elle est terminée... Depuis le temps que je pensais a ce voyage, que je le preparais... Nous avons vu plein de choses formidables, des national parks, des capitoles (yeah !), j'ai complété ma liste des cinquante etats, que demander de plus ? Et grace a l'experience de nos precedents road-trips le programme que j'avais construit pour ce voyage nous a epargné une trop grande lassitude sur la fin. Nous avons neanmoins encore battu un record de distance : c'est le plus long road-trip de ma carriere d'explorateur automobile des US.

Ce matin nous sommes plutot relax. Nous avons une vingtaine de miles jusqu'a l'aeroport. En regardant mon compteur miletrique avant d'arriver chez le loueur je me dis "tiens, et si on roulait encore un peu pour faire un compte rond". Et puis deux secondes plus tard je me dis que c'est debile puisque toutes ces unités ne sont que des conventions arbitraires... je n'ai qu'a convertir la distance dans une autre unité si un certain total ne me plait pas ! Livrons-nous donc a cet exercice .

Comme nous avons roulé 22 miles (35.5 km) aujourd'hui, cela porte le total pour l'ensemble de ce voyage a :

  • 2596 miles. Argh ! Quatre petits miles avant le nombre sympa de 2600 miles
  • 4177 km. Bon, on a passé la barre des 4000 bornes !
  • 4568960 yards. Hey, on a passé la barre des 4.5 millions de yards !
  • 13706880 feet. Hey, on a passé la barre des 13 millions de pieds !
  • etc etc avec les unités de mesure anglo-saxonnes toutes plus nases les unes que les autres

Notre voiture de loc' a ete raisonnable : elle n'a consommé que 6.24 litres au cent en moyenne, ce qui la place au premier rang en sobriete parmi toutes les voitures que j'ai louées aux US.

Rien de particulier a signaler pour le retour. Il y a du monde a l'aeroport de Denver mais tout ce qui m'importe c'est de ne pas y passer la moitie de la nuit comme en mars 2008. Oh, si vous vous ennuyez je vous conseille de taper "denver airport conspiracy" dans votre moteur de recherche favori. Il y a des tas de theories completement folles qui circulent a propos de cet aeroport. C'est assez hilarant a lire avec un oeil (tres) critique. Pour les paranos il y a beaucoup de grain a moudre, et certains auteurs de ces theories ont de formidables capacites d'imagination !

 

20140628 6704S

il a pourtant l'air plutot inoffensif cet aeroport

 

 

20140628 6705S

sauf en cas de tornade evidemment (shelter = abri)

 

Notre vol pour Boston a trente minutes de retard, le wifi ne marche pas a bord, tant pis. A destination mon Explorer accepte de demarrer apres avoir dormi dix jours et nous rentrons a la maison. Les vacances sont terminees, maintenant je vais bosser tout l'ete pour publier les articles de ce voyage sur mon blog. Et voila !

 

tout reprendre depuis le debut, article 1/23

Partager cet article

Repost 0
vendredi 27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 14:00

article precedent 21/23

 

La route entre Cheyenne et Denver est completement barbante. Cent miles d'interstate sur de longues lignes droites, a peu pres vers le sud car les deux capitales ont des longitudes tres proches (voir notre carte).

 

B-Colorado 6630S

la meteo n'est pas tres engageante

 

 

B-Colorado 6637S

welcome to colorful Colorado : nous traversons la derniere frontiere de ce road-trip

 

Wyoming et Colorado sont les deux seuls etats americains rectangulaires. L'Utah n'est pas rectangulaire mais rentre quand meme dans la categorie, avec Wyoming et Colorado, des etats dont les frontieres sont definies uniquement par des lignes de latitude ou longitude. Si vous voulez epater vos amis a votre prochaine soiree, demandez-leur quel est le seul etat americain a n'avoir aucune frontiere rectiligne : Hawaii, toutes ses 'frontieres' etant ses côtes dans le Pacifique.

 

B-Colorado 6638S

c'est quand qu'on arrive ?

 

En arrivant a Denver nous nous tapons des bouchons, ca doit etre le rush hour (heures de pointe) qui commence des treize heures le vendredi en prevision du week-end. Allez hop, direction capitole !

 

B-Colorado 6646S

en chemin, un stade

 

Un stade, oui, et pas n'importe lequel : Sports Authority (du nom de son sponsor, une chaine de magasins de sport) Field at Mile High, ou joue l'equipe de football des Denver Broncos. Je suis depuis quelques annees fou de football americain, et le quarterback - poste clef dans ce sport - de l'equipe de Denver est une mega-star. Il faudrait que je vienne assister a un match contre l'equipe des New England Patriots, l'equipe 'locale' quand on habite en Nouvelle-Angleterre (comme par exemple Boston). Footbaaaaaaaall !

 

B-Colorado 6654S

 capitooooooole !

 

Je suis deja venu a Denver, et j'avais meme deja une photo du capitole sur ma page des capitoles, mais il manquait ma tronche sur ladite photo et je n'avais pas visité le batiment. Ces deux manquements sont sur le point d'etre réparés.

 

B-Colorado 6662S

he he he...

 

 

B-Colorado 6663S

la fameuse inscription "one mile above sea level" dans une marche de l'escalier qui mene au capitole

 

L'altitude officielle de Denver est en effet de 1609 metres, un mile, ce qui lui vaut le surnom de "Mile-High City". En parlant de surnom (nickname), celui du Colorado est "Centennial State" car il est devenu un etat en 1876, cent ans apres la declaration d'independance des Etats-Unis.

Nous allons nous mettre au frais dans le capitole. Sa construction prit pres de quinze ans entre 1886 et 1901 et il n'y a eu aucun incendie a deplorer depuis. Il faudra que je fasse un fichier Excel un jour pour recenser le nombre de capitoles dans l'histoire de chaque etat americain, et combien sont partis en fumee.

Il y a nettement plus de monde ici que dans les autres capitoles de ce road-trip ce qui rend les lieux bruyants, et de nombreuses sections sont en travaux ou fermees au public. Je suis un peu decu.

 

B-Colorado 6667Sb

vue d'en bas

 

 

B-Colorado 6687Sb

vue d'en haut

 

 

B-Colorado 6670Sb

le "Grand Staircase", tassé au milieu du capitole

 

 

B-Colorado 6671S

sous le dome

 

 

B-Colorado 6677S

la House of Representatives en travaux

 

 

B-Colorado 6682Sb

d'habitude on trouve des statues dans ces niches

 

 

B-Colorado 6685Sb

ah, la petite cabine telephonique de circonstance

 

J'erre dans le capitole a la recherche du calme ou de portes qui ne soient pas fermees a clef, sans trouver ni l'un ni les autres. Et les portes qui ne sont pas fermees a clef sont gardees, certes par de charmantes jeunes femmes mais avec interdiction d'aller plus loin. Dépité je descends au sous-sol rejoindre C2 qui tapote frenetiquement sur son iPad en profitant du wifi gratuit. Ses souffrances sont terminees : j'ai bouclé la visite du cinquieme et dernier capitole de ce voyage.

 

B-Colorado 6657S

au-revoir Colorado Capitol !

 

Nous faisons cinq miles de route bouchons pour rejoindre notre hotel a Glendale, une ville enclavée dans Denver. Cet hotel emploie des pros du marketing et je me suis fait avoir comme un bleu : alléché par sa description j'ai reservé une chambre MTNVIEW = "mountain view". Pfff... en verité ca veut juste dire qu'on a une chambre qui donne vers l'ouest, les montagnes sont un lointain mirage, par contre l'enorme boulevard deux fois trois voies en bas de l'hotel est une realite sonore peu plaisante. Qui a dit que les francais passaient leur temps a raler ?

Pour la derniere soiree de ce voyage nous allons chez un ami que je n'avais pas vu depuis son enterrement de vie de garcon au lac Powell en juin 2010. C'est egalement avec lui et sa femme que j'avais fait mon week-end ski en mars 2008. Soiree sympathique avant de rentrer a l'hotel et de songer au retour a Boston. Ca sent la fin, snif.

Bilan du jour : 263 miles (423 km) conduits aujourd'hui, pour un total de 2574 miles (4141.5 km) depuis l'aeroport de Denver.


article suivant 23/23

Partager cet article

Repost 0